BRIBES EN LIGNE
      au i en voyant la masse aux       apr&eg quelque temps plus tard, de intendo... intendo ! immense est le théâtre et le texte qui suit est, bien ki mult est las, il se dort je n’hésiterai la réserve des bribes f toutes mes la bouche pure souffrance antoine simon 14     rien 1254 : naissance de maintenant il connaît le les dernières dernier vers aoi les plus vieilles après la lecture de paien sunt morz, alquant vedo la luna vedo le 5) triptyque marocain   ces sec erv vre ile       longte pour lee le pendu af : j’entends chaque jour est un appel, une   je ne comprends plus   on n’est recleimet deu mult je suis occupé ces cyclades, iii° mille fardeaux, mille hans freibach : sous la pression des ouverture de l’espace ma mémoire ne peut me j’ai relu daniel biga, a grant dulur tendrai puis  avec « a la au commencement était elle ose à peine antoine simon 3 temps de pierres dans la  ce mois ci : sub dernier vers aoi douce est la terre aux yeux ce texte se présente dorothée vint au monde À max charvolen et mougins. décembre il existe deux saints portant quant carles oït la autre citation"voui le 15 mai, à       une si tu es étudiant en la poésie, à la   au milieu de nous lirons deux extraits de     hélas, et tout avait dans le respect du cahier des "moi, esclave" a une il faut dire les guetter cette chose noble folie de josué, je suis bien dans torna a sorrento ulisse torna dernier vers aoi je rêve aux gorges bruno mendonça un temps hors du la littérature de je reviens sur des halt sunt li pui e mult halt f j’ai voulu me pencher mais jamais on ne       " dernier vers aoi mise en ligne       que ils avaient si longtemps, si etait-ce le souvenir       quand la mastication des histoire de signes . clquez sur ainsi va le travail de qui ecrire sur le soleil n’est pas il semble possible "tu sais ce que c’est je t’ai admiré, et si tu dois apprendre à station 7 : as-tu vu judas se dernier vers aoi la mort, l’ultime port, accorde ton désir à ta       l̵ la vie est ce bruissement cliquetis obscène des       baie       aujour et te voici humanité la galerie chave qui temps où le sang se       object       le       tourne le geste de l’ancienne, À perte de vue, la houle des il n’est pire enfer que       en patrick joquel vient de a supposer quece monde tienne    si tout au long je sais, un monde se raphaËl pur ceste espee ai dulor e Ç’avait été la démodocos... Ça a bien un tous ces charlatans qui le galop du poème me où l’on revient pour andré toute trace fait sens. que   pour olivier (la numérotation des des quatre archanges que   nous sommes  epître aux ce jour-là il lui     chant de       le le 28 novembre, mise en ligne f les feux m’ont tu le sais bien. luc ne toutefois je m’estimais       descen l’homme est à propos “la pour andré villers 1) le ciel de ce pays est tout le 19 novembre 2013, à la quatrième essai de pour mireille et philippe « h&eacu j’ai changé le  “s’ouvre heureuse ruine, pensait (de)lecta lucta   marcel alocco a deux mille ans nous       quinze     un mois sans dernier vers aoi difficile alliage de       dans j’oublie souvent et dernier vers aoi       va  les éditions de  tu vois im font chier les lettres ou les chiffres les cuivres de la symphonie deux nouveauté, frères et antoine simon 25       un (en regardant un dessin de normalement, la rubrique 13) polynésie dernier vers aoi       force le bulletin de "bribes o tendresses ô mes "mais qui lit encore le “le pinceau glisse sur il y a tant de saints sur  au travers de toi je encore une citation“tu  jésus carles respunt : merle noir  pour derniers l’existence n’est se placer sous le signe de  je signerai mon antoine simon 22 béatrice machet vient de       sur a toi le don des cris qui jusqu’à il y a à ecrire les couleurs du monde ne faut-il pas vivre comme le franchissement des se reprendre. creuser son toujours les lettres : soudain un blanc fauche le deux ce travail vous est la vie humble chez les dernier vers que mort polenta max charvolen, martin miguel i.- avaler l’art par et ces deuxième suite   (dans le       &eacut       maquis au labyrinthe des pleursils       dans       fourmi le grand combat : les premières antoine simon 21 légendes de michel 0 false 21 18 lorsqu’on connaît une       la pour raphaël la langue est intarissable pour martin non, björg, ouverture d’une un nouvel espace est ouvert     une abeille de (ô fleur de courge... je dors d’un sommeil de chercher une sorte de exacerbé d’air       montag pour marcel pour elle réalise des le lent tricotage du paysage que d’heures       au viallat © le château de dentelle : il avait       à 0 false 21 18  hier, 17 madame chrysalide fileuse "et bien, voilà..." dit religion de josué il samuelchapitre 16, versets 1 merci à la toile de able comme capable de donner bien sûrla "la musique, c’est le 1.- les rêves de antoine simon 31 l’heure de la l’une des dernières       " j’arrivais dans les       sur sixième à la bonne       &ccedi antoine simon 17 si j’avais de son ce qui fait tableau : ce avant propos la peinture est       magnol à cri et à f les marques de la mort sur dans les rêves de la ils s’étaient dans les écroulements la fonction, j’ai longtemps dans ma gorge         &n     le       jardin dans la caverne primordiale poème pour       ruelle mais non, mais non, tu dernier vers aoi huit c’est encore à       le   ciel !!!! bientôt, aucune amarre le 26 août 1887, depuis langues de plomba la epuisement de la salle,       &agrav     &nbs "pour tes g. duchêne, écriture le passent .x. portes, 1257 cleimet sa culpe, si       coude a dix sept ans, je ne savais       l̵ j’entends sonner les       allong   l’art c’est la     son je t’enlace gargouille   tout est toujours en f tous les feux se sont d’ eurydice ou bien de c’est la distance entre madame est toute       sur f le feu m’a je t’enfourche ma avez-vous vu   en grec, morías comme c’est ce   encore une       &n quand il voit s’ouvrir, nice, le 30 juin 2000       é ce n’est pas aux choses genre des motsmauvais genre et c’était dans       la     les fleurs du le temps passe dans la       la       entre       pass&e est-ce parce que, petit, on       vu   pour le prochain thème principal :       "  les œuvres de       vu antoine simon 26 gardien de phare à vie, au ainsi fut pétrarque dans r.m.a toi le don des cris qui prenez vos casseroles et et combien       l̵ introibo ad altare pour julius baltazar 1 le janvier 2002 .traverse       monde imaginal, exode, 16, 1-5 toute       l̵ deuxième apparition de       sous des voix percent, racontent le samedi 26 mars, à 15 dernier vers aoi archipel shopping, la station 1 : judas   (à la bouche pleine de bulles bernard dejonghe... depuis  la toile couvre les assise par accroc au bord de tendresses ô mes envols     cet arbre que pour michèle aueret un titre : il infuse sa       la nice, le 18 novembre 2004       s̵ madame est une torche. elle  les trois ensembles comme un préliminaire la voudrais je vous "je me tais. pour taire. au lecteur voici le premier       chaque       parfoi "nice, nouvel éloge de la       sur       un il pleut. j’ai vu la le tissu d’acier portrait. 1255 : tout est prêt en moi pour la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Ughes, Yves > Capharnaüm, douze stations avant Judas

YVES UGHES

<- Capharnaüm, 7 | Capharnaüm, 9 ->
Capharnaüm, 8
© Yves Ughes
Ecrivain(s) : Ughes (site)
Clefs : poésie

Station 3 encore

IL parle maintenant d’une hauteur blanche qui me paraît inaccessible sous la peau de mon visage mes taches rouges altèrent la pudeur des mots
le sang toujours            semble lacérer                        le fleuve des jours           obligatoirement  la fleur des joues lacunaires  se défait                                                
(elle-même, c’est une anecdote incise,  aimait bien la prostitution jusqu’à s’oublier ne plus être)

et IL va attendant que               Ses cordes  vocales            deviennent harpe jetée dans la poussière
à la musique non plus je ne pouvais accéder

avec l’ambulance le cri s’éleva comme pour marquer l’arrivée du paralytique

chacun sortait l’obole       de son corps             comme chair vendue             et c’était une mélasse à peine morale
le cou la glotte percés             réclamaient         la grâce du levain quotidien
de leur souffle ils encombraient              l’entrée

par le toit le paralytique advint                          enfin                             comme trachéotomie du lieu

Publication en ligne : 18 janvier 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette