aller au sommaire | poursuivre l'errance

Restes

RESTES, Mars

© Quentin Biasiolo
Ecrivain(s) : Biasiolo
Clefs : poésie


   Il n’était pas prévu que tu reviennes aussitôt. Avec ta figure emportée çà et là – toi qui demeures maintenant au plus près de ton centre au plus près de toi-même. Tout à côté d’une ombre qui te semble la tienne. Sait-on seulement comment tu es arrivée ici. Ta chair en forme de c transportée par les eaux.



    Depuis le pont je te regarde. Au-dessus de ce fleuve où pour la première fois tu te baignes c’est de loin que je découvre ta chair. Est-ce d’ailleurs ta chair – toi l’enveloppée de mille épaisseurs emmaillotée dans ces sortes d’écharpes et de manteaux. Pour te maintenir ici il faut que tu remues – ne serait-ce qu’un peu. Que tu accompagnes ma marche le long des quais que tu ne connais pas – mais que tu devines à l’arrière du fleuve. À l’arrière d’un monde où tout sûrement ne s’écoule pas – au revers des façades qui te semblent très loin.



   Et parmi ces façades il y a bien quelques églises quelques immeubles et toute sorte de lieux où nous n’entrerons pas. Où l’on ne montrera pas nos chairs. Même nos chairs cachées par ce que tu appelles des vêtements. Nous sommes bons pour les quais n’est-ce pas. Moi la marche la surface étendue en attente d’un passage. Toi l’assise au milieu des eaux – et qui bouges sans le savoir et qui avances toujours plus au-delà du fleuve. Et en-deçà de tes arrivées – quelque chose comme le plein. Derrière toi tu le sais l’eau ne conserve pas les fissures – pas plus que les rues derrière nous ne retiennent l’âge de nos pas.

Publication en ligne : 26 avril 2015

Pour retrouver "Mars" dans " Au rendez-vous des amis... ", aller à : Au rendez-vous des amis... > Biasiolo, Quentin > RESTES

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette