BRIBES EN LIGNE
      le des quatre archanges que je t’enlace gargouille       dans les avenues de ce pays il existe deux saints portant rare moment de bonheur, dans l’innocence des pour lee toutes sortes de papiers, sur certains prétendent antoine simon 12       descen max charvolen, martin miguel de prime abord, il torna a sorrento ulisse torna antoine simon 32 pure forme, belle muette, au lecteur voici le premier       neige après la lecture de cyclades, iii° rita est trois fois humble.       le bribes en ligne a sous l’occupation station 1 : judas rêve, cauchemar, cinquième citationne non... non... je vous assure, il existe au moins deux un jour, vous m’avez tout est possible pour qui fin première il en est des meurtrières. tout est prêt en moi pour       fourmi face aux bronzes de miodrag on dit qu’agathe « e ! malvais   né le 7 accoucher baragouiner dernier vers aoi dernier vers aoi c’est la chair pourtant       dans       chaque 0 false 21 18     du faucon sequence 6   le vi.- les amicales aventures les dieux s’effacent dans ce pays ma mère  pour jean le     double introibo ad altare   dits de antoine simon 23  ce qui importe pour deux nouveauté, quatre si la mer s’est       st il n’est pire enfer que sainte marie, l’impossible siglent a fort e nagent e clere est la noit e la grant est la plaigne e large tout le problème douze (se fait terre se j’aime chez pierre je t’enfourche ma je rêve aux gorges vous avez     [1]  (dans mon ventre pousse une comme ce mur blanc quel étonnant       au pour jacky coville guetteurs carissimo ulisse,torna a antoine simon 29       devant a propos d’une heureuse ruine, pensait       dans les écroulements af : j’entends du bibelot au babilencore une quatrième essai rares pour nicolas lavarenne ma recleimet deu mult au matin du agnus dei qui tollis peccata l’évidence lorsque martine orsoni    en  monde rassemblé halt sunt li pui e mult halt madame, c’est notre réponse de michel able comme capable de donner  dernier salut au bribes en ligne a et que vous dire des dernier vers aoi  la toile couvre les pur ceste espee ai dulor e (josué avait lentement seins isabelle boizard 2005 souvent je ne sais rien de on peut croire que martine f tous les feux se sont et tout avait l’homme est   d’un coté,       les iv.- du livre d’artiste sur la toile de renoir, les essai de nécrologie, tous ces charlatans qui dernier vers aoi pourquoi yves klein a-t-il sixième       rampan bientôt, aucune amarre       un l’art n’existe  les éditions de sculpter l’air :       les 0 false 21 18 je ne peins pas avec quoi, (À l’église   marcel je n’ai pas dit que le les durand : une vous avez la danse de granz est li calz, si se pour helmut neuf j’implore en vain saluer d’abord les plus c’est pour moi le premier toute trace fait sens. que       cette difficile alliage de       retour temps où le sang se       il « voici ce qui importe pour mise en ligne "nice, nouvel éloge de la ils sortent derniers j’ai parlé ce poème est tiré du le 26 août 1887, depuis il y a dans ce pays des voies d’un bout à paien sunt morz, alquant       apparu pour qui veut se faire une  il est des objets sur la brume. nuages les dessins de martine orsoni       "       &agrav depuis le 20 juillet, bribes je sais, un monde se monde imaginal, cet article est paru nous viendrons nous masser ço dist li reis : j’écoute vos errer est notre lot, madame, "et bien, voilà..." dit       dans       bien  il y a le pour ma 1. il se trouve que je suis mult ben i fierent franceis e attelage ii est une œuvre descendre à pigalle, se couleur qui ne masque pas       j̵ pour andré villers 1) edmond, sa grande       le outre la poursuite de la mise quelque temps plus tard, de       que raphaËl       les     le cygne sur   ciel !!!! il ne sait rien qui ne va       l̵ onze sous les cercles la fraîcheur et la  le "musée dernier vers aoi sa langue se cabre devant le  tu ne renonceras pas.       au antoine simon 22 viallat © le château de       la dans les horizons de boue, de antoine simon 3       le       coude       voyage aux george(s) (s est la       le une autre approche de ce qui fait tableau : ce antoine simon 11 (en regardant un dessin de       reine quel ennui, mortel pour chaque automne les       l̵ d’un côté un temps hors du       la ma voix n’est plus que  au travers de toi je et ma foi, à sylvie pour jean-marie simon et sa tout en vérifiant journée de pour marcel il semble possible quant carles oït la       bonhe  née à la terre a souvent tremblé     m2 &nbs dernier vers aoi et il fallait aller debout l’attente, le fruit nu(e), comme son nom       & certains soirs, quand je avez-vous vu les doigts d’ombre de neige encore la couleur, mais cette       soleil la communication est titrer "claude viallat, ce pays que je dis est f j’ai voulu me pencher "ces deux là se je t’ai admiré,       tourne marcel alocco a       entre abu zayd me déplait. pas antoine simon 27 on préparait premier essai c’est       dans grande lune pourpre dont les passet li jurz, si turnet a il arriva que       sur le « 8° de pour michèle gazier 1         &n     " le galop du poème me  zones gardées de cliquetis obscène des il ne reste plus que le qu’est-ce qui est en 0 false 21 18       " la langue est intarissable charogne sur le seuilce qui la deuxième édition du ce jour-là il lui la fraîcheur et la rm : nous sommes en i en voyant la masse aux la bouche pure souffrance je crie la rue mue douleur pour alain borer le 26 pour daniel farioli poussant  les œuvres de       la antoine simon 5 ce texte se présente  jésus je suis occupé ces       à temps de pierres dans la     une abeille de       au il faut aller voir etudiant à         pav&ea la fonction, de soie les draps, de soie ma voix n’est plus que j’ai travaillé dans les rêves de la     rien       pour mireille et philippe dernier vers aoi décembre 2001. le tissu d’acier l’éclair me dure, pour maguy giraud et toutes ces pages de nos samuelchapitre 16, versets 1 ouverture d’une temps de pierres  “s’ouvre nos voix montagnesde ( ce texte a mon travail est une le 23 février 1988, il onzième   on n’est josué avait un rythme 10 vers la laisse ccxxxii pluies et bruines, se placer sous le signe de     vers le soir mille fardeaux, mille    de femme liseuse fragilité humaine. dernier vers aoi   (à seul dans la rue je ris la       jardin il en est des noms comme du       sur légendes de michel ] heureux l’homme antoine simon 21 le samedi 26 mars, à 15 soudain un blanc fauche le pour michèle aueret trois tentatives desesperees rm : d’accord sur les cuivres de la symphonie macao grise ce qui aide à pénétrer le ici, les choses les plus allons fouiller ce triangle on trouvera la video six de l’espace urbain, une errance de ses mains aussi étaient granz fut li colps, li dux en     pluie du je déambule et suis le recueil de textes dans l’effilé de Ç’avait été la moi cocon moi momie fuseau tromper le néant il n’y a pas de plus equitable un besoin sonnerait accorde ton désir à ta deuxième essai       marche etait-ce le souvenir histoire de signes . je meurs de soif un nouvel espace est ouvert on cheval       pour     quand       la a la fin il ne resta que o tendresses ô mes ce qu’un paysage peut       l̵       dans merci à marc alpozzo       ...mai       le la rencontre d’une dont les secrets… à quoi de l’autre il pleut. j’ai vu la la parol

Accueil > Carnets intermittents

RAPHAËL MONTICELLI

<- Lectures dans le Cantal | MICHEL BUTOR : UN ÉCRIVAIN POPULAIRE ? ->
À PROPOS DU MOUVEMENT ARTISTIQUE NIÇOIS 1947-1977

Le numéro exceptionnel de l’hebdomadaire le Patriote du 11 août 2017 (numéros 200-201) traitait du mouvement artistique niçois des années 1947-1977.

Ce numéro prenait appui sur les expositions alors organisées par les musées de Nice sur ce même sujet.

L’objectif était de "parler moins de ce dont parlait plus, parler davantage de ce dont on parlait moins ou dont on ne parlait pas."

On en trouvera ici la version PDF, en cliquant sur l’image ci-dessous.

Publication en ligne : 26 janvier

titre documents joints

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette