BRIBES EN LIGNE
inoubliables, les six de l’espace urbain, 0 false 21 18 l’erbe del camp, ki   ces notes sixième et si tu dois apprendre à dont les secrets… à quoi il y a tant de saints sur j’ai perdu mon pas sur coussin d’air mais       la "mais qui lit encore le grant est la plaigne e large macles et roulis photo       au au matin du ainsi va le travail de qui maintenant il connaît le "si elle est issent de mer, venent as il est le jongleur de lui antoine simon 23 que reste-t-il de la démodocos... Ça a bien un   si vous souhaitez couleur qui ne masque pas       sur pour maguy giraud et vous dites : "un je suis celle qui trompe pour nicolas lavarenne ma moi cocon moi momie fuseau paroles de chamantu à bernadette       la à 0 false 21 18 il en est des meurtrières. c’est un peu comme si,   en grec, morías vous deux, c’est joie et au lecteur voici le premier  dans le livre, le   adagio   je f le feu s’est pour qui veut se faire une mon cher pétrarque, macles et roulis photo 1       p&eacu rm : nous sommes en vi.- les amicales aventures il avait accepté les plus terribles jamais je n’aurais on dit qu’agathe       la antoine simon 24 passet li jurz, la noit est   se la réserve des bribes un temps hors du la brume. nuages       maquis     un mois sans références : xavier printemps breton, printemps en introduction à mes pensées restent c’est extrêmement en 1958 ben ouvre à  il y a le pour lee antoine simon 29   encore une macles et roulis photo 3 pour marcel madame est une d’abord l’échange des glaciation entre les dessins de martine orsoni sequence 6   le "le renard connaît pour frédéric dans l’effilé de paien sunt morz, alquant il pleut. j’ai vu la l’une des dernières quand il voit s’ouvrir, un verre de vin pour tacher de prime abord, il  l’exposition  introibo ad altare       au mise en ligne d’un petites proses sur terre je ne saurais dire avec assez ce jour là, je pouvais la chaude caresse de  de la trajectoire de ce clers est li jurz et li vous n’avez     les fleurs du pour michèle de toutes les     &nbs dernier vers aoi       cerisi (josué avait lentement lorsqu’on connaît une  pour le dernier jour     ton sous la pression des       pass&e patrick joquel vient de tandis que dans la grande       ce mais non, mais non, tu tendresse du mondesi peu de ce juste un mult ben i fierent franceis e frères et 1257 cleimet sa culpe, si (elle entretenait pour jacky coville guetteurs intendo... intendo ! coupé le sonà et voici maintenant quelques a la fin il ne resta que dernier vers aoi constellations et comment entrer dans une et je vois dans vos       il station 4 : judas  juste un mot pour annoncer une il faut dire les nouvelles mises en       le (la numérotation des i.- avaler l’art par la vie humble chez les   entrons       le et ma foi,     du faucon un titre : il infuse sa je désire un   pour adèle et j’ai parlé       aujour vedo la luna vedo le "nice, nouvel éloge de la       soleil pour jean-marie simon et sa le franchissement des jouer sur tous les tableaux   la baie des anges       reine nous serons toujours ces le vieux qui "moi, esclave" a 1) notre-dame au mur violet ce qui importe pour sauvage et fuyant comme pour pierre theunissen la macles et roulis photo 4       droite li emperere par sa grant encore la couleur, mais cette j’ai relu daniel biga, la tentation du survol, à quelques autres une autre approche de mieux valait découper       jardin nous lirons deux extraits de       la antoine simon 2 pour philippe la galerie chave qui soudain un blanc fauche le apaches :       l̵       sur voici des œuvres qui, le si tu es étudiant en assise par accroc au bord de       sur dans les carnets vous avez   iv    vers l’art n’existe antoine simon 21 ….omme virginia par la je crie la rue mue douleur le 2 juillet « amis rollant, de quant carles oït la normal 0 21 false fal et il parlait ainsi dans la elle disposait d’une madame, vous débusquez preambule – ut pictura et si au premier jour il  le grand brassage des madame des forêts de la vie est ce bruissement sur l’erbe verte si est l’attente, le fruit antoine simon 6   j’ai souvent à propos des grands       apr&eg la mort d’un oiseau. sixième ma mémoire ne peut me « h&eacu     oued coulant merci à la toile de fragilité humaine. le ciel est clair au travers       pass&e dernier vers aoi         chaque     tout autour       gentil tout en travaillant sur les encore une citation“tu ecrire les couleurs du monde une errance de  l’écriture abstraction voir figuration reprise du site avec la macles et roulis photo 7 tu le sais bien. luc ne       l̵ certains prétendent nous viendrons nous masser livre grand format en trois dernier vers aoi f le feu s’est pure forme, belle muette, toutefois je m’estimais j’arrivais dans les       jonath le scribe ne retient  pour de à sylvie prenez vos casseroles et l’heure de la neuf j’implore en vain …presque vingt ans plus pour martine  mise en ligne du texte de tantes herbes el pre       une nécrologie c’est vrai bel équilibre et sa a la femme au iv.- du livre d’artiste dernier vers aoi       glouss       dans "pour tes madame a des odeurs sauvages carissimo ulisse,torna a pour andré       va antoine simon 20       ( À max charvolen et l’art c’est la viallat © le château de antoine simon 32 dernier vers aoi poussées par les vagues     au couchant bien sûrla       le antoine simon 5 je t’enfourche ma et tout avait le corps encaisse comme il le proche et le lointain je ne peins pas avec quoi, pour m.b. quand je me heurte de soie les draps, de soie       la tous feux éteints. des le temps passe dans la elle ose à peine able comme capable de donner À perte de vue, la houle des rien n’est  référencem qu’est-ce qui est en       quand       m̵ les installations souvent, tout le problème  je signerai mon     les provisions la mastication des dimanche 18 avril 2010 nous       au me je sais, un monde se le 23 février 1988, il et te voici humanité     chant de   que signifie très saintes litanies bruno mendonça bal kanique c’est   le 10 décembre li emperere s’est       les ço dist li reis :       apr&eg la musique est le parfum de dans le monde de cette un homme dans la rue se prend madame déchirée antoine simon 7 "ces deux là se c’est seulement au       nuage tendresses ô mes envols l’éclair me dure, la route de la soie, à pied, petit matin frais. je te comme ce mur blanc  les premières elle réalise des  hors du corps pas       force  on peut passer une vie       pass&e le temps passe si vite,         &n rossignolet tu la   1) cette légendes de michel « e ! malvais je rêve aux gorges temps de bitume en fusion sur dernier vers aoi dernier vers que mort temps de cendre de deuil de le nécessaire non et il fallait aller debout l’évidence onze sous les cercles a supposer quece monde tienne sculpter l’air :       fleure (ma gorge est une       ...mai       magnol       banlie non... non... je vous assure, pour egidio fiorin des mots     le cygne sur au commencement était « 8° de faisant dialoguer les doigts d’ombre de neige paysage de ta tombe  et j’écoute vos 1-nous sommes dehors. antoine simon 25  tu vois im font chier les dieux s’effacent le coeur du     hélas, dernier vers aoi mouans sartoux. traverse de       un clquez sur immense est le théâtre et ils sortent le ciel de ce pays est tout traquer on croit souvent que le but       crabe- station 7 : as-tu vu judas se       " il souffle sur les collines la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Boulanger, Pascal > Un ciel ouvert en toute saison

Chaque jour est un appel, une révélation.

Chaque jour s’enflamme dans le moindre pli du ciel, dans un fragment de lune, n’importe où et même maintenant quand les nuages font les gros yeux aux étoiles de mer.

Et c’est toujours à vous qu’ils s’adressent ces oiseaux, ces arbres, ces fleurs et ce lièvre qui, sous une rafale de pluie, traverse le chemin. C’est pour vous qu’ils amassent du soleil pour l’hiver ces feux d’écume sur les plages.

Maintenant un rayon de soleil touche la fenêtre, vous dormez encore.

Près des vagues hautes, sous le regard avide des mouettes, des marins déplient les filets. Les poissons aux écailles fragiles se nourrissent de légendes.

Au loin, quand les cloches d’une église sonnent, quelqu’un qui était très malade ressuscite dans une chambre. Une barque prolonge l’ombre d’un saule sur la rivière. Une rose prononce un vœu sur la cendre. Un homme et une femme, se tenant par la main, s’engagent dans une ruelle pleine de hasard. Toutes les fontaines se mettent à fredonner dans toutes les villes du monde.

C’est comme un ciel ouvert en toute saison de l’année, comme un jardin d’une profusion inouïe.

Avec vous, l’existence n’est jamais saturée ni close.

Quelle fête ! Oh, que la vie vous aime !

Publication en ligne : 3 octobre 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette