BRIBES EN LIGNE
      la pie le 2 juillet       &n       gentil pour maguy giraud et antoine simon 11 station 3 encore il parle     dans la ruela la prédication faite dire que le livre est une premier vers aoi dernier au programme des actions       sur     pluie du au seuil de l’atelier antoine simon 24       j̵ descendre à pigalle, se  l’écriture "tu sais ce que c’est des conserves ! 1) notre-dame au mur violet toujours les lettres : « e ! malvais tout le problème c’est la peur qui fait moi cocon moi momie fuseau le travail de bernard j’écoute vos     nous l’heure de la toute une faune timide veille et encore  dits tes chaussures au bas de un trait gris sur la les plus vieilles la langue est intarissable       entre f qu’il vienne, le feu il y a dans ce pays des voies       encore une citation“tu madame déchirée       six tendresses ô mes envols ] heureux l’homme li quens oger cuardise  dernier salut au livre grand format en trois madame est une se placer sous le signe de pour martin       dans il avait accepté       ( eurydice toujours nue à les installations souvent, sixième   au milieu de       et traquer et si tu dois apprendre à un temps hors du     longtemps sur ils s’étaient deux ajouts ces derniers quatrième essai de 0 false 21 18 madame est la reine des a supposer quece monde tienne   d’un coté, f le feu est venu,ardeur des des quatre archanges que le plus insupportable chez au lecteur voici le premier   l’oeuvre vit son     ton pour michèle gazier 1) juste un mot pour annoncer j’ai relu daniel biga,       la immense est le théâtre et       la onze sous les cercles grande lune pourpre dont les une il faut dire les les routes de ce pays sont vue à la villa tamaris il existe deux saints portant la bouche pure souffrance l’erbe del camp, ki napolì napolì   voici donc la il tente de déchiffrer, c’est extrêmement elle ose à peine autre citation"voui au rayon des surgelés c’est ici, me errer est notre lot, madame, première etudiant à v.- les amicales aventures du       &n g. duchêne, écriture le ce paysage que tu contemplais       descen       je leonardo rosa       je il ne s’agit pas de       au 1-nous sommes dehors. je suis occupé ces « amis rollant, de tendresse du mondesi peu de tout est prêt en moi pour samuelchapitre 16, versets 1 quelque temps plus tard, de      & pour andrée tout en travaillant sur les la cité de la musique libre de lever la tête il en est des noms comme du branches lianes ronces       pourqu     [1]  l’appel tonitruant du préparation des torna a sorrento ulisse torna légendes de michel       assis janvier 2002 .traverse vos estes proz e vostre le 19 novembre 2013, à la l’attente, le fruit   le 10 décembre pour m.b. quand je me heurte ecrire sur pour alain borer le 26 la question du récit trois (mon souffle au matin granz fut li colps, li dux en fin première       va antoine simon 21 et…  dits de bal kanique c’est pour philippe       deux constellations et grant est la plaigne e large able comme capable de donner  dans le livre, le lu le choeur des femmes de non... non... je vous assure, c’est une sorte de dans la caverne primordiale avec marc, nous avons nous avons affaire à de introibo ad altare un tunnel sans fin et, à toute trace fait sens. que       &eacut       cerisi suite du blasphème de  un livre écrit ce monde est semé       la  née à pluies et bruines, chaque automne les  la lancinante pure forme, belle muette, nous lirons deux extraits de chairs à vif paumes il aurait voulu être l’homme est     faisant la pour mes enfants laure et tu le sais bien. luc ne    de femme liseuse antoine simon 7 quai des chargeurs de les durand : une "pour tes dans les horizons de boue, de j’ai parlé 1254 : naissance de À max charvolen et martin antoine simon 5 la route de la soie, à pied, madame, c’est notre   je n’ai jamais douce est la terre aux yeux la terre nous accoucher baragouiner       bonhe       aujour dans les rêves de la sur l’erbe verte si est       "       bien c’est le grand       dans       les antoine simon 19       la 1- c’est dans mais jamais on ne assise par accroc au bord de l’une des dernières il arriva que       sous dans le patriote du 16 mars ecrire les couleurs du monde       d&eacu       sur langues de plomba la moisissures mousses lichens maintenant il connaît le       entre et il parlait ainsi dans la jamais si entêtanteeurydice on dit qu’agathe passet li jurz, la noit est   si vous souhaitez troisième essai et vedo la luna vedo le       dans       au       en un ce qui fascine chez bel équilibre et sa la liberté de l’être pour egidio fiorin des mots la vie est ce bruissement madame des forêts de intendo... intendo ! le galop du poème me À perte de vue, la houle des f les feux m’ont écrirecomme on se dernier vers aoi archipel shopping, la troisième essai une errance de    il ajout de fichiers sons dans nice, le 30 juin 2000 f j’ai voulu me pencher pour le prochain basilic, (la       sur     chambre arbre épanoui au ciel clere est la noit e la       deux (en regardant un dessin de       une antoine simon 22 giovanni rubino dit béatrice machet vient de macao grise …presque vingt ans plus deuxième essai le scribe ne retient ...et poème pour tant pis pour eux.       voyage l’impossible dernier vers aoi tu le saiset je le vois (dans mon ventre pousse une       su c’est la chair pourtant       l̵ les dessins de martine orsoni   anatomie du m et lentement, josué  si, du nouveau antoine simon 17       soleil le ciel de ce pays est tout faisant dialoguer       jonath noble folie de josué,       midi       ce À max charvolen et     le coupé en deux quand       juin dans les carnets la lecture de sainte références : xavier antoine simon 9 après la lecture de le 15 mai, à l’instant criblé     sur la bientôt, aucune amarre  avec « a la l’éclair me dure, "nice, nouvel éloge de la    regardant iv.- du livre d’artiste rêves de josué, attendre. mot terrible. de toutes les le tissu d’acier mult ben i fierent franceis e a grant dulur tendrai puis   pour adèle et deux mille ans nous       le j’entends sonner les suite de gardien de phare à vie, au 13) polynésie les avenues de ce pays et te voici humanité difficile alliage de sixième quelque chose quant carles oït la equitable un besoin sonnerait ma voix n’est plus que pour jacky coville guetteurs soudain un blanc fauche le le lent déferlement o tendresses ô mes et que dire de la grâce  ce qui importe pour certains soirs, quand je pour martine       pass&e pour andré une fois entré dans la madame est une torche. elle je t’ai admiré, douze (se fait terre se le temps passe dans la 1257 cleimet sa culpe, si       vu la mastication des montagnesde le nécessaire non ma voix n’est plus que antoine simon 29  tu ne renonceras pas. si j’avais de son à bernadette       chaque les enseignants : josué avait un rythme aucun hasard si se   pour olivier je suis bien dans pour mon épouse nicole pour maxime godard 1 haute       deux À la loupe, il observa  référencem on croit souvent que le but carissimo ulisse,torna a la fonction, chaises, tables, verres, deux ce travail vous est i.- avaler l’art par je serai toujours attentif à       object bien sûrla sors de mon territoire. fais le 23 février 1988, il le proche et le lointain le lent tricotage du paysage martin miguel art et       é le géographe sait tout le corps encaisse comme il ce 28 février 2002. madame a des odeurs sauvages       les recleimet deu mult pour jean-marie simon et sa 0 false 21 18 marcel alocco a     après la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Ughes, Yves > Capharnaüm, douze stations avant Judas

YVES UGHES

<- Capharnaüm, 8 | Capharnaüm, 10 ->
Capharnaüm, 9
© Yves Ughes
Ecrivain(s) : Ughes (site)
Clefs : poésie

l’évidence s’inscrivait ainsi dans le rétroviseur mais comment dire cette réalité décomposée dans le temps                           dans ces parcelles de miroir
variant aussi selon les pleins de gazole

est-ce par le pétrole que l’équipe des apôtres est  maintenant financée

saint Pierre tenant la pompe




une grosse fatigue qui s’accomplissait traversait le ciel détourné               disait peut-être la fin appelée de tous ses vœux par Judas une fin comme un vin dénaturé         la souplesse de l’air l’agaçait
suite  pourtant de tous les seins croisés dans la galerie marchande  les collines prirent progressivement de la consistance
les chairs ne sont           jamais   pécheresses dans l’alimentation le corps se compose sur une simple splendeur à venir
du sermon sur la montagne il avait retenu la béatitude des rondeurs annoncées

Publication en ligne : 30 mai 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette