BRIBES EN LIGNE
et te voici humanité quelques autres       bruyan       dans seins isabelle boizard 2005 o tendresses ô mes dernier vers aoi le temps passe si vite, sainte marie, pas facile d’ajuster le dernier vers aoi       une       quinze   adagio   je       au chaises, tables, verres,       il je déambule et suis dont les secrets… à quoi   voici donc la quelque temps plus tard, de    en la deuxième édition du cet article est paru tout est prêt en moi pour je me souviens de un besoin de couper comme de moi cocon moi momie fuseau immense est le théâtre et À la loupe, il observa       reine ce texte se présente dernier vers aoi dernier vers aoi je suis celle qui trompe     les provisions  jésus bruno mendonça dernier vers aoi (en regardant un dessin de intendo... intendo !       tourne onzième un verre de vin pour tacher pluies et bruines,       fleure autre citation"voui       fleur c’est vrai       "       avant et  riche de mes madame chrysalide fileuse station 5 : comment pour qui veut se faire une a ma mère, femme parmi dernier vers aoi   « 8° de     pourquoi mille fardeaux, mille certains soirs, quand je madame est la reine des f tous les feux se sont abu zayd me déplait. pas  le livre, avec merci au printemps des pour lee où l’on revient (vois-tu, sancho, je suis temps de bitume en fusion sur antoine simon 3 pour michèle gazier 1) passet li jurz, si turnet a pure forme, belle muette,       soleil    tu sais "pour tes       dans  “s’ouvre ils sortent au matin du clers fut li jurz e li mes pensées restent   tout est toujours en ….omme virginia par la faisant dialoguer peinture de rimes. le texte pour maguy giraud et douze (se fait terre se       entre station 1 : judas comment entrer dans une des quatre archanges que préparation des d’ eurydice ou bien de béatrice machet vient de mougins. décembre f le feu s’est suite du blasphème de la musique est le parfum de premier vers aoi dernier       nuage karles se dort cum hume       dans (la numérotation des (ô fleur de courge... antoine simon 26 je suis occupé ces il n’est pire enfer que mult est vassal carles de tout à fleur d’eaula danse antoine simon 33 r.m.a toi le don des cris qui dans le patriote du 16 mars       le la chaude caresse de       dans apaches : printemps breton, printemps bernadette griot vient de la vie humble chez les passet li jurz, la noit est   est-ce que       pass&e dans les rêves de la de la souvent je ne sais rien de quand nous rejoignons, en bientôt, aucune amarre       marche temps de cendre de deuil de mais non, mais non, tu       &agrav       sur et…  dits de le texte qui suit est, bien les oiseaux s’ouvrent pour jean marie à la mémoire de pour       bonhe    il 10 vers la laisse ccxxxii j’ai en réserve antoine simon 15       j̵ normal 0 21 false fal nice, le 8 octobre       longte « voici ce qui fascine chez non... non... je vous assure, antoine simon 17  dernier salut au il souffle sur les collines       apr&eg     &nbs marcel alocco a dans les horizons de boue, de deuxième apparition de de sorte que bientôt dans ce pays ma mère pour andré un tunnel sans fin et, à       qui À l’occasion de       le max charvolen, martin miguel le 26 août 1887, depuis clers est li jurz et li ma chair n’est   je ne comprends plus iv.- du livre d’artiste nous avancions en bas de     longtemps sur mieux valait découper bernard dejonghe... depuis antoine simon 20 mesdames, messieurs, veuillez ce poème est tiré du des conserves ! traquer antoine simon 14       &agrav à propos “la  de même que les a l’aube des apaches,       au trois (mon souffle au matin si j’étais un c’est seulement au granz fut li colps, li dux en     [1]  frères et encore la couleur, mais cette mise en ligne un soir à paris au       " nous dirons donc dernier vers aoi douce est la terre aux yeux     ton clere est la noit e la dans les écroulements tromper le néant  dans toutes les rues       ma i en voyant la masse aux moisissures mousses lichens reprise du site avec la 0 false 21 18  référencem antoine simon 19 pour philippe     oued coulant je dors d’un sommeil de il y a dans ce pays des voies fragilité humaine. la fonction,   marcel   pour le prochain chaque jour est un appel, une la lecture de sainte       et huit c’est encore à       nuage rien n’est m1       il n’était qu’un pas sur coussin d’air mais       object madame, c’est notre neuf j’implore en vain assise par accroc au bord de       o le passé n’est  l’exposition    si vous souhaitez le temps passe dans la a toi le don des cris qui  tu ne renonceras pas.       vu l’heure de la la communication est c’est pour moi le premier       juin     sur la pente dernier vers aoi       quand deuxième apparition travail de tissage, dans dernier vers aoi    si tout au long dernier vers aoi  pour jean le et encore  dits  le grand brassage des  ce mois ci : sub       "       les couleur qui ne masque pas beaucoup de merveilles sables mes parolesvous       la difficile alliage de le "patriote", dernier vers aoi le geste de l’ancienne, le pendu des voix percent, racontent napolì napolì pour daniel farioli poussant ici, les choses les plus paien sunt morz, alquant la bouche pleine de bulles  pour le dernier jour carles respunt : nice, le 18 novembre 2004  les œuvres de seul dans la rue je ris la lu le choeur des femmes de ecrire sur d’un côté petit matin frais. je te   d’un coté, dernier vers aoi a grant dulur tendrai puis       &ccedi lentement, josué quatre si la mer s’est       à pour jean gautheronle cosmos       ( pour jacqueline moretti, paroles de chamantu sept (forces cachées qui depuis ce jour, le site       dans halt sunt li pui e mult halt ce paysage que tu contemplais je ne sais pas si est-ce parce que, petit, on ce n’est pas aux choses "l’art est-il         &n toute trace fait sens. que onze sous les cercles dans l’innocence des du bibelot au babilencore une polenta (josué avait       la       au envoi du bulletin de bribes deux mille ans nous c’est la distance entre les textes mis en ligne deuxième approche de       la   se mouans sartoux. traverse de  de la trajectoire de ce je t’ai admiré, de toutes les cliquetis obscène des premier essai c’est la mastication des en 1958 ben ouvre à       &   maille 1 :que laure et pétrarque comme     après       journ& quand les mots   né le 7 tout mon petit univers en     faisant la al matin, quant primes pert     extraire zacinto dove giacque il mio   j’ai souvent leonardo rosa le coquillage contre le soleil n’est pas alocco en patchworck ©       fourr& pour angelo pour le prochain basilic, (la elle disposait d’une trois tentatives desesperees que d’heures nouvelles mises en si elle est belle ? je on peut croire que martine voudrais je vous       la attention beau       au je serai toujours attentif à on croit souvent que le but jouer sur tous les tableaux ensevelie de silence, ma voix n’est plus que       crabe- "tu sais ce que c’est bien sûrla aux barrières des octrois une autre approche de antoine simon 22 À peine jetés dans le pas de pluie pour venir soudain un blanc fauche le ...et poème pour nous lirons deux extraits de pour martine       il l’illusion d’une il est le jongleur de lui       midi les dernières autres litanies du saint nom       voyage Éléments -       p&eacu l’existence n’est les étourneaux ! temps où les coeurs antoine simon 16 rêves de josué, a dix sept ans, je ne savais 0 false 21 18 toutes ces pages de nos deuxième essai rossignolet tu la quand sur vos visages les   nous sommes la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Boulanger, Pascal > Un ciel ouvert en toute saison

PASCAL BOULANGER

<- Tout est prêt en moi pour vous accueillir | ... Presque vingt ans plus tard... ->
Vous deux, c’est joie et inquiétude...
© Pascal Boulanger
Ecrivain(s) : Boulanger
Clefs : poésie

Vous deux, c’est joie et inquiétude, légèreté et déchirement.

L’amour que j’ai pour vous, je voudrais qu’il ne soit pas simplement un sentiment, mais aussi une puissance capable de triompher de la peur.

Une fois né, on n’a jamais tort de vivre.

Publication en ligne : 30 septembre 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette