BRIBES EN LIGNE
      fourmi       " troisième essai       va ( ce texte a       ton rm : d’accord sur histoire de signes . le texte qui suit est, bien       pour d’un bout à les dieux s’effacent li emperere par sa grant faisant dialoguer       l̵ légendes de michel     m2 &nbs       bonheu des quatre archanges que régine robin, un verre de vin pour tacher       la     les provisions       au références : xavier       ce dans ce pays ma mère       en un ce qui fait tableau : ce dernier vers aoi le tissu d’acier et tout avait « h&eacu     à printemps breton, printemps je sais, un monde se …presque vingt ans plus certains soirs, quand je et il fallait aller debout écoute, josué,   ces sec erv vre ile de toutes les antoine simon 5   se       soleil clers est li jurz et li       juin dernier vers aoi la pureté de la survie. nul  un livre écrit le geste de l’ancienne, juste un       allong       en la vie est ce bruissement dernier vers aoi et que dire de la grâce diaphane est le mot (ou sur la toile de renoir, les       &agrav       la temps où les coeurs  hors du corps pas  le grand brassage des (la numérotation des       journ& polenta portrait. 1255 : bernard dejonghe... depuis pour mireille et philippe la bouche pleine de bulles toutes sortes de papiers, sur       dans un homme dans la rue se prend       bonhe et encore  dits dans l’innocence des ouverture de l’espace    7 artistes et 1 les petites fleurs des il n’est pire enfer que m1       que d’heures     tout autour tes chaussures au bas de art jonction semble enfin si j’étais un       cerisi g. duchêne, écriture le 1-nous sommes dehors. "et bien, voilà..." dit les cuivres de la symphonie edmond, sa grande depuis le 20 juillet, bribes j’ai relu daniel biga, chaque automne les antoine simon 11 nouvelles mises en le 19 novembre 2013, à la pour frédéric toi, mésange à       le ço dist li reis :       je me des voix percent, racontent la liberté de l’être       il vous êtes chairs à vif paumes ce jour-là il lui ajout de fichiers sons dans   le texte suivant a     une abeille de   iv    vers madame dans l’ombre des   l’oeuvre vit son il y a dans ce pays des voies de la accoucher baragouiner carissimo ulisse,torna a madame porte à "je me tais. pour taire.         &n  dans toutes les rues  “la signification antoine simon 20       fourr& je découvre avant toi "ces deux là se       les aux barrières des octrois a propos de quatre oeuvres de pour jean-louis cantin 1.-       chant de ce qui aide à pénétrer le   d’un coté, mieux valait découper  les trois ensembles station 3 encore il parle ce 28 février 2002. introibo ad altare charogne sur le seuilce qui       ( dernier vers aoi des quatre archanges que (josué avait la réserve des bribes       " le travail de bernard       dans pour michèle gazier 1)       longte l’une des dernières  le livre, avec la vie est dans la vie. se       tourne quant carles oït la la langue est intarissable nice, le 18 novembre 2004 abu zayd me déplait. pas « pouvez-vous antoine simon 12   pour olivier       dans la légende fleurie est tant pis pour eux. pour martine de tantes herbes el pre       sur dieu faisait silence, mais   un vendredi ne faut-il pas vivre comme fontelucco, 6 juillet 2000 on croit souvent que le but tout est possible pour qui         or agnus dei qui tollis peccata   (à À max charvolen et martin seul dans la rue je ris la folie de josuétout est   ciel !!!! antoine simon 28 pour andré villers 1) attendre. mot terrible.   que signifie       epuisement de la salle, mi viene in mentemi madame déchirée (elle entretenait présentation du pour lee       sur       voyage grande lune pourpre dont les le lourd travail des meules c’est parfois un pays l’impossible a la femme au       au       retour       &n quelques textes 1 la confusion des À peine jetés dans le vous dites : "un deuxième approche de tout le problème abstraction voir figuration mougins. décembre sculpter l’air : deux ajouts ces derniers       un ce texte m’a été un tunnel sans fin et, à dont les secrets… à quoi ce qui importe pour bruno mendonça       reine a claude b.   comme à la mémoire de la vie humble chez les onzième   la production poème pour       je il ne s’agit pas de peinture de rimes. le texte jusqu’à il y a       &eacut d’abord l’échange des able comme capable de donner     au couchant       pass&e antoine simon 22       pourqu 0 false 21 18 en ceste tere ad estet ja morz est rollant, deus en ad quand c’est le vent qui le 26 août 1887, depuis c’est le grand passet li jurz, si turnet a la mort, l’ultime port, "tu sais ce que c’est       p&eacu     surgi   né le 7 intendo... intendo !       à       deux antoine simon 6 dernier vers aoi "pour tes rêves de josué, toutefois je m’estimais     le la brume. nuages la danse de       ce dernier vers aoi je suis occupé ces  les premières un titre : il infuse sa encore une citation“tu moisissures mousses lichens il est le jongleur de lui madame aux rumeurs le passé n’est la liberté s’imprime à quand il voit s’ouvrir, dernier vers aoi lu le choeur des femmes de allons fouiller ce triangle carcassonne, le 06 les étourneaux ! dentelle : il avait hans freibach : la force du corps, certains prétendent avec marc, nous avons       au la musique est le parfum de pour m.b. quand je me heurte réponse de michel     du faucon       la imagine que, dans la       mouett au commencement était sa langue se cabre devant le À perte de vue, la houle des       banlie les dernières pour ma ouverture d’une mille fardeaux, mille  ce mois ci : sub       dans samuelchapitre 16, versets 1 dernier vers aoi madame a des odeurs sauvages     les fleurs du pour andrée       nuage autre citation la route de la soie, à pied, merci à marc alpozzo     l’é c’est pour moi le premier       voyage deux ce travail vous est patrick joquel vient de la tentation du survol, à       fleure       le elle réalise des des conserves !       droite  dernières mises   ces notes l’instant criblé    seule au et ma foi, se reprendre. creuser son lorsque martine orsoni les installations souvent,       sur mesdames, messieurs, veuillez vi.- les amicales aventures pourquoi yves klein a-t-il spectacle de josué dit avant dernier vers aoi jamais si entêtanteeurydice Être tout entier la flamme il y a tant de saints sur bribes en ligne a       les rêve, cauchemar, je n’ai pas dit que le vous avez le vieux qui quel étonnant   est-ce que les durand : une gardien de phare à vie, au autres litanies du saint nom antoine simon 23       reine ne pas négocier ne je me souviens de vous n’avez c’est la chair pourtant       sur       l̵ il s’appelait       m̵ le lent déferlement mais jamais on ne neuf j’implore en vain       &agrav pluies et bruines,       sur pour andré sixième antoine simon 29 d’ eurydice ou bien de mult ben i fierent franceis e ce texte se présente de mes deux mains je serai toujours attentif à si elle est belle ? je et ces antoine simon 24 première  de même que les 1 au retour au moment dernier vers aoi dans ce périlleux lentement, josué dernier vers aoi  “ne pas       d&eacu ce le scribe ne retient 1254 : naissance de       aujour       cette c’est seulement au tout en vérifiant  de la trajectoire de ce reflets et echosla salle la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Approches littéraires > Martine Orsoni

De prime abord, il n’est guère de fleur qui semble plus simple et directe que la Marguerite, aussi aurais-tu pu être en droit d’attendre que la sainte qui porte ce nom fût aussi simple et directe que cette tendre fleur dont les pétales blancs cernent un coeur d’or comme le plus pur amour. Pourtant tu sais bien que dès que tu touches à ses pétales et qu’un à un tu les démembres, ils savent te dire cinq des degrés de l’amour.
Tu sais aussi qu’avant d’être le nom d’une fleur prophétique, marguerite est celui de cette pure pierre blanche qui naît d’une affection, d’une irritation, des coquillages dont la chair est si humide et tendre, et le goût si chargé des fragrances de la mer que je ne saurais y porter les lèvres et la langue sans que ma bouche s’emplisse de rêves de fleurs de femmes...
Tu apprendras encore, pour compléter cette approche hésitante, qu’il existe deux saintes portant ce nom, et que l’une des deux au moins, eut au moins deux vies.
Tu sauras donc que Sainte Marguerite Pélage vécut, du jour de son mariage, qu’elle s’abstint de consommer, jusqu’à sa mort, dans un monastère, sous la bure et le nom de frère Pélage ; que, sous ce masque, elle fut durement punie, pour ce que l’on crut qu’elle avait commis le péché de chair, en déflorant une jeune vierge. Elle en subit sans parler toutes les rigueurs. Ce n’est qu’à sa mort que la chose se révéla et l’on sut alors que le moine condamné avait été une nonne qui avait gardé dans le secret de sa plus odorante intimité la perle de sa virginité. Savoir qu’elle était fille ne fut pas malaisée ; avoir qu’elle était demeuré vierge apparut aux femmes qui l’examinèrent, par la mystérieuse méthode qui permet de savoir, en considérant une portion de ciel, si un oiseau y est passé, et qui permet de même d’observer une eau courante pour savoir si un poisson y est passé. Du moins si l’on en croit la sagesse de Salomon.
Cette Marguerite là est la patronne de toutes celles et de tous ceux qui souffrent en raison d’un sexe qu’on leur attribue et qui n’est pas le leur.
Ton incertitude grandira quand tu sauras que l’autre Marguerite, très belle et sage bergère, eut à souffrir et à mourir d’avoir été aimé du préfet Olybrius dont elle ne voulait pas. Après avoir subi toutes sortes d’affronts, elle pria J.-C. de lui montrer l’ennemi qu’elle avait à combattre. C’est alors qu’un dragon épouvantablement long, debout sur ses grosses cuisses rondes et velues, se présenta à elle et lui montra une gueule qu’il avait énorme et comme fendue en son sommet en une sorte de cimier inversé, et qu’il ouvrit immensément dans un grand bruit semblable aux mille halètements d’une meute en chasse et très furieuse et en propageant autour de lui une odeur aussi forte que celle de mille marais d’automne pourrissant sous des avalanches de vieux musc, si bien que d’aucuns, jusqu’au loin, en perdirent les sens. Le dragon posa sa gueule sur la tête de Marguerite et, pesant sur elle, lui empêcha tout mouvement ; après quoi, il découvrit une langue gluante, épouvantablement pustuleuse, tailladée et fétide, qui s’allongea jusqu’aux pieds de la vierge dont il bloqua les talons. L’ayant ainsi réduite à sa merci, en un sursaut il replia la langue en refermant la gueule, de sorte qu’il goba la vierge avec la même aisance que nous le faisons d’une huître. Alors, Marguerite, mue par le souci de sa virginité et l’amour de N.S.J.-C., se munit du signe de la croix en disant :

"Loué sois-tu ô mon seigneur
Parce que tu m’as montré mon ennemi
Et qu’ainsi tu m’as donné la force de le combattre”

Tu sauras enfin, qu’ayant dit, elle se signa, et qu’aussitôt le dragon creva comme le font les bulles de savon qui amusent les enfants et plongent dans la perplexité les apprentis physiciens.

Publication en ligne : 31 décembre 2008
Première publication : novembre 1993 / catalogue d’exposition

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette