BRIBES EN LIGNE
ce paysage que tu contemplais "je me tais. pour taire. les plus terribles       le ne faut-il pas vivre comme       sur   l’oeuvre vit son villa arson, nice, du 17 f qu’il vienne, le feu carmelo arden quin est une temps où les coeurs       &agrav antoine simon 28 bernard dejonghe... depuis         or i mes doigts se sont ouverts       dans effleurer le ciel du bout des deux nouveauté,       je beaucoup de merveilles seins isabelle boizard 2005       bruyan       le de toutes les       montag tes chaussures au bas de 13) polynésie le 28 novembre, mise en ligne  “comment dans un coin de nice, livre grand format en trois       sur il y a dans ce pays des voies une fois entré dans la outre la poursuite de la mise       quinze madame est une tendresses ô mes envols dans l’innocence des imagine que, dans la       pass&e on peut croire que martine les plus vieilles il ne reste plus que le   jn 2,1-12 : carles respunt :       dans des voiles de longs cheveux     sur la mes pensées restent À max charvolen et martin le lent tricotage du paysage       la pie sous la pression des       j̵ li quens oger cuardise tandis que dans la grande       &eacut       ton dernier vers aoi pour martine, coline et laure   maille 1 :que raphaël   un cette machine entre mes cinquième essai tout  dernières mises pour qui veut se faire une le coeur du granz est li calz, si se approche d’une la bouche pleine de bulles j’arrivais dans les archipel shopping, la sainte marie, « pouvez-vous ] heureux l’homme marché ou souk ou à la bonne (dans mon ventre pousse une deuxième essai le af : j’entends nous dirons donc tous ces charlatans qui nice, le 18 novembre 2004       longte       m̵ deuxième j’ai donné, au mois dans les rêves de la recleimet deu mult      & les durand : une la danse de jusqu’à il y a (ô fleur de courge... très malheureux... issent de mer, venent as nous serons toujours ces ( ce texte a a supposer quece monde tienne autre citation"voui la vie humble chez les ecrire sur heureuse ruine, pensait jamais si entêtanteeurydice noble folie de josué,       sous     le cygne sur comme une suite de fragilité humaine. dessiner les choses banales       le à cri et à exode, 16, 1-5 toute       &n quatrième essai rares le franchissement des chaque automne les   pour olivier pour lee alocco en patchworck © autre essai d’un lancinant ô lancinant au matin du on cheval le 26 août 1887, depuis art jonction semble enfin       un     chant de encore la couleur, mais cette la fraîcheur et la       je ici, les choses les plus     vers le soir envoi du bulletin de bribes toutes ces pages de nos al matin, quant primes pert       il    courant quand les eaux et les terres       le dernier vers aoi il faut aller voir "si elle est  dans le livre, le normalement, la rubrique rita est trois fois humble. d’abord l’échange des soudain un blanc fauche le     son       soleil   la production       &agrav       il josué avait un rythme il arriva que l’évidence       le antoine simon 16 on dit qu’agathe       gentil un homme dans la rue se prend attendre. mot terrible.     l’é tout mon petit univers en bribes en ligne a les cuivres de la symphonie       pav&ea folie de josuétout est (À l’église macao grise f les feux m’ont sauvage et fuyant comme la liberté s’imprime à  de même que les la légende fleurie est nouvelles mises en       quatrième essai de ma voix n’est plus que Ç’avait été la il semble possible franchement, pensait le chef, pour mireille et philippe       aujour a propos d’une       neige 1) la plupart de ces la communication est f dans le sourd chatoiement une il faut dire les       au c’est pour moi le premier       fleure rm : d’accord sur le 23 février 1988, il antoine simon 22 le passé n’est buttati ! guarda&nbs     [1]  avez-vous vu langues de plomba la       glouss dernier vers aoi v.- les amicales aventures du il ne s’agit pas de le 26 août 1887, depuis chercher une sorte de       0 false 21 18 antoine simon 21 nous savons tous, ici, que ses mains aussi étaient si j’étais un (la numérotation des cet univers sans le ciel de ce pays est tout avant dernier vers aoi il faut laisser venir madame on croit souvent que le but       " 1) notre-dame au mur violet c’est le grand de la autre citation pour julius baltazar 1 le     un vendredi et que vous dire des       sur peinture de rimes. le texte attendre. mot terrible. ço dist li reis : eurydice toujours nue à       et l’heure de la apaches :       jardin dernier vers aoi in the country mesdames, messieurs, veuillez a claude b.   comme  il est des objets sur antoine simon 30 une errance de dernier vers aoi références : xavier       dans fin première c’est un peu comme si, reprise du site avec la de pa(i)smeisuns en est venuz dans les écroulements       jonath diaphane est le vi.- les amicales aventures il existe deux saints portant la musique est le parfum de j’ai ajouté   pour le prochain bernadette griot vient de       le dernier vers aoi mais non, mais non, tu merci à marc alpozzo mougins. décembre mon travail est une a christiane pas une année sans évoquer certains soirs, quand je     pluie du chairs à vif paumes pour martine à je serai toujours attentif à c’est extrêmement et ma foi,       l̵ 5) triptyque marocain       descen petites proses sur terre antoine simon 11       avant dans la caverne primordiale "la musique, c’est le madame dans l’ombre des madame, vous débusquez rien n’est vedo la luna vedo le dernier vers aoi       l̵ et te voici humanité       & samuelchapitre 16, versets 1       grimpa juste un mot pour annoncer ce texte m’a été ce va et vient entre attention beau les avenues de ce pays quel ennui, mortel pour À peine jetés dans le     longtemps sur le travail de bernard la question du récit r.m.a toi le don des cris qui décembre 2001. constellations et antoine simon 12 la littérature de ils sortent toute trace fait sens. que violette cachéeton c’est ici, me dernier vers s’il       &n patrick joquel vient de antoine simon 13 a propos de quatre oeuvres de au seuil de l’atelier  zones gardées de       dans de proche en proche tous   dits de       reine les oiseaux s’ouvrent macles et roulis photo 3   anatomie du m et       maquis cet article est paru dans le il n’y a pas de plus "pour tes antoine simon 20 quand c’est le vent qui gardien de phare à vie, au       d&eacu deuxième apparition de pierre ciel able comme capable de donner   au milieu de dans les carnets  hors du corps pas la brume. nuages pour alain borer le 26   nous sommes seul dans la rue je ris la dernier vers aoi pour jean-louis cantin 1.- a ma mère, femme parmi quatre si la mer s’est       en       sur bruno mendonça l’illusion d’une merci au printemps des epuisement de la salle,       dans j’ai changé le   je n’ai jamais un jour nous avons       voyage l’attente, le fruit pour marcel ouverture d’une dont les secrets… à quoi spectacle de josué dit j’ai donc un jour, vous m’avez       vu       les  mise en ligne du texte non... non... je vous assure,  de la trajectoire de ce antoine simon 19       pav&ea mise en ligne d’un pour la force du corps,       &agrav la mort d’un oiseau.       à martin miguel art et premier essai c’est dernier vers que mort charogne sur le seuilce qui et combien ma voix n’est plus que       dans et ces (josué avait pour m.b. quand je me heurte  dernier salut au       dans dans le respect du cahier des la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- est-ce encore un fleuve ? | un brin de coriandre ->
au Bosphore
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : printemps

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

au Bosphore

chez les Turcs du bord de Loire

pause kébab

Publication en ligne : 18 février 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette