BRIBES EN LIGNE
   en    tu sais       aux       ce     ton i.- avaler l’art par c’est le grand       midi  “s’ouvre    7 artistes et 1 voile de nuità la (la numérotation des dans le monde de cette vous deux, c’est joie et       bien seins isabelle boizard 2005 max charvolen, martin miguel madame porte à f tous les feux se sont les amants se pour michèle mille fardeaux, mille à bernadette printemps breton, printemps       sabots af : j’entends c’est parfois un pays       les je ne saurais dire avec assez hans freibach : il arriva que toutes ces pages de nos dans ce pays ma mère station 5 : comment     oued coulant il en est des meurtrières. un titre : il infuse sa on préparait     une abeille de dans les horizons de boue, de ensevelie de silence, il souffle sur les collines       dans villa arson, nice, du 17       fleure       s̵ a dix sept ans, je ne savais nous dirons donc       sur  née à bal kanique c’est à la bonne       assis elle disposait d’une pour michèle gazier 1) ce texte se présente tendresse du mondesi peu de antoine simon 25 montagnesde l’impression la plus carles respunt : la danse de À la loupe, il observa  zones gardées de f le feu m’a temps de pierres dans la poussées par les vagues les dieux s’effacent un jour nous avons     sur la pente dans les carnets  l’exposition  encore la couleur, mais cette     faisant la histoire de signes . on trouvera la video il faut laisser venir madame effleurer le ciel du bout des la vie humble chez les de sorte que bientôt       bonheu seul dans la rue je ris la       rampan       fourr&       l̵ la question du récit avez-vous vu       la ma voix n’est plus que (de)lecta lucta   je m’étonne toujours de la nice, le 30 juin 2000 autres litanies du saint nom pour lee la poésie, à la madame est une torche. elle la liberté de l’être la liberté s’imprime à ce qui fait tableau : ce folie de josuétout est       grimpa       pass&e   (dans le ici, les choses les plus essai de nécrologie, inoubliables, les   adagio   je "la musique, c’est le 0 false 21 18 pour mes enfants laure et difficile alliage de dernier vers aoi antoine simon 21 nous avons affaire à de les petites fleurs des pour jean gautheronle cosmos       montag ….omme virginia par la    courant       pour pas de pluie pour venir       sur le l’impossible la gaucherie à vivre, introibo ad altare comment entrer dans une    au balcon ma chair n’est le corps encaisse comme il 0 false 21 18 "l’art est-il branches lianes ronces je me souviens de       je me       au « 8° de au programme des actions ce jour là, je pouvais livre grand format en trois         fourr& 1-nous sommes dehors.     après au seuil de l’atelier bientôt, aucune amarre guetter cette chose       le monde imaginal, les enseignants :     vers le soir       bruyan l’instant criblé se reprendre. creuser son     [1]        & c’est vrai       ...mai ouverture de l’espace pour yves et pierre poher et    si tout au long "ces deux là se le lent déferlement mise en ligne     chambre ici. les oiseaux y ont fait il semble possible       la bien sûr, il y eut pour maguy giraud et  “ne pas       le dernier vers doel i avrat, l’existence n’est 0 false 21 18  dernières mises       la       en       b&acir       ton       dans les premières tous feux éteints. des la mort d’un oiseau. jamais je n’aurais       il pour andrée encore une citation“tu titrer "claude viallat, couleur qui ne masque pas la bouche pleine de bulles       su  hors du corps pas jusqu’à il y a et c’était dans ils s’étaient reflets et echosla salle       sur       et     depuis   entrons       " quel ennui, mortel pour premier vers aoi dernier passet li jurz, la noit est la pureté de la survie. nul nous avancions en bas de tout à fleur d’eaula danse tromper le néant je suis bien dans f j’ai voulu me pencher       pass&e dire que le livre est une       en un il était question non dernier vers aoi lorsqu’on connaît une le galop du poème me       madame dans l’ombre des l’ami michel   pour théa et ses pour raphaël  martin miguel vient antoine simon 33 toutes sortes de papiers, sur       alla toutefois je m’estimais viallat © le château de autre essai d’un entr’els nen at ne pui       au       nuage des quatre archanges que       dans et je vois dans vos mieux valait découper dans les hautes herbes       il n’ayant pas         &n il faut aller voir antoine simon 29 je meurs de soif etudiant à macles et roulis photo 3       baie       fourmi  pour le dernier jour du fond des cours et des la terre a souvent tremblé la mastication des       avant le recueil de textes carmelo arden quin est une       deux       quand pur ceste espee ai dulor e glaciation entre de tantes herbes el pre autre petite voix madame chrysalide fileuse       ( 1257 cleimet sa culpe, si voici des œuvres qui, le jamais si entêtanteeurydice       la       maquis c’est la peur qui fait pierre ciel       le religion de josué il travail de tissage, dans et que dire de la grâce et encore  dits ecrire sur toi, mésange à ses mains aussi étaient dernier vers aoi onzième       deux carles li reis en ad prise sa non... non... je vous assure,       l̵       entre prenez vos casseroles et r.m.a toi le don des cris qui  au mois de mars, 1166 qu’est-ce qui est en deuxième suite écrirecomme on se 0 false 21 18 quatrième essai de antoine simon 2 fragilité humaine. antoine simon 20 À max charvolen et       " je ne sais pas si dentelle : il avait     l’é ce poème est tiré du si j’avais de son aucun hasard si se il pleut. j’ai vu la  jésus les cuivres de la symphonie de soie les draps, de soie normalement, la rubrique la mort, l’ultime port, dessiner les choses banales     le cygne sur       sur le pas une année sans évoquer exode, 16, 1-5 toute le grand combat :  les trois ensembles moisissures mousses lichens       l̵ passet li jurz, si turnet a quel étonnant avant propos la peinture est antoine simon 26 antoine simon 19 carissimo ulisse,torna a bernadette griot vient de  dans le livre, le le vieux qui À max charvolen et martin antoine simon 28 est-ce parce que, petit, on f toutes mes cinq madame aux yeux dans la caverne primordiale dernier vers aoi  l’écriture merle noir  pour     longtemps sur premier essai c’est a propos de quatre oeuvres de je suis occupé ces troisième essai et nice, le 18 novembre 2004 diaphane est le passent .x. portes, écoute, josué,       nuage  les éditions de le pendu dernier vers aoi antoine simon 32 carcassonne, le 06 "le renard connaît À peine jetés dans le le scribe ne retient dans le pays dont je vous s’ouvre la quelque chose  monde rassemblé il ne sait rien qui ne va       sur au rayon des surgelés la tentation du survol, à       la pour michèle gazier 1 et la peur, présente       vaches       pav&ea six de l’espace urbain, f le feu s’est dans l’innocence des outre la poursuite de la mise       quinze c’est seulement au napolì napolì des voiles de longs cheveux sixième après la lecture de certains prétendent   ces notes noble folie de josué,       "       l̵ mi viene in mentemi       l̵ on cheval pour max charvolen 1) quelques autres la fraîcheur et la madame des forêts de nous lirons deux extraits de vos estes proz e vostre la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Joquel, Patrick > Déambulations

PATRICK JOQUEL

<- Bien sûr, bien sûr | Premier soir au balcon ->
Au lever
© Patrick Joquel

Déambulation 3

Ecrivain(s) : Joquel
Clefs : poésie

Janvier 2002 .Traverse de l’orée du bois. Au lever.

J’entends la radio colporter avec son habituel entrain le triste état du monde. Je bois du thé. Un mélange british. Avec un nuage de lait. En poudre.

Pour résister.

Pour garder intact flegme et humour.

Quand tout dérive autour de soi. Dans le fracas des uniformes lâchés au nom de totalitarismes masqués de bonnes paroles comment tenir les pas de la douceur et de la parole
 ?
Et combien de temps avant d’être à son tour muselé
 ?
Comment croire à la vitalité des mots quand on les ramasse englués de pétrole au jusant du langage
 ?
Comment le mimosa de l’immeuble ose-t-il entêter de son parfum cet hiver glacial
 ?
On pourrait te croire indifférent mimosa. Alors que tu tiens le monde entre tes jaunes. Que tu racontes à ta manière une vivante histoire. Et que tu offres à la Traverse de l’orée du bois un écho des galaxies.

Publication en ligne : 9 mai 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette