BRIBES EN LIGNE
du fond des cours et des à la mémoire de       & pour michèle aueret       &agrav il ne s’agit pas de j’ai relu daniel biga,  marcel migozzi vient de dorothée vint au monde écrirecomme on se antoine simon 9       la antoine simon 27 nous lirons deux extraits de       et tu reprise du site avec la antoine simon 26 ses mains aussi étaient aucun hasard si se madame aux rumeurs f le feu s’est       au dont les secrets… à quoi     dans la ruela grande lune pourpre dont les toutes ces pages de nos pas même       dans de profondes glaouis attendre. mot terrible. le plus insupportable chez le lent déferlement les dessins de martine orsoni ….omme virginia par la petit matin frais. je te dernier vers aoi madame déchirée le coquillage contre madame, vous débusquez  de même que les       gentil quai des chargeurs de il existe deux saints portant antoine simon 15 tout à fleur d’eaula danse pour jean gautheronle cosmos max charvolen, martin miguel temps où le sang se il existe au moins deux un nouvel espace est ouvert dentelle : il avait       marche de la       "       le  hier, 17 vos estes proz e vostre avez-vous vu       object temps de bitume en fusion sur  le livre, avec f les rêves de et combien       pass&e rêve, cauchemar, on dit qu’agathe le 26 août 1887, depuis nice, le 8 octobre quelque chose peinture de rimes. le texte  de la trajectoire de ce   3   

les       l̵  pour le dernier jour granz est li calz, si se un jour, vous m’avez     m2 &nbs écoute, josué, halt sunt li pui e mult halt marcel alocco a dans les carnets       magnol rm : nous sommes en       banlie paroles de chamantu       le sixième rien n’est dernier vers aoi antoine simon 19 1) la plupart de ces dernier vers aoi eurydice toujours nue à 1- c’est dans deux ce travail vous est raphaËl comme c’est       allong errer est notre lot, madame,       bonhe pour andré dans le monde de cette     vers le soir non, björg, petites proses sur terre une il faut dire les à la bonne       sur dernier vers aoi       " equitable un besoin sonnerait a la libération, les      & la légende fleurie est me la mort d’un oiseau.       m̵       les plus terribles prenez vos casseroles et le texte qui suit est, bien tant pis pour eux. c’est vrai ce ce jour-là il lui       pass&e à propos des grands et la peur, présente il n’y a pas de plus il en est des meurtrières. dernier vers aoi quand les mots chaises, tables, verres, macles et roulis photo 7 “le pinceau glisse sur hans freibach : madame, c’est notre que d’heures       entre       le dernier vers que mort inoubliables, les toujours les lettres : giovanni rubino dit le 26 août 1887, depuis   six formes de la le corps encaisse comme il la musique est le parfum de trois (mon souffle au matin je suis occupé ces béatrice machet vient de madame porte à    il derniers dans un coin de nice,       au issent de mer, venent as sables mes parolesvous il pleut. j’ai vu la   je n’ai jamais       je pour martine, coline et laure   iv    vers raphaël       cerisi station 5 : comment lancinant ô lancinant deuxième apparition     le    mise en ligne du texte ce qui fait tableau : ce madame est toute  monde rassemblé je ne sais pas si un tunnel sans fin et, à j’ai parlé       voyage   si vous souhaitez patrick joquel vient de bribes en ligne a 0 false 21 18 pour mes enfants laure et dernier vers aoi première antoine simon 20 spectacle de josué dit je n’ai pas dit que le       st li quens oger cuardise a christiane mon travail est une la littérature de   ciel !!!!       la     les fleurs du  la toile couvre les   ces notes       cette pour martine je suis celle qui trompe la communication est   (à régine robin, la cité de la musique       object se reprendre. creuser son ce poème est tiré du moisissures mousses lichens epuisement de la salle,       coude la bouche pure souffrance les avenues de ce pays le soleil n’est pas  c’était madame a des odeurs sauvages avec marc, nous avons le scribe ne retient intendo... intendo ! je n’hésiterai seins isabelle boizard 2005 coupé le sonà   anatomie du m et in the country cette machine entre mes approche d’une l’ami michel c’est un peu comme si, en ceste tere ad estet ja       la   est-ce que dans les écroulements souvent je ne sais rien de       voyage   en grec, morías  “s’ouvre       sur au rayon des surgelés dernier vers doel i avrat, en introduction à       une toi, mésange à le 15 mai, à ce n’est pas aux choses sur la toile de renoir, les il tente de déchiffrer, sors de mon territoire. fais dans le train premier je rêve aux gorges elle ose à peine quel étonnant station 7 : as-tu vu judas se pour michèle gazier 1)  l’exposition  fontelucco, 6 juillet 2000 pas une année sans évoquer pour andré (ô fleur de courge...     l’é agnus dei qui tollis peccata ouverture de l’espace la liberté de l’être  pour jean le on a cru à sous l’occupation chaque automne les j’ai travaillé       &agrav deuxième là, c’est le sable et "tu sais ce que c’est       au bien sûrla présentation du i.- avaler l’art par       le       les toute une faune timide veille     rien il ne reste plus que le   (dans le 1) notre-dame au mur violet       s̵ pour jean-louis cantin 1.- ils sortent       dans certains prétendent   nous sommes       dans       soleil       bruyan       aujour raphaël le passé n’est antoine simon 30 ço dist li reis : je dors d’un sommeil de   se branches lianes ronces la bouche pleine de bulles comment entrer dans une       en un tromper le néant madame, on ne la voit jamais       les       un « 8° de les enseignants : charogne sur le seuilce qui (josué avait ce qui aide à pénétrer le antoine simon 16 exacerbé d’air bien sûr, il y eut dernier vers aoi dernier vers aoi "ces deux là se à  née à sa langue se cabre devant le mult est vassal carles de buttati ! guarda&nbs  les éditions de laure et pétrarque comme       une journée de       au 1 la confusion des nous viendrons nous masser       dans     " il y a dans ce pays des voies depuis le 20 juillet, bribes si grant dol ai que ne antoine simon 23     au couchant pour marcel « amis rollant, de       voyage dans le patriote du 16 mars dernier vers aoi ma voix n’est plus que  tu ne renonceras pas. les parents, l’ultime accoucher baragouiner       la pie les premières a claude b.   comme "ah ! mon doux pays, r.m.a toi le don des cris qui       ( huit c’est encore à "pour tes       le le ciel de ce pays est tout douce est la terre aux yeux       " la fraîcheur et la    en pour m.b. quand je me heurte pourquoi yves klein a-t-il       d&eacu le nécessaire non station 3 encore il parle l’art c’est la madame est une torche. elle  hors du corps pas l’impression la plus la réserve des bribes       sur       la dernier vers aoi  je signerai mon   le 10 décembre le temps passe si vite, temps où les coeurs ensevelie de silence, marie-hélène temps de pierres    7 artistes et 1 sculpter l’air :     chambre  “la signification       ce f tous les feux se sont bel équilibre et sa non... non... je vous assure,     pourquoi zacinto dove giacque il mio       le f le feu m’a     du faucon       je       neige la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- Au soir le troisième orteil | St Affrique dans l’Aveyron ->
Je me baigne dans l’Aveyron
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : été

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

je me baigne dans l’Aveyron

     je pêche dans l’Ardèche

je pagaye sur le Verdon

Publication en ligne : 21 septembre 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette