BRIBES EN LIGNE
mon cher pétrarque, deuxième suite j’ai changé le légendes de michel       un toujours les lettres : (ma gorge est une une autre approche de  on peut passer une vie pour mireille et philippe etait-ce le souvenir       en tous ces charlatans qui     à la bouche pleine de bulles j’entends sonner les    nous sauvage et fuyant comme quai des chargeurs de       parfoi je ne sais pas si les doigts d’ombre de neige des conserves ! mult est vassal carles de  monde rassemblé rita est trois fois humble.   se " je suis un écorché vif. je déambule et suis  ce qui importe pour vous dites : "un  née à dans la caverne primordiale napolì napolì accoucher baragouiner À perte de vue, la houle des       une r.m.a toi le don des cris qui de prime abord, il       " voici des œuvres qui, le       &n mais non, mais non, tu     vers le soir 1. il se trouve que je suis pas même la terre a souvent tremblé deuxième apparition a l’aube des apaches,   un vendredi les plus terribles       droite quando me ne so itu pe "si elle est on dit qu’agathe     du faucon les étourneaux ! quatrième essai de       la 1.- les rêves de       glouss     cet arbre que     les provisions 1-nous sommes dehors. f dans le sourd chatoiement tu le saiset je le vois  le grand brassage des  les éditions de outre la poursuite de la mise dernier vers aoi reprise du site avec la il faut laisser venir madame siglent a fort e nagent e       neige en introduction à       mouett Ç’avait été la   ces notes quelque temps plus tard, de   saint paul trois le coquillage contre ici. les oiseaux y ont fait  “s’ouvre equitable un besoin sonnerait de pa(i)smeisuns en est venuz il arriva que dix l’espace ouvert au on a cru à       dans au commencement était dernier vers aoi   « pouvez-vous antoine simon 18 de la franchement, pensait le chef,       quand toutes sortes de papiers, sur       le giovanni rubino dit et…  dits de       pourqu (vois-tu, sancho, je suis pour jean-marie simon et sa trois tentatives desesperees  c’était  “... parler une le géographe sait tout exode, 16, 1-5 toute       arauca il y a dans ce pays des voies  dans le livre, le moisissures mousses lichens première certains prétendent a supposer quece monde tienne antoine simon 22 l’art c’est la  “ne pas pure forme, belle muette, à bernadette macles et roulis photo 3       maquis dernier vers aoi       six tout en travaillant sur les descendre à pigalle, se       et       alla j’aime chez pierre dessiner les choses banales grande lune pourpre dont les réponse de michel antoine simon 16 af : j’entends nécrologie comment entrer dans une « h&eacu et  riche de mes     &nbs ce jour là, je pouvais       allong quatre si la mer s’est au labyrinthe des pleursils antoine simon 11 folie de josuétout est nous dirons donc entr’els nen at ne pui max charvolen, martin miguel       dans pour nicolas lavarenne ma la mort, l’ultime port, non... non... je vous assure, (josué avait lentement   pour olivier rossignolet tu la "la musique, c’est le ce qui importe pour ce texte m’a été la vie humble chez les sequence 6   le …presque vingt ans plus il est le jongleur de lui       &n de pareïs li seit la c’est un peu comme si, rm : d’accord sur nouvelles mises en une il faut dire les bien sûr, il y eut       je me     quand pur ceste espee ai dulor e 13) polynésie "pour tes     pourquoi pour jean gautheronle cosmos samuelchapitre 16, versets 1     depuis jouer sur tous les tableaux   jn 2,1-12 : pour michèle gazier 1 de proche en proche tous très malheureux... le lent déferlement ce qui fait tableau : ce a dix sept ans, je ne savais pour frédéric pour ma pour maguy giraud et sous la pression des les parents, l’ultime dernier vers aoi  l’écriture ce monde est semé pour michèle aueret diaphane est le mot (ou j’ai donné, au mois et il fallait aller debout en cet anniversaire, ce qui temps où le sang se pour daniel farioli poussant temps de bitume en fusion sur mesdames, messieurs, veuillez les petites fleurs des antoine simon 32 l’instant criblé  “la signification       la la tentation du survol, à écrirecomme on se  ce mois ci : sub je suis celle qui trompe     &nbs   ciel !!!! clquez sur dernier vers aoi l’éclair me dure,       le  le livre, avec leonardo rosa printemps breton, printemps me depuis le 20 juillet, bribes c’était une bientôt, aucune amarre des voiles de longs cheveux branches lianes ronces le 28 novembre, mise en ligne d’ eurydice ou bien de       &n       apparu les amants se   la production le bulletin de "bribes la danse de     longtemps sur   si vous souhaitez dernier vers aoi "je me tais. pour taire. langues de plomba la la poésie, à la j’ai en réserve un nouvel espace est ouvert normal 0 21 false fal j’ai relu daniel biga, pourquoi yves klein a-t-il mille fardeaux, mille quand il voit s’ouvrir, cet univers sans 1) notre-dame au mur violet       bruyan ce poème est tiré du cette machine entre mes       il       d&eacu       retour seul dans la rue je ris la     son dans les hautes herbes prenez vos casseroles et dernier vers aoi les oiseaux s’ouvrent 7) porte-fenêtre monde imaginal, dernier vers aoi la gaucherie à vivre, (À l’église       crabe-       un   ces sec erv vre ile       sur pour raphaël       les dans un coin de nice,       le       fourr&       sabots coupé en deux quand mise en ligne  pour de à cri et à coupé le sonà tu le sais bien. luc ne titrer "claude viallat, percey priest lakesur les la galerie chave qui le ciel est clair au travers le texte qui suit est, bien ma voix n’est plus que la mort d’un oiseau. dernier vers que mort  la lancinante dans l’effilé de dieu faisait silence, mais tendresse du mondesi peu de g. duchêne, écriture le       j̵ je ne saurais dire avec assez les dieux s’effacent charogne sur le seuilce qui c’est extrêmement "nice, nouvel éloge de la les durand : une nous lirons deux extraits de tendresses ô mes envols grant est la plaigne e large       rampan  les premières l’homme est les enseignants :     m2 &nbs       le merle noir  pour       vu  au travers de toi je intendo... intendo ! derniers vers sun destre marché ou souk ou f les rêves de ( ce texte a si elle est belle ? je  “comment bien sûrla j’ai perdu mon la liberté de l’être il ne sait rien qui ne va comme c’est       sur dernier vers aoi    seule au antoine simon 25   l’oeuvre vit son la vie est ce bruissement bernard dejonghe... depuis       assis et il parlait ainsi dans la et tout avait depuis ce jour, le site rêves de josué, sur la toile de renoir, les tout en vérifiant je dors d’un sommeil de "le renard connaît       vaches raphaËl       pass&e       banlie       " l’erbe del camp, ki   né le 7 ce texte se présente       enfant quand vous serez tout passet li jurz, si turnet a macles et roulis photo 7 c’est la chair pourtant       sous quatrième essai de station 5 : comment le 26 août 1887, depuis je t’enlace gargouille tout mon petit univers en la bouche pure souffrance on peut croire que martine "l’art est-il ajout de fichiers sons dans dans le patriote du 16 mars genre des motsmauvais genre carles respunt :       dans l’impossible À peine jetés dans le dernier vers aoi       ...mai       bien vertige. une distance temps de pierres nous serons toujours ces vous avez       allong  dernier salut au madame dans l’ombre des       fleur troisième essai et c’est la distance entre « amis rollant, de f tous les feux se sont ce       " dernier vers aoi un soir à paris au pour marcel dans le pain brisé son la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Benedetto, Albertine > ORPHEE (etc.)

ORPHEE

<- 8 | 10 ->
9
© Albertine Benedetto
Ecrivain(s) : Benedetto A.
Clefs : poésie

Jamais si entêtante
Eurydice que dans ce refus
de s’arracher à la mort
et son pas infiniment suspendu

revenir et puis quoi
reprendre la vie où on l’avait laissée
n’être qu’une ombre
à rire et danser sous le soleil

n’être que celle qui attend
qu’Orphée pose son sac et sa lyre
toujours si content d’elle et de lui

elle aime mieux voir son œil sidéré
grand ouvert sur la mort
où se tient Eurydice à jamais retrouvée

Publication en ligne : 21 novembre 2014

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette