BRIBES EN LIGNE
entr’els nen at ne pui "si elle est dans les carnets       au   un sixième de soie les draps, de soie un besoin de couper comme de pour ma   la production première quatre si la mer s’est     double jouer sur tous les tableaux temps de bitume en fusion sur dernier vers aoi     sur la tandis que dans la grande       longte si, il y a longtemps, les madame a des odeurs sauvages       pass&e dans l’innocence des    7 artistes et 1 le proche et le lointain dans le train premier il arriva que à sylvie       l̵ nécrologie       coude martin miguel art et dorothée vint au monde ce poème est tiré du suite de tes chaussures au bas de       bonheu toute une faune timide veille   est-ce que peinture de rimes. le texte raphaËl nu(e), comme son nom       allong torna a sorrento ulisse torna certains prétendent       et à propos “la aucun hasard si se le 2 juillet le recueil de textes marie-hélène pour philippe normal 0 21 false fal art jonction semble enfin   si vous souhaitez mais jamais on ne  martin miguel vient souvent je ne sais rien de moisissures mousses lichens passet li jurz, si turnet a pour mes enfants laure et coupé le sonà mesdames, messieurs, veuillez a christiane a supposer quece monde tienne granz fut li colps, li dux en ils avaient si longtemps, si   la baie des anges     vers le soir   anatomie du m et  dernier salut au       d&eacu napolì napolì madame, c’est notre seul dans la rue je ris la  avec « a la       b&acir un homme dans la rue se prend le nécessaire non exacerbé d’air chaque automne les carcassonne, le 06 pour julius baltazar 1 le huit c’est encore à  on peut passer une vie       pav&ea station 3 encore il parle c’est la distance entre       sabots m1       quatrième essai de pierre ciel dernier vers s’il hans freibach : le franchissement des     extraire voici des œuvres qui, le de toutes les quant carles oït la       au       nuage deuxième approche de il s’appelait ] heureux l’homme présentation du       un halt sunt li pui e mult halt laure et pétrarque comme les routes de ce pays sont au programme des actions       une il n’était qu’un pour anne slacik ecrire est j’ai changé le       la langues de plomba la a la femme au       le encore la couleur, mais cette  au mois de mars, 1166 de la       ( sous la pression des       une « 8° de c’est parfois un pays folie de josuétout est       au on peut croire que martine quelques autres avez-vous vu       nuage antoine simon 22 clers est li jurz et li générations dernier vers aoi démodocos... Ça a bien un f le feu s’est il est le jongleur de lui et si tu dois apprendre à 7) porte-fenêtre grande lune pourpre dont les pour jean-marie simon et sa est-ce parce que, petit, on    courant       à à la bonne premier vers aoi dernier pur ceste espee ai dulor e pour mon épouse nicole   au milieu de       un les premières moi cocon moi momie fuseau       alla       entre toutes ces pages de nos pas facile d’ajuster le dernier vers aoi pas une année sans évoquer  pour jean le (elle entretenait dernier vers doel i avrat,       &n de prime abord, il ajout de fichiers sons dans clere est la noit e la jamais si entêtanteeurydice       le les installations souvent, antoine simon 6 pour qui veut se faire une ...et poème pour un nouvel espace est ouvert on préparait       force merci à marc alpozzo ce texte m’a été il souffle sur les collines deuxième essai le quand les eaux et les terres bribes en ligne a il avait accepté si elle est belle ? je elle réalise des       la sculpter l’air : antoine simon 20 références : xavier montagnesde quelque chose la littérature de     rien des quatre archanges que f tous les feux se sont a ma mère, femme parmi       au       je le pendu deux ce travail vous est nous avons affaire à de dans ce pays ma mère l’évidence pour michèle ce va et vient entre       &agrav     une abeille de la terre nous pour martine bel équilibre et sa comme c’est sur l’erbe verte si est cette machine entre mes dernier vers aoi on croit souvent que le but       au temps où les coeurs  au travers de toi je la vie humble chez les « e ! malvais       il accoucher baragouiner il était question non       retour dernier vers aoi   l’illusion d’une dernier vers aoi au commencement était       ce       dans rm : nous sommes en rimbaud a donc nice, le 30 juin 2000 et ma foi, arbre épanoui au ciel et  riche de mes immense est le théâtre et   iv    vers       arauca  tu ne renonceras pas. j’ai longtemps dernier vers aoi j’ai en réserve 1. il se trouve que je suis le tissu d’acier carissimo ulisse,torna a ce texte se présente tant pis pour eux.       en un  le livre, avec décembre 2001.       magnol ce qui aide à pénétrer le rita est trois fois humble.       le     le       " sept (forces cachées qui des voiles de longs cheveux un verre de vin pour tacher    nous vous dites : "un       neige   dits de       m̵ antoine simon 7 villa arson, nice, du 17 dernier vers aoi  dans toutes les rues autres litanies du saint nom une autre approche de merci à la toile de     tout autour faisant dialoguer temps de cendre de deuil de       " la rencontre d’une cinq madame aux yeux un temps hors du pas même     un mois sans       enfant       au  mise en ligne du texte au matin du aux barrières des octrois pour lee     chambre il y a dans ce pays des voies deuxième apparition de  de même que les paien sunt morz, alquant a l’aube des apaches, de mes deux mains   j’ai souvent elle disposait d’une v.- les amicales aventures du marché ou souk ou le grand combat :  “s’ouvre de pareïs li seit la c’est pour moi le premier     à       "  de la trajectoire de ce "et bien, voilà..." dit dans le patriote du 16 mars qu’est-ce qui est en au lecteur voici le premier       ma nos voix  c’était       jardin dentelle : il avait 1254 : naissance de pluies et bruines, f les marques de la mort sur dernier vers aoi a dix sept ans, je ne savais outre la poursuite de la mise 0 false 21 18 le plus insupportable chez se placer sous le signe de charogne sur le seuilce qui antoine simon 12 c’était une clers fut li jurz e li c’est seulement au grant est la plaigne e large   nous sommes macles et roulis photo 1 pour raphaël     de rigoles en livre grand format en trois de profondes glaouis antoine simon 24 alocco en patchworck © dieu faisait silence, mais c’est la chair pourtant  “la signification la liberté s’imprime à       " mise en ligne d’un pour angelo   mise en ligne  née à le 26 août 1887, depuis je déambule et suis normalement, la rubrique li quens oger cuardise    si tout au long pour jean gautheronle cosmos       avant dernier vers aoi la fonction,       quinze       deux f dans le sourd chatoiement i en voyant la masse aux histoire de signes . rare moment de bonheur, macles et roulis photo 3 spectacle de josué dit lancinant ô lancinant dernier vers aoi af : j’entends et la peur, présente       beaucoup de merveilles préparation des dernier vers aoi     au couchant (de)lecta lucta   macles et roulis photo 7       dans j’ai donc deux ajouts ces derniers   je ne comprends plus       &  epître aux fin première a grant dulur tendrai puis issent de mer, venent as « amis rollant, de ki mult est las, il se dort cher bernard mouans sartoux. traverse de « pouvez-vous       sur je suis occupé ces       les il pleut. j’ai vu la glaciation entre la galerie chave qui la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Ughes, Yves > Capharnaüm, douze stations avant Judas

YVES UGHES

<- Capharnaüm, 7 | Capharnaüm, 9 ->
Capharnaüm, 8
© Yves Ughes
Ecrivain(s) : Ughes (site)
Clefs : poésie

Station 3 encore

IL parle maintenant d’une hauteur blanche qui me paraît inaccessible sous la peau de mon visage mes taches rouges altèrent la pudeur des mots
le sang toujours            semble lacérer                        le fleuve des jours           obligatoirement  la fleur des joues lacunaires  se défait                                                
(elle-même, c’est une anecdote incise,  aimait bien la prostitution jusqu’à s’oublier ne plus être)

et IL va attendant que               Ses cordes  vocales            deviennent harpe jetée dans la poussière
à la musique non plus je ne pouvais accéder

avec l’ambulance le cri s’éleva comme pour marquer l’arrivée du paralytique

chacun sortait l’obole       de son corps             comme chair vendue             et c’était une mélasse à peine morale
le cou la glotte percés             réclamaient         la grâce du levain quotidien
de leur souffle ils encombraient              l’entrée

par le toit le paralytique advint                          enfin                             comme trachéotomie du lieu

Publication en ligne : 18 janvier 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette