BRIBES EN LIGNE
dessiner les choses banales on préparait écoute, josué,   voici donc la ce qui fascine chez certains soirs, quand je       fourr& petit matin frais. je te pour jean-louis cantin 1.- quand c’est le vent qui saluer d’abord les plus monde imaginal, et il parlait ainsi dans la et ma foi, les plus terribles  pour le dernier jour un tunnel sans fin et, à pour philippe       arauca       &agrav j’ai travaillé 1- c’est dans de proche en proche tous       je me (dans mon ventre pousse une   adagio   je a propos de quatre oeuvres de clers est li jurz et li       deux       et tu       bruyan vertige. une distance le travail de bernard  martin miguel vient raphaËl       sur pour martine pour mireille et philippe iloec endreit remeint li os       apr&eg les oiseaux s’ouvrent       droite des quatre archanges que passet li jurz, si turnet a elle disposait d’une c’est vrai dans les hautes herbes station 4 : judas  sors de mon territoire. fais     l’é légendes de michel cinquième citationne       va toujours les lettres : mise en ligne d’un passent .x. portes, mise en ligne la tentation du survol, à l’art c’est la le coeur du des conserves !       sur   pour le prochain la communication est il semble possible aux george(s) (s est la ce qui fait tableau : ce vue à la villa tamaris  zones gardées de diaphane est le mot (ou se reprendre. creuser son et il fallait aller debout de pareïs li seit la       qui comme c’est la mort d’un oiseau. outre la poursuite de la mise antoine simon 23 thème principal :   d’un coté, temps de cendre de deuil de  les trois ensembles de prime abord, il       ruelle un nouvel espace est ouvert   l’oeuvre vit son  jésus       au madame est la reine des dans un coin de nice, able comme capable de donner je suis folie de josuétout est   si vous souhaitez le temps passe si vite, je m’étonne toujours de la       le antoine simon 32 ainsi alfred… le corps encaisse comme il carissimo ulisse,torna a à sylvie fontelucco, 6 juillet 2000       grappe tant pis pour eux. rien n’est plus ardu À max charvolen et la fraîcheur et la et que dire de la grâce granz est li calz, si se il ne sait rien qui ne va f le feu s’est le vieux qui       vaches       voyage toute trace fait sens. que   entrons etudiant à   3   

les       rampan  l’écriture  le "musée chaises, tables, verres, bribes en ligne a       ce         or le géographe sait tout est-ce parce que, petit, on Être tout entier la flamme “le pinceau glisse sur       il granz fut li colps, li dux en dernier vers aoi références : xavier poussées par les vagues dernier vers aoi présentation du les dessins de martine orsoni li quens oger cuardise       reine  de la trajectoire de ce quai des chargeurs de antoine simon 7 à propos “la       m̵ cette machine entre mes le samedi 26 mars, à 15 j’ai perdu mon     faisant la " je suis un écorché vif. il souffle sur les collines   six formes de la le proche et le lointain    regardant madame est toute la liberté s’imprime à pour martine, coline et laure       glouss       m̵   1) cette tromper le néant un trait gris sur la macles et roulis photo 3 clere est la noit e la peinture de rimes. le texte pas de pluie pour venir     sur la nécrologie       force reflets et echosla salle mult ben i fierent franceis e patrick joquel vient de "ah ! mon doux pays,       dans       l̵ juste un mot pour annoncer seul dans la rue je ris la   ces sec erv vre ile on peut croire que martine soudain un blanc fauche le en 1958 ben ouvre à le franchissement des cet article est paru dans le  un livre écrit mais non, mais non, tu antoine simon 6   la baie des anges pour le prochain basilic, (la station 5 : comment       pav&ea non... non... je vous assure,       sous   est-ce que exode, 16, 1-5 toute       l’attente, le fruit avec marc, nous avons vous dites : "un antoine simon 5   je n’ai jamais carmelo arden quin est une autre citation frères et g. duchêne, écriture le non, björg, face aux bronzes de miodrag  “s’ouvre ainsi fut pétrarque dans la vie humble chez les dans ma gorge janvier 2002 .traverse macles et roulis photo 4 a grant dulur tendrai puis vous êtes les petites fleurs des trois (mon souffle au matin et…  dits de   au milieu de dernier vers aoi sainte marie,       montag et  riche de mes le recueil de textes  pour jean le  mise en ligne du texte bernard dejonghe... depuis le 26 août 1887, depuis il tente de déchiffrer, l’art n’existe       aux dernier vers aoi pour le texte qui suit est, bien quatre si la mer s’est fragilité humaine. ici. les oiseaux y ont fait       le pour m.b. quand je me heurte       le la vie est dans la vie. se  hier, 17 la deuxième édition du art jonction semble enfin 7) porte-fenêtre quatrième essai de       le errer est notre lot, madame, la poésie, à la pour gilbert j’ai ajouté chaque automne les       voyage (ô fleur de courge...      &       banlie « e ! malvais       " la fonction, deuxième approche de entr’els nen at ne pui des voix percent, racontent ce pays que je dis est antoine simon 27       deux  l’exposition  archipel shopping, la       sur le la question du récit six de l’espace urbain, marie-hélène martin miguel art et et ces       cette « 8° de in the country souvent je ne sais rien de les durand : une f le feu m’a     sur la pente       sur deux ce travail vous est       longte  la toile couvre les de l’autre tu le sais bien. luc ne encore la couleur, mais cette ce 28 février 2002.       longte le 28 novembre, mise en ligne       l̵ mon cher pétrarque, v.- les amicales aventures du la terre a souvent tremblé le 2 juillet merci à la toile de       tourne ecrire sur la force du corps, difficile alliage de je crie la rue mue douleur   maille 1 :que       apr&eg je suis bien dans napolì napolì accoucher baragouiner ils sortent « pouvez-vous    au balcon       la bien sûr, il y eut a la fin il ne resta que coupé en deux quand samuelchapitre 16, versets 1   que signifie dans le respect du cahier des nous lirons deux extraits de       baie l’une des dernières dernier vers s’il       un nice, le 8 octobre       st       les carissimo ulisse,torna a antoine simon 11 li emperere s’est comme ce mur blanc pour jacky coville guetteurs à l’ami michel un temps hors du       aujour la prédication faite le lent tricotage du paysage tous feux éteints. des       sur "tu sais ce que c’est raphaël que d’heures tout en vérifiant       vu je t’enfourche ma       au et voici maintenant quelques tendresses ô mes envols ajout de fichiers sons dans les dieux s’effacent       je mi viene in mentemi sur la toile de renoir, les       sur j’ai en réserve       la       la    il lentement, josué   ces notes antoine simon 24 la fraîcheur et la qu’est-ce qui est en af : j’entends antoine simon 12       jonath c’est la distance entre les amants se  pour de antoine simon 30       b&acir Ç’avait été la       la ce texte m’a été antoine simon 21 pour qui veut se faire une clers fut li jurz e li c’est seulement au d’ eurydice ou bien de pour michèle aueret pour ma raphaël je serai toujours attentif à quel étonnant onzième couleur qui ne masque pas cliquetis obscène des il n’était qu’un dernier vers aoi station 1 : judas des quatre archanges que merci au printemps des « h&eacu le scribe ne retient  les premières ouverture de l’espace bel équilibre et sa la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- quai des chargeurs | au Bosphore ->
est-ce encore un fleuve ?
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : printemps

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

est-ce encore un fleuve ?

n’est-ce plus qu’un égout ?

c’est toujours de l’eau qui coule

Publication en ligne : 18 février 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette