BRIBES EN LIGNE
 on peut passer une vie ce texte m’a été       au v.- les amicales aventures du dans ce pays ma mère station 3 encore il parle  tu vois im font chier "le renard connaît dans l’innocence des un verre de vin pour tacher dans l’effilé de le 26 août 1887, depuis ce n’est pas aux choses   six formes de la derniers       les janvier 2002 .traverse raphaËl 0 false 21 18 l’existence n’est       sur madame déchirée madame est une dentelle : il avait on a cru à si vous entendez le lac ce    au balcon 1.- les rêves de  de la trajectoire de ce  un livre écrit j’entends sonner les fin première la chaude caresse de       ( quel ennui, mortel pour       é preambule – ut pictura madame, on ne la voit jamais antoine simon 21 ...et poème pour l’illusion d’une ici. les oiseaux y ont fait la terre a souvent tremblé chaque jour est un appel, une outre la poursuite de la mise il ne reste plus que le quatrième essai de je me souviens de (la numérotation des bruno mendonça très malheureux...       dans voici l’une de nos plus il en est des meurtrières. le 2 juillet journée de  le livre, avec onzième     de rigoles en « 8° de       reine       j̵       entre les installations souvent, c’est la distance entre face aux bronzes de miodrag une errance de deuxième patrick joquel vient de l’art n’existe tromper le néant       fourmi normal 0 21 false fal       sur heureuse ruine, pensait ce qui aide à pénétrer le       l̵ pour egidio fiorin des mots     pluie du     nous intendo... intendo ! rafale je m’étonne toujours de la dernier vers aoi       la langue est intarissable cyclades, iii°  la lancinante       &eacut 1- c’est dans antoine simon 20 À perte de vue, la houle des quand nous rejoignons, en    regardant  dernier salut au       " dont les secrets… à quoi tes chaussures au bas de pourquoi yves klein a-t-il     faisant la et je vois dans vos j’aime chez pierre vous deux, c’est joie et       pour le bulletin de "bribes       la les éditions de la passe du       fleure libre de lever la tête je crie la rue mue douleur       quand    7 artistes et 1 encore la couleur, mais cette branches lianes ronces       glouss le 10 décembre 2013, c’était une       baie halt sunt li pui e mult halt n’ayant pas chaises, tables, verres,       object des quatre archanges que si j’avais de son       jonath je meurs de soif douce est la terre aux yeux <img852|left> forest deuxième apparition même si 10 vers la laisse ccxxxii le franchissement des il existe deux saints portant pour andré deux nouveauté, quand il voit s’ouvrir, pas facile d’ajuster le en cet anniversaire, ce qui li emperere s’est dernier vers aoi ecrire les couleurs du monde il y a tant de saints sur dans le patriote du 16 mars macles et roulis photo 6 tendresses ô mes envols approche d’une     son un trait gris sur la   l’oeuvre vit son dieu faisait silence, mais d’un côté       sur la bouche pleine de bulles       ruelle "nice, nouvel éloge de la       crabe- vous avez     dans la ruela       la       dans       dans   encore une quelques textes les avenues de ce pays 1 la confusion des le texte qui suit est, bien tout est prêt en moi pour on trouvera la video dans l’innocence des       &ccedi le ciel de ce pays est tout       banlie au lecteur voici le premier       voyage la question du récit il ne s’agit pas de d’abord l’échange des " je suis un écorché vif. mon travail est une le 23 février 1988, il equitable un besoin sonnerait trois tentatives desesperees       b&acir certains prétendent « pouvez-vous dernier vers que mort madame des forêts de dans les carnets  la toile couvre les       montag errer est notre lot, madame,  “... parler une le scribe ne retient cet univers sans f le feu m’a pour angelo attendre. mot terrible. dimanche 18 avril 2010 nous antoine simon 17 dernier vers aoi       &agrav quatrième essai de j’ai donc douze (se fait terre se pour nicolas lavarenne ma à bernadette i.- avaler l’art par printemps breton, printemps petit matin frais. je te comment entrer dans une ma voix n’est plus que macles et roulis photo 7 sculpter l’air : bernard dejonghe... depuis les premières station 5 : comment       &n       reine eurydice toujours nue à ] heureux l’homme jamais je n’aurais antoine simon 31 dès l’origine de son       sur   (à de mes deux mains portrait. 1255 : faisant dialoguer       rampan quand les mots tu le sais bien. luc ne       je genre des motsmauvais genre  l’exposition  antoine simon 23 il tente de déchiffrer, leonardo rosa f le feu s’est       gentil       qui et  riche de mes     à il ne sait rien qui ne va       allong l’évidence au commencement était quai des chargeurs de le coeur du toulon, samedi 9 abstraction voir figuration nécrologie pour frédéric temps de pierres dans la       apparu pour michèle aueret la liberté de l’être iloec endreit remeint li os en introduction à j’ai parlé pour mon épouse nicole quant carles oït la granz est li calz, si se trois (mon souffle au matin mm oui, ce qui est troublant     oued coulant       le la bouche pure souffrance       le il souffle sur les collines zacinto dove giacque il mio rafale n° 6 just do       antoine simon 2 "tu sais ce que c’est on peut croire que martine dernier vers aoi tendresse du mondesi peu de "pour tes       " attention beau       au ajout de fichiers sons dans depuis ce jour, le site bernadette griot vient de dernier vers aoi     &nbs       neige paysage de ta tombe  et dernier vers aoi siglent a fort e nagent e ( ce texte a clquez sur monde imaginal, ainsi va le travail de qui deuxième approche de       tourne       en un pour jacqueline moretti, au programme des actions l’homme est « e ! malvais a supposer quece monde tienne       dans antoine simon 7 mon cher pétrarque, souvent je ne sais rien de    courant abu zayd me déplait. pas les plus vieilles       la un jour nous avons toutes ces pages de nos comme ce mur blanc giovanni rubino dit         &n l’impossible couleur qui ne masque pas     le sors de mon territoire. fais madame est une torche. elle etudiant à ce qui importe pour toute une faune timide veille dernier vers aoi en 1958 ben ouvre à rafale sur l’erbe verte si est       sur carles respunt : pierre ciel li emperere par sa grant si, il y a longtemps, les le poiseau de parisi mon quand les eaux et les terres quatre si la mer s’est pour jean-louis cantin 1.-       le pour julius baltazar 1 le madame, c’est notre lorsque martine orsoni et il fallait aller debout il faut laisser venir madame les lettres ou les chiffres sept (forces cachées qui écoute, josué, allons fouiller ce triangle À max charvolen et martin et ces je suis celle qui trompe (ma gorge est une langues de plomba la des voiles de longs cheveux dans le respect du cahier des       m&eacu l’ami michel troisième essai pour jean marie       à pour pierre theunissen la antoine simon 15 l’impression la plus sous la pression des guetter cette chose dernier vers aoi « voici f le feu est venu,ardeur des antoine simon 30 Éléments - nu(e), comme son nom pour yves et pierre poher et du fond des cours et des quand sur vos visages les       voyage et si au premier jour il la vie est ce bruissement et ma foi, à propos “la   né le 7 c’est parfois un pays pour mireille et philippe pour andré villers 1) je t’ai admiré, macles et roulis photo 1 pour anne slacik ecrire est antoine simon 32 ils avaient si longtemps, si deuxième rupture : le     le cygne sur c’est ici, me dans les carnets le tissu d’acier   un       quinze   je ne comprends plus tu le saiset je le vois la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES DANS LE NID DE L’AIGLE > VOLUME 5
<- CXXXVII | CXXXIX ->
CXXXVIII

Première publication : 17 décembre 2008



Immense est le théâtre et profonde la nuit AOI Dans l’air le souvenir de fleurs remplies de jour dans le désordre des abeilles, vibrations d’eau suspendues dans l’espace condensations respirations sueurs. Il avait dit : « Rendez vous sensibles aux mouvements, aux mimiques, au grain de la voix. Apprenez à les saisir en temps réel. Le ralenti est outil d’analyse, un suspenseur de temps. Apprenez à suspendre le temps en live, à ralentir votre perception ». « Je me borne à creuser ma veine, songeait Josué. Rien de mieux qu’au premier jour, à la première phrase » « Tu sais bien que creuser sa veine c’est faire surgir de l’enfoui, c’est donner forme à ce qui est endormi dans le lit de l’informe » murmurait Dieu. Elle pose le pied sur la deuxième marche de la deuxième rangée des gradins du théâtre. Elle pense qu’elle va peu à peu s’élever « c’est là haut, c’est tout là haut que nous sommes, tu vois ? ». Un fin gravier crisse sous son pied droit, c’est un gouffre qui s’ouvre. Ça, elle ne peut le dire. Ce minuscule glissement du pied droit inaugure le déséquilibre du monde. Le sait-elle ? Ses bras amorcent un geste. Un vague mouvement de nageuse que toute une mer oppresse un instant. Ce gravier porte toute la terre de Delphes : gravats, poussières, boues qui, durant des siècles, ont enfoui le site. Le mouvement est lancé. Elle pourrait commencer à tourner sur elle même. Lentement d’abord, puis, peu à peu, toujours plus rapidement. Voir tout autour de soi le monde se brouiller. Se brouiller les gradins, les gens, les lumières, les sons. Se brouiller les voix, les musiques, les chants. Se brouiller les murmures, les cris d’oiseau, les bavardages. Un pied pousse l’autre, le torse suit, la tête dodeline, le souffle s’accélère, la terre remonte, je tourne foret carottant le sol, creusant le monde, fouillant la terre sous mes pieds, les siècles s’ouvrent, les disparus accompagnent mon tournoiement me rouent de coup. Tomber là dedans. Ailes mes yeux ouverts ma vie « rendez vous sensibles aux mouvements des âmes, aux aleas des souffes » mon souffle au matin s’étend mon souffle au matin s’éveille « tu creuses ta veine en tournant sur toi même » antiques voix de bronze « Comme nos places comme nos places sont loin, là haut, tout en haut haut du théâtre » entre nuit et clarté « sous les cables et le ciel » le vent mon souffle au matin s’éprend « presque parmi les étoiles, notre assise parmi les pierres de Delphes » les ailes lèvent l’ombre creuse « parmi les poussières les herbes mortes les disparus accumulés » ailes mes yeux ouverts ma vie ne tarde pas le temps est proche AOI

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette