BRIBES EN LIGNE
deuxième suite vue à la villa tamaris autre citation"voui  dans toutes les rues     " il en est des noms comme du dix l’espace ouvert au       je me pour philippe travail de tissage, dans comment entrer dans une il faut aller voir noble folie de josué, le geste de l’ancienne, agnus dei qui tollis peccata "mais qui lit encore le    si tout au long mult est vassal carles de titrer "claude viallat,     &nbs pour max charvolen 1)   que signifie   maille 1 :que ma voix n’est plus que       une   adagio   je troisième essai pour angelo les cuivres de la symphonie   la production aucun hasard si se   en grec, morías vous avez antoine simon 16 hans freibach :       la il ne s’agit pas de d’ eurydice ou bien de lentement, josué une fois entré dans la       le pour le prochain basilic, (la je rêve aux gorges       sur pour martin   voici donc la nos voix dernier vers aoi ainsi fut pétrarque dans       journ& si j’étais un  référencem là, c’est le sable et mon cher pétrarque, de soie les draps, de soie j’ai donné, au mois le 15 mai, à à propos “la       mougins. décembre   pour le prochain d’un bout à ainsi va le travail de qui pour qui veut se faire une envoi du bulletin de bribes macles et roulis photo les installations souvent, dans le pays dont je vous       pourqu les oiseaux s’ouvrent il en est des meurtrières.  monde rassemblé       la il souffle sur les collines deux ajouts ces derniers     son deuxième approche de l’instant criblé dernier vers aoi une il faut dire les et que vous dire des un tunnel sans fin et, à dans ce pays ma mère ce qui fait tableau : ce       midi sors de mon territoire. fais max charvolen, martin miguel dernier vers aoi moisissures mousses lichens       enfant un nouvel espace est ouvert       je me à la bonne     le cygne sur il n’était qu’un a toi le don des cris qui pour   le texte suivant a  c’était l’éclair me dure, autres litanies du saint nom je déambule et suis    il dernier vers aoi inoubliables, les  tous ces chardonnerets       au quand sur vos visages les antoine simon 21       à je suis celle qui trompe i en voyant la masse aux cinquième essai tout  de la trajectoire de ce les routes de ce pays sont       apparu  les éditions de je ne sais pas si       sur    7 artistes et 1 le pendu nous avancions en bas de la route de la soie, à pied, macles et roulis photo 3 et encore  dits rien n’est dans les carnets non, björg, il y a tant de saints sur antoine simon 6 dans le train premier gardien de phare à vie, au       " j’aime chez pierre elle disposait d’une     de rigoles en traquer       la un trait gris sur la c’est la chair pourtant la question du récit les grands la fonction, dans ma gorge     sur la       le je dors d’un sommeil de les dernières voici des œuvres qui, le les avenues de ce pays alocco en patchworck © je reviens sur des bel équilibre et sa guetter cette chose quando me ne so itu pe j’ai en réserve c’est parfois un pays la danse de ….omme virginia par la ce 28 février 2002. (dans mon ventre pousse une toutefois je m’estimais paysage de ta tombe  et le recueil de textes imagine que, dans la mieux valait découper et  riche de mes a la femme au     quand       " rm : d’accord sur       o       maquis   anatomie du m et       mouett le franchissement des vous êtes   tout est toujours en  epître aux folie de josuétout est dernier vers aoi la lecture de sainte difficile alliage de coupé le sonà ils s’étaient       jonath c’est vrai une errance de  pour le dernier jour macles et roulis photo 6 antoine simon 3 « 8° de     l’é antoine simon 13   saint paul trois dernier vers aoi la poésie, à la madame aux rumeurs au labyrinthe des pleursils       je   pour théa et ses (josué avait lentement on cheval ouverture de l’espace (en regardant un dessin de reflets et echosla salle mi viene in mentemi mon travail est une attendre. mot terrible. pure forme, belle muette, la galerie chave qui madame est une torche. elle art jonction semble enfin pour mireille et philippe je t’enlace gargouille pour andré villers 1) des conserves ! vous deux, c’est joie et c’est extrêmement samuelchapitre 16, versets 1       "       l̵   iv    vers       chaque  dernières mises       dans   né le 7 depuis ce jour, le site       m̵ janvier 2002 .traverse jouer sur tous les tableaux juste un antoine simon 9 dernier vers aoi ce monde est semé pour anne slacik ecrire est beaucoup de merveilles 13) polynésie       j̵ dernier vers aoi l’ami michel antoine simon 10 ici, les choses les plus       en me 1257 cleimet sa culpe, si frères et sainte marie, À peine jetés dans le iloec endreit remeint li os       nuage le coeur du   si vous souhaitez  les trois ensembles       &agrav au rayon des surgelés madame des forêts de monde imaginal,       neige  dernier salut au cliquetis obscène des macles et roulis photo 4 pour julius baltazar 1 le si grant dol ai que ne la rencontre d’une epuisement de la salle, trois (mon souffle au matin et si tu dois apprendre à le 26 août 1887, depuis     sur la pente dernier vers aoi légendes de michel ce n’est pas aux choses écoute, josué, des voix percent, racontent accoucher baragouiner  tu ne renonceras pas.  la toile couvre les antoine simon 19  marcel migozzi vient de mise en ligne prenez vos casseroles et portrait. 1255 :       sur mais jamais on ne       bruyan entr’els nen at ne pui       cerisi le 19 novembre 2013, à la « h&eacu  zones gardées de     depuis laure et pétrarque comme       glouss       les madame est toute bernard dejonghe... depuis à bernadette mais non, mais non, tu able comme capable de donner pour jean gautheronle cosmos l’attente, le fruit de sorte que bientôt pour ma si elle est belle ? je un verre de vin pour tacher dernier vers aoi le géographe sait tout       quinze   pour olivier antoine simon 15 des quatre archanges que quant carles oït la       il dernier vers que mort après la lecture de       que  hier, 17 que reste-t-il de la       la edmond, sa grande sculpter l’air :   1) cette 1- c’est dans carles respunt :   au milieu de j’arrivais dans les       dans toute trace fait sens. que le texte qui suit est, bien je t’enfourche ma       le avant propos la peinture est ce paysage que tu contemplais dans les horizons de boue, de il existe au moins deux reprise du site avec la   ciel !!!! antoine simon 5 pierre ciel antoine simon 14 martin miguel art et c’est ici, me nous savons tous, ici, que normalement, la rubrique ce texte se présente li emperere par sa grant mise en ligne d’un dernier vers aoi "pour tes face aux bronzes de miodrag       un       d&eacu (À l’église religion de josué il écrirecomme on se est-ce parce que, petit, on  il y a le temps de bitume en fusion sur ce poème est tiré du dentelle : il avait "tu sais ce que c’est macles et roulis photo 7 vertige. une distance dernier vers aoi ecrire sur equitable un besoin sonnerait       vaches des voiles de longs cheveux tout en travaillant sur les pour maguy giraud et i mes doigts se sont ouverts pour yves et pierre poher et les dieux s’effacent f les rêves de       sur le       sur immense est le théâtre et       longte dans le monde de cette       ce quatrième essai de station 1 : judas je suis "je me tais. pour taire.       sur la vie humble chez les  de même que les  l’exposition  quelque chose la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES DANS LE NID DE L’AIGLE > VOLUME 5
<- CLIX | CLXI ->
CLX

Première publication : 17 décembre 2008

Clefs : citations , Dieu , Josué


Tout en travaillant sur les bavardages, caquetages de la salle, les reprenant, déchirant, répercutant, tordant, Josué revivait l’effet de décollement de soi que provoquait en lui le travail de combinatoire et de dislocation des textes. En entendant ces éclatements, il connaissait à nouveau cette impression d’absolue présence du texte et des corps et d’irréalité, comme, au fond, le goût du péché : l’impression de se libérer sans trêve d’un pesant et –enfin- inadmissible interdit et de le sentir pourtant encore sans trêve comme interdit… « Toute libération a-t-elle ce goût de souffrance ou de soufre et cet arrière goût de dérision ?” “Allons, allons, Josué, prends donc les choses calmement. Ne le laisse aller ni à l’angoisse, ni à la colère, ni à aucune de ces sautes d’humeur : tu sais bien qu’elles n’ont aucun effet, qu’elles t’exténuent, et te laissent sur le cœur le goût amer de l’inutile et de la vanité, qu’elles reviendront le plus souvent sous la forme du regret dans tes souvenirs... Je t’ai dit si souvent d’apprendre la sérénité, l’égalité des sentiments, la joie tranquille des apaisements. Pose-toi, chose du monde, parmi les choses du monde, confiant, sous mon omnipotent regard.” – “Tu parles d’or, vraiment, songeait Josué, sans rien répondre.” Je suis cette articulation particulière et inattendue, de matières premières et de langue, constitué par une altérité minérale, métallique et linguistique. En quoi je suis frère de mes frères comme moi constitués, et fils, comme eux, de ces matières qui, toujours les mêmes depuis le Cambrien, ont constitué le premier océan, la première soupe. Ce qui me constitue est de même nature que ce qui pousse les montagnes et agite les ouragans. C’est la pensée de toi qui me tient et me porte et hors de moi me tire et hors de toi et de nous , le souvenir de nos rencontres les repas pris en commun. Et que ce ne soit ni mots ni chant d’amour mais le chant des anges de Dieu et si ce ne doit être qu’amour qu’il soit en lui-même densément retourné aux dimensions d’un neutron réduit de lui même infiniment alourdi de ce silence bâti né à l’extrême fin d’une séquence d’implosion d’espace hors de lui en même temps espace tant déployé dans l’espace qu’il en demeurera le grondement éblouissant et grave jusqu’à la dernière goutte de temps au fond des viscères, boyaux et cloaques comme dans la vacuum vibrant que notre ignorance installe entre les galaxies. J’implore en vain le retour de l’illusion des lendemains ici c’est l’heure trop inquiète le chemin aux mille détours la filature des insectes l’espace ouvert au fond des puits AOI

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette