BRIBES EN LIGNE
antoine simon 16  la lancinante pourquoi yves klein a-t-il   la production ouverture de l’espace il aurait voulu être antoine simon 14 effleurer le ciel du bout des au labyrinthe des pleursils pour qui veut se faire une         &n sixième à cri et à  si, du nouveau folie de josuétout est dernier vers aoi       reine 0 false 21 18 bernard dejonghe... depuis à la bonne écoute, josué, r.m.a toi le don des cris qui dernier vers aoi béatrice machet vient de j’oublie souvent et nouvelles mises en       fourr&       la un jour, vous m’avez dans l’innocence des torna a sorrento ulisse torna       &agrav l’illusion d’une ce va et vient entre macles et roulis photo 3 noble folie de josué,       et tu       &n mon cher pétrarque, dernier vers aoi   la tentation du survol, à apaches : cet univers sans passent .x. portes, ce n’est pas aux choses dernier vers aoi antoine simon 18 a propos de quatre oeuvres de f les feux m’ont       la antoine simon 32 à la mémoire de  hier, 17 au commencement était tu le saiset je le vois    regardant "la musique, c’est le       neige à bernadette errer est notre lot, madame, et la peur, présente la lecture de sainte thème principal :       en un       apparu bientôt, aucune amarre   ces notes la liberté s’imprime à       dans     le premier essai c’est       l̵ si j’avais de son la force du corps, mais non, mais non, tu des voiles de longs cheveux dans ma gorge reprise du site avec la     dans la ruela    7 artistes et 1 vue à la villa tamaris       bonheu pour yves et pierre poher et   ciel !!!! li emperere par sa grant "je me tais. pour taire. chaque jour est un appel, une dernier vers aoi (dans mon ventre pousse une       voyage vous avez à sylvie 1- c’est dans il est le jongleur de lui epuisement de la salle, les parents, l’ultime références : xavier avant propos la peinture est quand sur vos visages les       au autre essai d’un  de même que les       jardin quelque temps plus tard, de (À l’église station 5 : comment       force mille fardeaux, mille madame, on ne la voit jamais 1-nous sommes dehors. tout mon petit univers en les amants se dessiner les choses banales bribes en ligne a       pass&e     extraire la langue est intarissable sors de mon territoire. fais 1 au retour au moment   tout est toujours en     pluie du  un livre écrit je crie la rue mue douleur ( ce texte a très malheureux...       apr&eg       retour station 7 : as-tu vu judas se       sur d’un bout à à propos “la (vois-tu, sancho, je suis       le   marcel bruno mendonça  pour jean le 10 vers la laisse ccxxxii antoine simon 26 les enseignants : (ô fleur de courge...       le il souffle sur les collines 1) la plupart de ces     un mois sans la bouche pure souffrance tu le sais bien. luc ne je me souviens de granz fut li colps, li dux en  référencem   pour théa et ses on préparait autre citation   adagio   je 13) polynésie dernier vers aoi rimbaud a donc       chaque le coquillage contre descendre à pigalle, se       l̵ lorsqu’on connaît une et encore  dits j’ai longtemps le soleil n’est pas  dernières mises dans les rêves de la sept (forces cachées qui giovanni rubino dit dans la caverne primordiale "mais qui lit encore le  l’écriture mult est vassal carles de       mon travail est une       é avant dernier vers aoi       midi "pour tes       enfant    il de pa(i)smeisuns en est venuz c’est parfois un pays    nous et te voici humanité quatrième essai de les dessins de martine orsoni     les fleurs du       un  “... parler une halt sunt li pui e mult halt il pleut. j’ai vu la tous feux éteints. des pour mon épouse nicole       parfoi     &nbs       six       au ensevelie de silence, il y a des objets qui ont la ce qui importe pour ma voix n’est plus que       fleure recleimet deu mult toujours les lettres :       tourne j’ai parlé la terre a souvent tremblé iv.- du livre d’artiste toutefois je m’estimais À peine jetés dans le       voyage charogne sur le seuilce qui pour jean gautheronle cosmos antoine simon 27 a toi le don des cris qui Éléments - le vieux qui suite de approche d’une 1254 : naissance de       l̵ antoine simon 6 quand les mots pur ceste espee ai dulor e ils s’étaient       dans comment entrer dans une ….omme virginia par la derniers vers sun destre les dernières eurydice toujours nue à mais jamais on ne       fourmi j’écoute vos onzième       m&eacu       l̵ deuxième approche de  c’était ce jour-là il lui est-ce parce que, petit, on sa langue se cabre devant le au seuil de l’atelier antoine simon 2 le temps passe si vite, quelques autres station 1 : judas couleur qui ne masque pas edmond, sa grande   est-ce que       dans c’est la chair pourtant c’est vrai aucun hasard si se normal 0 21 false fal li emperere s’est     son pour mes enfants laure et bien sûr, il y eut paien sunt morz, alquant rossignolet tu la temps où les coeurs et que dire de la grâce dans le train premier il s’appelait "l’art est-il toute une faune timide veille deuxième essai       rampan « e ! malvais pour maguy giraud et et…  dits de suite du blasphème de nice, le 18 novembre 2004   ces sec erv vre ile ecrire les couleurs du monde       assis dans le patriote du 16 mars       pav&ea un soir à paris au elle disposait d’une encore la couleur, mais cette       la       gentil  née à tendresse du mondesi peu de j’ai travaillé       " arbre épanoui au ciel   dits de il y a tant de saints sur j’ai perdu mon la fraîcheur et la pour andré dernier vers aoi     au couchant leonardo rosa dix l’espace ouvert au merci au printemps des pour mes pensées restent vedo la luna vedo le la pureté de la survie. nul     "       object quatrième essai rares     du faucon     sur la pente dans l’innocence des nu(e), comme son nom ici, les choses les plus dernier vers aoi       un  dernier salut au pour martine, coline et laure immense est le théâtre et       &ccedi ce poème est tiré du un trait gris sur la un tunnel sans fin et, à premier vers aoi dernier la route de la soie, à pied, pas facile d’ajuster le heureuse ruine, pensait au matin du on dit qu’agathe       ma pour gilbert la prédication faite ainsi va le travail de qui je déambule et suis  jésus accorde ton désir à ta de proche en proche tous marie-hélène les durand : une pour robert j’ai ajouté   pour olivier antoine simon 22 l’art n’existe « h&eacu il ne s’agit pas de       au   saint paul trois     nous tout est possible pour qui assise par accroc au bord de       bien « amis rollant, de  “s’ouvre sauvage et fuyant comme dernier vers aoi       vu elle réalise des c’est la peur qui fait écrirecomme on se je t’enfourche ma     cet arbre que troisième essai et chaises, tables, verres, des quatre archanges que pour daniel farioli poussant iloec endreit remeint li os       sur le trois (mon souffle au matin de tantes herbes el pre la réserve des bribes (josué avait quand vous serez tout rêves de josué, l’impossible f le feu est venu,ardeur des josué avait un rythme il semble possible faisant dialoguer 0 false 21 18    seule au paroles de chamantu « voici je t’enlace gargouille je rêve aux gorges pour ma macles et roulis photo 6 a dix sept ans, je ne savais     quand equitable un besoin sonnerait réponse de michel       le aux george(s) (s est la antoine simon 17       sur ce qui fait tableau : ce la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Approches critiques > Généralités > Le marché de l’art

RAPHAËL MONTICELLI

| Le marché de l’art ->
Le marché de l’art

Introduction

Texte d’une conférence devant les Amis de la Liberté, en septembre 2010



 


Voici donc la troisième fois que j’interviens dans le cadre des conférences des amis de la liberté. La première fois, il s’agissait d’ouvrir des pistes pour comprendre et apprécier l’art qui se fait aujourd’hui. La deuxième pour questionner le marché de l’art.


C’est sur ce même sujet que porte notre rencontre d’aujourd’hui. Après deux approches conversationnelles, je souhaiterais aujourd’hui stabiliser la réflexion.


Il nous suffirait de nous tourner vers les historiens et les romanciers, pour nous apercevoir que le marché de l’art a suivi les évolutions, les adaptations et la structuration du marché tout court, et il ne pouvait pas en être autrement sorte que les problèmes posés par le marché de l’art aujourd’hui sont du même ordre que ceux qui se posent non seulement dans l’ensemble du marché culturel mais à toutes les productions humaines et à leurs échanges. La question du marché affecte les biens matériels dits de première nécessité, tout comme les biens intellectuels et culturels, à vrai dire tout aussi nécessaires.


Je me centrerai, comme prévu, sur la production artistique. Comme toute production, elle répond àdes besoins spécifiques. La question a beau ne pas être bien claire, ou bien clairement perceptible, il n’en reste pas moins qu’il faut bien considérer ce couple : besoins individuels et sociaux d’une part, organisation d’un système de production et de diffusion pour répondre aux besoins d’autre part, pour aborder notre question. Il me semble en effet que le marché, tel que nous le connaissons, n’est que la forme, l’une des formes, que revêt la question plus centrale de la circulation des productions, l’une des formes prises par l’organisation des échanges.


Je disais que les besoins collectifs auxquels répondent les productions culturelles et artistiques n’ont pas moins d’importance que les besoins vitaux, ou de première nécessité, notamment parce que les productions de la culture et de l’art agissent sur nos capacités cognitives, affectives, perceptives, symboliques, sémiotiques qu’ils nourrissent et... cultivent, justement . Elles contribuent à mettre en place des systèmes symboliques référents, des espaces de partage qu’il s’agisse de partager ce qui est de l’ordre de la vision, au sens de représentation du monde, que des émotions, entendu au sens d’objectivation et communication de l’intime. Ils contribuent enfin à fonder des système d’objets spécifiques qui permettent la reconnaissance de l’altérité que ce soit dans une société donnée ou entre société géographiquement et historiquement différentes.


 


Si on n’est pas clairement persuadé de l’importance des productions artistiques comme réponses à des besoins vitaux des individus et des groupes, la réflexion sur la circulation de ces objets est sans enjeu. 

Publication en ligne : 7 février 2012

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette