BRIBES EN LIGNE
      é carcassonne, le 06       fourmi ce jour-là il lui le "patriote", c’est la peur qui fait merle noir  pour spectacle de josué dit vous avez bien sûrla       & décembre 2001. les installations souvent, cinquième essai tout sables mes parolesvous antoine simon 19       entre je m’étonne toujours de la     les fleurs du j’ai en réserve de pareïs li seit la       le l’art n’existe pierre ciel       rampan traquer accoucher baragouiner il souffle sur les collines la fonction,       et       allong (À l’église in the country quand les mots derniers vers sun destre f le feu s’est       dans   tout est toujours en quelques autres       vaches     sur la dans les horizons de boue, de       banlie       sur       sur dans le patriote du 16 mars 0 false 21 18     hélas, la vie est dans la vie. se c’est la chair pourtant le coeur du       nuage       &agrav chercher une sorte de les durand : une encore la couleur, mais cette les avenues de ce pays       les j’ai donné, au mois le 15 mai, à de proche en proche tous dernier vers aoi juste un       assis ce n’est pas aux choses     quand  mise en ligne du texte jamais si entêtanteeurydice dernier vers aoi  epître aux attelage ii est une œuvre et  riche de mes       magnol     tout autour les dessins de martine orsoni deuxième apparition de des conserves ! la pureté de la survie. nul tout est possible pour qui dernier vers que mort       je me pour andré le corps encaisse comme il jamais je n’aurais autre petite voix sors de mon territoire. fais la terre nous charogne sur le seuilce qui   je ne comprends plus merci à marc alpozzo eurydice toujours nue à samuelchapitre 16, versets 1 art jonction semble enfin voici des œuvres qui, le toutes sortes de papiers, sur quatre si la mer s’est     après dernier vers aoi dernier vers aoi je suis bien dans un jour nous avons j’ai perdu mon la légende fleurie est  avec « a la l’existence n’est pour qui veut se faire une la liberté s’imprime à faisant dialoguer le grand combat : le vieux qui       la   1) cette mise en ligne d’un livre grand format en trois arbre épanoui au ciel cliquetis obscène des tout en vérifiant  pour de de l’autre la poésie, à la       le       neige  hier, 17 dans l’innocence des mise en ligne     [1]        la ce qui fascine chez 1. il se trouve que je suis   pour olivier nous dirons donc cet univers sans il n’était qu’un sous l’occupation     chant de je suis celle qui trompe madame est une torche. elle pour jean marie rêve, cauchemar,       le al matin, quant primes pert maintenant il connaît le fin première à la mémoire de   né le 7 j’arrivais dans les       en   pas une année sans évoquer tromper le néant d’abord l’échange des max charvolen, martin miguel et nous n’avons rien "ces deux là se  la lancinante       su j’aime chez pierre si tu es étudiant en f j’ai voulu me pencher marie-hélène tout mon petit univers en       dans le tissu d’acier  référencem écoute, josué, genre des motsmauvais genre buttati ! guarda&nbs le lent tricotage du paysage est-ce parce que, petit, on cet article est paru que d’heures pour jean-marie simon et sa le numéro exceptionnel de antoine simon 14 autre essai d’un grande lune pourpre dont les lancinant ô lancinant pure forme, belle muette, dernier vers aoi macles et roulis photo 1 pour mireille et philippe moisissures mousses lichens aux barrières des octrois j’ai relu daniel biga, ajout de fichiers sons dans dernier vers aoi   pour adèle et lu le choeur des femmes de macles et roulis photo a la libération, les hans freibach : merci à la toile de des voiles de longs cheveux au labyrinthe des pleursils on dit qu’agathe  on peut passer une vie voudrais je vous noble folie de josué, antoine simon 30 c’est vrai un trait gris sur la antoine simon 17 si grant dol ai que ne je meurs de soif       sur   jn 2,1-12 : 1.- les rêves de       sous sainte marie, toute une faune timide veille viallat © le château de poème pour mouans sartoux. traverse de       j̵     &nbs la rencontre d’une     dans la ruela accorde ton désir à ta chaises, tables, verres, pour lee       un mieux valait découper       reine       longte on peut croire que martine       tourne       ...mai thème principal : (ô fleur de courge... j’ai changé le non... non... je vous assure, inoubliables, les       en antoine simon 33       dans       avant la danse de dernier vers aoi exacerbé d’air       vu   je n’ai jamais violette cachéeton recleimet deu mult glaciation entre les plus terribles en ceste tere ad estet ja et tout avait nice, le 8 octobre pour anne slacik ecrire est   un vi.- les amicales aventures dorothée vint au monde à propos “la dernier vers aoi  dernier salut au ma chair n’est il n’y a pas de plus antoine simon 2 frères et a propos de quatre oeuvres de dernier vers aoi tendresse du mondesi peu de siglent a fort e nagent e temps où le sang se la musique est le parfum de il ne reste plus que le le géographe sait tout dans ce pays ma mère temps de bitume en fusion sur il faut laisser venir madame nous avons affaire à de ço dist li reis :         &n  il y a le un nouvel espace est ouvert  “s’ouvre du bibelot au babilencore une ce vertige. une distance une autre approche de la lecture de sainte paien sunt morz, alquant preambule – ut pictura temps de cendre de deuil de quand nous rejoignons, en  de même que les elle réalise des de pa(i)smeisuns en est venuz       voyage  “comment marcel alocco a a christiane neuf j’implore en vain troisième essai et au matin du       jardin nice, le 30 juin 2000       sur le (dans mon ventre pousse une huit c’est encore à       fourr&     chambre     faisant la quel ennui, mortel pour beaucoup de merveilles   ciel !!!!       &agrav   entrons c’est une sorte de les dieux s’effacent       devant marché ou souk ou et ces (josué avait je t’enfourche ma pour nicolas lavarenne ma  le grand brassage des le galop du poème me le proche et le lointain sa langue se cabre devant le mille fardeaux, mille  les trois ensembles pour m.b. quand je me heurte "ah ! mon doux pays, attendre. mot terrible. raphaËl la mort d’un oiseau. quand il voit s’ouvrir, c’est pour moi le premier ils avaient si longtemps, si       un pur ceste espee ai dulor e pour ma     m2 &nbs       deux préparation des       pour Ç’avait été la essai de nécrologie,  dans toutes les rues issent de mer, venent as dernier vers aoi       six j’ai parlé après la lecture de i.- avaler l’art par heureuse ruine, pensait béatrice machet vient de macles et roulis photo 6 tendresses ô mes envols pour frédéric les parents, l’ultime pour jean-louis cantin 1.-       pass&e dernier vers aoi   si j’étais un     le cygne sur de prime abord, il branches lianes ronces vous n’avez juste un mot pour annoncer pour le prochain basilic, (la       &n antoine simon 18 antoine simon 15       qui je désire un sur l’erbe verte si est printemps breton, printemps 1- c’est dans poussées par les vagues journée de   six formes de la a claude b.   comme antoine simon 32       au i mes doigts se sont ouverts dans le train premier       le À max charvolen et       au bruno mendonça envoi du bulletin de bribes encore une citation“tu       "  tu vois im font chier dans les écroulements moi cocon moi momie fuseau fontelucco, 6 juillet 2000    seule au       " pas facile d’ajuster le       sur       descen       juin les oiseaux s’ouvrent     ton la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Approches critiques > Klein

RAPHAEL MONTICELLI

<- cinquième essai |
sixième essai
Artiste(s) : Klein Ecrivain(s) : Monticelli R.


Sixième essai


 


« Homme (...) tiens-toi donc prêt, pense bien à ce point, parce que si tu gagnes en ce point tu as gagné tout le reste, mais si tu perds, ce que tu fais ne vaudra rien. », écrit Savonarole parlant de la mort.
« A vrai dire, ce que je cherche à atteindre, mon développement futur, ma sortie dans la solution de mon problème, c’est de ne plus rien faire du tout, le plus rapidement possible, mais consciemment, avec circonspection et précaution. Je cherche à être « tout court ». Je serai « un peintre » ; on dira de moi : « c’est le peintre », et je me sentirai un « peintre », un vrai, justement parce que je ne peindrai pas, ou tout au moins en apparence. Le fait que j’existe comme peintre sera le travail pictural le plus formidable de ce temps. »
Autant que par sa vie Klein nous aura marqué par sa mort. On ne m’ôtera pas de l’idée qu’il l’a voulue.
Destinée... l’inverse d’une expérience solitaire, comme le symbole d’une aventure collective.

Publication en ligne : 12 février 2017

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette