BRIBES EN LIGNE
villa arson, nice, du 17  le "musée  un livre écrit onze sous les cercles    de femme liseuse il arriva que  mise en ligne du texte       l̵ mes pensées restent cet univers sans attelage ii est une œuvre dernier vers aoi leonardo rosa 0 false 21 18 pas même je suis i mes doigts se sont ouverts  le livre, avec autre citation"voui lorsque martine orsoni       aujour antoine simon 2       dans     un mois sans       o pour helmut       la suite de dernier vers aoi reprise du site avec la on a cru à vous dites : "un là, c’est le sable et   le 10 décembre à propos “la il faut laisser venir madame edmond, sa grande     à clers fut li jurz e li       la je serai toujours attentif à deuxième apparition de       dans (ma gorge est une est-ce parce que, petit, on printemps breton, printemps nous avons affaire à de "le renard connaît poussées par les vagues ki mult est las, il se dort       &agrav écoute, josué, pour jean gautheronle cosmos nous lirons deux extraits de petit matin frais. je te       nuage     de rigoles en il s’appelait il existe deux saints portant les étourneaux !       &n li quens oger cuardise bien sûr, il y eut al matin, quant primes pert fragilité humaine. la réserve des bribes   3   

les   né le 7 le ciel est clair au travers quatrième essai de accoucher baragouiner       reine seins isabelle boizard 2005 l’attente, le fruit passet li jurz, si turnet a madame aux rumeurs       ( madame, vous débusquez       cerisi couleur qui ne masque pas     pluie du       coude la question du récit ecrire les couleurs du monde les dernières    tu sais constellations et vue à la villa tamaris       object       &n rien n’est vous avez pour frédéric       allong 1- c’est dans       "       sur douce est la terre aux yeux dernier vers aoi c’est la peur qui fait autre essai d’un j’arrivais dans les la force du corps, sixième moi cocon moi momie fuseau la liberté de l’être pour raphaël coupé le sonà ce paysage que tu contemplais sous l’occupation quand sur vos visages les on cheval j’entends sonner les des voiles de longs cheveux       longte 1 la confusion des  tu vois im font chier (josué avait une autre approche de nous savons tous, ici, que antoine simon 27 normal 0 21 false fal la rencontre d’une noble folie de josué, li emperere par sa grant autre citation ce pour jacqueline moretti,       enfant       apr&eg nu(e), comme son nom je découvre avant toi antoine simon 32 voudrais je vous     le cygne sur     dans la ruela dieu faisait silence, mais au seuil de l’atelier temps où le sang se       d&eacu on trouvera la video  de la trajectoire de ce histoire de signes . bien sûrla le géographe sait tout violette cachéeton       le macles et roulis photo exacerbé d’air troisième essai "si elle est       au       la temps de cendre de deuil de 0 false 21 18 pour mon épouse nicole le coeur du  l’écriture       baie   pour théa et ses on dit qu’agathe premier vers aoi dernier vous êtes mieux valait découper dernier vers aoi   un vendredi       je me       dans quel étonnant thème principal :       dans  “comment     les fleurs du tout à fleur d’eaula danse dernier vers aoi la bouche pleine de bulles         &n ne faut-il pas vivre comme       jonath dernier vers aoi (de)lecta lucta     maille 1 :que  hier, 17 dont les secrets… à quoi attention beau rita est trois fois humble. j’ai travaillé dernier vers aoi et il parlait ainsi dans la chaque automne les eurydice toujours nue à       le  zones gardées de l’art n’existe entr’els nen at ne pui dernier vers aoi toujours les lettres :     sur la pente tout le problème       au si elle est belle ? je "je me tais. pour taire. aux barrières des octrois il n’y a pas de plus il en est des meurtrières. les premières       le sculpter l’air :       &agrav f les feux m’ont dans ma gorge   la baie des anges   un quant carles oït la     du faucon       vaches les lettres ou les chiffres les grands les parents, l’ultime       sur     rien "nice, nouvel éloge de la       fourr& essai de nécrologie, antoine simon 21 du bibelot au babilencore une  les éditions de mon cher pétrarque, marcel alocco a les petites fleurs des ma voix n’est plus que la poésie, à la “le pinceau glisse sur approche d’une monde imaginal, mais jamais on ne et te voici humanité a toi le don des cris qui madame porte à dessiner les choses banales dernier vers aoi guetter cette chose equitable un besoin sonnerait que reste-t-il de la jouer sur tous les tableaux tout en vérifiant       un la lecture de sainte fontelucco, 6 juillet 2000 un verre de vin pour tacher pour yves et pierre poher et c’est vrai le nécessaire non quel ennui, mortel pour percey priest lakesur les       &       va dernier vers aoi         dans   iv    vers toutes sortes de papiers, sur f toutes mes antoine simon 20       les       il pas sur coussin d’air mais tout mon petit univers en de sorte que bientôt       quinze après la lecture de il ne sait rien qui ne va f le feu s’est le travail de bernard me  “... parler une arbre épanoui au ciel « voici pour julius baltazar 1 le si j’étais un l’erbe del camp, ki un temps hors du les cuivres de la symphonie le scribe ne retient la terre a souvent tremblé ouverture d’une  les œuvres de       grimpa   j’ai souvent les durand : une       au       dans pour marcel l’une des dernières a la femme au le tissu d’acier  il est des objets sur       le décembre 2001.       une       dans « e ! malvais pour michèle pierre ciel quand c’est le vent qui grant est la plaigne e large j’ai relu daniel biga, toute une faune timide veille ensevelie de silence, dentelle : il avait merci à marc alpozzo  il y a le et c’était dans       assis quand nous rejoignons, en chairs à vif paumes deuxième suite comme c’est       entre cette machine entre mes maintenant il connaît le il n’était qu’un le lent déferlement c’est le grand cliquetis obscène des j’ai ajouté antoine simon 15 pas une année sans évoquer se placer sous le signe de c’est seulement au un nouvel espace est ouvert sur la toile de renoir, les le passé n’est la deuxième édition du a propos d’une ainsi alfred… à la bonne une il faut dire les les enseignants : le 19 novembre 2013, à la reflets et echosla salle du fond des cours et des sables mes parolesvous       allong "ah ! mon doux pays, je n’hésiterai pour martine, coline et laure dans l’innocence des etait-ce le souvenir r.m.a toi le don des cris qui le 23 février 1988, il les routes de ce pays sont ils sortent temps de bitume en fusion sur       en un    au balcon À max charvolen et voici des œuvres qui, le       la torna a sorrento ulisse torna le 2 juillet ainsi fut pétrarque dans dernier vers aoi art jonction semble enfin       " derniers vers sun destre heureuse ruine, pensait je m’étonne toujours de la très malheureux... vi.- les amicales aventures un trait gris sur la il ne s’agit pas de (la numérotation des (À l’église       la toutes ces pages de nos carmelo arden quin est une diaphane est le mot (ou  la toile couvre les a supposer quece monde tienne le temps passe si vite, sequence 6   le glaciation entre suite du blasphème de    en       les       sabots viallat © le château de  tous ces chardonnerets carles respunt : démodocos... Ça a bien un i.- avaler l’art par “dans le dessin       glouss la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Oeuvres croisées > avec Jean Jacques Laurent > Terre de l’enfuie
<- I | III ->
II
Artiste(s) : Laurent (site)

C’est parfois un pays de bord de fleuves
il porte le monde ou les oripeaux du monde
peuplé d’oiseaux aux ports de rois
et de poissons inattendus
entre son corps et la figure du monde
dans l’espace minuscule
quand le soleil se lève et c’est souvent
se dessinent des constellations
il s’y fait aussi de grands tapages
dans les nuées de springboks
des calices du chèvrefeuille
se perd
évanescente
la raison d’aimer.

JPEG - 46.4 ko
C’est parfois un pays...
Publication en ligne : 7 janvier 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette