BRIBES EN LIGNE
 ce qui importe pour pour helmut madame, vous débusquez les oiseaux s’ouvrent il n’y a pas de plus cyclades, iii° seul dans la rue je ris la madame aux rumeurs travail de tissage, dans mon travail est une printemps breton, printemps les plus vieilles macles et roulis photo 1 merci au printemps des pour maxime godard 1 haute quand vous serez tout       baie douce est la terre aux yeux abstraction voir figuration       s̵ madame a des odeurs sauvages       bien  epître aux 1) la plupart de ces un soir à paris au macles et roulis photo 3 accorde ton désir à ta l’heure de la     de rigoles en quatrième essai de  je signerai mon la lecture de sainte non... non... je vous assure, je rêve aux gorges li emperere par sa grant       apr&eg       ruelle macles et roulis photo ce 28 février 2002.       au j’écoute vos de toutes les  les trois ensembles “dans le dessin       force (josué avait 13) polynésie où l’on revient  hors du corps pas il s’appelait pur ceste espee ai dulor e intendo... intendo ! à la bonne souvent je ne sais rien de mieux valait découper je me souviens de prenez vos casseroles et la communication est j’ai travaillé vos estes proz e vostre faisant dialoguer  le livre, avec attendre. mot terrible. pas une année sans évoquer       midi       banlie       fleur pour qui veut se faire une       grimpa dans les hautes herbes tout est possible pour qui le 2 juillet les grands dernier vers aoi       &n   on n’est Éléments - pour jean-marie simon et sa deuxième suite dernier vers aoi       ...mai cinquième citationne les textes mis en ligne nécrologie passet li jurz, la noit est l’impossible       en douze (se fait terre se antoine simon 21     double il n’est pire enfer que vi.- les amicales aventures seins isabelle boizard 2005 mille fardeaux, mille sequence 6   le "ces deux là se       arauca avez-vous vu nous dirons donc et que vous dire des pour michèle gazier 1) de prime abord, il antoine simon 19 j’arrivais dans les moi cocon moi momie fuseau pour anne slacik ecrire est saluer d’abord les plus   adagio   je antoine simon 3 madame est toute ce jour là, je pouvais rien n’est plus ardu tout est prêt en moi pour la liberté de l’être   encore une "ah ! mon doux pays, imagine que, dans la       pass&e elle ose à peine       mouett dans l’effilé de il souffle sur les collines madame déchirée vous deux, c’est joie et   entrons face aux bronzes de miodrag antoine simon 5       la "mais qui lit encore le mon cher pétrarque,       la on cheval l’attente, le fruit des voiles de longs cheveux a la femme au  tu vois im font chier (la numérotation des       soleil comme une suite de pour raphaël il n’était qu’un sables mes parolesvous       le quando me ne so itu pe ils avaient si longtemps, si antoine simon 16       deux la fraîcheur et la « voici       fourmi       au       dans un tunnel sans fin et, à dernier vers aoi errer est notre lot, madame, samuelchapitre 16, versets 1 pour mon épouse nicole descendre à pigalle, se et il parlait ainsi dans la marie-hélène alocco en patchworck © a toi le don des cris qui je crie la rue mue douleur dernier vers aoi     longtemps sur et si au premier jour il percey priest lakesur les cinquième essai tout décembre 2001. il est le jongleur de lui       le les premières f les rêves de   anatomie du m et pour andrée       m̵ dans les rêves de la pour lee s’égarer on tout le problème     " je ne peins pas avec quoi, carles li reis en ad prise sa sors de mon territoire. fais lancinant ô lancinant   si vous souhaitez raphaël       ce rimbaud a donc chercher une sorte de me des conserves ! histoire de signes . toujours les lettres : le samedi 26 mars, à 15 premier vers aoi dernier les lettres ou les chiffres dernier vers aoi trois tentatives desesperees       sur a christiane 1- c’est dans un homme dans la rue se prend deuxième apparition de comme c’est ce qui fait tableau : ce     extraire la gaucherie à vivre, pour yves et pierre poher et dernier vers aoi le bulletin de "bribes l’existence n’est       avant vous dites : "un ce paysage que tu contemplais       retour rm : nous sommes en j’ai donc   pour adèle et ce qui fascine chez 0 false 21 18 pure forme, belle muette, a grant dulur tendrai puis portrait. 1255 : (ô fleur de courge... le ciel de ce pays est tout à propos des grands pour jean gautheronle cosmos là, c’est le sable et coupé en deux quand on a cru à paysage de ta tombe  et un verre de vin pour tacher  la lancinante normalement, la rubrique nice, le 30 juin 2000 antoine simon 14 pour robert   est-ce que    en  “ne pas ainsi va le travail de qui la langue est intarissable folie de josuétout est       cette paien sunt morz, alquant couleur qui ne masque pas       la dernier vers aoi dans le respect du cahier des je serai toujours attentif à tout à fleur d’eaula danse quel ennui, mortel pour  “comment je déambule et suis la galerie chave qui sauvage et fuyant comme       qui le 26 août 1887, depuis hans freibach : tendresses ô mes envols l’impression la plus d’un côté il ne sait rien qui ne va elle disposait d’une dans le pays dont je vous montagnesde générations etait-ce le souvenir  mise en ligne du texte dix l’espace ouvert au   saint paul trois     son se placer sous le signe de on croit souvent que le but max charvolen, martin miguel l’erbe del camp, ki ( ce texte a iv.- du livre d’artiste  martin miguel vient frères et ils s’étaient raphaËl la vie est ce bruissement antoine simon 2  dans le livre, le carissimo ulisse,torna a pour le prochain basilic, (la  le "musée sculpter l’air :       sur leonardo rosa le corps encaisse comme il approche d’une (elle entretenait quatrième essai rares depuis ce jour, le site d’ eurydice ou bien de le lent déferlement en cet anniversaire, ce qui       dans à la mémoire de sa langue se cabre devant le genre des motsmauvais genre       &agrav livre grand format en trois       une   je ne comprends plus c’est extrêmement juste un     l’é  les premières ce qui aide à pénétrer le janvier 2002 .traverse l’instant criblé       pav&ea il semble possible grande lune pourpre dont les madame chrysalide fileuse       l̵ deux ce travail vous est  dernières mises dans le monde de cette "l’art est-il le geste de l’ancienne, toute une faune timide veille       " chaque jour est un appel, une de mes deux mains dernier vers aoi ne pas négocier ne   se le numéro exceptionnel de pierre ciel "le renard connaît       glouss il existe au moins deux f le feu s’est antoine simon 12    si tout au long   d’un coté,  il est des objets sur   voici donc la villa arson, nice, du 17 tout mon petit univers en tromper le néant       chaque dire que le livre est une 1 la confusion des l’homme est       dans le pendu aux george(s) (s est la   un vendredi je dors d’un sommeil de       su       sur la réserve des bribes   marcel le franchissement des de l’autre l’art n’existe 1254 : naissance de     oued coulant     depuis je suis bien dans jouer sur tous les tableaux titrer "claude viallat, et encore  dits la bouche pure souffrance dans les écroulements quelques textes spectacle de josué dit     rien       embarq antoine simon 20 que reste-t-il de la dernier vers aoi       allong ma mémoire ne peut me même si       entre       la in the country       dans fragilité humaine. abu zayd me déplait. pas pour gilbert       sur le la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Ughes, Yves > Capharnaüm, douze stations avant Judas

YVES UGHES

<- Capharnaüm, 1 | Capharnaüm, 3 ->
Capharnaüm, 2
© Yves Ughes
Ecrivain(s) : Ughes (site)

Et ces vieilles bancroches triant les fruits légumes comme formulaires de salut faudrait-il encore faire semblant de les aimer alors que les soldats oppriment les villages et qu’il conviendrait d’ensanglanter les lames Vois donc ces vigiles presque totalement faits de prothèses mesurant de l’œil les dessous des caissières
Judas se redressa respira profondément et présenta sa carte de fidélité
aux grandes surfaces il restait fidèle
il jeta négligemment le montant demandé
saurait-il se hisser à la hauteur de cette recette qui mêle la senteur des fenouils coupés fin fin à la chair subtile des rougets
son palais saura-t-il enfin apprécier le vin rosé château Sainte Roseline qui devait en bonne logique convenir parfaitement à ce plat sur le seuil des tonnelles

Publication en ligne : 16 janvier 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette