BRIBES EN LIGNE
      l̵ mult ben i fierent franceis e j’ai travaillé si elle est belle ? je là, c’est le sable et on dit qu’agathe bribes en ligne a intendo... intendo ! on croit souvent que le but à cinquième citationne passet li jurz, la noit est mes pensées restent le numéro exceptionnel de       p&eacu autre petite voix je sais, un monde se chaises, tables, verres,       voyage bel équilibre et sa "tu sais ce que c’est tes chaussures au bas de (ô fleur de courge... comme ce mur blanc au rayon des surgelés       & dans les carnets grant est la plaigne e large 1254 : naissance de traquer l’art c’est la       le   se madame des forêts de un verre de vin pour tacher madame, vous débusquez ce qu’un paysage peut il ne s’agit pas de inoubliables, les madame est une pour max charvolen 1)       que soudain un blanc fauche le dernier vers aoi marie-hélène il n’est pire enfer que       sur quand c’est le vent qui       m&eacu constellations et     cet arbre que       "       le "mais qui lit encore le pour daniel farioli poussant       fleure À max charvolen et martin une il faut dire les c’était une     tout autour       neige ainsi va le travail de qui le coquillage contre le ciel est clair au travers toute trace fait sens. que et il fallait aller debout souvent je ne sais rien de bernard dejonghe... depuis  “... parler une       pour pas même pour angelo       quinze le pendu vi.- les amicales aventures dernier vers aoi livre grand format en trois autre citation"voui attention beau de pa(i)smeisuns en est venuz mougins. décembre immense est le théâtre et religion de josué il abstraction voir figuration ils s’étaient les cuivres de la symphonie     de rigoles en même si les amants se langues de plomba la       ce introibo ad altare 13) polynésie toute une faune timide veille l’heure de la la force du corps, antoine simon 22 huit c’est encore à       ( je suis je désire un genre des motsmauvais genre antoine simon 28 je t’ai admiré, folie de josuétout est ecrire les couleurs du monde ce poème est tiré du antoine simon 32       m̵ pour marcel dernier vers aoi  avec « a la il aurait voulu être vous deux, c’est joie et beaucoup de merveilles       reine  “ne pas certains soirs, quand je  “comment       fourmi   je ne comprends plus madame, c’est notre couleur qui ne masque pas d’un bout à       &agrav je n’ai pas dit que le dernier vers aoi le temps passe si vite, en 1958 ben ouvre à il en est des noms comme du l’appel tonitruant du tromper le néant  ce qui importe pour l’ami michel   je n’ai jamais l’attente, le fruit réponse de michel mon cher pétrarque, lancinant ô lancinant       voyage agnus dei qui tollis peccata nécrologie       rampan jamais je n’aurais le lent tricotage du paysage j’ai longtemps antoine simon 9 temps où le sang se 0 false 21 18 si tu es étudiant en du fond des cours et des       sur il n’y a pas de plus comme une suite de macles et roulis photo 4       sur       la rm : d’accord sur       fleur   pour olivier lu le choeur des femmes de antoine simon 23 j’ai parlé les dernières il arriva que       coude napolì napolì madame a des odeurs sauvages       &n marché ou souk ou thème principal :     &nbs (À l’église « h&eacu comment entrer dans une l’instant criblé la fonction, depuis le 20 juillet, bribes       descen à la bonne     &nbs abu zayd me déplait. pas li quens oger cuardise les installations souvent, les plus terribles o tendresses ô mes le 26 août 1887, depuis       au       sur  martin miguel vient pourquoi yves klein a-t-il "et bien, voilà..." dit la mort, l’ultime port, journée de rare moment de bonheur, dernier vers aoi         or       tourne     surgi mais non, mais non, tu et encore  dits etudiant à nous avancions en bas de temps où les coeurs ajout de fichiers sons dans je crie la rue mue douleur pour jean gautheronle cosmos dernier vers aoi pour raphaël station 3 encore il parle l’évidence a propos d’une tout en travaillant sur les josué avait un rythme difficile alliage de       les rita est trois fois humble. art jonction semble enfin siglent a fort e nagent e À la loupe, il observa       au deuxième apparition station 7 : as-tu vu judas se       avant  le grand brassage des     l’é la deuxième édition du  pour le dernier jour "le renard connaît est-ce parce que, petit, on f les marques de la mort sur bribes en ligne a a christiane fin première       dans  “ce travail qui  zones gardées de imagine que, dans la i mes doigts se sont ouverts dernier vers aoi pour frédéric les textes mis en ligne temps de bitume en fusion sur   j’ai souvent je ne sais pas si   adagio   je nice, le 30 juin 2000       reine "l’art est-il madame dans l’ombre des la littérature de face aux bronzes de miodrag ce qui importe pour régine robin, le 2 juillet       qui à sylvie la tentation du survol, à les lettres ou les chiffres       l̵ un besoin de couper comme de chercher une sorte de     longtemps sur   tout est toujours en nu(e), comme son nom       ton toulon, samedi 9 "la musique, c’est le la mastication des (dans mon ventre pousse une le passé n’est d’abord l’échange des       sur le tous feux éteints. des       force c’est parfois un pays s’égarer on  référencem granz est li calz, si se 1. il se trouve que je suis rêve, cauchemar, pur ceste espee ai dulor e la fraîcheur et la moi cocon moi momie fuseau elle disposait d’une ils avaient si longtemps, si j’ai changé le dire que le livre est une "ces deux là se l’art n’existe       journ& une errance de les premières dans l’effilé de présentation du c’est une sorte de pour maguy giraud et rimbaud a donc dernier vers aoi vos estes proz e vostre ainsi alfred…       la noble folie de josué, petit matin frais. je te de soie les draps, de soie      & quai des chargeurs de       montag vous dites : "un onze sous les cercles de l’autre de tantes herbes el pre le lourd travail des meules       l̵ merle noir  pour paroles de chamantu ce qui fait tableau : ce les routes de ce pays sont       va reflets et echosla salle mesdames, messieurs, veuillez la gaucherie à vivre, la chaude caresse de toutes ces pages de nos sixième       pass&e la bouche pleine de bulles     rien       il je ne peins pas avec quoi, pour mes enfants laure et bal kanique c’est dernier vers que mort pour c’est la peur qui fait vertige. une distance accorde ton désir à ta antoine simon 17 nouvelles mises en il était question non dernier vers aoi   l’oeuvre vit son dernier vers doel i avrat, je suis bien dans m1       légendes de michel ici, les choses les plus  les œuvres de toutefois je m’estimais     les fleurs du   en grec, morías       fourr&  il est des objets sur ce qui aide à pénétrer le  monde rassemblé vous avez faisant dialoguer       chaque voile de nuità la       deux dernier vers aoi sous la pression des béatrice machet vient de  au travers de toi je marcel alocco a nice, le 8 octobre       ruelle  il y a le fontelucco, 6 juillet 2000 eurydice toujours nue à voici des œuvres qui, le madame est une torche. elle       apr&eg dernier vers aoi    seule au       grappe       enfant jouer sur tous les tableaux   la production tu le saiset je le vois       dans j’oublie souvent et    7 artistes et 1       au juste un mot pour annoncer       sous elle ose à peine ce pays que je dis est depuis ce jour, le site       pass&e assise par accroc au bord de la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Joquel, Patrick > Déambulations

PATRICK JOQUEL

| Bien sûr, bien sûr ->
Pouvez-vous définir...
© Patrick Joquel

Déambulation 1

Ecrivain(s) : Joquel
Clefs : poésie

« Pouvez-vous définir ce que signifie pour vous écrire ? » me demande-t-on souvent…
Je ne sais pas : j’écris.


- Monologue
 ?

- Peut-on vraiment être seul dans l’écriture
 ?

- Dialogue alors
 ?

- Peut-on vraiment rencontrer son hypothétique lecteur, Charles
 ?

- Exploration de la langue
 ?

- Je ne suis pas docteur
 !

- Utilisation du langage pour tâtonner le monde
 ?

- Comme si écrire s’apparentait au voyage…


- Ecrire
ce miracle
d’un être venu au monde
et qui tente de mettre en mot
ce qu’il découvre de ce monde
et de lui-même
murmureraient les yeux bleus de Raphaël.


- Ecrire
et quoi d’autre encore ?
dirait de sa voix bleue, Jean-Marie.


- Ecrire
ce n’est jamais que remuer des flocons de nuit
Soulignerait de noir Alain.


- Ecrire
une aventure singulière
qu’on partage après coup
comme un marin
accoudé au comptoir du port
et qui permettrait
sans dire un seul mot
qu’on lise un fragment
de son journal de bord
trinquerait de rouge, Yves.


- Ecrire
nu(e)
Sourirait Béatrice


- Ecrire
Une question de mots
De langue
Chuchoterait Claude


- Ecrire
Crois-tu qu’il existe encore un seul lecteur
Pirouetterait cacahuèterait Sophie


-   Ecrire
Ou photographier…
Question de focale et de complicité : imprégnation des songes réels et des réels songes,
Zoomerait Jérôme.


- Ecrire ?
Patrick, n’en fais pas une tartine !
Rirait Jacqueline

Les mots ne disent pas tout des heures solitaires. Ils laissent juste entrevoir. Deviner. Imaginer. Certains y trouvent un écho à leurs préoccupations. A leurs désirs. Tant il est vrai que nos vies se ressemblent toutes.
Plus ou moins.

©Patrick Joquel
inédit 09

 

Publication en ligne : 16 février 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette