BRIBES EN LIGNE
autre essai d’un le coquillage contre 0 false 21 18       entre très saintes litanies pure forme, belle muette,       et tu après la lecture de   pour le prochain  au mois de mars, 1166 couleur qui ne masque pas       des voix percent, racontent       jonath dans ce périlleux rossignolet tu la ainsi va le travail de qui a toi le don des cris qui       aujour cyclades, iii°   est-ce que   entrons à propos des grands ce va et vient entre       &agrav       dans sors de mon territoire. fais able comme capable de donner       maquis deuxième apparition lentement, josué et si tu dois apprendre à vos estes proz e vostre il était question non normal 0 21 false fal o tendresses ô mes       je la prédication faite granz est li calz, si se j’ai longtemps       pass&e c’est une sorte de À peine jetés dans le il n’était qu’un une errance de     m2 &nbs s’égarer on       au pour julius baltazar 1 le (vois-tu, sancho, je suis ce texte se présente quelque chose       la dernier vers aoi antoine simon 25 ce n’est pas aux choses bien sûr, il y eut là, c’est le sable et       &agrav ce qui fascine chez suite de     après il y a tant de saints sur À perte de vue, la houle des  marcel migozzi vient de de sorte que bientôt iv.- du livre d’artiste li emperere s’est l’éclair me dure,       gentil       fourr& f les feux m’ont un temps hors du thème principal :  un livre écrit toutefois je m’estimais il ne reste plus que le f toutes mes       la epuisement de la salle, pour michèle gazier 1 il n’y a pas de plus  tous ces chardonnerets chercher une sorte de le 15 mai, à c’est la peur qui fait i mes doigts se sont ouverts     surgi l’instant criblé lorsqu’on connaît une station 1 : judas juste un mot pour annoncer dans le pain brisé son j’ai donc au commencement était nous serons toujours ces que d’heures la question du récit       voyage dernier vers aoi pour jacky coville guetteurs quand il voit s’ouvrir, pour martine, coline et laure ma mémoire ne peut me je n’ai pas dit que le     extraire rimbaud a donc     le quand vous serez tout je suis occupé ces ma voix n’est plus que l’une des dernières au rayon des surgelés et te voici humanité de proche en proche tous pour mireille et philippe le franchissement des des voiles de longs cheveux dans ma gorge       pav&ea quand c’est le vent qui   encore une       bonhe bruno mendonça la mort d’un oiseau. deux mille ans nous premier essai c’est c’est ici, me li quens oger cuardise clquez sur       retour  si, du nouveau       parfoi   adagio   je f le feu m’a dentelle : il avait pour martine (ma gorge est une merci à marc alpozzo f le feu s’est samuelchapitre 16, versets 1 accoucher baragouiner le proche et le lointain antoine simon 6 le coeur du  les œuvres de  hier, 17 générations il est le jongleur de lui       " c’est un peu comme si, le vieux qui en cet anniversaire, ce qui       le madame, c’est notre on peut croire que martine la légende fleurie est       "         &n       devant jusqu’à il y a napolì napolì macles et roulis photo 1       &n l’art n’existe j’ai relu daniel biga,   se       deux temps où les coeurs à propos “la josué avait un rythme toulon, samedi 9       soleil vedo la luna vedo le mesdames, messieurs, veuillez références : xavier il souffle sur les collines pour max charvolen 1) morz est rollant, deus en ad décembre 2001. "ah ! mon doux pays, à cri et à les routes de ce pays sont  de même que les    regardant on trouvera la video     à dernier vers aoi r.m.a toi le don des cris qui ne faut-il pas vivre comme et ma foi, accorde ton désir à ta  “comment mais non, mais non, tu   nous sommes torna a sorrento ulisse torna madame, vous débusquez jouer sur tous les tableaux a claude b.   comme écrirecomme on se ils sortent ce jour-là il lui       la dernier vers aoi monde imaginal,       chaque dernier vers doel i avrat,   un en 1958 ben ouvre à guetter cette chose ce jour là, je pouvais       au dans les rêves de la ecrire les couleurs du monde nos voix troisième essai je t’ai admiré, normalement, la rubrique       st iloec endreit remeint li os     pluie du j’ai changé le       l̵ vous dites : "un tout à fleur d’eaula danse la bouche pure souffrance dernier vers aoi dernier vers aoi       banlie sequence 6   le où l’on revient       object dix l’espace ouvert au quand les mots sculpter l’air :       un je t’enfourche ma       au sa langue se cabre devant le un titre : il infuse sa patrick joquel vient de 10 vers la laisse ccxxxii charogne sur le seuilce qui l’ami michel   d’un coté, elle disposait d’une premier vers aoi dernier       dans et combien    courant       neige tromper le néant comme un préliminaire la   en grec, morías les plus vieilles descendre à pigalle, se soudain un blanc fauche le ainsi alfred… je m’étonne toujours de la abu zayd me déplait. pas bien sûrla la vie humble chez les au labyrinthe des pleursils pour jean-louis cantin 1.-     du faucon "et bien, voilà..." dit       vu pour maguy giraud et mise en ligne deuxième essai  dernières mises je désire un dans le train premier       baie     l’é nous lirons deux extraits de  au travers de toi je elle réalise des (josué avait lentement l’art c’est la bribes en ligne a pour marcel très malheureux...   voici donc la tous ces charlatans qui pour jacqueline moretti, la terre nous la rencontre d’une sur l’erbe verte si est de soie les draps, de soie vue à la villa tamaris clere est la noit e la pierre ciel     les provisions ce qu’un paysage peut       la       dans  epître aux rare moment de bonheur, c’est la distance entre  le grand brassage des tant pis pour eux. quelques autres la littérature de 1.- les rêves de  de la trajectoire de ce autres litanies du saint nom sixième pour michèle aueret j’ai ajouté   né le 7 a la fin il ne resta que li emperere par sa grant le soleil n’est pas       o le travail de bernard marie-hélène quai des chargeurs de mi viene in mentemi dernier vers aoi vous deux, c’est joie et le pendu il arriva que antoine simon 19 gardien de phare à vie, au mes pensées restent       apparu madame est toute   un vendredi pour nicolas lavarenne ma    en       avant un soir à paris au janvier 2002 .traverse deux nouveauté,       allong vous avez mult est vassal carles de à sylvie coupé le sonà       la pie    tu sais se placer sous le signe de     vers le soir 5) triptyque marocain  dernier salut au  “... parler une       soleil "si elle est le 28 novembre, mise en ligne 1 la confusion des       le exode, 16, 1-5 toute mais jamais on ne       fourr& la mort, l’ultime port, f le feu s’est j’arrivais dans les 7) porte-fenêtre l’erbe del camp, ki une il faut dire les libre de lever la tête mon cher pétrarque,  le livre, avec dans les écroulements       dans       sur le que reste-t-il de la       fleure tout en vérifiant pour angelo le recueil de textes tout mon petit univers en ce qui importe pour       dans quatrième essai rares   j’ai souvent giovanni rubino dit       grimpa buttati ! guarda&nbs la cité de la musique pour robert  tu vois im font chier dernier vers aoi à bernadette cinquième essai tout madame est la reine des de pa(i)smeisuns en est venuz les grands   marcel douze (se fait terre se il y a des objets qui ont la la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- un brin de coriandre | Le cygne sur la rivière ->
au couchant devant la Chapelle
© Daniel Biga

Les quatre saisons du Haïku : printemps

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

au couchant devant la Chapelle

sept chevaux

entrent dans l’Erdre

Publication en ligne : 18 février 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette