BRIBES EN LIGNE
dernier vers que mort ecrire les couleurs du monde       &n       &agrav temps de pierres dans la sept (forces cachées qui antoine simon 31 troisième essai "je me tais. pour taire. que reste-t-il de la carcassonne, le 06       dans ce pays que je dis est 10 vers la laisse ccxxxii pour robert     longtemps sur         or       reine "si elle est rm : d’accord sur la terre a souvent tremblé moi cocon moi momie fuseau     chambre guetter cette chose       dans c’est parfois un pays dans les horizons de boue, de pourquoi yves klein a-t-il je ne sais pas si nous avancions en bas de       au       crabe- pas de pluie pour venir l’art n’existe pour michèle gazier 1 il en est des noms comme du vue à la villa tamaris vous avez je m’étonne toujours de la dernier vers doel i avrat, 0 false 21 18       un  tu vois im font chier pas sur coussin d’air mais pour yves et pierre poher et       la pie   que signifie       aux     oued coulant il y a tant de saints sur  martin miguel vient dernier vers aoi l’erbe del camp, ki pour alain borer le 26 la bouche pure souffrance mon travail est une couleur qui ne masque pas  si, du nouveau  “comment quatrième essai rares dans le pays dont je vous       st madame porte à en cet anniversaire, ce qui la pureté de la survie. nul certains prétendent le ciel est clair au travers seul dans la rue je ris la les doigts d’ombre de neige et combien ki mult est las, il se dort heureuse ruine, pensait “dans le dessin la galerie chave qui     à tendresses ô mes envols me       soleil temps de cendre de deuil de iloec endreit remeint li os dernier vers aoi       le voile de nuità la le texte qui suit est, bien dans le patriote du 16 mars les routes de ce pays sont  de la trajectoire de ce  monde rassemblé c’était une marie-hélène       en       les ce vous n’avez antoine simon 33 tant pis pour eux.       dans l’une des dernières dans le pain brisé son écoute, josué, l’existence n’est       voyage écrirecomme on se il aurait voulu être antoine simon 18       ...mai tout est possible pour qui madame aux rumeurs lorsqu’on connaît une dernier vers aoi       pass&e marcel alocco a passet li jurz, si turnet a bernard dejonghe... depuis  née à la fonction, les plus vieilles le 15 mai, à bien sûrla "moi, esclave" a vous dites : "un à la mémoire de    tu sais la question du récit toujours les lettres : madame est la reine des autres litanies du saint nom clers est li jurz et li iv.- du livre d’artiste     au couchant je ne saurais dire avec assez       au accorde ton désir à ta  ce qui importe pour je déambule et suis       au derniers vers sun destre       sous sous la pression des les premières       l̵ à la bonne ( ce texte a sixième attelage ii est une œuvre       " ce qui importe pour je rêve aux gorges juste un béatrice machet vient de jouer sur tous les tableaux i.- avaler l’art par 7) porte-fenêtre       pass&e  pour jean le       vaches       p&eacu se reprendre. creuser son jusqu’à il y a i mes doigts se sont ouverts eurydice toujours nue à       le i en voyant la masse aux     rien li quens oger cuardise       fleur       sur quai des chargeurs de  dernières mises et la peur, présente ouverture de l’espace en introduction à ils avaient si longtemps, si  la toile couvre les de la       " où l’on revient dernier vers aoi       chaque nous savons tous, ici, que       une cette machine entre mes sa langue se cabre devant le  “la signification antoine simon 29 après la lecture de ainsi alfred… les enseignants : antoine simon 16 pure forme, belle muette, quatrième essai de station 7 : as-tu vu judas se autre citation « voici autre essai d’un et c’était dans pour martine, coline et laure la route de la soie, à pied, face aux bronzes de miodrag régine robin, station 5 : comment deuxième tous ces charlatans qui  je signerai mon madame, c’est notre   se toulon, samedi 9 avant propos la peinture est madame, on ne la voit jamais c’est seulement au se placer sous le signe de       descen le geste de l’ancienne,       je me mi viene in mentemi onzième       ruelle "nice, nouvel éloge de la d’un bout à       en un paysage de ta tombe  et f les feux m’ont       et tu       parfoi   né le 7 il arriva que antoine simon 9 douze (se fait terre se a l’aube des apaches, station 1 : judas "ah ! mon doux pays, a claude b.   comme au matin du au labyrinthe des pleursils       pour  marcel migozzi vient de (en regardant un dessin de nous avons affaire à de Ç’avait été la gardien de phare à vie, au charogne sur le seuilce qui       & encore une citation“tu À peine jetés dans le   je ne comprends plus en 1958 ben ouvre à un verre de vin pour tacher dans l’innocence des giovanni rubino dit dans ma gorge effleurer le ciel du bout des et si au premier jour il de tantes herbes el pre     tout autour   jn 2,1-12 :   pour le prochain de mes deux mains de profondes glaouis et que vous dire des on cheval       pav&ea “le pinceau glisse sur     [1]  toute une faune timide veille       journ& l’évidence macles et roulis photo 6       " à propos “la ...et poème pour       apr&eg   l’oeuvre vit son quatrième essai de dernier vers aoi     dans la ruela tes chaussures au bas de cet univers sans fontelucco, 6 juillet 2000 le temps passe dans la dernier vers aoi       la mille fardeaux, mille  le livre, avec       dans       m̵ chaque jour est un appel, une antoine simon 10 on peut croire que martine     le cygne sur ne pas négocier ne sables mes parolesvous dernier vers aoi pour mireille et philippe       apparu le grand combat : je sais, un monde se (josué avait lentement   1) cette halt sunt li pui e mult halt ma chair n’est   le 10 décembre o tendresses ô mes libre de lever la tête    si tout au long ce texte m’a été       nuage antoine simon 21 j’ai donné, au mois f toutes mes siglent a fort e nagent e coupé en deux quand des conserves !   la baie des anges intendo... intendo ! j’ai relu daniel biga,       &ccedi pas une année sans évoquer (de)lecta lucta   tout le problème bien sûr, il y eut   au milieu de    en dernier vers aoi   3   

les       l̵     de rigoles en thème principal : la langue est intarissable janvier 2002 .traverse       rampan quatre si la mer s’est ensevelie de silence, dont les secrets… à quoi "pour tes un besoin de couper comme de       bonhe (ma gorge est une l’illusion d’une tout mon petit univers en     faisant la a propos de quatre oeuvres de antoine simon 23 bientôt, aucune amarre dimanche 18 avril 2010 nous paien sunt morz, alquant       il beaucoup de merveilles       dans macles et roulis photo 1 madame a des odeurs sauvages c’est le grand granz est li calz, si se   on n’est       sur napolì napolì vous êtes  un livre écrit dans ce pays ma mère non, björg, un temps hors du   la production rêves de josué,       s̵ temps de bitume en fusion sur   est-ce que des quatre archanges que pour jacky coville guetteurs quelque chose dernier vers aoi 1) la plupart de ces certains soirs, quand je dans les carnets       voyage inoubliables, les lorsque martine orsoni f dans le sourd chatoiement comme c’est pour maguy giraud et       fourmi n’ayant pas sur la toile de renoir, les dernier vers aoi     ton       quinze toutes ces pages de nos       ( dentelle : il avait   pour théa et ses a la fin il ne resta que le 28 novembre, mise en ligne       une dernier vers aoi j’ai perdu mon pour jean gautheronle cosmos la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Approches littéraires > Sergio Saad

Premier salut

| Le geste du géographe ->
Le coeur du laboureur
Artiste(s) : Saad

Le coeur du laboureur abrite un rêve.
Son corps tout entier s’appuie sur son soc, étrave qui ouvre des lèvres lentes et lourdes à la terre et lui trace des vagues au creux desquelles s’éveillent mille vies tortueuses et secrètes, lentes et lourdes, obstinées, têtues, aveugles et vraisemblablement sourdes.
Elles sont chargées de perles noires ou grises, bistre, pleines de couleurs et de saveurs de terre, leur innocent grouillement appelle les oiseaux d’encre ou de cendre, corneilles et corbeaux, choucas, merles, sansonnets, étourneaux, passereaux, ils piaillent et croassent, voletent, tournoient, s’abattent ; ils entendent
au coeur de la terre ce cri de vagues lourdes, lentes à clore, persistant comme la caresse de doigts souillés d’encre sur le papier, et douloureuses comme toute l’absence de la mer, la légèreté de ses vagues, sa vitesse à cicatriser après le viol de l’étrave, au coeur du laboureur il y a le cri de l’âme du marin.

Publication en ligne : 1er janvier 2009
Première publication : janvier 1994 / catalogue d’exposition

Réagir à ce texte

1 Message

  • Le coeur du laboureur 7 février 2009 18:39, par Alain Freixe

    Quelles oeuvres se cachent derrière tes mots ? Non, mal dit : quelles oeuvres dont déchiré suffisamment ta langue pour que ce soient ces mots là qui viennent non suturer la plaie mais l’ourler ?Si "au coeur du
    laboureur, il y a le cri de l’âme d’un marin", au coeur du marin devra naître une âme de laboureur. Ce sera la deuxième errance d’ulysse avec ses rames-pelles à grains !
    AF

    repondre message

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette