BRIBES EN LIGNE
l’impossible       dans       au je crie la rue mue douleur pour jean gautheronle cosmos     les fleurs du antoine simon 26 je me souviens de antoine simon 25 nouvelles mises en des quatre archanges que       quinze deux ajouts ces derniers du bibelot au babilencore une       &agrav attendre. mot terrible.    si tout au long       et tu 1. il se trouve que je suis  c’était   ces sec erv vre ile       vu quand nous rejoignons, en   jn 2,1-12 : pour jacqueline moretti, antoine simon 27 vue à la villa tamaris  l’écriture     rien il faut laisser venir madame al matin, quant primes pert       au  zones gardées de       je       le onzième pour jacky coville guetteurs je désire un le 19 novembre 2013, à la       la antoine simon 31 de l’autre toute trace fait sens. que   si vous souhaitez       coude   né le 7 rm : nous sommes en accorde ton désir à ta       bonhe un verre de vin pour tacher « pouvez-vous bien sûrla Ç’avait été la dernier vers aoi 0 false 21 18 f le feu s’est station 1 : judas     dans la ruela tout en travaillant sur les       entre les dernières       &agrav "moi, esclave" a       pass&e       jardin dernier vers aoi rossignolet tu la       à suite du blasphème de le plus insupportable chez merle noir  pour temps de bitume en fusion sur encore une citation“tu ma voix n’est plus que nice, le 30 juin 2000 mais jamais on ne       deux       sous ce poème est tiré du voile de nuità la (dans mon ventre pousse une  le grand brassage des l’art n’existe  dernier salut au       ton       dans ajout de fichiers sons dans la cité de la musique dernier vers doel i avrat,     [1]    adagio   je  “s’ouvre la tentation du survol, à art jonction semble enfin deuxième suite je suis station 7 : as-tu vu judas se antoine simon 5       je c’est le grand abstraction voir figuration       apparu lu le choeur des femmes de     l’é l’heure de la on croit souvent que le but       la il est le jongleur de lui dernier vers aoi ce qui importe pour je suis bien dans introibo ad altare       au hans freibach : écrirecomme on se la fonction,  “ne pas jusqu’à il y a       pass&e en ceste tere ad estet ja leonardo rosa carles li reis en ad prise sa a supposer quece monde tienne    tu sais dernier vers aoi la réserve des bribes rimbaud a donc pour martin quand vous serez tout rm : d’accord sur l’existence n’est vous avez quel ennui, mortel pour comme c’est sous la pression des le geste de l’ancienne, rêve, cauchemar,   ces notes       dans   voici donc la     à autre petite voix ensevelie de silence, madame, on ne la voit jamais au rayon des surgelés tendresse du mondesi peu de reflets et echosla salle on dit qu’agathe j’ai travaillé pas une année sans évoquer       sur le passet li jurz, si turnet a  martin miguel vient able comme capable de donner   marché ou souk ou  epître aux à propos des grands       m̵ difficile alliage de j’ai donc d’un côté juste un antoine simon 23 un soir à paris au nu(e), comme son nom       st 0 false 21 18 ce texte se présente un titre : il infuse sa morz est rollant, deus en ad cyclades, iii° la liberté de l’être m1             grimpa quelque temps plus tard, de       &eacut voudrais je vous je ne saurais dire avec assez       enfant (de)lecta lucta   pour anne slacik ecrire est marcel alocco a tout est prêt en moi pour   le texte suivant a le 28 novembre, mise en ligne       au ce qui fait tableau : ce       nuage des voix percent, racontent       parfoi       sur mieux valait découper dans le patriote du 16 mars 1) notre-dame au mur violet    en (vois-tu, sancho, je suis polenta errer est notre lot, madame,       la À max charvolen et       sur le rita est trois fois humble. le tissu d’acier une autre approche de le 23 février 1988, il à la mémoire de dernier vers aoi mon cher pétrarque, ce n’est pas aux choses douce est la terre aux yeux temps de pierres dans la réponse de michel       reine si j’étais un il souffle sur les collines pour le prochain basilic, (la les étourneaux ! face aux bronzes de miodrag       allong et te voici humanité un besoin de couper comme de    au balcon et voici maintenant quelques a l’aube des apaches, les plus vieilles raphaËl souvent je ne sais rien de ce 28 février 2002. « voici tant pis pour eux.       fourmi moisissures mousses lichens dernier vers aoi  si, du nouveau les lettres ou les chiffres le passé n’est       rampan vedo la luna vedo le (josué avait lentement   marcel et…  dits de quatrième essai de je reviens sur des       sur dernier vers aoi       les neuf j’implore en vain derniers vers sun destre       la       quand comme ce mur blanc À la loupe, il observa diaphane est le       banlie         &n j’ai perdu mon journée de napolì napolì  la toile couvre les certains soirs, quand je      & sept (forces cachées qui c’est une sorte de antoine simon 15 temps de pierres douze (se fait terre se vous êtes   je ne comprends plus   la production 1257 cleimet sa culpe, si quando me ne so itu pe dans le train premier le travail de bernard bal kanique c’est le pendu dans les carnets dessiner les choses banales carissimo ulisse,torna a  “comment de pareïs li seit la ce paysage que tu contemplais merci au printemps des mes pensées restent le franchissement des a la libération, les pour mireille et philippe pour michèle aueret poème pour accoucher baragouiner bribes en ligne a janvier 2002 .traverse les doigts d’ombre de neige ma chair n’est deuxième essai le sixième je dors d’un sommeil de le temps passe dans la après la lecture de violette cachéeton chaises, tables, verres, bernadette griot vient de dernier vers aoi       apr&eg inoubliables, les de soie les draps, de soie       au percey priest lakesur les saluer d’abord les plus   maille 1 :que viallat © le château de le grand combat : monde imaginal, le samedi 26 mars, à 15 antoine simon 29     "   entrons       & très saintes litanies       la       le antoine simon 24 les textes mis en ligne il avait accepté a christiane antoine simon 12 le ciel de ce pays est tout       le "ces deux là se     chambre dernier vers aoi très malheureux... j’ai en réserve quelque chose       une normalement, la rubrique pourquoi yves klein a-t-il le temps passe si vite, c’est la distance entre il aurait voulu être tout mon petit univers en li emperere par sa grant toutefois je m’estimais le ciel est clair au travers       le     &nbs titrer "claude viallat, paysage de ta tombe  et dernier vers aoi  les trois ensembles j’ai donné, au mois et que dire de la grâce       allong antoine simon 10 f j’ai voulu me pencher j’ai parlé le numéro exceptionnel de mise en ligne d’un les oiseaux s’ouvrent   (dans le il y a tant de saints sur     extraire ecrire sur l’ami michel tout est possible pour qui  ce qui importe pour et ces       un macles et roulis photo 6 autre citation"voui dix l’espace ouvert au   anatomie du m et     m2 &nbs prenez vos casseroles et seins isabelle boizard 2005 dernier vers aoi derniers première f le feu s’est du fond des cours et des f les feux m’ont       la       &agrav dernier vers aoi   cette machine entre mes iloec endreit remeint li os deuxième antoine simon 18 pour gilbert bien sûr, il y eut buttati ! guarda&nbs je sais, un monde se siglent a fort e nagent e     vers le soir la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

DANIEL BIGA

<- Il s’approche | Le martin pêcheur ->
Les nids
© Daniel Biga

Les quatre saisons du haïku : printemps

Ecrivain(s) : Biga
Clefs : poésie

 

 

 

les nids

caressent

les oiseaux

Publication en ligne : 18 mai 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette