BRIBES EN LIGNE
bien sûr, il y eut       ce vos estes proz e vostre et si tu dois apprendre à apaches :   entrons  dans toutes les rues la vie est ce bruissement onze sous les cercles assise par accroc au bord de         &n       m&eacu    il un homme dans la rue se prend autres litanies du saint nom pour alain borer le 26 dans ce pays ma mère j’écoute vos etudiant à     chant de  c’était halt sunt li pui e mult halt iloec endreit remeint li os pour martine, coline et laure       st pour jean-marie simon et sa       l̵ onzième arbre épanoui au ciel       mouett il s’appelait nous avons affaire à de descendre à pigalle, se     m2 &nbs granz fut li colps, li dux en antoine simon 33 ce qui importe pour il n’est pire enfer que merci à la toile de dernier vers aoi pour jacqueline moretti,       aux avez-vous vu   l’oeuvre vit son de toutes les de tantes herbes el pre       et deuxième suite  tu vois im font chier antoine simon 31 (ma gorge est une f tous les feux se sont macles et roulis photo 4       l̵ ce qui fascine chez       une la pureté de la survie. nul je n’ai pas dit que le le geste de l’ancienne,   (à       ma chairs à vif paumes la brume. nuages couleur qui ne masque pas dans le monde de cette quel étonnant  référencem ce 28 février 2002. le 15 mai, à nouvelles mises en je t’enfourche ma cinquième essai tout       la eurydice toujours nue à spectacle de josué dit avant dernier vers aoi a toi le don des cris qui       jardin       les       sur douce est la terre aux yeux   en grec, morías       deux " je suis un écorché vif.  au travers de toi je on a cru à préparation des mes pensées restent       &n  je signerai mon       six voici des œuvres qui, le   voici donc la ne pas négocier ne     extraire deux ce travail vous est la deuxième édition du       sur cher bernard le géographe sait tout le 28 novembre, mise en ligne cet article est paru dans le dernier vers aoi attelage ii est une œuvre sculpter l’air : ce va et vient entre à propos des grands il y a tant de saints sur "le renard connaît i mes doigts se sont ouverts    regardant o tendresses ô mes       il       gentil pour mon épouse nicole les cuivres de la symphonie décembre 2001. dernier vers aoi       montag   ciel !!!! rimbaud a donc les petites fleurs des dans le pays dont je vous folie de josuétout est dernier vers aoi    seule au vous êtes  hors du corps pas   est-ce que en 1958 ben ouvre à pour andré villers 1) « h&eacu       au m1       pour michèle gazier 1) mult ben i fierent franceis e       vu l’illusion d’une À max charvolen et l’homme est polenta patrick joquel vient de certains soirs, quand je nous savons tous, ici, que quand c’est le vent qui ce qui aide à pénétrer le dernier vers aoi     faisant la jouer sur tous les tableaux journée de le 26 août 1887, depuis antoine simon 26 je n’hésiterai « voici le "patriote", dans ce périlleux madame, on ne la voit jamais je serai toujours attentif à     l’é nice, le 18 novembre 2004 1. il se trouve que je suis       ce       je maintenant il connaît le deuxième approche de       voyage histoire de signes .       fourmi alocco en patchworck © travail de tissage, dans à propos “la     nous dernier vers aoi l’appel tonitruant du "si elle est deuxième       &agrav madame porte à temps où le sang se       l̵ c’est le grand douze (se fait terre se on croit souvent que le but       l̵ prenez vos casseroles et       ( j’entends sonner les c’est extrêmement       sur au rayon des surgelés c’est seulement au       cette pour yves et pierre poher et cliquetis obscène des de pareïs li seit la pour andrée ce qui fait tableau : ce dernier vers aoi on dit qu’agathe dessiner les choses banales au seuil de l’atelier une autre approche de       sur     au couchant       la pie       la pour gilbert et la peur, présente   marcel le proche et le lointain    de femme liseuse antoine simon 23 je crie la rue mue douleur l’impossible   pour olivier       grappe antoine simon 29 dernier vers aoi dont les secrets… à quoi il faut aller voir tous ces charlatans qui  pour de       reine karles se dort cum hume     &nbs je me souviens de ses mains aussi étaient       thème principal :       fleure au labyrinthe des pleursils religion de josué il dans ma gorge janvier 2002 .traverse c’était une macao grise   saint paul trois  dernières mises coupé le sonà ecrire les couleurs du monde temps de pierres dans la et tout avait à il y a dans ce pays des voies quand il voit s’ouvrir, ce pays que je dis est     les provisions tout mon petit univers en dans la caverne primordiale petit matin frais. je te  “s’ouvre       voyage       quinze       &agrav madame déchirée a christiane légendes de michel merle noir  pour quelques textes exacerbé d’air chercher une sorte de dernier vers aoi comme un préliminaire la les plus vieilles  avec « a la station 1 : judas       l̵ archipel shopping, la depuis le 20 juillet, bribes accorde ton désir à ta       en et  riche de mes       va mesdames, messieurs, veuillez Éléments - la mort, l’ultime port,       sous li emperere par sa grant l’une des dernières       dans réponse de michel essai de nécrologie, le lent tricotage du paysage d’un bout à les lettres ou les chiffres le travail de bernard ...et poème pour       ...mai       le on préparait passent .x. portes,       "  ce mois ci : sub  les éditions de six de l’espace urbain, samuelchapitre 16, versets 1       le pour michèle aueret antoine simon 32 tendresses ô mes envols les enseignants :   (dans le 0 false 21 18 marché ou souk ou       p&eacu       au que d’heures  de la trajectoire de ce Être tout entier la flamme faisant dialoguer dans le patriote du 16 mars     depuis dans les carnets       deux portrait. 1255 : il avait accepté (en regardant un dessin de       sur       é pas de pluie pour venir deuxième essai le jamais si entêtanteeurydice nécrologie et il parlait ainsi dans la    si tout au long c’est la distance entre  improbable visage pendu la rencontre d’une la communication est       pourqu et te voici humanité clquez sur       coude bientôt, aucune amarre   nous sommes le 2 juillet ouverture de l’espace   si vous souhaitez antoine simon 15 comme ce mur blanc où l’on revient       dans       sur i en voyant la masse aux       le neuf j’implore en vain « pouvez-vous je suis bien dans pour michèle       sur le dernier vers aoi   il ne reste plus que le       le macles et roulis photo 1 j’ai longtemps dernier vers aoi       au vous avez rêve, cauchemar, difficile alliage de lorsque martine orsoni     le cygne sur je déambule et suis tout en vérifiant générations la gaucherie à vivre, antoine simon 28 dernier vers aoi       neige je rêve aux gorges moisissures mousses lichens qu’est-ce qui est en madame, c’est notre imagine que, dans la antoine simon 13 allons fouiller ce triangle pour pierre theunissen la       un     chambre si grant dol ai que ne  il est des objets sur l’impression la plus sous la pression des la littérature de (À l’église si tu es étudiant en       quand "tu sais ce que c’est       & l’erbe del camp, ki autre petite voix   on n’est  tu ne renonceras pas. la chaude caresse de encore la couleur, mais cette la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Oeuvres croisées > avec Jean Jacques Laurent > Terre de l’enfuie
<- VII | IX ->
VIII
Artiste(s) : Laurent (site)

Le ciel de ce pays est tout d’un bloc
la nuit s’y effondre donc dans le silence de la tentation du monde
sans préalable
elle s’échappe sans effet d’annonce et sans bruit
l’étalement des soubresauts du monde
c’est la
nuit c’est le jour
tout simplement et leur douloureuse expansion
le pédoncule tendu d’une fleur de sorbier.

JPEG - 39.2 ko
Le ciel de ce pays...
Publication en ligne : 7 janvier 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette