BRIBES EN LIGNE
(josué avait dernier vers doel i avrat,  le grand brassage des nice, le 18 novembre 2004 écoute, josué, toi, mésange à ce qu’un paysage peut  tu ne renonceras pas. o tendresses ô mes       journ& thème principal : rêve, cauchemar, mon cher pétrarque, bal kanique c’est il ne reste plus que le où l’on revient max charvolen, martin miguel macles et roulis photo 3  “la signification inoubliables, les   encore une aucun hasard si se toutes sortes de papiers, sur dans les carnets    regardant et si tu dois apprendre à exacerbé d’air   (à c’est pour moi le premier dans les carnets pour mes enfants laure et dans le train premier       avant       &eacut       les les installations souvent, autres litanies du saint nom que reste-t-il de la un jour, vous m’avez pour philippe des conserves ! lorsqu’on connaît une le géographe sait tout   pour théa et ses nos voix       dans       &n tant pis pour eux. je m’étonne toujours de la sixième  dernières mises (ma gorge est une     &nbs je serai toujours attentif à chaque jour est un appel, une       les  la lancinante dans le pays dont je vous       au pour jean marie   ces notes un titre : il infuse sa antoine simon 28 la deuxième édition du   voici donc la ce j’oublie souvent et avant dernier vers aoi a claude b.   comme ma mémoire ne peut me frères et je suis celle qui trompe nous savons tous, ici, que a la libération, les giovanni rubino dit       une petit matin frais. je te       dans la terre nous       sur       force les grands les enseignants :   (dans le tendresses ô mes envols clers est li jurz et li         &n libre de lever la tête introibo ad altare cet article est paru  ce mois ci : sub ouverture de l’espace de sorte que bientôt de prime abord, il      & a christiane pour mon épouse nicole       fourr& c’est extrêmement quand nous rejoignons, en réponse de michel g. duchêne, écriture le  dans toutes les rues les routes de ce pays sont ce jour-là il lui halt sunt li pui e mult halt là, c’est le sable et       sur     oued coulant     le       cette       deux quelque temps plus tard, de ce texte m’a été préparation des me d’un bout à je t’ai admiré,       pav&ea       banlie de la       grimpa polenta comme une suite de in the country il ne sait rien qui ne va le 23 février 1988, il bribes en ligne a dans l’innocence des difficile alliage de antoine simon 12  c’était une fois entré dans la avec marc, nous avons très malheureux... À max charvolen et recleimet deu mult seul dans la rue je ris la depuis le 20 juillet, bribes ouverture d’une à sylvie non, björg, ce 28 février 2002. « amis rollant, de madame est une le lourd travail des meules       arauca vous avez le numéro exceptionnel de    nous marcel alocco a depuis ce jour, le site 1257 cleimet sa culpe, si il n’était qu’un ce va et vient entre et te voici humanité temps où les coeurs f les rêves de il souffle sur les collines avez-vous vu À la loupe, il observa     longtemps sur   1) cette lentement, josué       st la galerie chave qui "si elle est ….omme virginia par la mise en ligne d’un neuf j’implore en vain je suis occupé ces première   ces sec erv vre ile dire que le livre est une le vieux qui antoine simon 27 pour jacky coville guetteurs encore la couleur, mais cette torna a sorrento ulisse torna  pour le dernier jour pour j’ai travaillé toulon, samedi 9 de soie les draps, de soie    si tout au long l’impossible 1- c’est dans pour martine, coline et laure    tu sais au matin du f tous les feux se sont       sur « e ! malvais au labyrinthe des pleursils tu le sais bien. luc ne  un livre écrit dernier vers aoi       &agrav pour mireille et philippe macles et roulis photo 1 non... non... je vous assure, dernier vers aoi un homme dans la rue se prend       en quel étonnant pour jacqueline moretti, tout en vérifiant       bien dans les écroulements 0 false 21 18 madame, on ne la voit jamais madame est une torche. elle 0 false 21 18       pass&e pour andré villers 1)       &agrav voudrais je vous merci à marc alpozzo       à même si gardien de phare à vie, au je sais, un monde se 1) notre-dame au mur violet  “ne pas quand les mots       le religion de josué il bernadette griot vient de suite du blasphème de       o on croit souvent que le but tous feux éteints. des clers fut li jurz e li pour egidio fiorin des mots j’ai donc la vie humble chez les       p&eacu       &n     faisant la       la     quand       m̵ il arriva que vous deux, c’est joie et       en on dit qu’agathe la vie est ce bruissement quando me ne so itu pe de profondes glaouis du bibelot au babilencore une       le j’ai changé le pour ma "nice, nouvel éloge de la  l’exposition  dont les secrets… à quoi sequence 6   le     double       &agrav  marcel migozzi vient de madame, vous débusquez       m̵       l̵ macles et roulis photo la musique est le parfum de antoine simon 25 la liberté s’imprime à le passé n’est       sur       dans  jésus  improbable visage pendu noble folie de josué, paien sunt morz, alquant  les trois ensembles a toi le don des cris qui Éléments -       la       sur le c’est seulement au pur ceste espee ai dulor e cliquetis obscène des sous la pression des       un rm : d’accord sur l’une des dernières       le (elle entretenait       grappe monde imaginal,       le     rien ço dist li reis : n’ayant pas  les œuvres de pas même a supposer quece monde tienne  pour de je découvre avant toi       montag vous êtes pour martine et c’était dans genre des motsmauvais genre  dans le livre, le       pav&ea essai de nécrologie, nécrologie l’impression la plus voici des œuvres qui, le       voyage   la baie des anges 0 false 21 18 ce n’est pas aux choses pour nicolas lavarenne ma elle réalise des certains prétendent antoine simon 30 je déambule et suis quand les eaux et les terres juste un mot pour annoncer nous dirons donc dernier vers s’il bribes en ligne a       voyage       ce  il est des objets sur ce poème est tiré du       sur c’était une à propos “la quand sur vos visages les alocco en patchworck ©  de même que les samuelchapitre 16, versets 1 troisième essai intendo... intendo ! ils avaient si longtemps, si       ( vos estes proz e vostre la poésie, à la passent .x. portes,   dits de       deux       d&eacu antoine simon 9       pass&e à bernadette able comme capable de donner (ô fleur de courge... vous n’avez eurydice toujours nue à dernier vers aoi f les marques de la mort sur marie-hélène       cerisi f le feu est venu,ardeur des rm : nous sommes en merci au printemps des (la numérotation des et que vous dire des d’abord l’échange des   un i en voyant la masse aux toute une faune timide veille ce qui importe pour tandis que dans la grande madame aux rumeurs ] heureux l’homme pour angelo a propos de quatre oeuvres de ma voix n’est plus que madame chrysalide fileuse derniers vers sun destre marché ou souk ou iv.- du livre d’artiste f le feu s’est …presque vingt ans plus pour michèle gazier 1 la terre a souvent tremblé je désire un juste un     au couchant       marche rossignolet tu la apaches :       crabe-       il Ç’avait été la la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

| Seul dans la rue... ->
Le haïku...
© Daniel Biga

les quatre saisons du haïku

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

le haïku je le pratique

en tout lieu tout temps toute saison

comme la promenade quotidienne

 

 

 

 

Publication en ligne : 17 février 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette