BRIBES EN LIGNE
un homme dans la rue se prend genre des motsmauvais genre autres litanies du saint nom tu le saiset je le vois       au mes pensées restent j’aime chez pierre nice, le 8 octobre       la       b&acir tous feux éteints. des je reviens sur des       pav&ea  marcel migozzi vient de   pour le prochain       dans normalement, la rubrique       le 1) la plupart de ces       deux       un elle ose à peine       quand je t’enlace gargouille "ces deux là se       au    seule au leonardo rosa j’ai perdu mon       la       pass&e    si tout au long jouer sur tous les tableaux       jonath ce texte se présente tout en vérifiant l’attente, le fruit pour m.b. quand je me heurte       la aucun hasard si se "pour tes dernier vers aoi       reine antoine simon 18 ecrire sur       retour les textes mis en ligne "je me tais. pour taire. antoine simon 3   entrons quatrième essai de les enseignants : au lecteur voici le premier deuxième apparition de un trait gris sur la       sur   dits de il avait accepté       la pie   que signifie dernier vers que mort langues de plomba la   le 10 décembre pour ma  “... parler une macles et roulis photo 6 me le geste de l’ancienne,       les       glouss antoine simon 32 je ne sais pas si ils avaient si longtemps, si pour michèle       dans cet article est paru       le 10 vers la laisse ccxxxii dernier vers aoi mon cher pétrarque,       tourne marie-hélène je me souviens de  monde rassemblé cher bernard (josué avait       dans (en regardant un dessin de des quatre archanges que la route de la soie, à pied, r.m.a toi le don des cris qui troisième essai et  zones gardées de à sylvie preambule – ut pictura tout à fleur d’eaula danse chercher une sorte de Être tout entier la flamme l’art c’est la       &n madame chrysalide fileuse   nous sommes pour michèle gazier 1) station 5 : comment il en est des noms comme du    courant       mouett je crie la rue mue douleur un besoin de couper comme de sur la toile de renoir, les li emperere par sa grant       au où l’on revient bribes en ligne a on dit qu’agathe le 28 novembre, mise en ligne lu le choeur des femmes de madame est une torche. elle       en de profondes glaouis fin première       dans attendre. mot terrible.       dans pour egidio fiorin des mots       fleur vous avez   jn 2,1-12 :  “comment de pa(i)smeisuns en est venuz aux george(s) (s est la sors de mon territoire. fais antoine simon 7  l’exposition  la mort, l’ultime port, si tu es étudiant en guetter cette chose de toutes les la question du récit et je vois dans vos antoine simon 16 dans l’effilé de dernier vers aoi les plus vieilles le numéro exceptionnel de toutes ces pages de nos  les trois ensembles je dors d’un sommeil de dernier vers aoi maintenant il connaît le tu le sais bien. luc ne mougins. décembre histoire de signes . dernier vers aoi c’est le grand toujours les lettres : il ne reste plus que le       &eacut       parfoi f toutes mes outre la poursuite de la mise etudiant à peinture de rimes. le texte je découvre avant toi et que vous dire des vue à la villa tamaris       au  les éditions de       descen l’art n’existe suite de dimanche 18 avril 2010 nous pour martine pour helmut      & voile de nuità la pour marcel avant propos la peinture est les dieux s’effacent     pourquoi  avec « a la si j’étais un « e ! malvais trois tentatives desesperees       en j’ai changé le la cité de la musique ensevelie de silence, elle disposait d’une le lourd travail des meules  le livre, avec le tissu d’acier si grant dol ai que ne       siglent a fort e nagent e  la lancinante paroles de chamantu la liberté s’imprime à alocco en patchworck © ce qui aide à pénétrer le madame est la reine des pure forme, belle muette, franchement, pensait le chef, en introduction à     " mult ben i fierent franceis e un tunnel sans fin et, à il tente de déchiffrer,       une 1 au retour au moment       le pierre ciel il existe deux saints portant elle réalise des     après raphaël     extraire karles se dort cum hume à bernadette un jour, vous m’avez    7 artistes et 1 ici. les oiseaux y ont fait la vie est dans la vie. se la terre nous frères et dernier vers aoi les routes de ce pays sont (ma gorge est une À perte de vue, la houle des on cheval       m̵ sur l’erbe verte si est et te voici humanité il y a des objets qui ont la ainsi alfred… madame, c’est notre   en grec, morías madame, on ne la voit jamais nous serons toujours ces       &n mille fardeaux, mille       la bal kanique c’est zacinto dove giacque il mio macao grise       sur le       ma       l̵ j’ai longtemps carles respunt : réponse de michel on trouvera la video « h&eacu après la lecture de que d’heures écrirecomme on se a propos d’une une fois entré dans la       su mieux valait découper douce est la terre aux yeux ce qu’un paysage peut       au toutefois je m’estimais la danse de d’un côté le corps encaisse comme il granz fut li colps, li dux en abu zayd me déplait. pas             un reprise du site avec la seul dans la rue je ris la ce pays que je dis est le coeur du gardien de phare à vie, au nos voix « 8° de dernier vers aoi le travail de bernard (dans mon ventre pousse une la pureté de la survie. nul libre de lever la tête quai des chargeurs de       aux dernier vers aoi j’ai parlé f les feux m’ont soudain un blanc fauche le prenez vos casseroles et chaque automne les de la pour jean-marie simon et sa il est le jongleur de lui antoine simon 12 accoucher baragouiner les petites fleurs des que reste-t-il de la nécrologie       arauca dans la caverne primordiale il n’était qu’un       apparu vous avez vous deux, c’est joie et il ne s’agit pas de c’est une sorte de dernier vers aoi le scribe ne retient pour yves et pierre poher et  “s’ouvre agnus dei qui tollis peccata moi cocon moi momie fuseau  mise en ligne du texte deuxième suite dans ce périlleux       allong rossignolet tu la arbre épanoui au ciel  ce mois ci : sub     son sept (forces cachées qui       journ&       rampan je suis celle qui trompe les premières au commencement était marché ou souk ou même si face aux bronzes de miodrag j’entends sonner les dans ma gorge       pav&ea tous ces charlatans qui et la peur, présente       dans  dans toutes les rues nouvelles mises en sables mes parolesvous       la il souffle sur les collines envoi du bulletin de bribes mesdames, messieurs, veuillez 1 la confusion des "ah ! mon doux pays, et…  dits de dernier vers aoi       soleil moisissures mousses lichens giovanni rubino dit       " souvent je ne sais rien de de sorte que bientôt deux ajouts ces derniers     une abeille de le glacis de la mort       le si elle est belle ? je paien sunt morz, alquant     chambre le 23 février 1988, il le lent tricotage du paysage et il fallait aller debout     cet arbre que  si, du nouveau juste un dans le pays dont je vous 0 false 21 18 cinquième essai tout  je signerai mon des voiles de longs cheveux a supposer quece monde tienne de mes deux mains mon travail est une un jour nous avons     nous  les œuvres de c’est ici, me       je me antoine simon 27 d’ eurydice ou bien de dernier vers aoi       dans le texte qui suit est, bien macles et roulis photo 1 ma mémoire ne peut me  de la trajectoire de ce         or religion de josué il la mastication des la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Oeuvres croisées > avec Jean Jacques Laurent > Terre de l’enfuie
<- V | VII ->
VI
Artiste(s) : Laurent (site)

Dans le pays dont je vous parle on cache ses douleurs

la momie d’arlequin se porte bien
elle s’enterre dans son enfance ;
lui, danse dans le dedans de soi,
rien ne transparaît de sa joie tourbillonnante
à la surface étoilée de son cocon d’acier.

dans le pays dont je vous parle on cache ses douleurs
ombelles minces nacres que le ciel aspire.

JPEG - 37.6 ko
Dans le pays dont...
Publication en ligne : 7 janvier 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette