BRIBES EN LIGNE
f le feu est venu,ardeur des la force du corps,       sur encore la couleur, mais cette pour nicolas lavarenne ma  zones gardées de samuelchapitre 16, versets 1       dans       les bien sûr, il y eut le franchissement des monde imaginal, derniers vers sun destre antoine simon 24 attelage ii est une œuvre c’est une sorte de       montag ma voix n’est plus que me       &agrav il en est des noms comme du       la un besoin de couper comme de antoine simon 21 j’ai travaillé je serai toujours attentif à  pour de d’ eurydice ou bien de la danse de f les marques de la mort sur pour frédéric violette cachéeton 1) notre-dame au mur violet pour jacqueline moretti, en 1958 ben ouvre à je découvre avant toi j’ai relu daniel biga, le bulletin de "bribes       sabots écoute, josué, dans le respect du cahier des       jardin autre essai d’un antoine simon 25    seule au un verre de vin pour tacher sainte marie, dernier vers aoi 0 false 21 18 le plus insupportable chez deuxième apparition de pour martine, coline et laure       dans j’oublie souvent et la bouche pleine de bulles       en de pareïs li seit la que reste-t-il de la 10 vers la laisse ccxxxii jusqu’à il y a sors de mon territoire. fais le corps encaisse comme il religion de josué il et c’était dans quelque chose pour qui veut se faire une pour raphaël     surgi (À l’église (de)lecta lucta   la route de la soie, à pied, si j’avais de son grande lune pourpre dont les a supposer quece monde tienne       bonheu tous feux éteints. des il faut aller voir f tous les feux se sont   au milieu de rêves de josué,       dans avant propos la peinture est pour helmut     un mois sans bruno mendonça   pour olivier dernier vers aoi juste un (ma gorge est une ce jour là, je pouvais deuxième essai   ciel !!!! la vie est dans la vie. se abu zayd me déplait. pas  jésus (dans mon ventre pousse une exacerbé d’air madame, on ne la voit jamais       dans je n’hésiterai l’illusion d’une nous avancions en bas de à bernadette     du faucon les plus vieilles   jn 2,1-12 : je suis    il le recueil de textes la vie humble chez les et combien faisant dialoguer les avenues de ce pays …presque vingt ans plus immense est le théâtre et pas sur coussin d’air mais quand c’est le vent qui toute une faune timide veille Éléments -  il y a le au rayon des surgelés le ciel de ce pays est tout "si elle est iloec endreit remeint li os “dans le dessin       enfant tout à fleur d’eaula danse   saint paul trois polenta À peine jetés dans le pas de pluie pour venir au labyrinthe des pleursils sous la pression des       nuage carissimo ulisse,torna a dessiner les choses banales dans les hautes herbes entr’els nen at ne pui       ma deuxième apparition       & ainsi alfred… au programme des actions       la j’écoute vos pour daniel farioli poussant antoine simon 22 pas même         &n travail de tissage, dans le nécessaire non bernard dejonghe... depuis mougins. décembre dans le pays dont je vous       "   un vendredi nous avons affaire à de Être tout entier la flamme   ces notes       grappe face aux bronzes de miodrag       "  les éditions de pour pierre theunissen la ma chair n’est antoine simon 5       m&eacu imagine que, dans la le proche et le lointain je reviens sur des     rien cet article est paru douce est la terre aux yeux ço dist li reis : agnus dei qui tollis peccata raphaël d’un côté       six je meurs de soif l’attente, le fruit     "       le c’est ici, me sixième halt sunt li pui e mult halt archipel shopping, la       la antoine simon 32       ( tu le saiset je le vois clers fut li jurz e li les parents, l’ultime edmond, sa grande dans la caverne primordiale préparation des ce va et vient entre       aujour abstraction voir figuration   encore une présentation du       sur tout en travaillant sur les passet li jurz, la noit est toi, mésange à trois (mon souffle au matin o tendresses ô mes introibo ad altare cher bernard À max charvolen et mise en ligne d’un       fleur antoine simon 3 moi cocon moi momie fuseau madame a des odeurs sauvages       fourmi deux mille ans nous mi viene in mentemi   le 10 décembre  dernier salut au       dans d’abord l’échange des dans les carnets temps de pierres dernier vers aoi       la madame des forêts de       le c’est un peu comme si, passet li jurz, si turnet a j’ai longtemps       glouss sequence 6   le d’un bout à sixième un jour nous avons     &nbs petites proses sur terre À max charvolen et martin       dans un coin de nice, du fond des cours et des et il parlait ainsi dans la antoine simon 11 il n’y a pas de plus ecrire sur à la mémoire de et que vous dire des outre la poursuite de la mise dernier vers aoi       ( dernier vers aoi       &eacut  les premières   si vous souhaitez  tous ces chardonnerets l’heure de la     quand       apparu noble folie de josué,       dans a propos d’une bel équilibre et sa     sur la pente on dit qu’agathe pourquoi yves klein a-t-il       ce granz est li calz, si se       au 5) triptyque marocain merci à la toile de pour andré quatrième essai rares le 28 novembre, mise en ligne pour mes enfants laure et je suis bien dans       gentil fragilité humaine. antoine simon 12 ...et poème pour je désire un   je ne comprends plus ouverture de l’espace pour marcel dernier vers aoi poussées par les vagues   raphaël autre citation"voui normalement, la rubrique Ç’avait été la dernier vers aoi rossignolet tu la maintenant il connaît le f le feu s’est diaphane est le mot (ou  pour le dernier jour       le     les provisions       voyage s’ouvre la il existe deux saints portant cet article est paru dans le       le quand les eaux et les terres pierre ciel  l’écriture autre citation deuxième suite       &agrav "ces deux là se       le martin miguel art et pour jean-louis cantin 1.- toujours les lettres : 0 false 21 18 je t’ai admiré, la deuxième édition du       pour la mort, l’ultime port, pour julius baltazar 1 le coupé le sonà able comme capable de donner  tu ne renonceras pas. cliquetis obscène des dernier vers aoi et la peur, présente merci à marc alpozzo la mort d’un oiseau.       la cette machine entre mes       dans il n’était qu’un allons fouiller ce triangle dans ma gorge il ne sait rien qui ne va       ruelle     pourquoi la lecture de sainte       une   tout est toujours en   anatomie du m et       &agrav en introduction à les oiseaux s’ouvrent       sur « 8° de antoine simon 23       pass&e carissimo ulisse,torna a     dans la ruela nous dirons donc au lecteur voici le premier       juin montagnesde     &nbs générations pour michèle aueret nice, le 18 novembre 2004 branches lianes ronces clquez sur dernier vers aoi le 26 août 1887, depuis quando me ne so itu pe tu le sais bien. luc ne     les fleurs du pour alain borer le 26       " 1 au retour au moment premier essai c’est       bonhe       devant la langue est intarissable le coeur du rêve, cauchemar, frères et (en regardant un dessin de dernier vers aoi equitable un besoin sonnerait bribes en ligne a attention beau « h&eacu eurydice toujours nue à antoine simon 6 un soir à paris au reflets et echosla salle si, il y a longtemps, les villa arson, nice, du 17 depuis le 20 juillet, bribes 1257 cleimet sa culpe, si       dans dernier vers aoi  hors du corps pas       en couleur qui ne masque pas la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Approches littéraires > Gérard Duchêne

Ce va et vient entre l’orgueil et la connerie devrait conduire à une humilité ou à une forme de lucidité d’un jeu conscient et accepté.
G.D.

Il : Les techniques diverses que tu emploies à partir du lieu primordial de la matrice te permettent de varier tes "séries". Pourquoi ne pas privilégier uniquement le travail conceptuel de l’écriture sur matrice ?
Je : Tu es bien cohérent ! et ta 11ème (c’est ça ?) question répond en partie à la 10ème... C’est vrai que je ne cherche pas à m’involver dans une mythique origine.
D’abord une remarque de simple bon sens : si je ne développais pas mes séries dans la diversité des traitements plastiques que permettent les plaques, elles n’apparaîtraient que comme stèles gravées, comme texte se perdant dans les creux produits par sa propre écriture, et non comme matrices. Dans ce cas le travail d’écriture, d’écrivain, serait premier, et chaque plaque serait un objet : l’objet d’un rapport au texte et à son illisibilité.
Mon problème n’est donc pas de produire, sur cette plaque, ce simple objet, mais quelque chose d’autre. Evidemment, les plaques ça reste des objets présentable dans des expositions... En même temps, j’en fais l’outil d’un certain nombre de procédures purement plastiques qui seules me permettent de faire accéder le texte au statut de modèle de peinture : non comme simple sens perdu, mais comme matière, motif, modèle du peintre. C’est ce que j’ai développé en répondant à une autre question. En bref : si la plaque ne devient pas matrice, si elle ne passe pas d’objet à outil, l’écrire ne devient pas mon paysage, ou mon personnage.
Note aussi qu’il se produit sur la plaque le même phénomène que sur l’écriture, ou sur mon identité : une hésitation. J’ajoute que cette hésitation je la poursuis jusqu’au bout puisque la plaque-objet, après avoir servi de matrice-outil, après avoir été usée comme telle, avoir été chargée de couleurs et, par endroits, marquée, abimée, arrachée, retrouve un statut d’objet. Elle devient un objet différent puisqu’à la fois, elle est le lieu de l’écrire en creux et des couleurs qui viennent saisir sa surface en remplissant parfois les creux du texte. C’est ainsi qu’elle contribue à la perte du souvenir de la lettre ensevelie là, en son absence.
Voilà qui, je l’espère, répond à la partie de ta question qui portait sur le fait que je ne limite pas mon travail à l’intervention sur la plaque. Il manque à ma réponse tout ce que la matrice génère d’autre, en quoi elle remplit son rôle de matrice.
Même sans prendre en compte pour le moment les interventions colorées, le report du pavé de texte de la plaque au support accentue la distance à mon écrire. C’est dans cette distance que , comme je le disais plus haut, l’écrire se fait modèle, s’objective.
Cette objectivation passe, notamment, par la multiplication possible de l’image de pavé de texte, et par la déperdition relative de l’image initiale au fur et à mesure que s’use la matrice. Ainsi, pour en revenir à la question de la perte, le texte déjà perdu dans le travail sur la plaque- se perd à nouveau -et autrement- au moment du report. C’est aussi le rôle de la pigmentation : dans le cas du travail sur la plaque, la différenciation des traces est produite par l’action de l’acide creusant la surface et c’est en ces creux où devrait être la lettre que se focalisent les regards : le texte fait image par disparition de matière. Au moment du report, la couleur marque, évidemment, les reliefs de la plaque, c’est-à-dire que l’image du texte apparaît encore comme manque, comme matière non déposée. En même temps, les différenciations de traces, les lieux de focalisations du regard, sont transférés de la lettre au texte, et du texte à la toile. Cela dit j’ai toujours été en bagarre avec la couleur. Il en va du choix des pigments, comme de mes modes de coloration : je procède en aveugle... Déjà en 1972, je choisissais de travailler sur des toiles de couleur. En gros je ne veux pas charger la couleur d’une signification particulière, là encore, mon travail se fait dans le décodage, et dans la transformation du statut d’une réalité particulière de la peinture. Ce transfert d’intérêt dont le pavé d’écrire devient prétexte, je le marque par la diversification des traitements colorés, variation des couleurs, des types de pigments ou de liants, des choix de supports, des papiers au tissu. Tu connais, même, cette série dans laquelle le texte apparaît en relief, en moulage de la matrice : c’est la série des tissus de tulle et de papier mâché ; dans ce cas là, n’est-ce pas, j’ai renoncé à un travail de différenciation colorée, et j’ai mis la surface au degré zéro par l’uniforme passage d’une couche de vynil, puisqu’il y avait mise en relief du texte.
Dans tous les cas je travaille les problèmes de composition, de structuration des surfaces, de délimitation. Ainsi, par exemple, selon que j’organise les pavés selon l’ordre du quadrillage ou de façon apparemment plus désordonnée, le traitement des surfaces change. De la même façon les modes de pigmentation et de composition engagent des prises en compte différentes des bords de la toile : les marges sont plus ou moins importantes selon que viennent s’y étaler plus ou moins, s’y montrer, les divers éléments qui ont constitué la surface colorée, s’y jouer la diversité des diffusions, selon que les liants oeuvrent plus ou moins dans la capillarité de la toile.

Publication en ligne : 31 décembre 2008
Première publication : novembre 1989 / Monographies

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette