BRIBES EN LIGNE
un trait gris sur la je reviens sur des sainte marie, à bernadette max charvolen, martin miguel le lent déferlement immense est le théâtre et autre petite voix comme ce mur blanc a l’aube des apaches,       embarq …presque vingt ans plus antoine simon 9       m̵ macao grise traquer toi, mésange à  les œuvres de ajout de fichiers sons dans pour martine, coline et laure je ne peins pas avec quoi, je découvre avant toi  dernières mises             ...mai dernier vers aoi je suis encore la couleur, mais cette       au ( ce texte a c’est le grand merci au printemps des     m2 &nbs antoine simon 21       la la route de la soie, à pied, le plus insupportable chez       cette quand sur vos visages les autre essai d’un générations       neige certains soirs, quand je       reine ne faut-il pas vivre comme         or dernier vers aoi ce texte se présente si grant dol ai que ne cet univers sans essai de nécrologie, madame déchirée aux barrières des octrois       pass&e sixième printemps breton, printemps  il est des objets sur À perte de vue, la houle des       "       je me deux ce travail vous est de l’autre douze (se fait terre se f tous les feux se sont ils sortent antoine simon 26 1 la confusion des       le l’évidence       l̵ antoine simon 13       devant je crie la rue mue douleur à propos des grands dans ce pays ma mère pour egidio fiorin des mots       alla voudrais je vous l’ami michel le glacis de la mort dans le train premier du bibelot au babilencore une lorsqu’on connaît une     de rigoles en viallat © le château de titrer "claude viallat, a claude b.   comme able comme capable de donner j’écoute vos dernier vers aoi vous avez (josué avait lentement       apr&eg hans freibach : ici. les oiseaux y ont fait pour jean-louis cantin 1.- de profondes glaouis "mais qui lit encore le imagine que, dans la antoine simon 3 antoine simon 12 j’ai donné, au mois mise en ligne d’un s’ouvre la       un les étourneaux ! la danse de       aujour dernier vers aoi       la je suis celle qui trompe  tu ne renonceras pas.       au pour angelo       fleure de sorte que bientôt monde imaginal, dernier vers aoi       il       rampan dessiner les choses banales ce qui fascine chez       le rien n’est plus ardu dans un coin de nice, la lecture de sainte vous deux, c’est joie et le 23 février 1988, il  la lancinante ce monde est semé  de même que les à cri et à       je i.- avaler l’art par samuelchapitre 16, versets 1       la une errance de       sous       dans les premières    il paien sunt morz, alquant les enseignants : saluer d’abord les plus   la production derniers vers sun destre portrait. 1255 : très malheureux... descendre à pigalle, se normal 0 21 false fal de prime abord, il macles et roulis photo 1   d’un coté, les installations souvent, il faut laisser venir madame s’égarer on de mes deux mains       ton l’existence n’est       aux rien n’est       longte f toutes mes nous avons affaire à de de soie les draps, de soie       vaches avec marc, nous avons     du faucon c’est seulement au pourquoi yves klein a-t-il       six carmelo arden quin est une madame, c’est notre       ce à propos “la pour raphaël       le je n’ai pas dit que le en 1958 ben ouvre à       s̵ et ma foi, patrick joquel vient de pour m.b. quand je me heurte pour michèle gazier 1 antoine simon 23 vertige. une distance       les chaises, tables, verres, présentation du       quinze dernier vers s’il "pour tes       magnol antoine simon 14 j’ai perdu mon juste un mot pour annoncer À la loupe, il observa le 15 mai, à vi.- les amicales aventures si tu es étudiant en se reprendre. creuser son  les premières le 26 août 1887, depuis j’ai relu daniel biga,  hors du corps pas     une abeille de  je signerai mon karles se dort cum hume outre la poursuite de la mise le temps passe si vite, agnus dei qui tollis peccata 10 vers la laisse ccxxxii le lent tricotage du paysage dans ma gorge dans les rêves de la deuxième approche de branches lianes ronces gardien de phare à vie, au quatrième essai de trois (mon souffle au matin apaches : vous n’avez (josué avait       deux le numéro exceptionnel de dernier vers aoi pour lee pas de pluie pour venir  au travers de toi je deux nouveauté, six de l’espace urbain, madame a des odeurs sauvages et si tu dois apprendre à       le nous avancions en bas de et il parlait ainsi dans la       la  pour de pour andrée ce 28 février 2002. antoine simon 7 le coeur du m1       « h&eacu merci à la toile de la vie est ce bruissement       ma       su les grands la deuxième édition du       au la prédication faite il arriva que travail de tissage, dans   entrons lorsque martine orsoni paysage de ta tombe  et quand c’est le vent qui dans le pain brisé son j’ai ajouté       &agrav d’ eurydice ou bien de antoine simon 22 madame porte à quand nous rejoignons, en antoine simon 29 dont les secrets… à quoi    en l’impossible la musique est le parfum de ço dist li reis : où l’on revient napolì napolì sequence 6   le carissimo ulisse,torna a madame aux rumeurs religion de josué il l’heure de la écoute, josué,     tout autour   ces sec erv vre ile grande lune pourpre dont les     les provisions   anatomie du m et clers fut li jurz e li      & pour andré villers 1) comme c’est  improbable visage pendu  si, du nouveau le soleil n’est pas la galerie chave qui petites proses sur terre i mes doigts se sont ouverts abstraction voir figuration raphaËl à sylvie     chant de les textes mis en ligne       juin inoubliables, les (en regardant un dessin de       fourr&     surgi   le texte suivant a dans le monde de cette       le       une normalement, la rubrique   je n’ai jamais de pa(i)smeisuns en est venuz     chambre       pav&ea quatrième essai rares aux george(s) (s est la li emperere s’est À peine jetés dans le  pour le dernier jour   le 10 décembre martin miguel art et intendo... intendo ! dans ce périlleux       p&eacu il ne sait rien qui ne va       bien d’abord l’échange des  dernier salut au et  riche de mes recleimet deu mult   si vous souhaitez    nous pour mes enfants laure et madame est la reine des l’illusion d’une coupé en deux quand tout mon petit univers en       l̵ il ne reste plus que le  “la signification       longte       le       &n leonardo rosa carcassonne, le 06 mougins. décembre     nous j’aime chez pierre noble folie de josué, la vie est dans la vie. se   tout est toujours en cet article est paru       les     sur la ce paysage que tu contemplais la liberté s’imprime à pas facile d’ajuster le mille fardeaux, mille     depuis le tissu d’acier les doigts d’ombre de neige 1) notre-dame au mur violet    7 artistes et 1 al matin, quant primes pert sa langue se cabre devant le pour ma       ce temps où le sang se  il y a le marché ou souk ou antoine simon 30 il en est des noms comme du   encore une   pour le prochain josué avait un rythme pour anne slacik ecrire est       vu g. duchêne, écriture le je m’étonne toujours de la       sur le on cheval le bulletin de "bribes diaphane est le mot (ou ecrire sur       &agrav et ces     ton nous lirons deux extraits de au labyrinthe des pleursils       les tandis que dans la grande clquez sur ce qui fait tableau : ce       reine la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- les fleurs du fleuve | quai des chargeurs ->
longtemps sur la rivière
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : printemps

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

longtemps sur la rivière bleue

une corneille chasse une mouette

puis réciproquement

 

Publication en ligne : 18 février 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette