BRIBES EN LIGNE
    à chaises, tables, verres, mise en ligne d’un leonardo rosa   3   

les qu’est-ce qui est en janvier 2002 .traverse r.m.a toi le don des cris qui   le texte suivant a       que deux ajouts ces derniers a propos de quatre oeuvres de tromper le néant nous viendrons nous masser le 19 novembre 2013, à la dernier vers aoi       la et c’était dans dans ma gorge autre citation"voui       baie       la     longtemps sur     les provisions elle ose à peine       dans antoine simon 33 f tous les feux se sont li quens oger cuardise quelques textes la danse de à la mémoire de cet univers sans première pour andré temps de pierres depuis le 20 juillet, bribes art jonction semble enfin ne faut-il pas vivre comme ( ce texte a assise par accroc au bord de cet article est paru dans le (josué avait nous avancions en bas de       chaque pour frédéric raphaËl     pourquoi allons fouiller ce triangle f le feu m’a 7) porte-fenêtre vedo la luna vedo le journée de giovanni rubino dit on cheval  improbable visage pendu passent .x. portes, ce qu’un paysage peut       bonheu le corps encaisse comme il       un    si tout au long       apparu       montag « voici       quand reflets et echosla salle l’appel tonitruant du carmelo arden quin est une issent de mer, venent as       "       sur     chant de la deuxième édition du au matin du on a cru à tu le sais bien. luc ne et combien tout le problème de sorte que bientôt ...et poème pour       pass&e la lecture de sainte des voix percent, racontent  avec « a la   pour olivier       six l’erbe del camp, ki   tout est toujours en abu zayd me déplait. pas       entre       m̵ la chaude caresse de c’est extrêmement   maille 1 :que       soleil       la zacinto dove giacque il mio       fourmi pour mes enfants laure et pour jean-marie simon et sa dans les hautes herbes les textes mis en ligne   j’ai souvent tout à fleur d’eaula danse "la musique, c’est le si grant dol ai que ne       jonath le coeur du inoubliables, les comment entrer dans une       la la littérature de grande lune pourpre dont les comme une suite de bribes en ligne a  ce mois ci : sub cliquetis obscène des avez-vous vu alocco en patchworck © jouer sur tous les tableaux l’impression la plus       le diaphane est le mot (ou       su me raphaël       la 0 false 21 18 dernier vers aoi l’illusion d’une onzième     &nbs À peine jetés dans le de pa(i)smeisuns en est venuz station 4 : judas  la terre a souvent tremblé une fois entré dans la et si tu dois apprendre à antoine simon 25 un besoin de couper comme de aux george(s) (s est la  tous ces chardonnerets les dessins de martine orsoni livre grand format en trois dernier vers aoi     hélas, derniers       voyage       assis raphaël toute une faune timide veille tout mon petit univers en madame est une du fond des cours et des tendresse du mondesi peu de démodocos... Ça a bien un  de même que les j’arrivais dans les pour julius baltazar 1 le (elle entretenait je dors d’un sommeil de ço dist li reis : prenez vos casseroles et un jour nous avons pour m.b. quand je me heurte madame, c’est notre temps de cendre de deuil de là, c’est le sable et des conserves ! le 2 juillet la légende fleurie est en 1958 ben ouvre à l’heure de la outre la poursuite de la mise       ruelle c’est vrai   encore une quatrième essai rares   un       dans attendre. mot terrible. pluies et bruines, les oiseaux s’ouvrent les doigts d’ombre de neige et que vous dire des lentement, josué dans les écroulements       descen a supposer quece monde tienne il était question non c’est pour moi le premier elle disposait d’une sa langue se cabre devant le       deux temps de bitume en fusion sur  dans le livre, le deuxième essai le antoine simon 13 madame dans l’ombre des la prédication faite où l’on revient 0 false 21 18       " à cri et à max charvolen, martin miguel voile de nuità la il s’appelait   ciel !!!! dernier vers aoi  les premières mille fardeaux, mille chercher une sorte de napolì napolì pas sur coussin d’air mais       en nous serons toujours ces le franchissement des     m2 &nbs « h&eacu dans le respect du cahier des il ne reste plus que le un titre : il infuse sa j’aime chez pierre       les plus terribles deuxième approche de ouverture de l’espace     sur la pente juste un mot pour annoncer glaciation entre six de l’espace urbain, aucun hasard si se nice, le 30 juin 2000 huit c’est encore à dernier vers aoi un soir à paris au f toutes mes       pass&e toi, mésange à     chambre le lent tricotage du paysage antoine simon 21 dernier vers aoi pas même af : j’entends guetter cette chose je reviens sur des Ç’avait été la ce monde est semé dessiner les choses banales clquez sur langues de plomba la de pareïs li seit la la poésie, à la carles respunt : ecrire les couleurs du monde       exacerbé d’air       enfant   marcel dans les horizons de boue, de       s̵ quand il voit s’ouvrir, de tantes herbes el pre dernier vers aoi         allong  epître aux     depuis laure et pétrarque comme    il deuxième apparition de   adagio   je tous feux éteints. des sixième  “la signification la question du récit   ces notes temps où le sang se après la lecture de le geste de l’ancienne,       sur       pav&ea dernier vers aoi le numéro exceptionnel de "le renard connaît et…  dits de j’ai changé le       entre   1) cette ce qui importe pour ce n’est pas aux choses       dans intendo... intendo ! très saintes litanies de toutes les     ton       je me sixième je me souviens de  hier, 17 si, il y a longtemps, les       la   au milieu de vue à la villa tamaris       marche premier vers aoi dernier nouvelles mises en madame, vous débusquez ….omme virginia par la « amis rollant, de g. duchêne, écriture le non, björg, à sylvie ce va et vient entre patrick joquel vient de       je vos estes proz e vostre encore la couleur, mais cette il faut laisser venir madame la cité de la musique immense est le théâtre et     extraire  de la trajectoire de ce le coquillage contre ils avaient si longtemps, si   en grec, morías dieu faisait silence, mais le "patriote", la communication est  le livre, avec       allong franchement, pensait le chef, granz est li calz, si se l’art n’existe réponse de michel     son le lent déferlement     rien la réserve des bribes       &n jamais je n’aurais certains prétendent le tissu d’acier a propos d’une nice, le 8 octobre    7 artistes et 1 la liberté de l’être autre citation       st préparation des       aujour       l̵ "tu sais ce que c’est cette machine entre mes béatrice machet vient de lancinant ô lancinant ils sortent       l̵ passet li jurz, la noit est antoine simon 14 morz est rollant, deus en ad sculpter l’air : pierre ciel les avenues de ce pays 1 au retour au moment  au mois de mars, 1166 1254 : naissance de normalement, la rubrique antoine simon 11 pour jean marie       " li emperere par sa grant f le feu s’est les routes de ce pays sont       les quatrième essai de villa arson, nice, du 17       grimpa ici. les oiseaux y ont fait il existe au moins deux f le feu s’est aux barrières des octrois madame chrysalide fileuse sur l’erbe verte si est j’écoute vos       une il pleut. j’ai vu la nous avons affaire à de pour daniel farioli poussant la brume. nuages les enseignants : pour angelo     double la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

| Seul dans la rue... ->
Le haïku...
© Daniel Biga

les quatre saisons du haïku

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

le haïku je le pratique

en tout lieu tout temps toute saison

comme la promenade quotidienne

 

 

 

 

Publication en ligne : 17 février 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette