BRIBES EN LIGNE
le grand combat : dernier vers aoi « amis rollant, de autre citation temps où les coeurs  improbable visage pendu       midi d’un côté quelque temps plus tard, de pas de pluie pour venir huit c’est encore à "pour tes 10 vers la laisse ccxxxii     cet arbre que "tu sais ce que c’est nous dirons donc siglent a fort e nagent e temps où le sang se       vu vous dites : "un       s̵ envoi du bulletin de bribes il était question non j’ai longtemps       m&eacu polenta sixième il existe au moins deux       apr&eg tromper le néant dans le train premier "ah ! mon doux pays,   ces notes et tout avait on préparait agnus dei qui tollis peccata juste un   pour olivier les avenues de ce pays madame est une torche. elle branches lianes ronces je suis libre de lever la tête dernier vers s’il marcel alocco a       glouss il est le jongleur de lui jusqu’à il y a que d’heures quelques textes c’est vrai       voyage pour andré villers 1) l’art n’existe effleurer le ciel du bout des suite du blasphème de macles et roulis photo 3 j’ai relu daniel biga,         &n maintenant il connaît le       reine l’heure de la neuf j’implore en vain et il fallait aller debout comme une suite de pour jacky coville guetteurs tout en travaillant sur les (À l’église la cité de la musique rimbaud a donc       six lorsque martine orsoni la vie est ce bruissement       montag j’ai en réserve nice, le 8 octobre dorothée vint au monde il ne reste plus que le       en un 5) triptyque marocain les dieux s’effacent  au travers de toi je madame chrysalide fileuse troisième essai et je crie la rue mue douleur       voyage le coeur du j’oublie souvent et eurydice toujours nue à pour andré constellations et 13) polynésie antoine simon 26 la lecture de sainte     m2 &nbs à bernadette sculpter l’air : prenez vos casseroles et       &n Être tout entier la flamme la vie est dans la vie. se de soie les draps, de soie       enfant merci au printemps des  la lancinante     longtemps sur       ruelle thème principal : bal kanique c’est       une les durand : une si j’avais de son       object raphaël       pass&e     extraire la communication est et ma foi, preambule – ut pictura je suis celle qui trompe dernier vers aoi pur ceste espee ai dulor e station 4 : judas  torna a sorrento ulisse torna la mort, l’ultime port, la mastication des 1) la plupart de ces non, björg, la fonction, dernier vers doel i avrat,       à coupé le sonà ils sortent       reine       dans       la       pourqu heureuse ruine, pensait madame a des odeurs sauvages ço dist li reis : c’est extrêmement derniers la réserve des bribes quand les eaux et les terres l’appel tonitruant du carmelo arden quin est une 1 au retour au moment     dans la ruela cinquième citationne un trait gris sur la bribes en ligne a mon travail est une af : j’entends hans freibach : écoute, josué,    si tout au long le lent tricotage du paysage li emperere par sa grant pas même  dans le livre, le mise en ligne d’un       au normal 0 21 false fal ce qui aide à pénétrer le pour daniel farioli poussant nice, le 30 juin 2000 "ces deux là se dernier vers aoi le lourd travail des meules antoine simon 10    il madame des forêts de   grande lune pourpre dont les ouverture de l’espace rita est trois fois humble. spectacle de josué dit villa arson, nice, du 17       &ccedi quelques autres la liberté de l’être et que vous dire des nous avons affaire à de       apr&eg ce paysage que tu contemplais le soleil n’est pas deuxième essai le comment entrer dans une       &agrav pour mon épouse nicole antoine simon 14 fragilité humaine.       la       fourr&     un mois sans printemps breton, printemps sauvage et fuyant comme et…  dits de nous savons tous, ici, que 1. il se trouve que je suis toute une faune timide veille macles et roulis photo       en il n’est pire enfer que 1 la confusion des deux ajouts ces derniers "nice, nouvel éloge de la quatrième essai de     chambre       magnol tant pis pour eux.       journ& antoine simon 21 pour maxime godard 1 haute antoine simon 18 dernier vers aoi vous avez       sur entr’els nen at ne pui le texte qui suit est, bien c’est le grand       b&acir gardien de phare à vie, au ecrire les couleurs du monde dans les hautes herbes mesdames, messieurs, veuillez toute trace fait sens. que       ce quant carles oït la grant est la plaigne e large dernier vers aoi rossignolet tu la j’ai donc       entre comme ce mur blanc deux nouveauté, je n’hésiterai moisissures mousses lichens   encore une li emperere s’est dix l’espace ouvert au       rampan clere est la noit e la à propos “la       alla       dans       dans  un livre écrit mult est vassal carles de ouverture d’une       une   se cinquième essai tout f toutes mes r.m.a toi le don des cris qui  dernières mises    7 artistes et 1 ajout de fichiers sons dans et c’était dans le ciel est clair au travers tandis que dans la grande cette machine entre mes la mort d’un oiseau. pour jean marie le scribe ne retient       neige elle réalise des deux mille ans nous a la fin il ne resta que  “comment attelage ii est une œuvre leonardo rosa dernier vers aoi  “ce travail qui premier essai c’est se placer sous le signe de attendre. mot terrible. le vieux qui   (dans le       p&eacu dernier vers aoi dans le monde de cette   l’oeuvre vit son f les rêves de autres litanies du saint nom       &agrav il y a dans ce pays des voies       longte ( ce texte a carissimo ulisse,torna a recleimet deu mult jamais si entêtanteeurydice dernier vers aoi pour martin petit matin frais. je te ce qui fascine chez nous avancions en bas de       bien     après ce qu’un paysage peut ne faut-il pas vivre comme et combien       aux nous lirons deux extraits de   (à       que abstraction voir figuration       sur il arriva que la route de la soie, à pied, tous ces charlatans qui       banlie ki mult est las, il se dort vous êtes je t’ai admiré, le travail de bernard       &agrav ce jour là, je pouvais       il       m̵ mieux valait découper janvier 2002 .traverse       les temps de bitume en fusion sur ce qui importe pour en introduction à i mes doigts se sont ouverts iloec endreit remeint li os       su dernier vers aoi         le       object       allong       parfoi     oued coulant a la libération, les un jour, vous m’avez la question du récit c’est la peur qui fait la brume. nuages à bientôt, aucune amarre       le pour michèle gazier 1) bruno mendonça "je me tais. pour taire.  c’était dans les écroulements quel ennui, mortel pour "le renard connaît       marche dans un coin de nice, merle noir  pour rêve, cauchemar,       coude   que signifie la légende fleurie est la terre nous (ô fleur de courge...       sous       et le géographe sait tout chaque jour est un appel, une a supposer quece monde tienne intendo... intendo !       apparu marie-hélène un jour nous avons      & a propos de quatre oeuvres de   voici donc la station 3 encore il parle station 7 : as-tu vu judas se les doigts d’ombre de neige diaphane est le    courant martin miguel art et quel étonnant ce n’est pas aux choses le coquillage contre légendes de michel de la  le grand brassage des madame, on ne la voit jamais       dans napolì napolì charogne sur le seuilce qui violette cachéeton antoine simon 3       juin le 23 février 1988, il       en la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > RÉVERSIONS
<- XLVI | XLVIII ->
XLVII

Clefs : peuples , art

Dans les hautes herbes souples sous le vent, mon peuple s’alanguissait en des rêves sans fin. Etonné depuis toujours de son propre bonheur, il vivait sans crainte et sans haine. Amoureux des pierres, habile à les agencer en constructions mélodieuses, il savait encore les répartir au fil de l’eau pour en varier le chant à l’infini. Fidèle aux arbres, il en utilisait les rares propriétés pour résister au froid et à la faim, attenter à la solitude des nuages, pour rendre solides les formes fragiles nées du commerce entre les êtres et les pulsations sourdes surgies du fond de chacun et qui façonnent ses gestes.
Que dire d’autre de ses rêves ?

  AOI

 

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette