BRIBES EN LIGNE
dernier vers aoi moisissures mousses lichens le 15 mai, à ils s’étaient villa arson, nice, du 17 dernier vers aoi d’un côté un temps hors du antoine simon 30             dans depuis le 20 juillet, bribes premier essai c’est la fraîcheur et la j’ai travaillé douze (se fait terre se   se du bibelot au babilencore une clers est li jurz et li       dans dernier vers aoi       cette introibo ad altare la poésie, à la on a cru à pour qui veut se faire une paysage de ta tombe  et lu le choeur des femmes de démodocos... Ça a bien un rossignolet tu la       va À max charvolen et martin à la bonne dans l’effilé de elle disposait d’une genre des motsmauvais genre pour jean gautheronle cosmos mi viene in mentemi toutes sortes de papiers, sur ce qui fascine chez li quens oger cuardise toute trace fait sens. que fin première       b&acir       dans pure forme, belle muette, l’appel tonitruant du " je suis un écorché vif.   le texte suivant a c’est la chair pourtant les grands quand c’est le vent qui madame, on ne la voit jamais tu le saiset je le vois       retour « pouvez-vous  “... parler une       sur (ma gorge est une il en est des noms comme du (de)lecta lucta    “ne pas       dans deux mille ans nous lorsque martine orsoni   pour olivier mesdames, messieurs, veuillez si j’étais un  de même que les le tissu d’acier antoine simon 33 accorde ton désir à ta f les rêves de madame porte à tant pis pour eux. macles et roulis photo 4 pour nicolas lavarenne ma temps de pierres dans la       le       ce j’oublie souvent et nouvelles mises en     &nbs macles et roulis photo 3 f les feux m’ont sixième       force présentation du c’était une la force du corps, voici des œuvres qui, le marcel alocco a la route de la soie, à pied, religion de josué il ki mult est las, il se dort le ciel de ce pays est tout dans l’innocence des dans le patriote du 16 mars cet article est paru béatrice machet vient de l’impression la plus jamais je n’aurais   ciel !!!!       vu     une abeille de tendresse du mondesi peu de       baie       assis je t’ai admiré, si, il y a longtemps, les couleur qui ne masque pas libre de lever la tête trois (mon souffle au matin la fraîcheur et la   i mes doigts se sont ouverts (la numérotation des antoine simon 28 le franchissement des (elle entretenait pour gilbert juste un mot pour annoncer vedo la luna vedo le   (à ma voix n’est plus que « h&eacu  dans le livre, le et ces les durand : une archipel shopping, la ouverture d’une       l̵ pour pierre theunissen la rita est trois fois humble. af : j’entends       &agrav   (dans le et si tu dois apprendre à un verre de vin pour tacher      & chairs à vif paumes       nuage raphaël       aux dessiner les choses banales fontelucco, 6 juillet 2000       m&eacu toutefois je m’estimais giovanni rubino dit le texte qui suit est, bien etait-ce le souvenir   pour le prochain tous feux éteints. des (ô fleur de courge... madame, c’est notre   je ne comprends plus     chambre dernier vers aoi nécrologie antoine simon 19 madame déchirée il aurait voulu être "ah ! mon doux pays, la bouche pleine de bulles       rampan   nous sommes imagine que, dans la il semble possible pour michèle aueret l’erbe del camp, ki (en regardant un dessin de si elle est belle ? je « voici de soie les draps, de soie trois tentatives desesperees     du faucon equitable un besoin sonnerait au commencement était ce jour là, je pouvais ce texte se présente       ce six de l’espace urbain,   né le 7 station 5 : comment coupé en deux quand   ces notes       fourr&       &ccedi bernard dejonghe... depuis livre grand format en trois la tentation du survol, à       grimpa dernier vers que mort dernier vers aoi pour andré le géographe sait tout la littérature de       " il faut laisser venir madame antoine simon 20 macao grise    7 artistes et 1 comme une suite de sainte marie, l’art n’existe   ces sec erv vre ile un soir à paris au troisième essai  tu vois im font chier antoine simon 9 soudain un blanc fauche le de pareïs li seit la les enseignants : mes pensées restent le pendu ouverture de l’espace issent de mer, venent as mille fardeaux, mille envoi du bulletin de bribes     pluie du   d’un coté,   j’ai souvent madame des forêts de quand nous rejoignons, en et que vous dire des       alla c’est seulement au       fourmi nos voix       neige i.- avaler l’art par "si elle est carles li reis en ad prise sa li emperere s’est chaises, tables, verres, je dors d’un sommeil de dernier vers aoi ainsi fut pétrarque dans toi, mésange à         &n raphaËl …presque vingt ans plus madame est toute     oued coulant dieu faisait silence, mais antoine simon 21       tourne rm : d’accord sur  dernières mises pour andré dernier vers aoi bruno mendonça antoine simon 18     [1]  une fois entré dans la ce qui importe pour "moi, esclave" a "pour tes l’existence n’est       avant       dans   dits de en ceste tere ad estet ja allons fouiller ce triangle     vers le soir dont les secrets… à quoi la légende fleurie est le galop du poème me       j̵       sur et la peur, présente la lecture de sainte dernier vers aoi polenta maintenant il connaît le tout en vérifiant       " ço dist li reis :       sur le "patriote", dernier vers s’il très malheureux... lancinant ô lancinant des quatre archanges que quelques textes     après preambule – ut pictura       sur dans le respect du cahier des exacerbé d’air "mais qui lit encore le 1 la confusion des   l’oeuvre vit son un titre : il infuse sa à bernadette  avec « a la il existe au moins deux je t’enlace gargouille il n’était qu’un   adagio   je   entrons j’ai ajouté dernier vers aoi quatrième essai de il existe deux saints portant gardien de phare à vie, au ( ce texte a cinquième citationne m1       de toutes les       longte grande lune pourpre dont les il n’est pire enfer que merle noir  pour       & autre citation       en  pour jean le       je iloec endreit remeint li os       je a propos de quatre oeuvres de j’arrivais dans les    en mais jamais on ne       nuage  au mois de mars, 1166 bribes en ligne a ce jour-là il lui poème pour dans les rêves de la très saintes litanies essai de nécrologie,       jardin pour jean marie vous deux, c’est joie et quand les mots passent .x. portes, un homme dans la rue se prend mise en ligne       o       parfoi À l’occasion de toute une faune timide veille mouans sartoux. traverse de r.m.a toi le don des cris qui       un il s’appelait la gaucherie à vivre,       la bribes en ligne a les dernières la communication est       object abstraction voir figuration je meurs de soif saluer d’abord les plus zacinto dove giacque il mio bernadette griot vient de edmond, sa grande la langue est intarissable noble folie de josué, on dit qu’agathe s’égarer on       le merci à la toile de autres litanies du saint nom branches lianes ronces il est le jongleur de lui face aux bronzes de miodrag et voici maintenant quelques apaches :  il est des objets sur     faisant la       bien il ne s’agit pas de granz est li calz, si se abu zayd me déplait. pas dans le train premier martin miguel art et c’est extrêmement antoine simon 10       &agrav et combien vue à la villa tamaris       grappe       vu f le feu est venu,ardeur des dernier vers aoi         pav&ea je suis nous savons tous, ici, que il arriva que       deux la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EXPANSIONS
<- CXXIX | CXXXI ->
CXXX

Clefs : langue , Ulysse , voyages

 

 

Double colonne de marbre
Toi l’esseulée ton souvenir
Longuement bu dans mon voyage
a le goût d’une mer docile
langoureux désespoir
mourant
Branche double du citronnier
ou du cèdre
Toi
Le désir qui point mon cœur
est le maëlstrom des mers du Nord
Double fruit de l’arbre clair
aux palpitations d’oiseau
Tes nuageuses formes m’ont
tourmenté bien plus que les haines
et les angoisses d’Ilion
Double goutte au cœur des rivières
Nous l’entrelacs de nos voyages
Nous la mouvance de l’espace
Le va et vient de nos soupirs
Source unique au creux du marbre
Secrète
Et palpitante
Et douce
Senteurs têtues
Fraîches
Creuset de toute remembrance
L’étau qui enserre mes côtes
je n’en oublie l’étreinte
que dans la douceur de tes bras

AOI

 

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette