BRIBES EN LIGNE
et ma foi, soudain un blanc fauche le agnus dei qui tollis peccata les plus terribles les dieux s’effacent "ah ! mon doux pays, les grands les avenues de ce pays dans les écroulements       sur le   se       aux (dans mon ventre pousse une ki mult est las, il se dort deuxième réponse de michel À max charvolen et martin   la production quant carles oït la antoine simon 19       longte pour jean gautheronle cosmos antoine simon 32     une abeille de quelques autres   on n’est clquez sur in the country fontelucco, 6 juillet 2000 dernier vers aoi si elle est belle ? je l’ami michel entr’els nen at ne pui et que vous dire des essai de nécrologie, cliquetis obscène des       jonath eurydice toujours nue à sables mes parolesvous (josué avait lentement       neige diaphane est le mot (ou je me souviens de des quatre archanges que temps de pierres dans la pour anne slacik ecrire est ici, les choses les plus   iv    vers errer est notre lot, madame, ce pays que je dis est       neige dans les rêves de la pour michèle gazier 1 il y a des objets qui ont la et te voici humanité titrer "claude viallat,       " vertige. une distance       la dans le monde de cette       voyage  le "musée suite du blasphème de ne faut-il pas vivre comme pour pierre theunissen la villa arson, nice, du 17     du faucon       ( c’est la chair pourtant tendresse du mondesi peu de on croit souvent que le but       " six de l’espace urbain, clers est li jurz et li       la       su ensevelie de silence, antoine simon 10 toutefois je m’estimais f le feu s’est la bouche pleine de bulles la mort d’un oiseau.     ton  epître aux quand vous serez tout je désire un sous l’occupation accoucher baragouiner 0 false 21 18 iv.- du livre d’artiste nous viendrons nous masser ce qui aide à pénétrer le « amis rollant, de antoine simon 26       je       sur on peut croire que martine la prédication faite sauvage et fuyant comme toi, mésange à tes chaussures au bas de dernier vers aoi       la en 1958 ben ouvre à derniers   voici donc la À l’occasion de deux ce travail vous est       allong genre des motsmauvais genre epuisement de la salle, heureuse ruine, pensait a l’aube des apaches, nice, le 8 octobre    en de l’autre 0 false 21 18  pour jean le portrait. 1255 :       sabots 7) porte-fenêtre ma chair n’est   anatomie du m et une autre approche de (elle entretenait normal 0 21 false fal       arauca sors de mon territoire. fais si j’avais de son non, björg, vedo la luna vedo le f le feu est venu,ardeur des pour helmut nécrologie c’est parfois un pays …presque vingt ans plus on a cru à al matin, quant primes pert   saint paul trois       au 1-nous sommes dehors.       je me a la femme au f les marques de la mort sur exacerbé d’air avez-vous vu elle ose à peine mais jamais on ne autre petite voix       je me tous ces charlatans qui       &n       droite le coquillage contre autres litanies du saint nom vous avez la lecture de sainte tout est possible pour qui       sur le antoine simon 21 l’erbe del camp, ki carmelo arden quin est une sur l’erbe verte si est    7 artistes et 1 il pleut. j’ai vu la dernier vers aoi je crie la rue mue douleur les étourneaux ! démodocos... Ça a bien un       dans je n’ai pas dit que le la danse de merci à marc alpozzo se placer sous le signe de     le cygne sur       coude ] heureux l’homme     longtemps sur carissimo ulisse,torna a dans l’innocence des vos estes proz e vostre le coeur du       l̵  le livre, avec       ...mai dernier vers aoi le ciel de ce pays est tout j’arrivais dans les c’est ici, me  les premières le samedi 26 mars, à 15 antoine simon 24  au mois de mars, 1166       les antoine simon 27    nous       le et encore  dits 1254 : naissance de la fraîcheur et la pour rien n’est plus ardu et  riche de mes       au si grant dol ai que ne 1- c’est dans ce n’est pas aux choses 1) la plupart de ces quai des chargeurs de j’ai donné, au mois il aurait voulu être       l̵  les œuvres de   ces notes       pav&ea temps de pierres livre grand format en trois cette machine entre mes voudrais je vous nouvelles mises en     les fleurs du 1. il se trouve que je suis le 2 juillet ils s’étaient       au a propos d’une ço dist li reis : le géographe sait tout       dans trois tentatives desesperees "moi, esclave" a tout est prêt en moi pour ce texte m’a été  la lancinante granz fut li colps, li dux en pour marcel depuis le 20 juillet, bribes quelques textes au matin du pour jacky coville guetteurs il en est des meurtrières. le galop du poème me que reste-t-il de la antoine simon 11 f le feu s’est envoi du bulletin de bribes la galerie chave qui violette cachéeton pour martine  “la signification d’ eurydice ou bien de     rien elle réalise des  les trois ensembles lorsqu’on connaît une à sylvie a toi le don des cris qui polenta pour martine, coline et laure dans l’effilé de  marcel migozzi vient de guetter cette chose pour mireille et philippe vous n’avez toujours les lettres : si tu es étudiant en traquer un trait gris sur la j’ai donc  c’était r.m.a toi le don des cris qui printemps breton, printemps dessiner les choses banales le pendu       aujour dans les carnets imagine que, dans la dernier vers aoi         ce bruno mendonça       ruelle       reine       la pie douce est la terre aux yeux qu’est-ce qui est en       deux macles et roulis photo 1 madame chrysalide fileuse marie-hélène       le pour ma pour mon épouse nicole   si vous souhaitez dans les horizons de boue, de on préparait la littérature de accorde ton désir à ta histoire de signes .       la dans le respect du cahier des  ce mois ci : sub la tentation du survol, à je ne peins pas avec quoi,       tourne beaucoup de merveilles abu zayd me déplait. pas macles et roulis photo cinquième citationne dont les secrets… à quoi pas une année sans évoquer nous avancions en bas de       le       qui deuxième apparition       &agrav 1.- les rêves de       s̵ morz est rollant, deus en ad où l’on revient mais non, mais non, tu a la fin il ne resta que dans le patriote du 16 mars  “... parler une       le nu(e), comme son nom  avec « a la la force du corps, pour jean-louis cantin 1.- macles et roulis photo 3       la cinq madame aux yeux quel ennui, mortel pour il était question non pour max charvolen 1) tout en vérifiant carles li reis en ad prise sa     l’é  si, du nouveau dernier vers aoi deuxième apparition de f qu’il vienne, le feu f toutes mes dernier vers aoi     le dernier vers aoi       une poème pour la fonction, dernier vers que mort dernier vers aoi madame a des odeurs sauvages on trouvera la video au programme des actions huit c’est encore à dernier vers doel i avrat, viallat © le château de chercher une sorte de       vu je déambule et suis     chambre (josué avait antoine simon 14 josué avait un rythme la bouche pure souffrance ma voix n’est plus que première c’est un peu comme si,       dans ce 28 février 2002. régine robin, pas même passet li jurz, si turnet a un soir à paris au antoine simon 2       fleure mesdames, messieurs, veuillez station 3 encore il parle rare moment de bonheur, tout le problème les durand : une certains soirs, quand je   pour théa et ses       "       je premier vers aoi dernier avant propos la peinture est       crabe-       gentil     tout autour difficile alliage de au seuil de l’atelier je dors d’un sommeil de       quinze avec marc, nous avons exode, 16, 1-5 toute la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Ughes, Yves > Capharnaüm, douze stations avant Judas

YVES UGHES

<- Capharnaüm, 5 | Capharnaüm, 7 ->
Capharnaüm, 6
© Yves Ughes
Ecrivain(s) : Ughes (site)
Clefs : poésie

sous la pression des aumônes demandées la véhémence des poids lourds
fait bouger la plaque démise des lèvres
et le clochard s’inscrit dans le rictus des sémaphores


monte alors des méduses des sirènes des murènes de tout ce que ce fond marin possède monte se déchirer aux fils de fer barbelés
ce chant scandé par les îles qui naissent
Vénus aux pudeurs sombres

Sa voix est une ombre portée sur la chair des poissons qui se multiplient maintenant ils rencontrent la terre et le feu et se morcellent sous l’huile d’olive rougets fris au fenouil

sous la danse les galets se font sable le chœur des robes équilibre le ciel la terre dans ses profondeurs n’a plus que deux couleurs

tenir là dans la carcasse du temps l’épaule dans la scansion démise
le corps balançant entre la ligne des voix et celle des horizons militants

Publication en ligne : 16 janvier 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette