BRIBES EN LIGNE
dentelle : il avait       le je m’étonne toujours de la les enseignants : « amis rollant, de    courant     m2 &nbs le ciel est clair au travers       " pour maguy giraud et       la pie a propos de quatre oeuvres de des voix percent, racontent il existe deux saints portant f dans le sourd chatoiement dans le pays dont je vous hans freibach :       au l’existence n’est       longte   ces notes ici, les choses les plus ( ce texte a  au mois de mars, 1166 et ma foi, morz est rollant, deus en ad elle ose à peine de toutes les au matin du mieux valait découper       la  les œuvres de       &eacut pour egidio fiorin des mots pour martin       "tu sais ce que c’est rm : d’accord sur si grant dol ai que ne station 7 : as-tu vu judas se l’une des dernières       je me       " de proche en proche tous rêves de josué, seul dans la rue je ris la envoi du bulletin de bribes à la bonne    7 artistes et 1 mais non, mais non, tu et combien       fleure dernier vers aoi libre de lever la tête       soleil       le       la  née à macles et roulis photo 6 et la peur, présente pour jean-louis cantin 1.- autre petite voix ço dist li reis :       bonheu f j’ai voulu me pencher       pav&ea des quatre archanges que quel étonnant       la o tendresses ô mes cette machine entre mes bien sûr, il y eut six de l’espace urbain, dire que le livre est une la tentation du survol, à pour martine in the country le passé n’est un nouvel espace est ouvert paysage de ta tombe  et clers est li jurz et li       sur le deuxième apparition de       m&eacu       neige le franchissement des ici. les oiseaux y ont fait première  la toile couvre les vi.- les amicales aventures  hors du corps pas clere est la noit e la       avant  tu vois im font chier prenez vos casseroles et       au       sur tes chaussures au bas de un titre : il infuse sa ses mains aussi étaient       reine la poésie, à la rien n’est       descen a ma mère, femme parmi     nous i.- avaler l’art par dimanche 18 avril 2010 nous glaciation entre ce pays que je dis est  le livre, avec je t’enlace gargouille sables mes parolesvous  “comment       st et c’était dans rossignolet tu la       aux       une je sais, un monde se       au       coude li emperere par sa grant « 8° de le plus insupportable chez tout mon petit univers en tous ces charlatans qui sur l’erbe verte si est le lent tricotage du paysage essai de nécrologie,       le il avait accepté guetter cette chose deux mille ans nous j’ai donné, au mois   au seuil de l’atelier la vie humble chez les equitable un besoin sonnerait le 28 novembre, mise en ligne pour andré       pour     longtemps sur je rêve aux gorges quand il voit s’ouvrir, que d’heures et te voici humanité a la fin il ne resta que l’éclair me dure, madame est une torche. elle l’art n’existe       six  “la signification     les provisions f les feux m’ont       o grant est la plaigne e large  c’était il y a dans ce pays des voies on trouvera la video       reine dans le respect du cahier des       sur dans les rêves de la s’égarer on de mes deux mains dont les secrets… à quoi temps de cendre de deuil de  les trois ensembles franchement, pensait le chef,       au quatrième essai rares  “... parler une imagine que, dans la li emperere s’est encore une citation“tu frères et deuxième apparition       les au labyrinthe des pleursils dorothée vint au monde antoine simon 23       &n il n’y a pas de plus raphaël       marche tandis que dans la grande       nuage très saintes litanies et si tu dois apprendre à dans les carnets aux george(s) (s est la ce paysage que tu contemplais   la production et il parlait ainsi dans la station 5 : comment  mise en ligne du texte pour max charvolen 1) a propos d’une me iv.- du livre d’artiste       "     l’é tout en vérifiant j’ai ajouté 10 vers la laisse ccxxxii des conserves ! un verre de vin pour tacher ] heureux l’homme 1) notre-dame au mur violet antoine simon 3 rimbaud a donc ma mémoire ne peut me merci à la toile de “le pinceau glisse sur À l’occasion de depuis ce jour, le site la littérature de raphaËl la bouche pure souffrance "je me tais. pour taire.       en quand nous rejoignons, en       midi       pass&e antoine simon 20 deuxième essai     une abeille de   je ne comprends plus pour frédéric pourquoi yves klein a-t-il dernier vers aoi f les marques de la mort sur a dix sept ans, je ne savais antoine simon 9 mouans sartoux. traverse de quant carles oït la j’arrivais dans les antoine simon 28 sauvage et fuyant comme     surgi sixième       un       deux la route de la soie, à pied, premier essai c’est       et aux barrières des octrois paien sunt morz, alquant avant propos la peinture est d’un bout à eurydice toujours nue à janvier 2002 .traverse allons fouiller ce triangle j’entends sonner les douce est la terre aux yeux quand les mots       allong c’est un peu comme si,       le dernier vers aoi de pa(i)smeisuns en est venuz il aurait voulu être l’heure de la pas de pluie pour venir régine robin, ils sortent       gentil je ne saurais dire avec assez dix l’espace ouvert au a grant dulur tendrai puis     après histoire de signes . il semble possible on préparait lorsqu’on connaît une c’est ici, me antoine simon 19       la rm : nous sommes en pour mireille et philippe       dans halt sunt li pui e mult halt  on peut passer une vie nu(e), comme son nom une fois entré dans la pour marcel il y a des objets qui ont la       ce poussées par les vagues       rampan torna a sorrento ulisse torna       sur deux ce travail vous est nouvelles mises en       glouss bernard dejonghe... depuis       sous au rayon des surgelés     au couchant « voici autre citation je dors d’un sommeil de granz fut li colps, li dux en       une       j̵ abu zayd me déplait. pas ma voix n’est plus que       pass&e entr’els nen at ne pui le pendu pour alain borer le 26 bel équilibre et sa     tout autour       assis   voici donc la pour philippe dernier vers aoi temps de pierres dans la est-ce parce que, petit, on un tunnel sans fin et, à dernier vers aoi    si tout au long maintenant il connaît le mise en ligne mi viene in mentemi onzième petites proses sur terre       tourne nous savons tous, ici, que       dans       l̵ des quatre archanges que bruno mendonça       montag       la n’ayant pas   ciel !!!! dernier vers aoi comme une suite de cet article est paru dans le le temps passe si vite, une il faut dire les antoine simon 12 travail de tissage, dans  ce mois ci : sub il souffle sur les collines  “s’ouvre arbre épanoui au ciel je ne peins pas avec quoi,       aujour rita est trois fois humble. derniers vers sun destre tu le sais bien. luc ne attelage ii est une œuvre vos estes proz e vostre un homme dans la rue se prend les cuivres de la symphonie jouer sur tous les tableaux réponse de michel un soir à paris au un besoin de couper comme de ecrire sur 13) polynésie buttati ! guarda&nbs toutes ces pages de nos mougins. décembre quando me ne so itu pe (dans mon ventre pousse une j’ai travaillé ...et poème pour le 15 mai, à  epître aux le nécessaire non antoine simon 16 de sorte que bientôt     oued coulant ce monde est semé     extraire pour jean gautheronle cosmos leonardo rosa écrirecomme on se       ruelle deuxième approche de zacinto dove giacque il mio non, björg, À peine jetés dans le pour julius baltazar 1 le et tout avait je me souviens de  zones gardées de antoine simon 31 la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Boulanger, Pascal > Un ciel ouvert en toute saison

PASCAL BOULANGER

<- Un jour, vous m’avez reproché | Suspendue au-dessus de l’abîme ->
Qui frappe à tes paupières bleues
© Pascal Boulanger

Une écharde dans la voix

Ecrivain(s) : Boulanger
Clefs : poésie

Poème pour toi...

 

Qui frappe à tes paupières bleues
au puits du sommeil ?
Les griffes poussent comme l’exil
mais les fleurs secrètes de la pluie
ménagent ton visage adoré.
Tu sais, le chemin s’invente tout seul
et tu puiseras en toi-même
la force de tes désirs.
A présent que le jour se lève
sois la source qui embrase le ciel.
 

Publication en ligne : 23 octobre 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette