BRIBES EN LIGNE
coupé le sonà je t’enlace gargouille heureuse ruine, pensait a dix sept ans, je ne savais  jésus la mort, l’ultime port, la poésie, à la       pass&e       &agrav la mort d’un oiseau. au matin du carcassonne, le 06 pour yves et pierre poher et   nous sommes vos estes proz e vostre la cité de la musique       mouett       sur       force temps de pierres       en ….omme virginia par la madame déchirée a propos d’une antoine simon 14   l’oeuvre vit son « 8° de  avec « a la un soir à paris au chercher une sorte de dernier vers aoi f le feu est venu,ardeur des envoi du bulletin de bribes f tous les feux se sont la lecture de sainte    si tout au long temps de pierres dans la moisissures mousses lichens des conserves ! comme un préliminaire la la prédication faite       p&eacu cyclades, iii° quelques textes dans les hautes herbes de toutes les petit matin frais. je te faisant dialoguer       dans après la lecture de "ah ! mon doux pays, les dessins de martine orsoni torna a sorrento ulisse torna f le feu m’a il ne sait rien qui ne va antoine simon 21   au milieu de     oued coulant  de la trajectoire de ce c’est extrêmement nous lirons deux extraits de       le arbre épanoui au ciel d’ eurydice ou bien de je crie la rue mue douleur clers est li jurz et li carmelo arden quin est une dernier vers aoi “le pinceau glisse sur passet li jurz, la noit est immense est le théâtre et pour qui veut se faire une       " comme ce mur blanc lorsqu’on connaît une très malheureux... nous dirons donc un titre : il infuse sa juste un mot pour annoncer   d’un coté, il faut laisser venir madame bal kanique c’est   pour adèle et  il est des objets sur       l̵ l’illusion d’une deuxième antoine simon 20       cerisi dans le monde de cette       la saluer d’abord les plus       la pas sur coussin d’air mais mes pensées restent  pour le dernier jour premier vers aoi dernier "je me tais. pour taire. pourquoi yves klein a-t-il       je me le 19 novembre 2013, à la     son 1- c’est dans au seuil de l’atelier violette cachéeton je découvre avant toi       un pour andrée journée de tout en vérifiant je suis bien dans ne faut-il pas vivre comme deux mille ans nous       au   je n’ai jamais       sur   (dans le madame aux rumeurs       assis       juin et nous n’avons rien j’ai perdu mon percey priest lakesur les il en est des meurtrières.       b&acir j’ai relu daniel biga, jamais si entêtanteeurydice mille fardeaux, mille       dans la pureté de la survie. nul       au       " cinquième citationne "si elle est vertige. une distance sous la pression des antoine simon 30 dernier vers aoi karles se dort cum hume a la libération, les et la peur, présente passet li jurz, si turnet a deuxième apparition montagnesde "l’art est-il il est le jongleur de lui       dans art jonction semble enfin souvent je ne sais rien de  si, du nouveau autres litanies du saint nom       sur le 1. il se trouve que je suis dernier vers aoi       "       un nous avons affaire à de un verre de vin pour tacher huit c’est encore à       voyage la fonction, dernier vers aoi dans le pain brisé son       le juste un non... non... je vous assure,  tu vois im font chier premier essai c’est antoine simon 29 l’impossible des quatre archanges que   est-ce que c’est un peu comme si, elle disposait d’une       grimpa       object générations le ciel de ce pays est tout       le et que vous dire des sous l’occupation la musique est le parfum de dernier vers aoi et il fallait aller debout   encore une cinquième essai tout f les marques de la mort sur  “ce travail qui       (       dans a grant dulur tendrai puis « pouvez-vous rita est trois fois humble.   je ne comprends plus outre la poursuite de la mise ouverture d’une ce n’est pas aux choses la fraîcheur et la ce  un livre écrit À max charvolen et martin voudrais je vous il souffle sur les collines     double     [1]  suite du blasphème de       sous j’ai donné, au mois moi cocon moi momie fuseau vous deux, c’est joie et ce texte m’a été chaises, tables, verres, poussées par les vagues  les trois ensembles     pluie du sequence 6   le la vie est ce bruissement ...et poème pour lentement, josué deux ce travail vous est       jardin       dans       crabe- mais non, mais non, tu il avait accepté et ces le 28 novembre, mise en ligne le soleil n’est pas archipel shopping, la passent .x. portes,       dans sors de mon territoire. fais le bulletin de "bribes la bouche pure souffrance    regardant l’instant criblé il pleut. j’ai vu la de prime abord, il     l’é il existe au moins deux de profondes glaouis dieu faisait silence, mais le plus insupportable chez carles respunt : je rêve aux gorges chaque jour est un appel, une deuxième approche de pas de pluie pour venir écrirecomme on se Éléments - guetter cette chose     après tout en travaillant sur les exacerbé d’air fin première ensevelie de silence, je déambule et suis bien sûr, il y eut dernier vers aoi ma voix n’est plus que ne pas négocier ne ( ce texte a pour frédéric       allong leonardo rosa li quens oger cuardise   iv    vers sur l’erbe verte si est       je me il tente de déchiffrer, les durand : une et  riche de mes       la     vers le soir sables mes parolesvous dernier vers aoi       fourmi écoute, josué, seul dans la rue je ris la il y a tant de saints sur       &       j̵ effleurer le ciel du bout des       &eacut nécrologie la gaucherie à vivre, autre petite voix       aujour quand il voit s’ouvrir, non, björg, difficile alliage de         or vi.- les amicales aventures temps où le sang se  marcel migozzi vient de je ne sais pas si   je suis celle qui trompe antoine simon 17 diaphane est le station 5 : comment       sur ainsi alfred…  la lancinante j’ai travaillé villa arson, nice, du 17 libre de lever la tête en introduction à dernier vers aoi ce jour là, je pouvais "moi, esclave" a   en grec, morías À la loupe, il observa mesdames, messieurs, veuillez "mais qui lit encore le       deux       &ccedi derniers vers sun destre carissimo ulisse,torna a       m̵       dans (de)lecta lucta   avez-vous vu dernier vers que mort mi viene in mentemi si j’étais un le 23 février 1988, il s’ouvre la et ma foi,       rampan ce qu’un paysage peut nous avancions en bas de l’impression la plus douze (se fait terre se normalement, la rubrique genre des motsmauvais genre la langue est intarissable madame porte à       longte       s̵       vaches       voyage  epître aux dernier vers aoi   poème pour on dit qu’agathe ce 28 février 2002.       six titrer "claude viallat, j’ai donc       à antoine simon 15 ainsi va le travail de qui antoine simon 24 bel équilibre et sa reflets et echosla salle (la numérotation des f les feux m’ont pour m.b. quand je me heurte « h&eacu tu le sais bien. luc ne tout le problème       les       chaque pour jean-marie simon et sa       la je t’enfourche ma le corps encaisse comme il on croit souvent que le but on cheval accoucher baragouiner dernier vers aoi dans l’effilé de       qui       descen       apparu le géographe sait tout cliquetis obscène des bien sûrla       cette madame des forêts de légendes de michel "le renard connaît a claude b.   comme ses mains aussi étaient le nécessaire non macles et roulis photo 4 dernier vers aoi       midi pour mon épouse nicole des quatre archanges que  au travers de toi je l’ami michel alocco en patchworck © la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Approches critiques > Klein

RAPHAEL MONTICELLI

<- cinquième essai |
sixième essai
Artiste(s) : Klein Ecrivain(s) : Monticelli R.


Sixième essai


 


« Homme (...) tiens-toi donc prêt, pense bien à ce point, parce que si tu gagnes en ce point tu as gagné tout le reste, mais si tu perds, ce que tu fais ne vaudra rien. », écrit Savonarole parlant de la mort.
« A vrai dire, ce que je cherche à atteindre, mon développement futur, ma sortie dans la solution de mon problème, c’est de ne plus rien faire du tout, le plus rapidement possible, mais consciemment, avec circonspection et précaution. Je cherche à être « tout court ». Je serai « un peintre » ; on dira de moi : « c’est le peintre », et je me sentirai un « peintre », un vrai, justement parce que je ne peindrai pas, ou tout au moins en apparence. Le fait que j’existe comme peintre sera le travail pictural le plus formidable de ce temps. »
Autant que par sa vie Klein nous aura marqué par sa mort. On ne m’ôtera pas de l’idée qu’il l’a voulue.
Destinée... l’inverse d’une expérience solitaire, comme le symbole d’une aventure collective.

Publication en ligne : 12 février 2017

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette