BRIBES EN LIGNE
ce qui fait tableau : ce station 3 encore il parle quand les mots il ne reste plus que le  le grand brassage des gardien de phare à vie, au saluer d’abord les plus     faisant la       pass&e   encore une quand nous rejoignons, en derniers vers sun destre l’heure de la madame dans l’ombre des pour egidio fiorin des mots et ma foi, mes pensées restent f les rêves de ils avaient si longtemps, si vous êtes nous dirons donc deux mille ans nous le pendu jamais si entêtanteeurydice       j̵ suite de vous avez rare moment de bonheur,       voyage pour jacqueline moretti,       fourmi antoine simon 6 j’ai travaillé dernier vers aoi chaque automne les f le feu est venu,ardeur des dire que le livre est une edmond, sa grande tendresse du mondesi peu de  zones gardées de entr’els nen at ne pui la fraîcheur et la couleur qui ne masque pas pour michèle aueret   un vendredi le tissu d’acier       st un verre de vin pour tacher l’homme est paysage de ta tombe  et pour ma   pour théa et ses ...et poème pour bernard dejonghe... depuis       un et que vous dire des il ne s’agit pas de un nouvel espace est ouvert vous avez décembre 2001. nu(e), comme son nom temps de pierres dans la fontelucco, 6 juillet 2000 ce qui aide à pénétrer le mesdames, messieurs, veuillez rita est trois fois humble. temps de bitume en fusion sur sous l’occupation station 1 : judas reprise du site avec la les étourneaux ! il n’est pire enfer que dimanche 18 avril 2010 nous antoine simon 2 d’un bout à "ces deux là se autre petite voix       rampan les parents, l’ultime pour robert   (à le 26 août 1887, depuis   est-ce que       je me (ma gorge est une antoine simon 33       nuage le temps passe dans la af : j’entends dernier vers aoi et nous n’avons rien       " (elle entretenait pas facile d’ajuster le ce monde est semé  les premières station 4 : judas  grant est la plaigne e large et c’était dans       juin on dit qu’agathe ce poème est tiré du  dans toutes les rues apaches : vos estes proz e vostre petites proses sur terre       la       je paien sunt morz, alquant un homme dans la rue se prend il y a tant de saints sur quel étonnant il y a des objets qui ont la travail de tissage, dans       &eacut       le nous viendrons nous masser régine robin, avant dernier vers aoi nice, le 8 octobre       au il en est des meurtrières. a supposer quece monde tienne quelque chose on croit souvent que le but       object se reprendre. creuser son attelage ii est une œuvre  je signerai mon il n’y a pas de plus derniers ce texte m’a été après la lecture de non... non... je vous assure, nouvelles mises en antoine simon 24 la bouche pure souffrance napolì napolì chercher une sorte de rêve, cauchemar, la force du corps, al matin, quant primes pert       la nous avons affaire à de bien sûr, il y eut patrick joquel vient de histoire de signes . de soie les draps, de soie voudrais je vous faisant dialoguer  tu vois im font chier       " preambule – ut pictura       devant       au       la folie de josuétout est       ma dernier vers aoi (josué avait lentement i mes doigts se sont ouverts       d&eacu       recleimet deu mult sixième la réserve des bribes en ceste tere ad estet ja a dix sept ans, je ne savais       su rm : d’accord sur   on n’est  “ce travail qui madame, c’est notre de pa(i)smeisuns en est venuz       marche pour le prochain basilic, (la       aujour au matin du les enseignants : moisissures mousses lichens ouverture d’une lentement, josué quatrième essai rares       au dernier vers aoi       sur dernier vers aoi et te voici humanité j’oublie souvent et pour alain borer le 26 a ma mère, femme parmi       une morz est rollant, deus en ad comme une suite de     sur la pente madame aux rumeurs ce 28 février 2002. vue à la villa tamaris onzième poème pour d’un côté 1 la confusion des les durand : une iloec endreit remeint li os antoine simon 10    nous dernier vers aoi  hier, 17 granz est li calz, si se les petites fleurs des dernier vers aoi       reine carmelo arden quin est une non, björg, antoine simon 12 antoine simon 3       descen carles li reis en ad prise sa raphaël clers fut li jurz e li       le pour m.b. quand je me heurte (ô fleur de courge... quatrième essai de le plus insupportable chez où l’on revient c’est pour moi le premier f le feu m’a  née à les lettres ou les chiffres       la pie dans les carnets en cet anniversaire, ce qui antoine simon 27 heureuse ruine, pensait raphaËl ( ce texte a   saint paul trois dessiner les choses banales le vieux qui cet article est paru       longte f j’ai voulu me pencher   pour adèle et tendresses ô mes envols pour michèle ce qui fascine chez le passé n’est antoine simon 21 madame est une torche. elle la bouche pleine de bulles sept (forces cachées qui marché ou souk ou le corps encaisse comme il   ciel !!!! diaphane est le mot (ou à propos “la   maille 1 :que quelques autres mise en ligne d’un il arriva que    il l’une des dernières         &n du fond des cours et des nous savons tous, ici, que religion de josué il carissimo ulisse,torna a le 19 novembre 2013, à la       la  avec « a la       deux bribes en ligne a très malheureux... "et bien, voilà..." dit 0 false 21 18     le cygne sur   l’oeuvre vit son tout est possible pour qui f toutes mes deux ce travail vous est       le karles se dort cum hume je ne saurais dire avec assez la liberté de l’être       une il tente de déchiffrer, que d’heures ne faut-il pas vivre comme       alla dernier vers aoi à la bonne du bibelot au babilencore une l’évidence assise par accroc au bord de douze (se fait terre se des quatre archanges que       quinze tout est prêt en moi pour dernier vers doel i avrat, je t’enlace gargouille la tentation du survol, à "ah ! mon doux pays,       sur au programme des actions  ce mois ci : sub   je n’ai jamais la vie est ce bruissement ma voix n’est plus que les amants se       ton aux barrières des octrois       m̵ noble folie de josué, ço dist li reis :       mouett eurydice toujours nue à sixième li emperere s’est       l̵ références : xavier c’était une « voici       pourqu ….omme virginia par la exacerbé d’air station 5 : comment la liberté s’imprime à       m̵ chaises, tables, verres,     vers le soir certains prétendent langues de plomba la       droite       allong    si tout au long polenta peinture de rimes. le texte       allong     [1]  des voix percent, racontent       les bernadette griot vient de       dans       la       enfant       que je suis celle qui trompe livre grand format en trois       dans je serai toujours attentif à la fonction, chairs à vif paumes je ne sais pas si troisième essai et antoine simon 14 mieux valait découper       l̵  il est des objets sur pour 1257 cleimet sa culpe, si  un livre écrit nous serons toujours ces       sabots ce qu’un paysage peut deuxième approche de accorde ton désir à ta soudain un blanc fauche le nécrologie   pour olivier c’est la distance entre j’ai donc  au mois de mars, 1166 en introduction à elle réalise des 1254 : naissance de le géographe sait tout sainte marie,       ce moi cocon moi momie fuseau béatrice machet vient de j’écoute vos     dans la ruela l’éclair me dure, f qu’il vienne, le feu au rayon des surgelés vedo la luna vedo le   3   

les vous deux, c’est joie et la parol

Accueil > Carnets intermittents

RAPHAËL MONTICELLI

<- Lectures dans le Cantal | MICHEL BUTOR : UN ÉCRIVAIN POPULAIRE ? ->
À PROPOS DU MOUVEMENT ARTISTIQUE NIÇOIS 1947-1977

Le numéro exceptionnel de l’hebdomadaire le Patriote du 11 août 2017 (numéros 200-201) traitait du mouvement artistique niçois des années 1947-1977.

Ce numéro prenait appui sur les expositions alors organisées par les musées de Nice sur ce même sujet.

L’objectif était de "parler moins de ce dont parlait plus, parler davantage de ce dont on parlait moins ou dont on ne parlait pas."

On en trouvera ici la version PDF, en cliquant sur l’image ci-dessous.

Publication en ligne : 26 janvier

titre documents joints

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette