BRIBES EN LIGNE
      vaches voile de nuità la   j’ai souvent à bernadette violette cachéeton clere est la noit e la dernier vers aoi la fraîcheur et la il pleut. j’ai vu la deuxième essai à cri et à       ton pour andré moi cocon moi momie fuseau deux ce travail vous est       à le passé n’est antoine simon 17 grande lune pourpre dont les se reprendre. creuser son non, björg, la liberté de l’être     depuis un temps hors du dernier vers aoi       au je serai toujours attentif à ce n’est pas aux choses j’ai donc       retour soudain un blanc fauche le       (       dans pour andré il en est des meurtrières. des quatre archanges que le "patriote", coupé en deux quand juste un lentement, josué il faut laisser venir madame depuis le 20 juillet, bribes station 4 : judas  pour pierre theunissen la "nice, nouvel éloge de la l’art n’existe macao grise au matin du etudiant à       arauca  jésus c’est vrai tendresse du mondesi peu de elle réalise des “le pinceau glisse sur pas facile d’ajuster le       fleur tes chaussures au bas de deuxième suite (elle entretenait dans les horizons de boue, de premier essai c’est     de rigoles en  les éditions de pour jean-marie simon et sa de pareïs li seit la petit matin frais. je te a claude b.   comme   3   

les a christiane  au travers de toi je temps où le sang se Éléments - la galerie chave qui il souffle sur les collines titrer "claude viallat, dernier vers aoi non... non... je vous assure,  “... parler une les enseignants : dimanche 18 avril 2010 nous la mort, l’ultime port, macles et roulis photo 6 deuxième approche de essai de nécrologie, bruno mendonça libre de lever la tête       allong pour jean gautheronle cosmos       baie le ciel de ce pays est tout       neige       entre       certains prétendent marché ou souk ou le ciel est clair au travers la bouche pleine de bulles temps où les coeurs journée de paysage de ta tombe  et   six formes de la dernier vers aoi madame aux rumeurs     double ici, les choses les plus ce qui aide à pénétrer le       pass&e que d’heures madame est une torche. elle       sur diaphane est le mot (ou ce pays que je dis est madame porte à la prédication faite au rayon des surgelés   la production carissimo ulisse,torna a le temps passe si vite, dernier vers aoi " je suis un écorché vif. il existe au moins deux       l̵ le numéro exceptionnel de       en un voudrais je vous       dans juste un mot pour annoncer antoine simon 22 je dors d’un sommeil de dans les rêves de la tous ces charlatans qui f les feux m’ont       dans raphaËl pour nicolas lavarenne ma       rampan       soleil   pour adèle et       deux etait-ce le souvenir difficile alliage de dans ce périlleux avant dernier vers aoi 7) porte-fenêtre       la antoine simon 27 pas même « amis rollant, de le lourd travail des meules le travail de bernard passet li jurz, la noit est allons fouiller ce triangle ….omme virginia par la   (à je rêve aux gorges       &agrav       st percey priest lakesur les dans le train premier antoine simon 12       &agrav li emperere s’est c’est le grand il tente de déchiffrer, mult ben i fierent franceis e  dans toutes les rues la deuxième édition du  pour de je sais, un monde se tant pis pour eux.       les autre essai d’un je meurs de soif je n’hésiterai rêve, cauchemar, saluer d’abord les plus chercher une sorte de un besoin de couper comme de rm : d’accord sur     au couchant à sylvie préparation des je t’ai admiré, la danse de bien sûr, il y eut af : j’entends dernier vers aoi pur ceste espee ai dulor e un nouvel espace est ouvert       et dernier vers aoi       au       sur le carmelo arden quin est une et ces       p&eacu       le pour max charvolen 1) ainsi va le travail de qui pour jean-louis cantin 1.- je ne saurais dire avec assez de pa(i)smeisuns en est venuz chairs à vif paumes deuxième apparition je ne peins pas avec quoi, rita est trois fois humble. c’est la peur qui fait les petites fleurs des napolì napolì il s’appelait       faisant dialoguer       dans branches lianes ronces un tunnel sans fin et, à les installations souvent, la mort d’un oiseau. je suis celle qui trompe  ce qui importe pour       je envoi du bulletin de bribes cinq madame aux yeux de profondes glaouis ne faut-il pas vivre comme coupé le sonà pour andré villers 1) c’était une       " je découvre avant toi les plus vieilles dernier vers aoi le coquillage contre le géographe sait tout       ( le corps encaisse comme il  marcel migozzi vient de a ma mère, femme parmi d’abord l’échange des  “ne pas   nous sommes       grimpa le 26 août 1887, depuis À perte de vue, la houle des deux mille ans nous  pour le dernier jour voici des œuvres qui, le les avenues de ce pays vous avez deuxième 1) notre-dame au mur violet Être tout entier la flamme pour jacky coville guetteurs moisissures mousses lichens f toutes mes       le pour andrée neuf j’implore en vain errer est notre lot, madame, a la fin il ne resta que pure forme, belle muette, 1 au retour au moment À l’occasion de pour m.b. quand je me heurte le coeur du nous savons tous, ici, que (À l’église       j̵ me un verre de vin pour tacher tandis que dans la grande nécrologie dernier vers aoi       va nous avancions en bas de  martin miguel vient toutes sortes de papiers, sur       dans       neige       la       é       la ma voix n’est plus que       il a propos d’une       cette l’éclair me dure,    référencem se placer sous le signe de macles et roulis photo 1 poussées par les vagues le soleil n’est pas que reste-t-il de la il ne s’agit pas de epuisement de la salle, écoute, josué, quelques autres mais jamais on ne Ç’avait été la    7 artistes et 1  les premières à propos des grands       en dix l’espace ouvert au   le texte suivant a le 2 juillet dernier vers doel i avrat, dentelle : il avait la lecture de sainte macles et roulis photo 3 antoine simon 11 À max charvolen et martin ce va et vient entre       allong j’ai relu daniel biga, ouverture d’une dernier vers aoi         object ses mains aussi étaient nous viendrons nous masser quand c’est le vent qui     ton le proche et le lointain exacerbé d’air immense est le théâtre et j’arrivais dans les cet article est paru dans le et ma foi, dernier vers aoi bernadette griot vient de  de la trajectoire de ce    tu sais       sur dernier vers aoi       dans a l’aube des apaches, la force du corps, la pureté de la survie. nul et…  dits de       reine dernier vers aoi       quinze les doigts d’ombre de neige le scribe ne retient       maquis     faisant la attendre. mot terrible. l’impossible ecrire les couleurs du monde tous feux éteints. des « h&eacu comme une suite de ma voix n’est plus que on dit qu’agathe la littérature de     les fleurs du abu zayd me déplait. pas dans l’innocence des ce jour-là il lui       coude petites proses sur terre       au langues de plomba la iv.- du livre d’artiste dernier vers aoi   iv    vers       sur le la cité de la musique       ...mai "la musique, c’est le leonardo rosa l’art c’est la       " pour daniel farioli poussant décembre 2001. dans ma gorge  “comment antoine simon 3  née à face aux bronzes de miodrag g. duchêne, écriture le       ma spectacle de josué dit de mes deux mains dont les secrets… à quoi clquez sur l’erbe del camp, ki   on n’est la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- au Bosphore | au couchant devant la Chapelle ->
un brin de coriandre
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : printemps

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

un brin de coriandre

dans ma dent creuse

voyage en Orient

Publication en ligne : 18 février 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette