BRIBES EN LIGNE
      au le 23 février 1988, il d’un côté (en regardant un dessin de morz est rollant, deus en ad j’aime chez pierre     double able comme capable de donner   maille 1 :que     le cygne sur me dernier vers aoi   antoine simon 10     oued coulant le vieux qui pur ceste espee ai dulor e le corps encaisse comme il un besoin de couper comme de       cerisi nu(e), comme son nom pour michèle attendre. mot terrible. dans le train premier carles respunt :       la antoine simon 2 (josué avait lentement     " traquer       au carmelo arden quin est une des quatre archanges que dernier vers aoi       le pour jean gautheronle cosmos pour michèle gazier 1) les routes de ce pays sont la langue est intarissable et il parlait ainsi dans la et que dire de la grâce deuxième apparition jusqu’à il y a j’ai perdu mon  un livre écrit dont les secrets… à quoi deux mille ans nous f les rêves de ensevelie de silence, si j’avais de son raphaËl       vu       b&acir dernier vers aoi 1 au retour au moment j’ai relu daniel biga,       sur  monde rassemblé   dits de que d’heures tes chaussures au bas de preambule – ut pictura       grimpa pour max charvolen 1)       aux madame porte à  le "musée c’est la chair pourtant la communication est gardien de phare à vie, au       sur       dans seul dans la rue je ris la toutes sortes de papiers, sur       p&eacu à propos des grands       les dernier vers aoi du bibelot au babilencore une temps de bitume en fusion sur dimanche 18 avril 2010 nous franchement, pensait le chef, mult est vassal carles de 1.- les rêves de le franchissement des spectacle de josué dit merci au printemps des       embarq les textes mis en ligne       dans la vie est ce bruissement       bruyan c’est la peur qui fait et ces etudiant à rm : nous sommes en       un       " antoine simon 33 "ah ! mon doux pays, temps de cendre de deuil de mais jamais on ne martin miguel art et antoine simon 26   ces notes vedo la luna vedo le madame est la reine des "si elle est       la bel équilibre et sa o tendresses ô mes pour julius baltazar 1 le un jour nous avons dernier vers aoi sauvage et fuyant comme     cet arbre que douce est la terre aux yeux il ne s’agit pas de comme une suite de       " ce paysage que tu contemplais dessiner les choses banales     à vos estes proz e vostre je suis       la le glacis de la mort accorde ton désir à ta de profondes glaouis la vie est dans la vie. se c’est pour moi le premier en introduction à des voix percent, racontent que reste-t-il de la trois (mon souffle au matin si grant dol ai que ne viallat © le château de la route de la soie, à pied,  pour de   saint paul trois antoine simon 22 inoubliables, les cette machine entre mes       la petites proses sur terre pour yves et pierre poher et non... non... je vous assure, je déambule et suis passet li jurz, si turnet a f dans le sourd chatoiement       m̵ pour maguy giraud et reflets et echosla salle max charvolen, martin miguel  tu ne renonceras pas. est-ce parce que, petit, on raphaël abu zayd me déplait. pas attelage ii est une œuvre encore une citation“tu m1             bonheu       vaches macao grise la poésie, à la       au antoine simon 23 quando me ne so itu pe non, björg, un soir à paris au c’est la distance entre juste un mot pour annoncer il était question non a propos d’une toutes ces pages de nos       avant premier essai c’est de pareïs li seit la   je ne comprends plus …presque vingt ans plus il n’est pire enfer que la brume. nuages dans les hautes herbes j’ai ajouté la terre a souvent tremblé la bouche pleine de bulles toi, mésange à   marcel       dans apaches : halt sunt li pui e mult halt je sais, un monde se qu’est-ce qui est en légendes de michel nous viendrons nous masser pour michèle aueret moi cocon moi momie fuseau je suis occupé ces carissimo ulisse,torna a Éléments - si elle est belle ? je on peut croire que martine rêve, cauchemar, macles et roulis photo 3 dernier vers aoi rm : d’accord sur   anatomie du m et 0 false 21 18 je serai toujours attentif à  les premières dernier vers aoi (dans mon ventre pousse une quand c’est le vent qui bien sûr, il y eut       au vertige. une distance du fond des cours et des ainsi va le travail de qui dernier vers aoi       s̵  les œuvres de j’oublie souvent et pas même station 7 : as-tu vu judas se tu le saiset je le vois       le à la bonne li emperere s’est passent .x. portes, antoine simon 28 guetter cette chose À perte de vue, la houle des sa langue se cabre devant le ouverture de l’espace dernier vers aoi pluies et bruines, violette cachéeton     m2 &nbs la prédication faite    regardant antoine simon 29 depuis ce jour, le site a claude b.   comme il faut laisser venir madame six de l’espace urbain, (la numérotation des       l̵ l’évidence je t’enlace gargouille pour ma 10 vers la laisse ccxxxii   l’oeuvre vit son nous lirons deux extraits de À l’occasion de nouvelles mises en l’erbe del camp, ki       la quatrième essai rares rien n’est à la mémoire de cet article est paru la mort, l’ultime port, c’est extrêmement arbre épanoui au ciel quand les mots       l̵ il semble possible       neige ma chair n’est cet univers sans il pleut. j’ai vu la mon travail est une     sur la ici. les oiseaux y ont fait et c’était dans     ton petit matin frais. je te descendre à pigalle, se glaciation entre très malheureux... ce poème est tiré du errer est notre lot, madame, mi viene in mentemi       voyage démodocos... Ça a bien un l’homme est 1-nous sommes dehors. de toutes les décembre 2001. cinq madame aux yeux  avec « a la le plus insupportable chez       neige chaises, tables, verres, bien sûrla leonardo rosa je ne saurais dire avec assez zacinto dove giacque il mio mon cher pétrarque,  c’était la cité de la musique assise par accroc au bord de il est le jongleur de lui pour robert       la       su je crie la rue mue douleur quatrième essai de la fraîcheur et la carcassonne, le 06 pour andré villers 1) j’ai donné, au mois certains prétendent       sabots       le sept (forces cachées qui quel ennui, mortel pour temps où le sang se     hélas, libre de lever la tête nécrologie c’est un peu comme si, « pouvez-vous  les éditions de       les une errance de  au travers de toi je       m̵ nous savons tous, ici, que folie de josuétout est dernier vers aoi   au milieu de pour jacky coville guetteurs  hier, 17 sous l’occupation les doigts d’ombre de neige       alla       pass&e il y a des objets qui ont la ce qu’un paysage peut ce 28 février 2002. en ceste tere ad estet ja maintenant il connaît le la vie humble chez les 1) la plupart de ces station 4 : judas      surgi       assis d’un bout à       m&eacu à bernadette antoine simon 11 station 3 encore il parle en 1958 ben ouvre à eurydice toujours nue à     une abeille de       sur pour martine napolì napolì pour qui veut se faire une marcel alocco a avec marc, nous avons le passé n’est     un mois sans dans ce pays ma mère in the country       soleil       baie   tout est toujours en      &  dernières mises dernier vers doel i avrat, antoine simon 3       devant je découvre avant toi li quens oger cuardise d’ eurydice ou bien de je dors d’un sommeil de       pourqu et tout avait il tente de déchiffrer, « e ! malvais le texte qui suit est, bien les oiseaux s’ouvrent quatrième essai de antoine simon 27 1 la confusion des 1. il se trouve que je suis c’est une sorte de À max charvolen et allons fouiller ce triangle tout est possible pour qui ils sortent sors de mon territoire. fais la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Benedetto, Albertine > Glossolalies
<- Genre des mots | Dans mon ventre ->
Sa langue se cabre
© Albertine Benedetto
Ecrivain(s) : Benedetto A.
Clefs : poésie

Sa langue se cabre devant le mot ÉCURIE
écume et rue devant
la porte fermée de ses trois serrures
elle fouetterait sa bouche si elle pouvait
pour articuler l’impossible
tellement étranger venu
ni des bras de sa mère ni de ses déserts
et le rire imbécile cravache
la petite fille qui sue
devant les hauts murs de l’exil

Publication en ligne : 1er juin 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette