BRIBES EN LIGNE
on préparait et  riche de mes folie de josuétout est on trouvera la video  je signerai mon la route de la soie, à pied,       &n 1- c’est dans ma mémoire ne peut me raphaËl macles et roulis photo 7 un tunnel sans fin et, à sa langue se cabre devant le l’une des dernières       aujour je découvre avant toi légendes de michel       le 10 vers la laisse ccxxxii pour philippe c’est ici, me à sylvie madame a des odeurs sauvages au lecteur voici le premier   ces sec erv vre ile en cet anniversaire, ce qui et te voici humanité j’ai donc   d’un coté,   six formes de la   marcel       pav&ea       apr&eg mougins. décembre le grand combat : le passé n’est tout mon petit univers en  tous ces chardonnerets   maille 1 :que dernier vers s’il marché ou souk ou deux ce travail vous est quant carles oït la il ne reste plus que le l’appel tonitruant du le 2 juillet ce monde est semé j’oublie souvent et un trait gris sur la sainte marie, vertige. une distance préparation des pour andrée antoine simon 25 juste un bien sûrla pierre ciel f j’ai voulu me pencher dans les horizons de boue, de derniers vers sun destre la gaucherie à vivre, rêves de josué,       sur       parfoi       allong     le cygne sur deuxième apparition de histoire de signes .       voyage mult est vassal carles de       sur le geste de l’ancienne,       le le nécessaire non a dix sept ans, je ne savais       soleil hans freibach : quatrième essai rares dans les rêves de la 1-nous sommes dehors. charogne sur le seuilce qui     après premier essai c’est pour yves et pierre poher et       pour dans le respect du cahier des l’art c’est la etait-ce le souvenir ouverture d’une à la bonne napolì napolì       le   3   

les paroles de chamantu la liberté s’imprime à de sorte que bientôt on a cru à religion de josué il dernier vers aoi dernier vers doel i avrat, autre citation"voui carissimo ulisse,torna a c’est extrêmement sors de mon territoire. fais merle noir  pour ajout de fichiers sons dans neuf j’implore en vain     nous (vois-tu, sancho, je suis le texte qui suit est, bien       deux autre petite voix je serai toujours attentif à antoine simon 22       voyage je suis granz est li calz, si se j’ai changé le de tantes herbes el pre       tourne macles et roulis photo 1 dans les carnets     une abeille de       la allons fouiller ce triangle       un mi viene in mentemi le scribe ne retient dire que le livre est une petites proses sur terre le proche et le lointain traquer que d’heures suite du blasphème de marcel alocco a deuxième vue à la villa tamaris carissimo ulisse,torna a laure et pétrarque comme clquez sur a toi le don des cris qui nous lirons deux extraits de je suis occupé ces  née à antoine simon 19 thème principal :  “... parler une toutes sortes de papiers, sur       j̵ mille fardeaux, mille madame est une torche. elle  tu vois im font chier     extraire   voici donc la l’erbe del camp, ki       bruyan       reine violette cachéeton merci à marc alpozzo et…  dits de comme ce mur blanc jusqu’à il y a journée de rare moment de bonheur, l’illusion d’une si grant dol ai que ne mes pensées restent       baie   j’ai souvent les plus vieilles       une la vie est dans la vie. se je suis bien dans voici des œuvres qui, le         or pour andré villers 1) mon travail est une encore la couleur, mais cette pure forme, belle muette,       entre onze sous les cercles   tout est toujours en seul dans la rue je ris la tu le saiset je le vois     ton dernier vers aoi s’ouvre la       coude il était question non nos voix       fleure c’est vrai le 26 août 1887, depuis    7 artistes et 1 "ah ! mon doux pays, dernier vers aoi paien sunt morz, alquant la terre a souvent tremblé c’est pour moi le premier les enseignants : quand vous serez tout intendo... intendo ! qu’est-ce qui est en le vieux qui       cerisi les cuivres de la symphonie générations une autre approche de ici. les oiseaux y ont fait cher bernard nu(e), comme son nom sept (forces cachées qui À max charvolen et martin       &eacut tous feux éteints. des antoine simon 20      &       pav&ea prenez vos casseroles et pour martine, coline et laure       dans ce qui aide à pénétrer le       fourmi deuxième essai soudain un blanc fauche le deux ajouts ces derniers les plus terribles nice, le 18 novembre 2004 le lent déferlement non, björg, vous êtes des voix percent, racontent f qu’il vienne, le feu       & pour m.b. quand je me heurte a la femme au macles et roulis photo 4 dernier vers aoi  “ne pas un besoin de couper comme de dernier vers aoi nice, le 30 juin 2000     chant de sous la pression des   (dans le       aux moi cocon moi momie fuseau d’ eurydice ou bien de       fourr& josué avait un rythme pour ma       la bien sûr, il y eut       le comme une suite de ainsi va le travail de qui quand nous rejoignons, en     dans la ruela station 7 : as-tu vu judas se zacinto dove giacque il mio dernier vers aoi raphaël pour lee c’est la peur qui fait li emperere s’est       " pas sur coussin d’air mais station 5 : comment pour  un livre écrit    au balcon face aux bronzes de miodrag  l’exposition  outre la poursuite de la mise ] heureux l’homme dernier vers aoi  la toile couvre les       la légende fleurie est       fleur d’un côté le glacis de la mort « amis rollant, de pour jacqueline moretti, non... non... je vous assure, samuelchapitre 16, versets 1 a grant dulur tendrai puis à dans le monde de cette   que signifie quelque chose       dans "la musique, c’est le l’éclair me dure, dernier vers que mort temps de pierres dans la pas même       jardin vedo la luna vedo le       m̵ trois (mon souffle au matin       ...mai tu le sais bien. luc ne normal 0 21 false fal  au mois de mars, 1166     pluie du l’heure de la "ces deux là se 13) polynésie  dernier salut au toulon, samedi 9   ciel !!!! antoine simon 10 c’est la distance entre  au travers de toi je    de femme liseuse       juin       assis quel ennui, mortel pour       droite pour mon épouse nicole régine robin, c’est la chair pourtant certains prétendent  “ce travail qui antoine simon 2 pour nicolas lavarenne ma       apr&eg décembre 2001. je meurs de soif siglent a fort e nagent e antoine simon 5 les durand : une je crie la rue mue douleur Ç’avait été la     de rigoles en spectacle de josué dit le 26 août 1887, depuis heureuse ruine, pensait dans ce périlleux       dans       crabe- antoine simon 18       gentil   encore une 1.- les rêves de comme c’est la mort, l’ultime port, cet article est paru dans le     chambre       " des voiles de longs cheveux la liberté de l’être la réserve des bribes elle disposait d’une       six (dans mon ventre pousse une autre citation grant est la plaigne e large   iv    vers travail de tissage, dans bel équilibre et sa des conserves ! la galerie chave qui j’ai parlé       la et il parlait ainsi dans la tout en vérifiant       fourr& il n’y a pas de plus s’égarer on À max charvolen et il aurait voulu être       dans       bonheu pour michèle je ne peins pas avec quoi, sixième       banlie bribes en ligne a   un vendredi 0 false 21 18 l’ami michel ils sortent quel étonnant là, c’est le sable et       les lorsque martine orsoni       en i.- avaler l’art par rm : nous sommes en "si elle est mais jamais on ne la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Approches littéraires > C’est pour dire...

JPEG - 23 ko
Seins
Isabelle Boizard 2005 ©

Ici on détaille. Ici, on étiquette. On emballe. On met en caisse, en sac. Ici on code. Des fragments. Non, pas des fragments, des morceaux de corps ; je dirais bien aussi des « pièces », au sens que la boucherie donne à ce mot : torses, seins, hanches, sexes pieds. Et cela nous est jeté, ainsi, sans séduction aucune. Cadre de bois brut, pochoirs, peinture mal léchée surlignée de rouge.


Bois blanc poor wood c’est la pittura buttata

dégouttant facendo forme

it’s a bad painting it looks like un pezzo appeso

torses sex feet hanches piedi

Ici la désignation des fragments est double : par le travail du peintre, d’abord, par la technique du code barre, ensuite…
« Best before end… » annonce tel titre… et la date qui suit nous inscrit dans un double paradoxe : tout cela est bien meilleur… avant la fin du travail de l’artiste… Ce qu’Isabelle Boizard nous donne à voir, ce qu’elle nous permet de mettre à distance, ce à quoi elle nous permet de survivre, peut-être, c’est la tragédie de l’homme marchandisé.


you say it’s best before you read it’s best

before fin mais quoi de quoi c’est pér déjà rimé c’est date dép

mais vous ne saisissez pas no intendo niet nothing

so beautiful so sad so bad too bad too immensely sad

Ce monde est rude ; il n’a rien d’aimable. Nos corps s’y perdent, démembrés ; l’étiquette du code barre est un dérisoire et mortifère papillon. Et sont remontées à ma mémoire les premières œuvres que j’ai vues d’Isabelle Boizard : des corps souffrants dont elle avait recueilli l’intolérable souffrance en Ethiopie…

vous ne pouvez pas décoder c’est ainsi

l’impossibile lettura del codice on dit code codex may be mais

before what or when si vous n’avez pas la douchette

le scan vous ne saurez pas quoi le code c’est notre vanité d’

aujourd’hui le code illisible

vous ne saurez pas before when nor what vous ne saur ne pourrez p

pas livré le code du code before death

Il y a dans le travail d’Isabelle Boizard comme un écho de nos classiques
vanités : « Ce monde est rude, il n’a rien d’aimable, médite sur la vanité des choses, et cherche à t’en détacher… »


indeed before death prima di prima di mor prima della fine certo mais
c’est quand ça ces chairs qui se

défont couleurs dégou dégoulinantes chairs défaites

tu te dis la date te ne sarai accorto my dear croassant dans un air figé

parmi des plu nevermore nevermore ça tourbill papillon comme le

croassant never so good and best ce pied cette ombre

addio addio fiorello

màs nunca mi amor mi corazon

Publication en ligne : 19 juillet 2008
Première publication : avril 2005 / présentation d’exposition

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette