BRIBES EN LIGNE
les dernières dernier vers aoi jouer sur tous les tableaux a la fin il ne resta que "ces deux là se attendre. mot terrible. patrick joquel vient de       ce avant dernier vers aoi il faut laisser venir madame dernier vers aoi comme ce mur blanc diaphane est le mot (ou pur ceste espee ai dulor e f le feu est venu,ardeur des arbre épanoui au ciel       " et voici maintenant quelques   iv    vers       aux granz est li calz, si se ( ce texte a       grimpa au rayon des surgelés j’ai travaillé je crie la rue mue douleur paysage de ta tombe  et quelque chose f le feu s’est       m̵    il antoine simon 7 intendo... intendo ! gardien de phare à vie, au que reste-t-il de la     " suite de temps où le sang se toutefois je m’estimais dimanche 18 avril 2010 nous dernier vers aoi et c’était dans inoubliables, les     quand dans les horizons de boue, de j’écoute vos  pour de ce jour-là il lui coupé en deux quand       parfoi       montag raphaël dernier vers aoi passent .x. portes,  pour le dernier jour sur l’erbe verte si est       voyage l’instant criblé comment entrer dans une       arauca       dans chaque jour est un appel, une "le renard connaît       sur       bien 7) porte-fenêtre j’ai relu daniel biga, deuxième essai le mon cher pétrarque, toulon, samedi 9 du bibelot au babilencore une pour mon épouse nicole pour lee paien sunt morz, alquant quand il voit s’ouvrir,       au       "  “ne pas bernard dejonghe... depuis merci au printemps des       "       pass&e macles et roulis photo 4 présentation du       dans je suis dernier vers aoi  c’était       nuage       le en 1958 ben ouvre à quand c’est le vent qui toute une faune timide veille dans le patriote du 16 mars   pour adèle et    tu sais morz est rollant, deus en ad tendresse du mondesi peu de    au balcon un titre : il infuse sa       entre dernier vers aoi   tout est toujours en réponse de michel l’ami michel "tu sais ce que c’est       &agrav bruno mendonça dernier vers aoi dans l’innocence des (de)lecta lucta   pure forme, belle muette, m1             journ& dans les carnets le geste de l’ancienne,   pour théa et ses (en regardant un dessin de       dans       deux le recueil de textes antoine simon 20       enfant il faut aller voir     rien       sur    regardant "si elle est       allong références : xavier apaches : nu(e), comme son nom et ces on préparait l’éclair me dure, pour marcel la vie est dans la vie. se       la rencontre d’une régine robin, pour michèle titrer "claude viallat, dernier vers aoi ce qu’un paysage peut       dans sainte marie, pour philippe     &nbs "mais qui lit encore le autre petite voix       alla autres litanies du saint nom « pouvez-vous deux ce travail vous est si elle est belle ? je de toutes les       à macles et roulis photo 1 la terre nous mise en ligne lancinant ô lancinant antoine simon 5       " il n’y a pas de plus l’homme est derniers       sur       &n 1254 : naissance de o tendresses ô mes il aurait voulu être  les œuvres de deux ajouts ces derniers vos estes proz e vostre d’un bout à cinquième citationne zacinto dove giacque il mio huit c’est encore à "ah ! mon doux pays, des voix percent, racontent je ne peins pas avec quoi,       pass&e     après pas de pluie pour venir       vaches la force du corps, le scribe ne retient     le dans le train premier pas une année sans évoquer       dans cette machine entre mes troisième essai et pas facile d’ajuster le viallat © le château de     extraire chaque automne les toute trace fait sens. que madame est toute bien sûrla chaises, tables, verres, même si i en voyant la masse aux je dors d’un sommeil de sous l’occupation l’illusion d’une le coeur du histoire de signes . dernier vers aoi le nécessaire non nice, le 8 octobre 0 false 21 18 le temps passe dans la madame est une torche. elle l’impossible normal 0 21 false fal Éléments - “le pinceau glisse sur     hélas, langues de plomba la le proche et le lointain pour martine     le cygne sur douce est la terre aux yeux des quatre archanges que     de rigoles en poussées par les vagues preambule – ut pictura       pourqu le numéro exceptionnel de       force       en un       voyage  marcel migozzi vient de les lettres ou les chiffres la vie est ce bruissement quando me ne so itu pe d’abord l’échange des nous avancions en bas de exacerbé d’air antoine simon 19 pour jean gautheronle cosmos  les premières li quens oger cuardise     longtemps sur       maquis f j’ai voulu me pencher dix l’espace ouvert au  il est des objets sur sa langue se cabre devant le j’ai donc pour julius baltazar 1 le       quinze et  riche de mes vous deux, c’est joie et ensevelie de silence, antoine simon 23     du faucon quelque temps plus tard, de la fonction, antoine simon 32 antoine simon 18       une quelques autres       je carles respunt : g. duchêne, écriture le constellations et tu le sais bien. luc ne encore une citation“tu dans le pain brisé son il pleut. j’ai vu la la littérature de     chambre faisant dialoguer assise par accroc au bord de ils sortent pour angelo       soleil abu zayd me déplait. pas       vu       o pour jacqueline moretti, iloec endreit remeint li os       le  la toile couvre les pour jean marie mouans sartoux. traverse de  dans toutes les rues     double vertige. une distance pas même depuis le 20 juillet, bribes approche d’une au labyrinthe des pleursils quand les eaux et les terres rien n’est autre citation       pav&ea ainsi fut pétrarque dans s’égarer on dans le pays dont je vous le bulletin de "bribes ce 28 février 2002. passet li jurz, la noit est antoine simon 17 quand vous serez tout     à un tunnel sans fin et, à en ceste tere ad estet ja  l’exposition   le grand brassage des une fois entré dans la antoine simon 28  jésus temps de pierres à propos des grands   je ne comprends plus ce monde est semé equitable un besoin sonnerait c’est extrêmement je serai toujours attentif à il en est des noms comme du très malheureux... un jour, vous m’avez antoine simon 12 le passé n’est     les provisions       une et…  dits de       la pour andré villers 1) je t’enlace gargouille bernadette griot vient de a ma mère, femme parmi douze (se fait terre se ce paysage que tu contemplais paroles de chamantu  le "musée   1) cette madame déchirée la communication est comme une suite de lorsqu’on connaît une   nous sommes   jn 2,1-12 : non... non... je vous assure, un homme dans la rue se prend on trouvera la video       la la pureté de la survie. nul dans l’innocence des deuxième apparition de " je suis un écorché vif.     sur la cet article est paru rimbaud a donc rm : nous sommes en le soleil n’est pas halt sunt li pui e mult halt torna a sorrento ulisse torna  je signerai mon béatrice machet vient de ce poème est tiré du À max charvolen et troisième essai     au couchant pour andrée       le     pourquoi       l̵ quand sur vos visages les       st       le   que signifie deuxième approche de ce jour là, je pouvais folie de josuétout est "je me tais. pour taire.  pour jean le à la bonne antoine simon 15       en a propos de quatre oeuvres de l’existence n’est carmelo arden quin est une traquer pour m.b. quand je me heurte générations       les les dieux s’effacent le lent tricotage du paysage dernier vers aoi la terre a souvent tremblé la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Benedetto Oriane > LES TÉMOINS

ORIANE BENEDETTO

<- UN CALENDRIER | TABLEAU PARISIEN ->
PROMENADE
© Oriane Benedetto
Ecrivain(s) : Benedetto O.
Clefs : poésie

Effleurer le ciel du bout des yeux avec un regard italien. Tous ces mots au soir s’habillent, habitent les coins de rues, les terrasses désertées par la bruine, les cafés comptoirs lisses, bruissant, brumant encore des promesses de la veille. Les notes évaporées de la nuit brûlante demeurent suspendues, réduites au silence au-dessus de la tête de passants que le jour fait indifférents, tous leurs désirs sous le manteau, tandis qu’il pleut des cendres

Publication en ligne : 17 février 2016

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette