BRIBES EN LIGNE
  un introibo ad altare       pav&ea dans les rêves de la antoine simon 33       journ& o tendresses ô mes dernier vers aoi très saintes litanies 1 au retour au moment   au milieu de quand les mots antoine simon 20 franchement, pensait le chef, dernier vers aoi de l’autre temps de bitume en fusion sur       le tu le sais bien. luc ne le passé n’est comme ce mur blanc temps de cendre de deuil de   nous sommes     son je rêve aux gorges       jonath v.- les amicales aventures du  pour de       parfoi je meurs de soif       " dans le patriote du 16 mars ne pas négocier ne       au douce est la terre aux yeux nos voix       b&acir poussées par les vagues autre citation       sur béatrice machet vient de       &n coupé le sonà si tu es étudiant en dernier vers que mort même si les petites fleurs des       st pour anne slacik ecrire est       maquis pour mes enfants laure et fin première et ma foi, vous avez il y a tant de saints sur un nouvel espace est ouvert edmond, sa grande deux mille ans nous a la fin il ne resta que  le "musée faisant dialoguer     au couchant À l’occasion de nous avancions en bas de première on dit qu’agathe antoine simon 28       vu mougins. décembre voici des œuvres qui, le clere est la noit e la dans le train premier  née à  tous ces chardonnerets fragilité humaine. quand les eaux et les terres li emperere s’est il n’y a pas de plus       sabots pour michèle     longtemps sur au rayon des surgelés ce 28 février 2002. f les feux m’ont a propos de quatre oeuvres de diaphane est le li quens oger cuardise ainsi alfred… à propos des grands quand il voit s’ouvrir, j’arrivais dans les dans le pays dont je vous mi viene in mentemi art jonction semble enfin dernier vers aoi     hélas, les durand : une pour jean-marie simon et sa de prime abord, il tout à fleur d’eaula danse le 15 mai, à "le renard connaît       apr&eg heureuse ruine, pensait avez-vous vu cet article est paru dans le equitable un besoin sonnerait comme une suite de       sous au matin du les plus vieilles il ne s’agit pas de "et bien, voilà..." dit dernier vers aoi les installations souvent, entr’els nen at ne pui       vaches    de femme liseuse       longte jamais je n’aurais   le 10 décembre i en voyant la masse aux de tantes herbes el pre       &agrav il est le jongleur de lui l’art c’est la lorsque martine orsoni able comme capable de donner bientôt, aucune amarre karles se dort cum hume antoine simon 9 un tunnel sans fin et, à pas même si j’avais de son       sur       avant    7 artistes et 1 lorsqu’on connaît une décembre 2001. les lettres ou les chiffres pour gilbert la poésie, à la l’une des dernières dernier vers aoi sixième vous n’avez clers est li jurz et li  dernières mises       allong abu zayd me déplait. pas le 26 août 1887, depuis       l̵ je serai toujours attentif à 1.- les rêves de petites proses sur terre dont les secrets… à quoi       un merci à la toile de À la loupe, il observa       au 1) la plupart de ces la brume. nuages pour m.b. quand je me heurte la réserve des bribes au seuil de l’atelier       fourr& pour philippe la liberté s’imprime à pour pierre theunissen la laure et pétrarque comme l’erbe del camp, ki       au       nuage carles li reis en ad prise sa dans un coin de nice, i.- avaler l’art par tes chaussures au bas de j’ai ajouté À max charvolen et soudain un blanc fauche le   pour olivier       la       je me  “comment ] heureux l’homme la force du corps, marché ou souk ou   ciel !!!! pas sur coussin d’air mais 1257 cleimet sa culpe, si tous feux éteints. des imagine que, dans la paien sunt morz, alquant   anatomie du m et inoubliables, les       m̵ macles et roulis photo 6 pour mireille et philippe la deuxième édition du du fond des cours et des       &ccedi giovanni rubino dit r.m.a toi le don des cris qui pour max charvolen 1)       neige depuis ce jour, le site madame déchirée madame chrysalide fileuse neuf j’implore en vain station 5 : comment granz est li calz, si se les plus terribles mesdames, messieurs, veuillez dessiner les choses banales antoine simon 19 ce qui importe pour  je signerai mon ce jour là, je pouvais dernier vers aoi glaciation entre dernier vers aoi apaches : mille fardeaux, mille il en est des noms comme du li emperere par sa grant tout est prêt en moi pour       bonheu (en regardant un dessin de a toi le don des cris qui       sur   je n’ai jamais le ciel de ce pays est tout       le  de la trajectoire de ce       object nous viendrons nous masser       la macles et roulis photo 3  si, du nouveau carissimo ulisse,torna a max charvolen, martin miguel       soleil dans les écroulements       voyage         or les dernières (elle entretenait comme c’est j’ai en réserve l’attente, le fruit aucun hasard si se il n’était qu’un chairs à vif paumes un temps hors du gardien de phare à vie, au Ç’avait été la polenta jamais si entêtanteeurydice bernadette griot vient de vi.- les amicales aventures quai des chargeurs de chercher une sorte de face aux bronzes de miodrag maintenant il connaît le l’illusion d’une       le pour le prochain basilic, (la       au       sur     surgi leonardo rosa la langue est intarissable bernard dejonghe... depuis  epître aux deux nouveauté, antoine simon 30 tendresses ô mes envols régine robin, (À l’église dans ma gorge abstraction voir figuration f le feu s’est montagnesde la liberté de l’être  avec « a la       allong       ( pour alain borer le 26  tu vois im font chier vous avez antoine simon 3 et voici maintenant quelques dernier vers aoi nice, le 18 novembre 2004 ce va et vient entre il y a des objets qui ont la troisième essai       le carissimo ulisse,torna a       un reprise du site avec la il tente de déchiffrer, le nécessaire non dans le monde de cette       en       o “le pinceau glisse sur l’impression la plus immense est le théâtre et c’est une sorte de quand sur vos visages les nice, le 30 juin 2000 langues de plomba la       cerisi à bernadette quatrième essai de (ma gorge est une je t’ai admiré,       mouett des voiles de longs cheveux c’est la chair pourtant toutefois je m’estimais janvier 2002 .traverse     pluie du dans ce périlleux s’ouvre la mais non, mais non, tu les parents, l’ultime mon travail est une pour martin       les aux george(s) (s est la paroles de chamantu autre citation"voui vous dites : "un présentation du f le feu est venu,ardeur des passet li jurz, la noit est       soleil quel ennui, mortel pour m1          si tout au long       pour  dernier salut au passent .x. portes,       " À perte de vue, la houle des   en grec, morías en introduction à accoucher baragouiner l’homme est vous deux, c’est joie et       le à la mémoire de    regardant dernier vers aoi tant pis pour eux. "tu sais ce que c’est l’existence n’est une fois entré dans la       fourr&  hors du corps pas jusqu’à il y a a propos d’une dans les hautes herbes       je j’aime chez pierre fontelucco, 6 juillet 2000 hans freibach :       fourmi c’est ici, me madame dans l’ombre des je désire un iloec endreit remeint li os agnus dei qui tollis peccata  l’exposition  depuis le 20 juillet, bribes       pourqu le 28 novembre, mise en ligne       ruelle les avenues de ce pays cyclades, iii° sous la pression des nous dirons donc station 4 : judas  antoine simon 14 difficile alliage de       aux clquez sur dans les horizons de boue, de ce monde est semé quatrième essai rares coupé en deux quand la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Ughes, Yves > Capharnaüm, douze stations avant Judas

YVES UGHES

<- Capharnaüm, 5 | Capharnaüm, 7 ->
Capharnaüm, 6
© Yves Ughes
Ecrivain(s) : Ughes (site)
Clefs : poésie

sous la pression des aumônes demandées la véhémence des poids lourds
fait bouger la plaque démise des lèvres
et le clochard s’inscrit dans le rictus des sémaphores


monte alors des méduses des sirènes des murènes de tout ce que ce fond marin possède monte se déchirer aux fils de fer barbelés
ce chant scandé par les îles qui naissent
Vénus aux pudeurs sombres

Sa voix est une ombre portée sur la chair des poissons qui se multiplient maintenant ils rencontrent la terre et le feu et se morcellent sous l’huile d’olive rougets fris au fenouil

sous la danse les galets se font sable le chœur des robes équilibre le ciel la terre dans ses profondeurs n’a plus que deux couleurs

tenir là dans la carcasse du temps l’épaule dans la scansion démise
le corps balançant entre la ligne des voix et celle des horizons militants

Publication en ligne : 16 janvier 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette