BRIBES EN LIGNE
s’égarer on je rêve aux gorges le tissu d’acier       va     l’é dernier vers aoi   rien n’est plus ardu       d&eacu i.- avaler l’art par pour yves et pierre poher et trois tentatives desesperees sainte marie, (ô fleur de courge... charogne sur le seuilce qui f le feu m’a temps où les coeurs dans les hautes herbes vous deux, c’est joie et et si au premier jour il dernier vers aoi       au ce qui aide à pénétrer le       " (en regardant un dessin de au lecteur voici le premier     oued coulant quand nous rejoignons, en   pour olivier du bibelot au babilencore une   adagio   je le coeur du c’est ici, me les étourneaux ! au programme des actions moisissures mousses lichens   anatomie du m et temps de cendre de deuil de j’oublie souvent et quatrième essai de archipel shopping, la       &n       bonheu dorothée vint au monde       deux de proche en proche tous       pass&e le 23 février 1988, il un trait gris sur la  le grand brassage des une errance de la fraîcheur et la exacerbé d’air autre petite voix       soleil écrirecomme on se suite de rêves de josué,       jonath il existe deux saints portant station 1 : judas un verre de vin pour tacher       dans deux mille ans nous préparation des       &       et tu les enseignants :    regardant       la beaucoup de merveilles       quand f les marques de la mort sur       parfoi       fourr&  de même que les autre citation   ces notes sequence 6   le  de la trajectoire de ce lu le choeur des femmes de clere est la noit e la "et bien, voilà..." dit attention beau il pleut. j’ai vu la j’écoute vos       fleur cette machine entre mes printemps breton, printemps       sur  les trois ensembles  “la signification faisant dialoguer macles et roulis photo 7  jésus macles et roulis photo tout en travaillant sur les a supposer quece monde tienne cinquième citationne on croit souvent que le but       neige frères et genre des motsmauvais genre seul dans la rue je ris la s’ouvre la le pendu chaises, tables, verres, l’erbe del camp, ki       b&acir au commencement était chercher une sorte de des voiles de longs cheveux "pour tes f j’ai voulu me pencher martin miguel art et nouvelles mises en paien sunt morz, alquant     [1]    j’ai souvent 1) la plupart de ces  avec « a la pour andrée       &ccedi la danse de la force du corps, il n’est pire enfer que ce qui importe pour        le livre, avec antoine simon 19 poème pour   la production je ne sais pas si apaches :       la constellations et nice, le 8 octobre un titre : il infuse sa       object       en       le    en pour egidio fiorin des mots une autre approche de antoine simon 24 rêve, cauchemar,   voici donc la au matin du ma mémoire ne peut me coupé le sonà à la mémoire de       l̵ le soleil n’est pas outre la poursuite de la mise jamais je n’aurais si elle est belle ? je       vu l’heure de la a la libération, les       &agrav les parents, l’ultime   saint paul trois    nous le recueil de textes on cheval dernier vers aoi la terre a souvent tremblé       la branches lianes ronces nous viendrons nous masser madame est une ainsi va le travail de qui clers est li jurz et li macles et roulis photo 4 pure forme, belle muette, ainsi alfred… antoine simon 25       &eacut je meurs de soif         les …presque vingt ans plus et il parlait ainsi dans la a dix sept ans, je ne savais le passé n’est il semble possible deuxième essai antoine simon 16 vertige. une distance  epître aux madame porte à la fraîcheur et la  je signerai mon (dans mon ventre pousse une       une neuf j’implore en vain     tout autour et la peur, présente autres litanies du saint nom titrer "claude viallat,       il le lent tricotage du paysage madame chrysalide fileuse troisième essai       bonhe       je merle noir  pour et voici maintenant quelques madame est une torche. elle la galerie chave qui tout est prêt en moi pour       " dans le pain brisé son intendo... intendo ! antoine simon 22   encore une tu le saiset je le vois raphaËl il existe au moins deux sur la toile de renoir, les madame, c’est notre assise par accroc au bord de       dans de mes deux mains a la femme au       su ouverture d’une  hors du corps pas il aurait voulu être pour marcel comme c’est     depuis l’impression la plus et  riche de mes ils avaient si longtemps, si carmelo arden quin est une suite du blasphème de  zones gardées de rm : nous sommes en pour m.b. quand je me heurte pour gilbert  pour jean le karles se dort cum hume vous dites : "un dans les carnets écoute, josué,       journ&         or seins isabelle boizard 2005 dans l’effilé de le ciel est clair au travers    courant   (à la bouche pure souffrance il arriva que avez-vous vu de pareïs li seit la le coquillage contre que reste-t-il de la les durand : une deuxième suite diaphane est le mot (ou madame est la reine des la lecture de sainte       le l’une des dernières 1.- les rêves de à cri et à journée de cher bernard je suis bien dans derniers vers sun destre       en un art jonction semble enfin je sais, un monde se granz est li calz, si se je reviens sur des antoine simon 27 tout mon petit univers en dix l’espace ouvert au       un macles et roulis photo 3 effleurer le ciel du bout des dans un coin de nice, ce  dans toutes les rues clquez sur non, björg,    7 artistes et 1 dans les carnets tu le sais bien. luc ne       m̵ la vie est dans la vie. se attendre. mot terrible. je n’ai pas dit que le  dans le livre, le mes pensées restent premier vers aoi dernier nous avons affaire à de voile de nuità la pour lee abu zayd me déplait. pas poussées par les vagues   un vendredi est-ce parce que, petit, on 13) polynésie    de femme liseuse normalement, la rubrique mon travail est une  “s’ouvre je t’ai admiré,  l’écriture       au mougins. décembre montagnesde i en voyant la masse aux       longte jouer sur tous les tableaux  l’exposition  sables mes parolesvous     dans la ruela la liberté s’imprime à passent .x. portes, cinquième essai tout couleur qui ne masque pas mult est vassal carles de je dors d’un sommeil de villa arson, nice, du 17 la poésie, à la je n’hésiterai difficile alliage de siglent a fort e nagent e       ce pas facile d’ajuster le si j’étais un ce qu’un paysage peut traquer viallat © le château de  les œuvres de se placer sous le signe de janvier 2002 .traverse       sur “dans le dessin très saintes litanies rare moment de bonheur, l’art c’est la m1       pour pierre theunissen la temps de pierres dans la   si vous souhaitez pour martin deuxième apparition     sur la la tentation du survol, à antoine simon 9       dans elle réalise des f dans le sourd chatoiement       le heureuse ruine, pensait rien n’est       sur le avec marc, nous avons les lettres ou les chiffres       un attelage ii est une œuvre il ne reste plus que le sixième pour andré villers 1) a claude b.   comme la légende fleurie est des quatre archanges que six de l’espace urbain,       au       midi       bien ce poème est tiré du     chambre bal kanique c’est errer est notre lot, madame, quand les mots ki mult est las, il se dort 0 false 21 18       sur ….omme virginia par la       la pie       p&eacu max charvolen, martin miguel le 15 mai, à pour helmut essai de nécrologie,     à la mastication des sixième la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Approches littéraires > Gérard Duchêne

 On peut passer une vie à parler ou à se taire ; je me tais en écrivant G.D. 1988

 

J’ai choisi de peindre avec le texte comme matière première GD

 

Il : Ecrire ou peindre ? Sous quelle étiquette peut-on te placer ?

Je : Je pourrais me mettre à vilipender les étiquettes. Ça ne m’intéresse plus. Il ne peut y avoir aucun doute là-dessus, indubitablement, je peins. Cela dit, la question mérite qu’on lui reconnaisse son poids de bizarrerie. Te viendrait-il une minute à l’esprit de demander à Corot s’il faut le classer parmi les peintres ou parmi les techniciens du paysage ? Ou à Cézanne ? Ou à Dürer s’il est zoologue ? Ou à Monet s’il se compte parmi les artistes du bassin ? La réponse tombe sous le sens : j’utilise de l’écriture comme Cézanne utilisait la sainte Victoire, ou Monet les nénuphars ou la cathédrale de Rouen... Je suis un paysagiste de l’écriture... Voilà. En première approche, je dirai que l’écriture, c’est la réalité que je représente. A ce point de la discussion j’ai deux choses à préciser qui tiennent au statut particulier que j’accorde à l’écriture dans mon travail. Tu sais que ce n’est pas n’importe quelle écriture qui me sert de "modèle". Je dis modèle pour reprendre l’idée des peintres de la figure que j’utilisais plus haut... Je me sers de ma propre écriture, de mes propres gestes et, en gros, de mes propres textes. Je crois que la précision est d’importance : je ne figure ni l’écriture, ni une écriture... pas même mon écriture, c’est mon "écrire" que je représente, comme acte et comme sens. Dire que je le représente n’est d’ailleurs pas très juste. Ma première approche était plus juste : mon modèle, c’est mon écrire, acte et sens. Ce qui t’est certainement aussi clairement apparu, c’est que je ne me pose aucunement en esthète de la forme des lettres ou du texte : ni écrivain (mon problème ce n’est ni le style, ni le calligramme), ni calligraphe. Ma deuxième précision semblerait peut-être prétentieuse si je n’étais pas en train d’écrire par la plume d’un autre (je l’ai dit : je ne suis pas écrivain... ni critique)... Il y aurait à écrire -parmi d’autres- une histoire de l’art qui serait celle des modèles : quel modèle (quel prétexte) est introduit à quel moment dans l’art, et pourquoi ? Y-a-t-il eu effet de retour de la figure sur son modèle, et quel est-il ? Quelle variation du statut de l’objet est figurée par sa définition comme modèle et induite par le travail de la peinture ? L’émotion produite par l’incendie de la sainte Victoire dans l’été 89, que devait-elle à Cézannne ? Le long cheminement, de la fin du moyen-âge à la renaissance, de la représentation des éléments du bâti dans l’art est bien entendu en rapport avec des évolutions de société : urbanisation puis valorisation d’une individualisation, voire d’une intimisation du vécu... Banal. Il serait moins banal de se demander ce que les motifs architecturaux dans la peinture ont pu apporter à l’architecture réelle. Et dans le cas de nos modèle plus contemporains, il faudrait se pencher sur le modèle industriel depuis l’impressionisme, le modèle "objet de consommation", depuis le début du siècle, depuis le ready made et les cubistes ; sur la masse de couleur comme modèle depuis Klein, sur le mouvement, le geste comme modèles... J’abrège : ce qui est important, c’est que, dans chaque cas, s’exprime, comme l’on dit, s’esthétise, un certain type de rapport au réel qui, chaque fois, vient faire varier le statut initial de l’objet concerné aussi bien dans le champ artistique que dans la réalité sociale. Ainsi, quand je me sers de mon écrire (acte et sens), j’ouvre la peinture à un type nouveau de modèle. Ce faisant, j’exprime un rapport inédit à l’écrire qui me paraît être particulier à notre époque ; j’oeuvre -j’opère - dans le statut de l’écrire. Mon modèle est singulier. J’ai déjà dit que ce n’est ni celui du calligraphe ni celui de l’écrivain. Ce n’est pas non plus celui de ces peintres de la calligraphie dont parlait Malraux, ces chorégraphes du poignet, du bras ; ni celui de Michaux, quand, de métaphore en métaphore, il glisse de la lettre au dessin. Non. Mon modèle, c’est notre acte intime, massif et douloureux d’écrire. C’est cet objet, perdu parce qu’inutile ou incommunicable à autrui : l’expression de nous-même... notre identité ? L’écriture a déjà servi de modèle. Mon apport, c’est d’introduire comme modèle non l’écriture mais mon rapport à elle : mon écrire dont le sens perdu (en fait je n’écris pas, je... désécris) figure chacun de nous, incertain de sa propre identité, à tout le moins incertain de la validité de l’expression de sa propre intimité.

 

 

 

Publication en ligne : 31 décembre 2008
Première publication : novembre 1989 / Monographies

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette