BRIBES EN LIGNE
"nice, nouvel éloge de la autre petite voix buttati ! guarda&nbs       sur dernier vers aoi comment entrer dans une  hors du corps pas là, c’est le sable et       baie pour maguy giraud et traquer  pour le dernier jour c’est pour moi le premier le bulletin de "bribes certains prétendent       et je sais, un monde se en cet anniversaire, ce qui il existe deux saints portant À max charvolen et martin et que dire de la grâce la communication est j’ai relu daniel biga,       force au rayon des surgelés bribes en ligne a       chaque du fond des cours et des tu le saiset je le vois carmelo arden quin est une tendresse du mondesi peu de       pourqu la bouche pleine de bulles morz est rollant, deus en ad pour marcel       l̵ tout mon petit univers en allons fouiller ce triangle sous la pression des gardien de phare à vie, au cyclades, iii° antoine simon 9 avez-vous vu tout est possible pour qui seul dans la rue je ris la sixième mouans sartoux. traverse de       aux  il y a le    7 artistes et 1 rare moment de bonheur, "je me tais. pour taire. pour jean gautheronle cosmos des quatre archanges que dernier vers aoi j’ai en réserve g. duchêne, écriture le troisième essai pour jacky coville guetteurs elle disposait d’une pour daniel farioli poussant exode, 16, 1-5 toute madame des forêts de "si elle est       soleil ainsi alfred… je t’ai admiré,       la       au pour jean-marie simon et sa mult est vassal carles de À max charvolen et il en est des meurtrières. le travail de bernard « pouvez-vous       alla       reine ce n’est pas aux choses moi cocon moi momie fuseau rêve, cauchemar, la vie est dans la vie. se ma chair n’est j’ai travaillé le proche et le lointain mon cher pétrarque, nice, le 18 novembre 2004 trois tentatives desesperees démodocos... Ça a bien un pas de pluie pour venir ne pas négocier ne deuxième ouverture de l’espace grant est la plaigne e large attelage ii est une œuvre il arriva que  le grand brassage des       st je serai toujours attentif à marché ou souk ou ce va et vient entre les dessins de martine orsoni       sur f les rêves de pour michèle aueret  il est des objets sur dans les carnets ce qui fascine chez al matin, quant primes pert madame chrysalide fileuse c’est ici, me sixième avant dernier vers aoi de profondes glaouis et te voici humanité   pour olivier je suis occupé ces torna a sorrento ulisse torna je meurs de soif envoi du bulletin de bribes quatrième essai rares d’un côté  l’exposition  le vieux qui 0 false 21 18 que reste-t-il de la "et bien, voilà..." dit       ruelle  zones gardées de  ce qui importe pour dernier vers aoi ajout de fichiers sons dans janvier 2002 .traverse     extraire voile de nuità la les plus vieilles et combien     vers le soir       sous   marcel dernier vers aoi franchement, pensait le chef, f toutes mes lentement, josué vous dites : "un   d’un coté, un homme dans la rue se prend   pour théa et ses       voyage merci à la toile de    au balcon edmond, sa grande pour angelo petit matin frais. je te pas sur coussin d’air mais sur la toile de renoir, les le 26 août 1887, depuis  l’écriture       assis       enfant ils sortent paroles de chamantu on a cru à la lecture de sainte dernier vers aoi       l̵ (en regardant un dessin de antoine simon 22 qu’est-ce qui est en je t’enfourche ma etait-ce le souvenir dernier vers aoi  de même que les     les provisions j’aime chez pierre a ma mère, femme parmi c’est la chair pourtant ce qui fait tableau : ce dans les horizons de boue, de j’ai donc alocco en patchworck © légendes de michel       entre       mouett   saint paul trois  pour jean le j’oublie souvent et et si au premier jour il un temps hors du comme c’est la force du corps, l’appel tonitruant du       un (ô fleur de courge... je me souviens de je dors d’un sommeil de tu le sais bien. luc ne s’ouvre la  “s’ouvre dieu faisait silence, mais       au     son je n’ai pas dit que le       au il ne sait rien qui ne va       au exacerbé d’air quant carles oït la la rencontre d’une       parfoi pour martine mes pensées restent       longte la cité de la musique mult ben i fierent franceis e « 8° de le pendu toi, mésange à 7) porte-fenêtre       sur Ç’avait été la pour raphaël (josué avait un besoin de couper comme de macles et roulis photo 3 c’est vrai v.- les amicales aventures du   jn 2,1-12 : ses mains aussi étaient       voyage l’évidence le grand combat : la galerie chave qui "mais qui lit encore le       dans       sur la liberté de l’être on croit souvent que le but chaises, tables, verres, thème principal : béatrice machet vient de à propos des grands  les œuvres de       le dernier vers doel i avrat, entr’els nen at ne pui "ah ! mon doux pays,       aujour pour mireille et philippe présentation du     pourquoi antoine simon 16 pour andré vous êtes antoine simon 5       &n cinq madame aux yeux À perte de vue, la houle des je suis  le livre, avec ma mémoire ne peut me ce jour-là il lui poussées par les vagues un nouvel espace est ouvert   encore une       pav&ea pour michèle les lettres ou les chiffres se reprendre. creuser son ce paysage que tu contemplais les enseignants : dans les rêves de la ma voix n’est plus que       allong madame, on ne la voit jamais avant propos la peinture est antoine simon 15           le cygne sur je m’étonne toujours de la       nuage       &ccedi f le feu s’est dernier vers s’il       m&eacu la terre nous       reine fragilité humaine.     longtemps sur       dans clere est la noit e la station 4 : judas  vous n’avez le ciel est clair au travers à la mémoire de c’est extrêmement siglent a fort e nagent e     chambre       au la chaude caresse de les premières du bibelot au babilencore une tout est prêt en moi pour …presque vingt ans plus       su et…  dits de   la production il n’était qu’un       et tu       jardin c’est parfois un pays marie-hélène quatrième essai de       fleure la pureté de la survie. nul vos estes proz e vostre i en voyant la masse aux       " madame est la reine des je ne peins pas avec quoi,  ce mois ci : sub f les feux m’ont montagnesde il y a tant de saints sur       fourmi libre de lever la tête  c’était quand sur vos visages les madame aux rumeurs pour mes enfants laure et suite de la liberté s’imprime à est-ce parce que, petit, on comme un préliminaire la la vie est ce bruissement granz est li calz, si se troisième essai et les installations souvent,       arauca     du faucon coupé le sonà  tu ne renonceras pas.     au couchant     à de toutes les       le ce qui aide à pénétrer le onzième 0 false 21 18 l’heure de la    regardant mon travail est une rm : d’accord sur  la toile couvre les tout en vérifiant ] heureux l’homme on dit qu’agathe villa arson, nice, du 17 et que vous dire des station 3 encore il parle comme ce mur blanc mise en ligne d’un macao grise pour alain borer le 26 “le pinceau glisse sur antoine simon 10 sables mes parolesvous nous lirons deux extraits de je suis celle qui trompe journée de mesdames, messieurs, veuillez       ce pour jean-louis cantin 1.- cet univers sans       longte pour martin       sur quelque chose le "patriote", nice, le 8 octobre premier vers aoi dernier f le feu s’est " je suis un écorché vif. mieux valait découper cinquième citationne toujours les lettres : “dans le dessin temps où le sang se sauvage et fuyant comme station 1 : judas encore la couleur, mais cette imagine que, dans la dans le train premier       la la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Approches littéraires > Anne-Valérie Gasc

RAPHAEL MONTICELLI

<- Odyssées furtives, 11 |
Odyssées furtives, 12
Artiste(s) : Gasc (site)


DOUZE


(se fait terre se sait vent et bruit [ ]
tu sens filer hésiter se figer la chaleur air épaissi
chants sourds air poudre tourne gorge sèche l
e bruit l’air qui pousse expulse des canaux la vie
ma lance double me perce quand je perce forces cachées qui m’é[ ]
cesse [ ] ce qui me tord ce qui me brûle chaude
c’est la fin c’est l’hésitante tu le sais
les voix s’en sont allées
doux sons du bronze ta morsure te le dit tu l’as tué tu [ ]
rêve [ ] d’heures pâlies meurs tu t’apaises
le sang sèche la terre le temps me dure et darde
le temps se tord l’a bu mourant mourante tu chantes
terre motte d’eau fondant je tombe
perte l’espace doublement t’accueille


soleil allié aveugle le jour fut)


Madame est sœur de l’herbe par sa façon de faire corps avec la terre il n’y a pas en elle l’élancement des branches la tension des feuilles la grâce naïve des fleurs et des fruits Madame herborise


Et vous portez en vous cette image trop lourde : le travail d’une artiste, ici c’est Anne-Valérie Gasc, vient de vous atteindre. Ses images –trop fugaces- sont venues occuper une région en vous. Vous ne savez où. Vous savez seulement que vous allez vivre définitivement avec elles ; qu’elles vont ressurgir, sans que vous y preniez garde, au détour d’une rue, d’un chemin, d’une phrase, d’une situation, d’un regard sur une œuvre. Elles vont, sourdement creuser leurs mines en vous. Et vous faire vivre autrement.


 


Sous les cercles enchevêtrés
La chair défaite des envies
Au fond des tonneaux du mythe
Ici c’est l’ardeur consumée
La cendre fraîche des oublis
Ce serait le paradis

Publication en ligne : 28 mars 2015
Première publication : 1er janvier 2005 / Monographies

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette