BRIBES EN LIGNE
      &n josué avait un rythme  il est des objets sur       &eacut       six de soie les draps, de soie dans le respect du cahier des       la journée de     longtemps sur     &nbs       l̵ "la musique, c’est le à la bonne temps de pierres dans la première j’ai relu daniel biga, le texte qui suit est, bien       au (la numérotation des ki mult est las, il se dort on trouvera la video approche d’une Éléments -       l̵  avec « a la     sur la pente chairs à vif paumes de mes deux mains station 5 : comment la fonction, les petites fleurs des " je suis un écorché vif. nos voix     de rigoles en   1) cette       m̵ le 23 février 1988, il    en au seuil de l’atelier pour andré villers 1) « pouvez-vous "nice, nouvel éloge de la station 4 : judas  rêve, cauchemar,  au travers de toi je f j’ai voulu me pencher glaciation entre     son j’ai parlé a toi le don des cris qui l’erbe del camp, ki   anatomie du m et comment entrer dans une       pourqu et tout avait 0 false 21 18 temps où les coeurs un trait gris sur la  mise en ligne du texte passent .x. portes, la fraîcheur et la comme c’est     oued coulant si j’étais un nice, le 18 novembre 2004   j’ai souvent « 8° de de pa(i)smeisuns en est venuz       la af : j’entends deuxième essai le si, il y a longtemps, les vous êtes madame est une torche. elle sur la toile de renoir, les quatre si la mer s’est quando me ne so itu pe pour jean gautheronle cosmos       reine       force cet article est paru dans le ce poème est tiré du v.- les amicales aventures du de sorte que bientôt  improbable visage pendu  hier, 17 macles et roulis photo 3 sculpter l’air : le corps encaisse comme il   que signifie fin première     à et si au premier jour il pour qui veut se faire une madame aux rumeurs pour jean-marie simon et sa le temps passe si vite,   la production ce texte m’a été et si tu dois apprendre à station 7 : as-tu vu judas se polenta nice, le 30 juin 2000 antoine simon 29 ce va et vient entre     vers le soir spectacle de josué dit quand les mots normal 0 21 false fal   un merci au printemps des pas une année sans évoquer vous dites : "un pluies et bruines, antoine simon 2 À max charvolen et pour michèle gazier 1) guetter cette chose      & onze sous les cercles sors de mon territoire. fais onzième       au madame des forêts de antoine simon 31 c’est pour moi le premier la langue est intarissable histoire de signes . les enseignants : dernier vers aoi en 1958 ben ouvre à frères et depuis le 20 juillet, bribes légendes de michel     faisant la       un cliquetis obscène des  les œuvres de je meurs de soif générations monde imaginal, saluer d’abord les plus autre essai d’un antoine simon 6 coupé le sonà il ne reste plus que le dernier vers aoi i mes doigts se sont ouverts       la       l̵       et tu je déambule et suis antoine simon 22 avant propos la peinture est au lecteur voici le premier juste un mot pour annoncer et je vois dans vos pour helmut   dits de le 26 août 1887, depuis lentement, josué cher bernard a la libération, les aux george(s) (s est la sa langue se cabre devant le tous ces charlatans qui   au milieu de pour michèle ils avaient si longtemps, si  les premières  le grand brassage des encore la couleur, mais cette quant carles oït la autre citation"voui allons fouiller ce triangle   jn 2,1-12 :    courant       bruyan accoucher baragouiner     pourquoi   un vendredi poème pour       le martin miguel art et       j̵ nous dirons donc quelque temps plus tard, de pour nicolas lavarenne ma jamais je n’aurais on peut croire que martine ils s’étaient pour raphaël "ah ! mon doux pays, l’existence n’est f le feu s’est madame est une le scribe ne retient noble folie de josué,       dans dernier vers aoi pour andré leonardo rosa torna a sorrento ulisse torna  il y a le je crie la rue mue douleur pour robert références : xavier le geste de l’ancienne, antoine simon 13       avant       les       une les plus terribles     &nbs pour daniel farioli poussant soudain un blanc fauche le antoine simon 20       apr&eg toutes ces pages de nos     cet arbre que 1-nous sommes dehors. antoine simon 23 m1       dernier vers aoi lancinant ô lancinant moisissures mousses lichens merci à marc alpozzo       &ccedi j’ai en réserve  de la trajectoire de ce envoi du bulletin de bribes ne pas négocier ne dans les carnets   tout est toujours en réponse de michel sous l’occupation       le       sous jusqu’à il y a Ç’avait été la nous lirons deux extraits de la tentation du survol, à huit c’est encore à     tout autour chercher une sorte de une errance de la légende fleurie est a l’aube des apaches, antoine simon 3  je signerai mon le 2 juillet f le feu est venu,ardeur des       dans toute une faune timide veille il était question non face aux bronzes de miodrag       le       &agrav     ton très saintes litanies décembre 2001. dernier vers aoi       sur tu le saiset je le vois bribes en ligne a       il attelage ii est une œuvre quatrième essai rares dans le pain brisé son tout en travaillant sur les aucun hasard si se dire que le livre est une toujours les lettres : nouvelles mises en i en voyant la masse aux tout en vérifiant je dors d’un sommeil de       embarq béatrice machet vient de mesdames, messieurs, veuillez je serai toujours attentif à quand c’est le vent qui dernier vers aoi attention beau  les éditions de granz fut li colps, li dux en dont les secrets… à quoi les parents, l’ultime religion de josué il       object  hors du corps pas régine robin, il n’y a pas de plus j’écoute vos       apr&eg  tu ne renonceras pas. là, c’est le sable et vue à la villa tamaris dans ce pays ma mère écoute, josué, d’un bout à carles li reis en ad prise sa libre de lever la tête introibo ad altare dans ce périlleux pour julius baltazar 1 le   je n’ai jamais se placer sous le signe de je découvre avant toi aux barrières des octrois   voici donc la  ce mois ci : sub et voici maintenant quelques passet li jurz, si turnet a       p&eacu       journ&   le 10 décembre dernier vers aoi f les marques de la mort sur avec marc, nous avons le 15 mai, à ce n’est pas aux choses dans le patriote du 16 mars       la       " traquer       l̵ la question du récit macles et roulis photo 7 et il fallait aller debout ensevelie de silence, nice, le 8 octobre rimbaud a donc intendo... intendo ! le lent tricotage du paysage       cette tout mon petit univers en raphaël     les fleurs du       ton c’est un peu comme si, (josué avait lentement je suis occupé ces couleur qui ne masque pas troisième essai antoine simon 33 je ne peins pas avec quoi, etudiant à       coude faisant dialoguer vertige. une distance dernier vers aoi c’est extrêmement       ...mai premier essai c’est "je me tais. pour taire. errer est notre lot, madame, pour jean-louis cantin 1.- ce jour-là il lui ainsi va le travail de qui temps où le sang se si tu es étudiant en seins isabelle boizard 2005 thème principal :       sur seul dans la rue je ris la cet univers sans pour angelo mise en ligne     après apaches : dimanche 18 avril 2010 nous dans le train premier dernier vers aoi       le mon cher pétrarque, écrirecomme on se clers est li jurz et li clere est la noit e la si grant dol ai que ne       la    de femme liseuse toutes sortes de papiers, sur   pour théa et ses nu(e), comme son nom la terre nous       dans       pass&e       sur       au ma voix n’est plus que viallat © le château de    nous   pour olivier la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES DANS LE NID DE L’AIGLE > VOLUME 5
<- CLX | CLXII ->
CLXI

Première publication : 17 décembre 2008

Clefs : art , biographies


Si j’avais de son corps, à quelques lueurs près, une connaissance d’aveugle, elle était complète, intime, profonde, indéfiniment répétée avec cette lenteur qui laisse au désir le temps de s’épanouir longuement avant de s’assouvir, aux rêves de se développer bien au delà du cercle des corps, du cadre des lits et des chambres, des bruits et des odeurs des endroits où nous nous trouvions. Voici les deux choses qui le passionnèrent le plus tout le long de sa vie : herboriser et dessiner. Il avait toujours eu de la tendresse pour les végétaux. Surtout les petits. Tendresse… Profonde ? Eh bien… Il ne pouvait regarder sans une émotion bête et douce (vous diriez « émotion », vous ?) un myosotis. Minuscule, un myosotis. Et… “tendre” ? Ou une fleur de sureau (poussière colorée). Une campanule. Les ombelles foisonnantes. Le bleu fuyant de l’ellébore. Il regrettait de ne pas tout connaître de ce peuple lent, éphémère, sage et très chatoyant. Le dessin était du même ordre. Il aimait cette distante caresse sur les objets du monde qui semblait ne donner d’eux que le superficiel, à cela près que le crayon qui fait son trait sur la feuille trace en même temps en nous un solide sillon. Le dessin le fascinait d’autant plus qu’il était très maladroit dans ce domaine. Toute sa vie il pensa qu’il se serait plu à rester bien sagement là à croquer des insignifiances ! Et... Des murailles tombent. Effroi en voyant dégagé devant soi un espace jusqu’alors clos. Plaisir aussi de parcourir l’espace dégagé. Et effroi du plaisir. Et plaisir encore de l’effroi. Les murs rasés sont ne sont pas que ruines. Détruire. Plaisir et peur de détruire. Intrus à soi même. En dehors des murailles, nomades, errance. Statuettes. Espace ouvert au fond des puits le frémissement des pales statuettes l’horizon sans cesse en chute Sumer ou Cyclades ou déesse de Malte ses lunes vibrantes au sol ce qui fuit et qui renaît sous les cercles enchevêtrés. Statuette et cette émotion particulière quand on se trouve dans ce lieu de naissances quand ce qui est en train de naître, de prendre corps, c’est l’écriture. C’est l’histoire. Objets porteurs, portes, portées de l’histoire. Depuis le premier biface. La première trace visible-lisible. Nous devons apprendre à prendre leur charge sur nous. Emprunter leur passage. Interpréter leur partition. Guetteurs, veilleurs, éveilleurs d’histoire. À proprement parler, ils sont une archéologie du signe Je bois ivre dans l’or des rives Lève ses rêves Lève des rêves Bruit de l’eau casse c’est la vie passe et tremble Argent des ombres Reflets de lune Algues eau ciel qui tremble.

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette