BRIBES EN LIGNE
macles et roulis photo 7 "et bien, voilà..." dit pour julius baltazar 1 le pour raphaël vous avez nu(e), comme son nom je reviens sur des     tout autour    il dernier vers aoi       pass&e dans un coin de nice, marcel alocco a dans le train premier  ce qui importe pour dans ce pays ma mère samuelchapitre 16, versets 1 pour maguy giraud et sauvage et fuyant comme sous la pression des régine robin,         or       dans le scribe ne retient de soie les draps, de soie       droite  dernier salut au moi cocon moi momie fuseau  je signerai mon pour gilbert de profondes glaouis     &nbs o tendresses ô mes pour jean gautheronle cosmos       la ajout de fichiers sons dans     cet arbre que il ne s’agit pas de       le j’ai changé le       pav&ea polenta       entre si j’avais de son       midi temps de cendre de deuil de       à il est le jongleur de lui ma mémoire ne peut me f tous les feux se sont toulon, samedi 9 d’ eurydice ou bien de le lent tricotage du paysage antoine simon 18 1254 : naissance de tout en travaillant sur les   la baie des anges légendes de michel lu le choeur des femmes de la brume. nuages le ciel est clair au travers la vie est dans la vie. se     nous la question du récit "je me tais. pour taire. temps de pierres       l̵ le numéro exceptionnel de dernier vers aoi le corps encaisse comme il titrer "claude viallat, je meurs de soif   un vendredi f le feu m’a errer est notre lot, madame,       dans m1       il tente de déchiffrer, il faut aller voir josué avait un rythme peinture de rimes. le texte je déambule et suis       un voile de nuità la edmond, sa grande     l’é douze (se fait terre se quand les mots « e ! malvais dans le patriote du 16 mars  les œuvres de quand sur vos visages les 0 false 21 18 nous avancions en bas de  martin miguel vient       le toutes sortes de papiers, sur  de même que les pierre ciel       sur  ce mois ci : sub       le   pour théa et ses non, björg, deux nouveauté, pour pierre theunissen la fin première       jardin     surgi       l̵ les doigts d’ombre de neige faisant dialoguer  un livre écrit       "       &n et la peur, présente clere est la noit e la je t’ai admiré, rm : d’accord sur l’impossible dessiner les choses banales il n’est pire enfer que comme ce mur blanc  tous ces chardonnerets (ô fleur de courge... pour jean marie antoine simon 21       &agrav       la antoine simon 15 derniers vers sun destre station 3 encore il parle les enseignants : grande lune pourpre dont les       descen able comme capable de donner antoine simon 24 deuxième essai le j’entends sonner les d’un bout à ecrire les couleurs du monde rimbaud a donc nous savons tous, ici, que dernier vers aoi       sur quand vous serez tout       " le lent déferlement la vie est ce bruissement       sur est-ce parce que, petit, on mise en ligne clquez sur     double       un tout est possible pour qui     hélas, où l’on revient frères et de pa(i)smeisuns en est venuz nos voix dans les carnets       magnol les cuivres de la symphonie chaises, tables, verres, approche d’une préparation des charogne sur le seuilce qui morz est rollant, deus en ad pour m.b. quand je me heurte       &agrav       neige pour nicolas lavarenne ma au seuil de l’atelier dernier vers aoi les lettres ou les chiffres mais non, mais non, tu glaciation entre de proche en proche tous   1) cette la langue est intarissable noble folie de josué,       je le travail de bernard l’attente, le fruit eurydice toujours nue à la poésie, à la avez-vous vu  c’était j’aime chez pierre       su ki mult est las, il se dort       o grant est la plaigne e large la mort, l’ultime port,   encore une il faut laisser venir madame       les station 4 : judas        &eacut passet li jurz, si turnet a l’art n’existe "si elle est trois tentatives desesperees s’égarer on       l̵   né le 7 quelques autres ils sortent comme c’est l’erbe del camp, ki rm : nous sommes en toute une faune timide veille       journ& vous n’avez 10 vers la laisse ccxxxii af : j’entends dernier vers aoi dans le pain brisé son       sous   (à antoine simon 2       sur la vie humble chez les f le feu s’est     ton pour andrée introibo ad altare lentement, josué journée de  les éditions de       la martin miguel art et etudiant à rossignolet tu la ce pays que je dis est        “ne pas fontelucco, 6 juillet 2000 quelque temps plus tard, de c’est la chair pourtant antoine simon 5 en ceste tere ad estet ja       tourne je me souviens de je ne saurais dire avec assez bribes en ligne a le tissu d’acier dernier vers doel i avrat, pas facile d’ajuster le temps où les coeurs derniers clers est li jurz et li le 23 février 1988, il la lecture de sainte   pour le prochain le 26 août 1887, depuis bernadette griot vient de       en     de rigoles en dernier vers aoi bernard dejonghe... depuis je dors d’un sommeil de       force c’est extrêmement il en est des meurtrières. pour martine, coline et laure et si au premier jour il trois (mon souffle au matin il y a des objets qui ont la et si tu dois apprendre à       le les avenues de ce pays     m2 &nbs je crie la rue mue douleur intendo... intendo ! bal kanique c’est vi.- les amicales aventures a propos d’une       juin carissimo ulisse,torna a   je n’ai jamais   j’ai souvent ici. les oiseaux y ont fait normal 0 21 false fal sixième au commencement était pour max charvolen 1) il y a dans ce pays des voies le passé n’est voici des œuvres qui, le à bernadette       quand « pouvez-vous non... non... je vous assure,       &n   est-ce que la musique est le parfum de 1 la confusion des le nécessaire non première juste un       soleil archipel shopping, la cinquième citationne jamais je n’aurais l’heure de la       parfoi       il dentelle : il avait tu le saiset je le vois madame déchirée décembre 2001. "ah ! mon doux pays, madame est une torche. elle       bonheu cher bernard normalement, la rubrique quand c’est le vent qui au programme des actions antoine simon 6 et  riche de mes nous dirons donc Être tout entier la flamme sequence 6   le       la genre des motsmauvais genre ne pas négocier ne ce qui importe pour pour jean-louis cantin 1.-       ( “dans le dessin 1.- les rêves de si, il y a longtemps, les 1257 cleimet sa culpe, si Éléments - dans l’innocence des en cet anniversaire, ce qui       la antoine simon 12   pour olivier mesdames, messieurs, veuillez antoine simon 17 quando me ne so itu pe sa langue se cabre devant le dans ce périlleux       ruelle accoucher baragouiner   iv    vers in the country 0 false 21 18       la pie dernier vers aoi ce n’est pas aux choses madame dans l’ombre des un besoin de couper comme de max charvolen, martin miguel       apr&eg le 19 novembre 2013, à la se placer sous le signe de       sabots   six formes de la "tu sais ce que c’est madame, vous débusquez la communication est la légende fleurie est comme un préliminaire la quel étonnant quand il voit s’ouvrir, onzième       allong constellations et et c’était dans       montag sables mes parolesvous       grimpa i en voyant la masse aux il semble possible merci au printemps des suite du blasphème de dernier vers aoi fragilité humaine.       ...mai       une pour michèle aueret  le "musée   que signifie   (dans le  zones gardées de  au travers de toi je antoine simon 11 la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- Sabots des chevaux | Mais ce chasseur ->
Je suis un faon
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : automne

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

je suis un faon

assassiné enfant

par le chasseur de coeur...

 

 

 

Publication en ligne : 18 novembre 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette