BRIBES EN LIGNE
rien n’est plus ardu un homme dans la rue se prend       soleil vous deux, c’est joie et dernier vers aoi normalement, la rubrique dernier vers aoi  “la signification je n’ai pas dit que le       au    7 artistes et 1 dernier vers aoi   deuxième apparition de a la fin il ne resta que nous avons affaire à de       sur       la       le cinquième essai tout en 1958 ben ouvre à mesdames, messieurs, veuillez       marche    tu sais       allong faisant dialoguer pour andré villers 1) outre la poursuite de la mise et que vous dire des le lourd travail des meules temps de cendre de deuil de du fond des cours et des   1) cette mon travail est une pas facile d’ajuster le  de même que les c’est le grand raphaËl pour marcel on peut croire que martine       dans       ma mouans sartoux. traverse de est-ce parce que, petit, on l’ami michel et je vois dans vos     [1]        " lentement, josué elle disposait d’une a propos de quatre oeuvres de le lent tricotage du paysage granz est li calz, si se       pav&ea il pleut. j’ai vu la       au introibo ad altare pure forme, belle muette,       dans     longtemps sur pour andré À max charvolen et martin carissimo ulisse,torna a pour jean gautheronle cosmos ses mains aussi étaient       bruyan   pour adèle et madame, on ne la voit jamais l’illusion d’une ce poème est tiré du       sur a grant dulur tendrai puis paroles de chamantu 7) porte-fenêtre       sur ensevelie de silence,       un       je me quando me ne so itu pe ce qui aide à pénétrer le l’existence n’est   se tous feux éteints. des l’appel tonitruant du libre de lever la tête les dessins de martine orsoni  il y a le le recueil de textes après la lecture de les durand : une       une     chambre la chaude caresse de bien sûr, il y eut    en       &agrav       sur le il ne sait rien qui ne va villa arson, nice, du 17  si, du nouveau derniers le tissu d’acier au programme des actions       il       bonheu nouvelles mises en quand il voit s’ouvrir, dernier vers aoi     au couchant       journ&       enfant  l’écriture un verre de vin pour tacher m1         3   

les il existe au moins deux abstraction voir figuration et ma foi,     extraire je dors d’un sommeil de tant pis pour eux. j’ai donné, au mois       la ce qui fait tableau : ce       bonhe 0 false 21 18       neige la lecture de sainte histoire de signes . c’est la distance entre sables mes parolesvous dans le pain brisé son nice, le 8 octobre ecrire les couleurs du monde mais non, mais non, tu af : j’entends « 8° de soudain un blanc fauche le       &n pour jean-marie simon et sa l’impossible       pass&e pas de pluie pour venir autres litanies du saint nom je suis bien dans       le il y a tant de saints sur       et antoine simon 17 il n’était qu’un ce qu’un paysage peut       la       banlie     les fleurs du je suis dont les secrets… à quoi  pour jean le À peine jetés dans le c’est la peur qui fait le vieux qui présentation du torna a sorrento ulisse torna karles se dort cum hume  tu vois im font chier pour andré       aujour encore une citation“tu glaciation entre 10 vers la laisse ccxxxii pour michèle gazier 1       le       grimpa antoine simon 13 très malheureux... que reste-t-il de la diaphane est le mot (ou À la loupe, il observa       en un la liberté s’imprime à exode, 16, 1-5 toute       sur toulon, samedi 9  “ce travail qui « pouvez-vous entr’els nen at ne pui la poésie, à la bribes en ligne a iv.- du livre d’artiste       su la réserve des bribes issent de mer, venent as dernier vers s’il rêve, cauchemar, je me souviens de pour m.b. quand je me heurte       object clere est la noit e la mult est vassal carles de a la femme au pour mon épouse nicole du bibelot au babilencore une  les œuvres de       é si grant dol ai que ne madame des forêts de j’arrivais dans les et la peur, présente  la toile couvre les accorde ton désir à ta essai de nécrologie, dans l’innocence des   six formes de la   pour le prochain       mouett la terre a souvent tremblé il souffle sur les collines temps de pierres dans la  dans toutes les rues       apr&eg descendre à pigalle, se     quand mais jamais on ne ce texte m’a été recleimet deu mult antoine simon 6 dernier vers aoi 1257 cleimet sa culpe, si       ce pour lee       baie f le feu s’est si j’étais un     pluie du onze sous les cercles       le nos voix "si elle est macles et roulis photo 6       le c’est seulement au j’aime chez pierre       voyage de sorte que bientôt eurydice toujours nue à ainsi va le travail de qui       embarq à bernadette       nuage l’attente, le fruit beaucoup de merveilles ils avaient si longtemps, si       un le coeur du pour jean marie dieu faisait silence, mais       au en cet anniversaire, ce qui deux ce travail vous est (en regardant un dessin de       m̵ bien sûrla ce temps où le sang se pas même dernier vers aoi 1.- les rêves de nous savons tous, ici, que une autre approche de c’est parfois un pays vous avez       l̵       " portrait. 1255 : sors de mon territoire. fais et te voici humanité mon cher pétrarque, madame déchirée ] heureux l’homme je m’étonne toujours de la macao grise  le livre, avec ainsi fut pétrarque dans       je avant propos la peinture est v.- les amicales aventures du       dans aux barrières des octrois immense est le théâtre et clers est li jurz et li   adagio   je       m̵ je rêve aux gorges pour jacqueline moretti, régine robin, l’évidence dernier vers doel i avrat, dernier vers aoi     une abeille de pour philippe s’égarer on buttati ! guarda&nbs dernier vers aoi dans les hautes herbes       avant  de la trajectoire de ce les plus terribles des quatre archanges que les parents, l’ultime vous n’avez       une « h&eacu la vie humble chez les ce 28 février 2002.     du faucon   pour théa et ses sept (forces cachées qui ce jour là, je pouvais errer est notre lot, madame, voici des œuvres qui, le     &nbs       sur       sous certains soirs, quand je je désire un de la o tendresses ô mes       la (la numérotation des non... non... je vous assure, reprise du site avec la    de femme liseuse   si vous souhaitez sequence 6   le le glacis de la mort    regardant tu le saiset je le vois le travail de bernard suite de   la production au labyrinthe des pleursils allons fouiller ce triangle temps où les coeurs f tous les feux se sont "ces deux là se       fleur et nous n’avons rien trois (mon souffle au matin le scribe ne retient tout est prêt en moi pour j’ai en réserve le pendu l’heure de la     de rigoles en janvier 2002 .traverse envoi du bulletin de bribes sur l’erbe verte si est       pav&ea au lecteur voici le premier       dans dans les carnets se reprendre. creuser son     après    nous chaque automne les d’abord l’échange des réponse de michel et  riche de mes pour ma me « voici titrer "claude viallat, le texte qui suit est, bien références : xavier "moi, esclave" a la deuxième édition du       midi       que       & pur ceste espee ai dulor e effleurer le ciel du bout des       au       fleure deuxième approche de je suis celle qui trompe tout mon petit univers en la liberté de l’être     depuis ço dist li reis : leonardo rosa le 23 février 1988, il la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Approches littéraires > Anne-Valérie Gasc

RAPHAEL MONTICELLI

<- Odyssées furtives, 10 | Odyssées furtives, 12 ->
Odyssées furtives, 11
Artiste(s) : Gasc (site)


ONZE


Sous les cercles enchevêtré
Ils sont venus de toutes parts
Les anciens compagnons d’armes
Il y avait à conquérir
Tant de terres endeuillées
Ils sont venus tenant aux dents
La chair défaite des envies


(fais toi terre le temps dure la trace [ ]
sang s’écoule et poisse s’[ ] sourd [ ]
garde serrée ta prise de dents
ailes mes yeux ouverts ma vie armes [ ] 
flèches regards lances le sang s’y glisse
je tue ce qui me tue ma tête tape
charogne abattue meurs charognarde air troué de part en part de moi
femmes en guerre dans l’ardeur des luttes tu sens la chaleur fondre et fuir
les ailes lèvent l’ombre creusée
glisse et fuit pisse fond poisse pousse giffle entre nuit et clarté
le sang les corps s’y traînent rôde charognarde
et gicle le sang sous la pompe hésitante
la fin le temps tarde je crie
mon souffle tord antique voix [ ] la fin bruissante)


Il faut dire à Madame les grâces rituelles et leur complexité têtue c’est ce que Madame attend elle a su s’enfouir dans la bouche du temps pour devenir mère de ses mères et fille de ses plus lointains descendants


 


Le travail d’une artiste s’est enfanté en vous en vous il fait se lever des nuées nouvelles, des couples inattendus, toute une irisation des possibles que seule Anne Valérie Gasc vous a jusqu’à ce jour ouverte ; vous voyez qu’elle a touché, ici ou là, des zones déjà occupée, l’arpentage de l’espace, le vécu de la ville, le désespoir et l’ennui, la basse continue de la féminité, la fuite, la précarité, la dynamique trouble des frontières10 ; vous voyez aussi qu’elle le fait avec une ardeur désespérée à laquelle vous n’aviez pas encore goûté ; ou, plutôt, en brûlant du désespoir.


 


10 « Stratégie n° 4 », La sape, photographie des couleurs de démarcation/frontière du quartier juif de Budapest, 2004

Publication en ligne : 27 mars 2015
Première publication : 1er janvier 2005 / Monographies

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette