BRIBES EN LIGNE
      reine au matin du comme ce mur blanc    seule au   (dans le carissimo ulisse,torna a antoine simon 31 bruno mendonça  les trois ensembles et encore  dits     double       au 0 false 21 18 en 1958 ben ouvre à  jésus f les rêves de       sur le réponse de michel le proche et le lointain dernier vers aoi samuelchapitre 16, versets 1 f les feux m’ont la danse de je reviens sur des il y a tant de saints sur       object antoine simon 18 dernier vers doel i avrat, ne faut-il pas vivre comme dernier vers aoi quand vous serez tout soudain un blanc fauche le quand c’est le vent qui equitable un besoin sonnerait abu zayd me déplait. pas toujours les lettres :   est-ce que lorsque martine orsoni antoine simon 23 et tout avait un besoin de couper comme de fragilité humaine.       la       sur     son autre citation"voui références : xavier aux barrières des octrois       sur le il ne reste plus que le recleimet deu mult       ce antoine simon 30 f le feu m’a       coude titrer "claude viallat, merle noir  pour la réserve des bribes au rayon des surgelés pour lee vue à la villa tamaris j’ai parlé polenta un titre : il infuse sa a propos de quatre oeuvres de lu le choeur des femmes de       longte il tente de déchiffrer, (ma gorge est une af : j’entends tandis que dans la grande mult ben i fierent franceis e    nous pour helmut si, il y a longtemps, les clers fut li jurz e li 1 au retour au moment  epître aux apaches : la terre a souvent tremblé       sur pour frédéric paien sunt morz, alquant pour max charvolen 1) j’arrivais dans les pour martin  la toile couvre les deux nouveauté, sables mes parolesvous  c’était antoine simon 10 madame est une torche. elle antoine simon 12       la difficile alliage de entr’els nen at ne pui il existe au moins deux “le pinceau glisse sur dans les carnets dans le train premier prenez vos casseroles et       sur       mouett temps de bitume en fusion sur on trouvera la video       cette elle disposait d’une pour yves et pierre poher et madame est la reine des depuis le 20 juillet, bribes on préparait le corps encaisse comme il mon cher pétrarque, sur la toile de renoir, les       la la chaude caresse de nous viendrons nous masser  référencem il pleut. j’ai vu la une fois entré dans la 0 false 21 18 cet article est paru dans le rossignolet tu la  au mois de mars, 1166 pour peinture de rimes. le texte "nice, nouvel éloge de la pour andré c’est la chair pourtant  ce qui importe pour  dernier salut au comme un préliminaire la le coquillage contre antoine simon 3       juin       dans       glouss       l̵ et c’était dans (elle entretenait a propos d’une dans le pain brisé son quelque temps plus tard, de le coeur du f j’ai voulu me pencher a l’aube des apaches, du fond des cours et des À max charvolen et         or monde imaginal, une errance de les étourneaux ! dernier vers aoi a dix sept ans, je ne savais       au pour jean-louis cantin 1.-       longte       "   d’un coté, le recueil de textes la vie humble chez les ce 28 février 2002. bel équilibre et sa f tous les feux se sont chercher une sorte de     une abeille de dans le patriote du 16 mars dernier vers aoi deux ajouts ces derniers de toutes les       quinze il ne s’agit pas de l’instant criblé d’un bout à si j’étais un il aurait voulu être douze (se fait terre se   si vous souhaitez       le outre la poursuite de la mise ainsi fut pétrarque dans       je suis bien dans  monde rassemblé il avait accepté et la peur, présente pierre ciel la liberté de l’être une il faut dire les s’ouvre la     à onzième nous avons affaire à de       alla avant propos la peinture est rêves de josué, ...et poème pour (ô fleur de courge...       je lorsqu’on connaît une « pouvez-vous le texte qui suit est, bien       force le ciel est clair au travers  tu vois im font chier nouvelles mises en trois tentatives desesperees sept (forces cachées qui       banlie non, björg,       et tu       pass&e et que dire de la grâce bien sûrla       o       sabots une autre approche de giovanni rubino dit marie-hélène   nous sommes     un mois sans la prédication faite station 7 : as-tu vu judas se   on n’est       sur autre essai d’un   le texte suivant a guetter cette chose quand les mots cliquetis obscène des       tourne « amis rollant, de antoine simon 27   pour théa et ses j’ai longtemps madame chrysalide fileuse       &agrav troisième essai station 3 encore il parle       nuage envoi du bulletin de bribes martin miguel art et voile de nuità la       &eacut au lecteur voici le premier tant pis pour eux. ecrire sur    7 artistes et 1  je signerai mon able comme capable de donner tous feux éteints. des cher bernard ainsi alfred… pluies et bruines, ce pays que je dis est les dessins de martine orsoni       l̵ l’éclair me dure, les parents, l’ultime exode, 16, 1-5 toute pour mon épouse nicole       dans (vois-tu, sancho, je suis de tantes herbes el pre dernier vers aoi       grappe       la   la baie des anges j’ai en réserve       apr&eg certains prétendent  pour le dernier jour       &agrav antoine simon 33       neige deuxième apparition chairs à vif paumes la route de la soie, à pied, aux george(s) (s est la les routes de ce pays sont je t’enlace gargouille un temps hors du derniers vers sun destre au seuil de l’atelier       sur vos estes proz e vostre il n’y a pas de plus     chant de    si tout au long antoine simon 13 et combien les plus terribles mais jamais on ne station 5 : comment       bien dernier vers aoi   station 4 : judas        le la gaucherie à vivre, "pour tes pour andrée vi.- les amicales aventures vous dites : "un c’est vrai pour michèle gazier 1) antoine simon 28 toulon, samedi 9 préparation des     pluie du  ce mois ci : sub et ma foi,  pour de    en dernier vers aoi toi, mésange à il n’était qu’un antoine simon 9  “ce travail qui li emperere par sa grant       deux "ces deux là se       m&eacu       va    il       s̵     le cygne sur à sylvie g. duchêne, écriture le première       baie       entre deux ce travail vous est pour jacqueline moretti, saluer d’abord les plus       soleil "la musique, c’est le grande lune pourpre dont les  il y a le       apparu       bruyan       au     ton     dans la ruela du bibelot au babilencore une  improbable visage pendu deuxième approche de pour julius baltazar 1 le  “ne pas a supposer quece monde tienne       fourmi et  riche de mes nécrologie dans un coin de nice, la communication est nu(e), comme son nom À peine jetés dans le 1- c’est dans pour michèle aueret       dans temps de cendre de deuil de de sorte que bientôt pour jean marie de pareïs li seit la       devant même si et il fallait aller debout rm : nous sommes en   un vendredi errer est notre lot, madame, ce qui fascine chez       marche le temps passe dans la où l’on revient toute une faune timide veille essai de nécrologie, depuis ce jour, le site je meurs de soif nous savons tous, ici, que    tu sais       fleur  “... parler une toutes sortes de papiers, sur macles et roulis photo 7   né le 7 preambule – ut pictura la question du récit de mes deux mains l’existence n’est je serai toujours attentif à mi viene in mentemi la littérature de antoine simon 20 je rêve aux gorges …presque vingt ans plus       deux tous ces charlatans qui la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Boulanger, Pascal > Un ciel ouvert en toute saison

PASCAL BOULANGER

<- Qui frappe à tes paupières bleues | Je sais, un monde se défait ->
Suspendue au-dessus de l’abîme
© Pascal Boulanger

Une écharde dans la voix

Ecrivain(s) : Boulanger
Clefs : poésie

...et poème pour toi

 

Suspendue au-dessus de l’abîme
tu échappes aux sabres et aux périls.
Les mouettes s’élancent elles aussi
dans la chaleur brune de tes yeux.
Entends-tu la terre gorgée de lumière
qui murmure ton prénom ?
Et tandis que je trace silencieux
des figures sur le sol
ton cœur se déploie
dans l’espace soudain libre.

 

Publication en ligne : 24 octobre 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette