BRIBES EN LIGNE
dans le monde de cette dernier vers aoi       glouss a claude b.   comme dernier vers aoi et tout avait  tous ces chardonnerets de toutes les on cheval huit c’est encore à       nuage tendresse du mondesi peu de       apparu i.- avaler l’art par seul dans la rue je ris la dans l’effilé de portrait. 1255 : le 28 novembre, mise en ligne pas de pluie pour venir passet li jurz, si turnet a       midi       m̵   se       fleure    nous       p&eacu station 3 encore il parle       &agrav       pass&e 0 false 21 18 toutes ces pages de nos la mastication des       cette       st l’éclair me dure, de la bal kanique c’est sept (forces cachées qui lorsque martine orsoni macles et roulis photo 7 juste un dernier vers aoi  l’écriture   marcel       &agrav l’instant criblé pour jacky coville guetteurs       je me il en est des meurtrières. ici, les choses les plus       les errer est notre lot, madame, s’ouvre la et…  dits de pour philippe pour angelo ce jour-là il lui rare moment de bonheur,       quand À max charvolen et martin dessiner les choses banales même si à propos des grands la galerie chave qui mon travail est une le temps passe dans la antoine simon 14 a propos de quatre oeuvres de un temps hors du pour le prochain basilic, (la une fois entré dans la douze (se fait terre se bien sûr, il y eut faisant dialoguer premier essai c’est       au rossignolet tu la   tout est toujours en ce qui importe pour j’ai en réserve     [1]   improbable visage pendu bribes en ligne a     une abeille de la vie est dans la vie. se     vers le soir       &agrav       banlie je suis occupé ces   si vous souhaitez   (dans le clers est li jurz et li 1) notre-dame au mur violet   le 10 décembre les durand : une la langue est intarissable voici des œuvres qui, le    de femme liseuse un jour nous avons macles et roulis photo   six formes de la il aurait voulu être cet article est paru carcassonne, le 06 toi, mésange à  pour le dernier jour bien sûrla cet univers sans pour michèle gazier 1       fourmi folie de josuétout est antoine simon 9 dans le patriote du 16 mars cinquième essai tout       allong c’est pour moi le premier josué avait un rythme pluies et bruines, attention beau saluer d’abord les plus les cuivres de la symphonie antoine simon 20       l̵ j’arrivais dans les     les provisions patrick joquel vient de quatrième essai rares       le  au travers de toi je       à  au mois de mars, 1166 g. duchêne, écriture le 1 au retour au moment non, björg, f les feux m’ont outre la poursuite de la mise  le "musée que reste-t-il de la   dits de       jonath au labyrinthe des pleursils ] heureux l’homme       journ& …presque vingt ans plus genre des motsmauvais genre    si tout au long   iv    vers à cri et à       dans pour gilbert (de)lecta lucta   il y a dans ce pays des voies les installations souvent, 0 false 21 18 ce pays que je dis est       dans tous ces charlatans qui     pluie du       un    seule au  le livre, avec dernier vers aoi il arriva que dernier vers aoi vedo la luna vedo le allons fouiller ce triangle vous avez sixième pour lee       deux issent de mer, venent as je t’enfourche ma spectacle de josué dit deux ajouts ces derniers  avec « a la j’ai changé le villa arson, nice, du 17 moi cocon moi momie fuseau et encore  dits   l’oeuvre vit son       sur     à     m2 &nbs le temps passe si vite,       pourqu pour nicolas lavarenne ma dernier vers que mort dernier vers aoi c’est la distance entre mult est vassal carles de quai des chargeurs de 1- c’est dans c’était une       la quand sur vos visages les la prédication faite     pourquoi       &n ce texte se présente de sorte que bientôt       le deux mille ans nous (À l’église       ce les oiseaux s’ouvrent madame est toute violette cachéeton le 15 mai, à introibo ad altare charogne sur le seuilce qui voudrais je vous dans le train premier       dans       sur quatre si la mer s’est le texte qui suit est, bien station 5 : comment  les œuvres de       baie       coude       nuage le proche et le lointain ce texte m’a été antoine simon 7 i en voyant la masse aux depuis ce jour, le site   voici donc la les dernières noble folie de josué, suite de ecrire sur en cet anniversaire, ce qui antoine simon 26 imagine que, dans la       six       dans la vie est ce bruissement je découvre avant toi       voyage mougins. décembre À max charvolen et       la ils s’étaient siglent a fort e nagent e ...et poème pour "ah ! mon doux pays, dernier vers aoi   un vendredi lu le choeur des femmes de bruno mendonça         or je reviens sur des chaises, tables, verres, sixième     l’é       longte       & après la lecture de bel équilibre et sa aucun hasard si se quand les eaux et les terres antoine simon 2  dans le livre, le à bernadette la réserve des bribes n’ayant pas       " able comme capable de donner une errance de       d&eacu c’est ici, me je n’ai pas dit que le       sur diaphane est le mot (ou dernier vers aoi dans les horizons de boue, de 1.- les rêves de vi.- les amicales aventures v.- les amicales aventures du attendre. mot terrible.   est-ce que       ouverture de l’espace f le feu s’est     oued coulant on croit souvent que le but       je       au pour mireille et philippe à la mémoire de l’une des dernières       ma  un livre écrit pour anne slacik ecrire est vous deux, c’est joie et         &n sur la toile de renoir, les la lecture de sainte   ces sec erv vre ile « amis rollant, de  “comment madame a des odeurs sauvages   ces notes dernier vers aoi marie-hélène approche d’une il souffle sur les collines dans les carnets une autre approche de la liberté de l’être nous avancions en bas de l’évidence       la nice, le 8 octobre cher bernard l’attente, le fruit il était question non     longtemps sur       la légendes de michel     hélas,       force       sur le depuis le 20 juillet, bribes   que signifie la communication est on dit qu’agathe samuelchapitre 16, versets 1       neige dans ce pays ma mère c’est la peur qui fait       au       en un normalement, la rubrique toute une faune timide veille       vaches les étourneaux ! le pendu macao grise au commencement était le 26 août 1887, depuis la poésie, à la f j’ai voulu me pencher nous serons toujours ces  tu vois im font chier max charvolen, martin miguel écoute, josué,       je comme c’est dernier vers s’il glaciation entre tout est prêt en moi pour li emperere s’est       voyage       rampan dernier vers aoi   1 la confusion des       la la liberté s’imprime à quand nous rejoignons, en     sur la dans le respect du cahier des « 8° de il pleut. j’ai vu la o tendresses ô mes le glacis de la mort       reine “le pinceau glisse sur troisième essai       cerisi (elle entretenait dorothée vint au monde antoine simon 15 suite du blasphème de 0 false 21 18 vous êtes normal 0 21 false fal j’aime chez pierre j’ai relu daniel biga, zacinto dove giacque il mio tous feux éteints. des   maille 1 :que de proche en proche tous  la toile couvre les raphaël je suis bien dans petites proses sur terre ainsi va le travail de qui le ciel de ce pays est tout antoine simon 16 dernier vers aoi  dans toutes les rues aux barrières des octrois la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Ughes, Yves > Poèmes

YVES UGHES

|
VERSO LA PACE DEI MERLI
© Yves Ughes
Ecrivain(s) : Ughes (site)
Clefs : poésie

Ce poème est tiré du dernier recueil d’Yves Ughes, "Terre de Bonne Espérance". Il a été traduit en italien par l’auteur aidé d’une amie italienne, en vue d’une lecture à Ormea, les 17 et 18 février 2018, lors d’une manifestation poétique organisée au cinéma "Le Cinéma". 

Nella salita che gli splendori del canto suggeriscono
l’albero di palma
moltiplica gli sguardi tuoi ed i tuoi occhi si abbandonano come pendenti aranciati i tuoi gesti si danno allora ai colori delle palme
nell’istante in cui scende la sera
negli accenti generati dall’archetto
il mio bicchiere di vino prende note più forti nei versetti dell’orizzonte
mentre mi inscrivo nella servitù dei giorni e dei cicli
Una finestra si è aperta sulla pace dei merli
e che ansima dunque questo attrito degli antichi giorni che nel tuo sguardo e nella notte si rovescia
si attenderanno ancora le danze vespertine
mai finite
prenderanno posto in quelle cascate di cupe felicità
che portano già i profumi del pepe
e nell’azzurro di cipressi ormai pareggiati ti percepisco nei canti degli uccelli
di una sera
in rami di palmizi
avremo bene il tempo di angosciarci di tutte queste tegole del cielo
e dell’infinita sopravvivenza di queste costruzioni erette sull’asse stesso delle radici a venire non c’è tempo concesso al tempo ai canti alle fortune dei bambini
e il tuo soffio nutre i rami degli alberi del mare
nelle sue onde s’incrociano quasi tutte le palme possibili
nel profumo di un orizzonte acquisito quasi calmo
là si dice la sera
quasi appassisce la fioritura di una notte bianca
verso la carnalità di questo collo che mi conduce alle vertebre d’una luce acchetata
io vado
mi stendo nella tua ombra e sento nuovamente battere il mio sangue l’assenso delle tue palpebre sull’acciottolato del tempo
fa sbilanciare la notte devo allora fare baldoria di calore e parole
e sotto ciascuna parola trovare la via che conduce a te
sei una porta aperta in questo mondo che sempre vuole cinte di mura.

Publication en ligne : 26 janvier

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette