aller au sommaire | poursuivre l'errance

EFFRACTIONS , LXXXII


Pas même l’amplification du rythme cardiaque… Au niveau infrasonore, à peine une vibration que l’épiderme seul perçoit, et peut-être aussi les cellules, les structures les plus secrètes des nerfs, et le liquide vivant, pulsant ;
écou ou ou t’
avec un allongement, une accélération, une modulation et le martèlement de la dentale ouou t’ ouou t’ t’
et la vague aspiration où la dentale meurt répétée comme si elle avait pu être prolongée
ououou t’t’t’ ________________________________________ 
mais à peine plus haut que le niveau sonore des conversations particulières, surgissant de vingt lieux différents à la fois comme un élément proche de la conversation, et aussitôt, dans ces vingt lieux, le silence surpris et le brouhaha partout ailleurs, les pas, quelques toussotements, et, redistribué en vingt autres lieux opposés, le silence surpris au plus haut de son amplification, battements de cœur et souffle au seuil de l’audible, et la répercussion aussitôt dans dix lieux nouveaux, au niveau sonore ambiant de 1a modulation particulière qui avait alors affecté le rythme de la discussion à la perception confuse du silence puis, le tout, comme un écho à peine amplifié, une vibration fugace du murmure général, enfin le silence complet des appareils et une vague secousse du public, intrigué sans le savoir encore, sans se le dire, et l’afflux toujours des retardataires par grappes indolentes, réticentes 

distribution sonore sur les enceintes

  1 2 3 4 5 6 7

 

  la projection des

conversations des arrivants à travers les groupes déjà installés, au niveau le plus anodin, comme une simple circulation de voix   

Nooon... t’yas dit ça ?

 

Ouais ouais moi chpansais pas
quifraitça

Réponds moi enfin quand chte parl ! où tu vas après ?
Tavusmec écou’t ! Bien sûr, bien sûr. On fra comsa alors d’accord on fra comsa, téléphonez moi donc demain au bureau à dix heur’. Terrib semec, ilèencorassépasmalnon ? allé-é fépachié-é. Mais tais-toi tais-toi tais-toi. Enfin, merd’ qu’est-stu ’eux que chtediz’ enfin quoi, tu m’gonf’ quoi. Vous vous avez vu le dernier... Ah vraiment cher ami je vous engage vivement à aller le voir, c’est purement maagnifiiic’ T’as vu l’expo alors ? Oooh ! quelle surprise, vous êtes vraiment dans tous les mmauvais ccoups. NooN ? Bon alors c’est toi qui téléphones ? Moi squechpans’ c’est klafolie quoi la folie c’est pas un truc évident, quoi, c’est ding’ ! quoi Ouais ouais jveuxdir’ quoi jveux dire tu comprends xé pas simp’ quoi, c’est pas un truc c’est pas un truc simpl jveux dir’... Bè non quoi moi chpenspas. Quoi tu ’ois quoi l’truc c’est qu’on esclut quoi jveux dir’ non ? Chais pas mais quoi c’est ding’ y a smec tsé qui fait dans l’truc là, l’truc d’la psy d’la psychiatrie ouvert’ quoi, chais pas quoi, mais imsemb’ ims att fais gaff’ au mec eh, ouais ouais, pardon monsieur oui madam’, ouais ouais tu ’ois sque jveux dir’ ouais ? mais enfin cher ami pourquoi êtes vous donc allé lui dire ça ? Vous savez bien que Lagnel est une petite bête qui peut faire beaucoup de mal. Mais dis moi tu l’arvu d’puis la dernière fois ? Tu l’ar… Putain, o, sépamal o, tulavu non tulavu quan ifé sépetitetraces là, tsé, tsé tarien comme ça tarien con épiduncou con talepinceau, putain, sépamal, o, sépamal. Moi j’aime léfammmes qui on un peu l’air bourgeoises tu vois ce que je veux dire non tu vois ? Pas les idées, hein ... mais l’allure tu vois, un peu peu arrogantes, non ? t’as envie de les foutre à poil, non ? Oh ! putain, regarde celle-là, elle le doit avoir une putain de mounine, con. On en reparlera ce soir chéri tu veux ? c’est pas le moment. Ça n’est jamais le moment ma chérie. Ah ? et vous ne trouvez pas, vvous que c’est une oeuoeuvre généreueuse, chaleureueueuse ? Vous en parlez de telle manière que je me sens tout prêt à admettre votre analyse, mais franchement, je crois que c’est plutôt ce que vous en dîtes qui me paraît tin tintéressant.

Ouais ouais e e j’yaidit ssassa saaa ssassa commeme cht’l’dis com comssa. BEn mèErd, MEErdalors, j’aurais papas cru ça pacrussassa de toi oi oi oi oi. Bentu’oiOIs fopaAasfié Ié iéié à lapapa alaparancessSS. Chépaquoi onvaboufféquequkkKkparrrR ? lequeeEeel quôi ? VOUou croyez ? Oqué qué qué qué Oqué oqué oqué oqué onfécomsa mSa msa amaSno aSSmasno éfno ! AAahh ! diseur ! Pas mal ballant pas lent lancé, chrroiquetenpins’ pince pince. Osk osk osk euchdi, ’ moi oi oioi. MeE’rd’ ! anon lequel ? Jeune jeune saavais papa pa quilant lan quilan navet fée oenotre. Je niman crépa pa. Gépahul’tantan. Tapa’ técon ! Je me saur parfwois ’oyez vous oqué qué qué qué oqué oqué oqué chfécomsa alor rola asmo amoc asmoqué asmoquef ch chch. Folila folilafo lilafoifo lila oh la folie sessurxépa sessursexpa lalifola. Surxépassi surxépassa. Lalifolo lalifila. Fopalila fopalali lier les pro lier les la. Psypsy caca psypsy chiachia padba padbar padbarobar psychiat’ a chi pichiata ca touver pafou pali l’incon consci inconscient ment. Yapa sépa dquoigrav yasépadquoi grav paséya yapadmalya sélia lila. Pardondon dondon prdondon prd’n on fête fête folila a lier Quevoulélé lévouquevou ifofodir dirfoskona diradira fodirskona. Ladernonla jlépadpuila r’vulapuida comakiva ? kiva kiva ? sétrassalki comankifé ? kifé kifé ? l’pinpin pinso ? quoiquoi l’pinso ? séquoikifé ? hmmmmm ohHHhhh MMmmM ououou ouais ouais. Elépeupeu lépetiteu sassa lolo. tétététoi coucou técon toitétoiconjeban bânban bande. éce soir au oirtu éce soirtu tusralala lalasSSsss. Flaflaflaflafla
   lila fofo flotteur lila flotteur flalilateur flalaliteur fafoliteur lifafoteur.

  AOI

 

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Pour retrouver "LXXXII" dans " LES BRIBES ", aller à : LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EFFRACTIONS

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette