BRIBES EN LIGNE
janvier 2002 .traverse       va madame est toute       "       pass&e       au dans les horizons de boue, de les amants se marie-hélène le lent tricotage du paysage     le je meurs de soif       dans rêve, cauchemar,   le texte suivant a       o morz est rollant, deus en ad branches lianes ronces       dans       quinze les durand : une 0 false 21 18 station 4 : judas        un pour jean gautheronle cosmos       fleure jamais je n’aurais       su  “... parler une       deux l’impossible             &agrav  dernières mises et ces       sabots a propos d’une portrait. 1255 : pour mon épouse nicole  de la trajectoire de ce bernadette griot vient de       bonhe l’homme est autres litanies du saint nom   dits de       coude que d’heures agnus dei qui tollis peccata       le       (  dans toutes les rues toutes ces pages de nos    en polenta pas sur coussin d’air mais toute trace fait sens. que toute une faune timide veille cet article est paru pour michèle allons fouiller ce triangle  le "musée j’ai donc la mastication des genre des motsmauvais genre la galerie chave qui       sur je suis occupé ces antoine simon 9       retour       sur       le       chaque toujours les lettres :     de rigoles en pour qui veut se faire une merci à la toile de je suis « voici quelque temps plus tard, de des quatre archanges que       le tout en vérifiant       parfoi ce poème est tiré du ouverture de l’espace histoire de signes . générations les plus vieilles vous avez sous l’occupation les textes mis en ligne on dit qu’agathe       l̵ la prédication faite montagnesde pour max charvolen 1) le bulletin de "bribes violette cachéeton de mes deux mains coupé le sonà sa langue se cabre devant le deuxième suite chairs à vif paumes il y a des objets qui ont la et…  dits de       les de profondes glaouis viallat © le château de à préparation des     le cygne sur ce qui aide à pénétrer le halt sunt li pui e mult halt g. duchêne, écriture le sixième tout mon petit univers en il souffle sur les collines l’illusion d’une "moi, esclave" a je reviens sur des       au       je me dernier vers aoi li quens oger cuardise abu zayd me déplait. pas (elle entretenait   tu le saiset je le vois la légende fleurie est mesdames, messieurs, veuillez neuf j’implore en vain bien sûr, il y eut dernier vers aoi journée de tout est possible pour qui deuxième apparition de     au couchant       deux les oiseaux s’ouvrent je découvre avant toi j’ai longtemps a toi le don des cris qui pourquoi yves klein a-t-il nous avons affaire à de f toutes mes “le pinceau glisse sur autre citation depuis ce jour, le site deuxième approche de     sur la pente dernier vers aoi  on peut passer une vie mise en ligne d’un    de femme liseuse       &eacut la communication est madame est une torche. elle       &n       la dorothée vint au monde inoubliables, les dans le train premier dire que le livre est une et que dire de la grâce   pour adèle et c’était une       &n ouverture d’une vous dites : "un       dans       à   pour le prochain       un vos estes proz e vostre entr’els nen at ne pui « e ! malvais et la peur, présente  monde rassemblé attendre. mot terrible. ici, les choses les plus des voiles de longs cheveux nu(e), comme son nom etait-ce le souvenir dans les carnets le soleil n’est pas tant pis pour eux.       pour tendresse du mondesi peu de les grands dans le pays dont je vous j’oublie souvent et dernier vers doel i avrat, un titre : il infuse sa       dans dernier vers aoi   1) cette dimanche 18 avril 2010 nous si j’avais de son       le tout le problème       &agrav       la     un mois sans carles respunt : passet li jurz, si turnet a de proche en proche tous un jour nous avons f tous les feux se sont dernier vers aoi la bouche pure souffrance       vaches le passé n’est  il y a le carmelo arden quin est une dernier vers aoi si tu es étudiant en raphaËl libre de lever la tête       & je crie la rue mue douleur on préparait un besoin de couper comme de toi, mésange à en introduction à et c’était dans antoine simon 12       dans pour yves et pierre poher et  martin miguel vient pur ceste espee ai dulor e       " si grant dol ai que ne quand les eaux et les terres v.- les amicales aventures du six de l’espace urbain, ce qui fait tableau : ce   ces sec erv vre ile le recueil de textes et si au premier jour il onze sous les cercles       l̵ rare moment de bonheur, pour raphaël l’instant criblé à cri et à quatrième essai rares c’est la peur qui fait pour anne slacik ecrire est (en regardant un dessin de la fraîcheur et la clers est li jurz et li antoine simon 7 il semble possible je suis bien dans pour alain borer le 26 l’une des dernières la rencontre d’une edmond, sa grande   je ne comprends plus   un vendredi vous n’avez errer est notre lot, madame, au commencement était la danse de grant est la plaigne e large c’est une sorte de toulon, samedi 9 pour mes enfants laure et  au mois de mars, 1166 la question du récit …presque vingt ans plus glaciation entre       mouett   pour olivier « amis rollant, de villa arson, nice, du 17 folie de josuétout est a la libération, les Ç’avait été la la lecture de sainte régine robin, les installations souvent, je ne saurais dire avec assez rm : nous sommes en     longtemps sur je ne sais pas si       devant       la       madame chrysalide fileuse i en voyant la masse aux ….omme virginia par la   (dans le je déambule et suis bel équilibre et sa quand nous rejoignons, en dernier vers aoi   ne faut-il pas vivre comme chaque jour est un appel, une les lettres ou les chiffres       descen vedo la luna vedo le l’existence n’est       embarq    si tout au long écrirecomme on se (ô fleur de courge... coupé en deux quand       le le géographe sait tout si j’étais un vous deux, c’est joie et clers fut li jurz e li paysage de ta tombe  et eurydice toujours nue à temps de bitume en fusion sur normalement, la rubrique traquer nous dirons donc quatrième essai de tendresses ô mes envols       juin 0 false 21 18  “la signification  marcel migozzi vient de lorsqu’on connaît une il arriva que paien sunt morz, alquant et nous n’avons rien noble folie de josué, l’art c’est la       &n       la  tu vois im font chier la fraîcheur et la dentelle : il avait       au le plus insupportable chez chaises, tables, verres, diaphane est le mot (ou hans freibach : le grand combat : dans ce périlleux ce qui fascine chez deux mille ans nous c’est la distance entre jusqu’à il y a et si tu dois apprendre à suite du blasphème de       glouss       la pie antoine simon 30 et combien lu le choeur des femmes de il est le jongleur de lui lorsque martine orsoni  pour jean le pas une année sans évoquer nice, le 18 novembre 2004 la langue est intarissable       en madame est la reine des deux ce travail vous est a l’aube des apaches, antoine simon 19 gardien de phare à vie, au     cet arbre que la force du corps,   se le proche et le lointain   ciel !!!! rimbaud a donc présentation du bernard dejonghe... depuis dernier vers aoi À perte de vue, la houle des       dans temps de pierres dans la       grappe je ne peins pas avec quoi,       en       alla       l̵       " onzième en 1958 ben ouvre à  epître aux     pluie du premier vers aoi dernier la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Ughes, Yves > Capharnaüm, douze stations avant Judas

YVES UGHES

<- Capharnaüm, 3 | Capharnaüm, 5 ->
Capharnaüm, 4
© Yves Ughes
Ecrivain(s) : Ughes (site)
Clefs : poésie

Ne pas négocier ne jamais tomber dans la faiblesse des palmiers ancillaires.
Alors même que Judas avançait en bord de mer les employés municipaux s’affairaient à démonter les ombres. La ville devait être exclusivement lumineuse bien que les êtres ne fussent que manquements blafards passants alanguis de spasmes…


Station 2 : Judas comme ils peuvent 

la ville me voulait             c’était évident comme offert aux méduses de l’instant

elle avait siphonné          ce qui me restait de mémoire et me donnait en retour
seins vagues et strings à peine ajustés


                                                                    
sous la plèvre de paix             qui recouvrait les allées et venues                se défaisait la misère
certains crachaient des têtards        d’autres lâchaient leur ventre de nuit contre des murs leurs boyaux étaient aussitôt       happés par des ventouses             au demeurant nacrées

Publication en ligne : 16 janvier 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette