BRIBES EN LIGNE
depuis ce jour, le site "la musique, c’est le marché ou souk ou le lourd travail des meules thème principal : le travail de bernard     nous et encore  dits tu le sais bien. luc ne       au vous deux, c’est joie et madame est la reine des j’oublie souvent et spectacle de josué dit       ( ensevelie de silence, libre de lever la tête f le feu s’est       les portrait. 1255 : lorsque martine orsoni madame aux rumeurs c’est extrêmement       ce la question du récit passet li jurz, la noit est       ...mai chaises, tables, verres,       reine      & les petites fleurs des a la fin il ne resta que       le le soleil n’est pas       object       en       neige dernier vers aoi ce texte m’a été intendo... intendo ! encore la couleur, mais cette       sabots dernier vers aoi deux ce travail vous est       la troisième essai et rare moment de bonheur, ce paysage que tu contemplais journée de les grands raphaël nice, le 30 juin 2000 tout est prêt en moi pour station 5 : comment quatrième essai de la danse de attelage ii est une œuvre   maille 1 :que la rencontre d’une toutes ces pages de nos monde imaginal, et voici maintenant quelques       qui ecrire sur       vaches (la numérotation des  improbable visage pendu pour maguy giraud et       sur nice, le 8 octobre une il faut dire les       à on trouvera la video       baie  monde rassemblé me le scribe ne retient       fleure in the country       m̵       fleur     du faucon l’une des dernières antoine simon 30 pour mon épouse nicole       descen       au un temps hors du dernier vers aoi   pour théa et ses     le je crie la rue mue douleur écoute, josué, dans les carnets epuisement de la salle,     cet arbre que "l’art est-il ils s’étaient       la eurydice toujours nue à       sur quant carles oït la le galop du poème me f les rêves de       sous dernier vers aoi le 2 juillet j’arrivais dans les pour gilbert antoine simon 5 ils sortent tromper le néant je ne peins pas avec quoi,       bien preambule – ut pictura       un     depuis bernard dejonghe... depuis temps de pierres dans la       pass&e que reste-t-il de la f qu’il vienne, le feu de la vous avez i mes doigts se sont ouverts ce 28 février 2002. la vie humble chez les ço dist li reis : deuxième suite ce qui fascine chez dans la caverne primordiale est-ce parce que, petit, on       nuage   entrons  l’écriture de prime abord, il       ruelle   que signifie non, björg, etudiant à dont les secrets… à quoi et si au premier jour il dans un coin de nice, préparation des frères et la liberté s’imprime à     sur la ma chair n’est essai de nécrologie,       j̵ toutes sortes de papiers, sur je serai toujours attentif à f toutes mes f les feux m’ont à bernadette       aujour napolì napolì descendre à pigalle, se pour helmut il ne s’agit pas de un trait gris sur la sixième pour max charvolen 1)       su attention beau toutefois je m’estimais hans freibach :       pav&ea       pour       entre       au comme un préliminaire la le "patriote", quand nous rejoignons, en onze sous les cercles le 15 mai, à et ces       &agrav franchement, pensait le chef, toulon, samedi 9 vous n’avez j’aime chez pierre passent .x. portes,     rien       le poussées par les vagues jusqu’à il y a       sur a toi le don des cris qui  martin miguel vient dorothée vint au monde se placer sous le signe de  mise en ligne du texte il n’y a pas de plus       journ&  pour le dernier jour pluies et bruines,       arauca macles et roulis photo 6 je me souviens de percey priest lakesur les station 1 : judas       soleil madame déchirée je t’ai admiré, je rêve aux gorges       &     m2 &nbs sous la pression des Éléments -       rampan clers est li jurz et li à la mémoire de j’ai relu daniel biga,  dernières mises       le deuxième apparition de     au couchant les avenues de ce pays dernier vers aoi  on peut passer une vie pour andrée on peut croire que martine bribes en ligne a À la loupe, il observa de pareïs li seit la       dans li emperere s’est je meurs de soif antoine simon 14     [1]  a propos de quatre oeuvres de effleurer le ciel du bout des jamais je n’aurais       l̵       ( madame est une torche. elle saluer d’abord les plus       gentil       le dans le train premier tes chaussures au bas de   j’ai souvent deuxième ils avaient si longtemps, si f tous les feux se sont derniers vers sun destre     pourquoi       entre l’appel tonitruant du       pass&e la deuxième édition du la vie est dans la vie. se mais non, mais non, tu merci au printemps des    au balcon en ceste tere ad estet ja le 26 août 1887, depuis du fond des cours et des d’ eurydice ou bien de       dans station 4 : judas  "mais qui lit encore le au matin du chaque automne les rien n’est plus ardu dernier vers aoi       apr&eg       reine       &agrav   1) cette j’ai donc le temps passe si vite, sept (forces cachées qui pour m.b. quand je me heurte dernier vers aoi de sorte que bientôt c’est pour moi le premier il faut aller voir pour anne slacik ecrire est et  riche de mes glaciation entre torna a sorrento ulisse torna       dans madame des forêts de dernier vers aoi l’ami michel j’entends sonner les branches lianes ronces  tu ne renonceras pas. « e ! malvais les doigts d’ombre de neige ajout de fichiers sons dans 0 false 21 18 pour andré    si tout au long       é       &n    nous d’un bout à quand vous serez tout  référencem à propos des grands des voiles de longs cheveux huit c’est encore à je n’hésiterai n’ayant pas  avec « a la tout est possible pour qui mise en ligne d’un  tu vois im font chier   voici donc la le 28 novembre, mise en ligne et il fallait aller debout grant est la plaigne e large il existe au moins deux sors de mon territoire. fais rossignolet tu la dernier vers aoi le texte qui suit est, bien la légende fleurie est       sur       " difficile alliage de  “la signification dans les écroulements       et constellations et pour martine, coline et laure comme ce mur blanc  il y a le sous l’occupation ...et poème pour un homme dans la rue se prend       maquis granz est li calz, si se la gaucherie à vivre, le 26 août 1887, depuis mise en ligne rm : nous sommes en a la libération, les je dors d’un sommeil de dernier vers aoi antoine simon 21 heureuse ruine, pensait       quando me ne so itu pe pour daniel farioli poussant quelques textes       10 vers la laisse ccxxxii six de l’espace urbain, dans ma gorge       banlie le recueil de textes pour raphaël tout en travaillant sur les la mort, l’ultime port,       dans dernier vers aoi ici. les oiseaux y ont fait la bouche pleine de bulles nice, le 18 novembre 2004 pas de pluie pour venir pas sur coussin d’air mais       m&eacu j’ai longtemps   pour adèle et on croit souvent que le but noble folie de josué, je découvre avant toi         &n ne faut-il pas vivre comme       ma antoine simon 26 attendre. mot terrible. vedo la luna vedo le nous avons affaire à de clers fut li jurz e li ce va et vient entre i.- avaler l’art par mon travail est une ki mult est las, il se dort le numéro exceptionnel de assise par accroc au bord de guetter cette chose le coeur du     double seins isabelle boizard 2005 la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Approches critiques > Klein

Raphaël Monticelli

| premier essai ->
Six essais sur les monochromes de Klein.

À propos d’Yves Klein



À Max Charvolen


et Martin Miguel


J’aimerais, en manière de point, présenter quelques-uns des enjeux qu’il me paraît impossible d’ignorer dans l’œuvre de Klein, satisfait si je parviens à faire sentir combien ma génération - celle qui s’est introduite dans l’art après sa mort à la fin des années soixante - a été marquée dans sa conception de l’art, dans son travail, dans sa sensibilité, par l’oeuvre d’Yves Klein.
Cette œuvre me paraît, en effet, un de ces très rares lieux où se creusent nos questionnements, nos doutes, nos espérances face à l’expérience plastique, avec assez de vigueur pour qu’à la fois elle les figure, les travaille et les transforme. En outre, l’expérience de Klein présente une de ces exceptionnelles trajectoires qui prennent l’allure d’une destinée, jusqu’à cette ponctuation de sa mort qui, au lieu de faire regretter un inachèvement esthétique, semble avoir amplifié sa vie, est venue comme donner à son oeuvre un sceau d’indubitable authenticité.


 


 

Publication en ligne : 12 février 2017

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette