BRIBES EN LIGNE
      voyage epuisement de la salle, nécrologie autre petite voix ce jour là, je pouvais les parents, l’ultime on a cru à rare moment de bonheur, mesdames, messieurs, veuillez les étourneaux ! « e ! malvais le franchissement des       &ccedi a propos de quatre oeuvres de 5) triptyque marocain de pareïs li seit la dernier vers aoi du fond des cours et des peinture de rimes. le texte   la baie des anges   au milieu de descendre à pigalle, se pour mireille et philippe pour mon épouse nicole   ces notes aux george(s) (s est la lorsqu’on connaît une dernier vers aoi maintenant il connaît le dans les carnets dorothée vint au monde il souffle sur les collines  “ne pas pour martine, coline et laure aucun hasard si se les cuivres de la symphonie la fonction,       entre les lettres ou les chiffres reflets et echosla salle autres litanies du saint nom  “ce travail qui rêves de josué, les routes de ce pays sont ki mult est las, il se dort de proche en proche tous seins isabelle boizard 2005 mille fardeaux, mille 1254 : naissance de À max charvolen et martin rm : nous sommes en       mouett       bruyan iloec endreit remeint li os       alla le texte qui suit est, bien       " le 2 juillet fin première       cerisi petit matin frais. je te       dans il s’appelait quando me ne so itu pe je désire un       grimpa ma voix n’est plus que       le ço dist li reis : tout en vérifiant ils s’étaient une fois entré dans la chercher une sorte de il ne sait rien qui ne va la poésie, à la mon cher pétrarque, écrirecomme on se vous dites : "un pour daniel farioli poussant vertige. une distance écoute, josué, ce texte m’a été nous dirons donc (À l’église a toi le don des cris qui antoine simon 17 et ces ainsi va le travail de qui       tourne lorsque martine orsoni onze sous les cercles     &nbs sa langue se cabre devant le       jardin vi.- les amicales aventures vous avez Éléments - de toutes les c’est un peu comme si, "mais qui lit encore le madame chrysalide fileuse vedo la luna vedo le l’erbe del camp, ki       é nouvelles mises en       dans non... non... je vous assure, "pour tes pas une année sans évoquer dans l’innocence des       qui  tous ces chardonnerets sixième rita est trois fois humble. dernier vers aoi cher bernard une il faut dire les préparation des charogne sur le seuilce qui       devant       à en ceste tere ad estet ja   ciel !!!! toutes ces pages de nos antoine simon 30   1) cette dire que le livre est une la galerie chave qui en introduction à paysage de ta tombe  et deuxième apparition de deuxième suite je meurs de soif j’ai donc n’ayant pas sculpter l’air :       un mais non, mais non, tu j’écoute vos on cheval j’ai changé le   je n’ai jamais les doigts d’ombre de neige pour philippe       maquis       pass&e premier vers aoi dernier mes pensées restent clquez sur un jour, vous m’avez il ne reste plus que le libre de lever la tête pour raphaël 1-nous sommes dehors. ouverture de l’espace souvent je ne sais rien de v.- les amicales aventures du   la production attention beau  référencem la tentation du survol, à les enseignants :       le "ces deux là se la chaude caresse de ce qui fait tableau : ce   l’oeuvre vit son   jn 2,1-12 : issent de mer, venent as bernadette griot vient de   adagio   je cette machine entre mes vue à la villa tamaris li quens oger cuardise dernier vers aoi il tente de déchiffrer, dernier vers aoi tout le problème “dans le dessin  l’écriture  il est des objets sur franchement, pensait le chef, sauvage et fuyant comme     chant de clers est li jurz et li carmelo arden quin est une on dit qu’agathe la mastication des station 4 : judas  je n’hésiterai livre grand format en trois fragilité humaine. effleurer le ciel du bout des coupé le sonà       m1       et voici maintenant quelques dans ma gorge accoucher baragouiner   le texte suivant a agnus dei qui tollis peccata siglent a fort e nagent e       force       je me « h&eacu mi viene in mentemi    seule au pure forme, belle muette,       &agrav       dans c’est une sorte de a la libération, les       vaches       la "moi, esclave" a pour le prochain basilic, (la pour helmut       au pour egidio fiorin des mots de mes deux mains  on peut passer une vie f le feu est venu,ardeur des af : j’entends equitable un besoin sonnerait  “... parler une temps de pierres le coquillage contre le travail de bernard (en regardant un dessin de voici des œuvres qui, le     quand samuelchapitre 16, versets 1  la toile couvre les bel équilibre et sa   nous sommes normal 0 21 false fal j’aime chez pierre l’éclair me dure, martin miguel art et gardien de phare à vie, au antoine simon 25 passent .x. portes, ce poème pour (dans mon ventre pousse une  ce mois ci : sub  monde rassemblé couleur qui ne masque pas deuxième essai le et si au premier jour il station 7 : as-tu vu judas se je t’ai admiré, intendo... intendo ! alocco en patchworck © dernier vers aoi       au antoine simon 22 très malheureux... j’ai perdu mon comme une suite de  la lancinante "ah ! mon doux pays, pour yves et pierre poher et       magnol    regardant madame est la reine des la légende fleurie est je n’ai pas dit que le il y a dans ce pays des voies bruno mendonça dans les rêves de la merci à la toile de d’ eurydice ou bien de (de)lecta lucta         deux  dernier salut au …presque vingt ans plus       allong abu zayd me déplait. pas f les feux m’ont des voiles de longs cheveux   dits de     après 1 la confusion des poussées par les vagues       je me   entrons l’art n’existe des voix percent, racontent les plus terribles       fleure       nuage antoine simon 27 pour julius baltazar 1 le carissimo ulisse,torna a       soleil     faisant la moisissures mousses lichens la prédication faite       m&eacu  “comment       grappe       chaque dernier vers aoi douze (se fait terre se       "       le       dans       six avez-vous vu       l̵ vos estes proz e vostre si grant dol ai que ne quand il voit s’ouvrir,    courant eurydice toujours nue à max charvolen, martin miguel       deux madame a des odeurs sauvages   d’un coté, que reste-t-il de la       assis ce n’est pas aux choses  avec « a la pour jean gautheronle cosmos     pluie du je ne peins pas avec quoi,   on n’est dernier vers aoi       embarq paroles de chamantu dessiner les choses banales antoine simon 5       que il faut laisser venir madame pour m.b. quand je me heurte       banlie à la mémoire de en cet anniversaire, ce qui   si vous souhaitez le glacis de la mort il était question non langues de plomba la carcassonne, le 06 villa arson, nice, du 17     du faucon Être tout entier la flamme « pouvez-vous " je suis un écorché vif. tu le sais bien. luc ne et la peur, présente ainsi fut pétrarque dans tu le saiset je le vois rien n’est merle noir  pour carles respunt : je rêve aux gorges ….omme virginia par la dans le train premier mon travail est une rossignolet tu la "si elle est       la lancinant ô lancinant   voici donc la (elle entretenait     cet arbre que vous êtes nous lirons deux extraits de a claude b.   comme art jonction semble enfin "le renard connaît antoine simon 29 le recueil de textes introibo ad altare cet univers sans       un       le la route de la soie, à pied, la liberté de l’être (la numérotation des À max charvolen et       quand cyclades, iii°       &eacut quatre si la mer s’est tandis que dans la grande       je       la trois (mon souffle au matin autre citation coupé en deux quand i en voyant la masse aux la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Oeuvres croisées > avec Jean Jacques Laurent > Terre de l’enfuie
<- II | IV ->
III
Artiste(s) : Laurent (site)

Les routes de ce pays sont cerclées d’ombres
la chevauchée de nuit
aucun mystère vraiment
entre harpe et sabot
seules palpitent des vies infinies
éclatement d’une terre étirée
dans des creux silencieux
qui cache le ciel en son sein
sous la musique sourde de la passiflore.

JPEG - 43.4 ko
Les routes de ce pays...
Publication en ligne : 7 janvier 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette