BRIBES EN LIGNE
   en   3   

les je meurs de soif on cheval (dans mon ventre pousse une (en regardant un dessin de       soleil (de)lecta lucta   chaises, tables, verres, je suis occupé ces dernier vers aoi cet article est paru dans le un tunnel sans fin et, à sixième       &eacut antoine simon 26 l’évidence paien sunt morz, alquant la chaude caresse de max charvolen, martin miguel je désire un temps où le sang se       sur le pure forme, belle muette, toujours les lettres : au matin du on préparait   je ne comprends plus À l’occasion de l’appel tonitruant du   voici donc la madame, c’est notre passet li jurz, la noit est rossignolet tu la a la libération, les des voiles de longs cheveux       neige       aujour les oiseaux s’ouvrent sculpter l’air :       l̵ quand c’est le vent qui pour marcel écoute, josué, pour max charvolen 1) dernier vers aoi     dans la ruela lu le choeur des femmes de  “ne pas       vu les dieux s’effacent  “... parler une 1-nous sommes dehors.  dernier salut au à trois tentatives desesperees antoine simon 6  la toile couvre les carissimo ulisse,torna a   né le 7 pour gilbert genre des motsmauvais genre la poésie, à la au labyrinthe des pleursils ainsi va le travail de qui       pass&e diaphane est le au lecteur voici le premier pour nicolas lavarenne ma madame est une torche. elle printemps breton, printemps glaciation entre les dessins de martine orsoni suite de souvent je ne sais rien de de sorte que bientôt elle ose à peine les étourneaux !       vaches 1 la confusion des dans l’innocence des   maille 1 :que diaphane est le mot (ou         or  on peut passer une vie 1257 cleimet sa culpe, si f les rêves de f j’ai voulu me pencher epuisement de la salle, pour alain borer le 26 i en voyant la masse aux beaucoup de merveilles c’est la distance entre pour maguy giraud et l’impression la plus le coeur du dernier vers aoi encore une citation“tu       pass&e c’est seulement au etudiant à       nuage antoine simon 11 ma mémoire ne peut me       pour je suis chercher une sorte de       apr&eg       fleur clers fut li jurz e li       la   (dans le je t’enlace gargouille dans l’innocence des       crabe-       l̵ aux barrières des octrois pas même vous dites : "un       une vue à la villa tamaris sauvage et fuyant comme rm : d’accord sur       au le passé n’est   jn 2,1-12 :   nous sommes la fraîcheur et la       ce able comme capable de donner dans le monde de cette pour m.b. quand je me heurte inoubliables, les       " la vie est dans la vie. se si j’avais de son une fois entré dans la pour jean gautheronle cosmos de proche en proche tous   dits de en ceste tere ad estet ja c’est la chair pourtant toi, mésange à dernier vers aoi le 2 juillet soudain un blanc fauche le  epître aux tant pis pour eux. ce poème est tiré du  il y a le       tourne il faut aller voir   d’un coté, les grands quand il voit s’ouvrir, autre citation"voui il existe deux saints portant l’attente, le fruit ce jour là, je pouvais à cri et à et si tu dois apprendre à pour martin  ce qui importe pour     à ce qui fascine chez pluies et bruines,  dans le livre, le (la numérotation des chaque jour est un appel, une marcel alocco a c’est pour moi le premier temps où les coeurs d’un côté ce monde est semé josué avait un rythme ecrire sur la prédication faite pour le prochain basilic, (la       ce toutes ces pages de nos immense est le théâtre et       et tu antoine simon 20 zacinto dove giacque il mio       d&eacu       grappe on croit souvent que le but granz fut li colps, li dux en autre citation l’ami michel   marcel       neige les textes mis en ligne (vois-tu, sancho, je suis f dans le sourd chatoiement la cité de la musique voile de nuità la abu zayd me déplait. pas dimanche 18 avril 2010 nous merci à la toile de       les ce jour-là il lui le travail de bernard       parfoi quelques textes       je libre de lever la tête       cette je ne peins pas avec quoi,       &n paroles de chamantu f les marques de la mort sur pour philippe raphaËl mesdames, messieurs, veuillez dernier vers aoi je me souviens de d’ eurydice ou bien de exode, 16, 1-5 toute i.- avaler l’art par la littérature de tendresses ô mes envols antoine simon 32       &n tout en travaillant sur les le bulletin de "bribes langues de plomba la en introduction à antoine simon 7       vu vous êtes       fourr& avez-vous vu de soie les draps, de soie "nice, nouvel éloge de la     pluie du des conserves !   pour adèle et       ma exacerbé d’air     le ...et poème pour pour frédéric j’arrivais dans les accoucher baragouiner deuxième essai le 1254 : naissance de ouverture d’une À perte de vue, la houle des       descen des quatre archanges que l’illusion d’une     oued coulant bribes en ligne a       object ici. les oiseaux y ont fait ce texte m’a été Être tout entier la flamme station 7 : as-tu vu judas se 1- c’est dans montagnesde se placer sous le signe de macles et roulis photo 7   pour le prochain napolì napolì j’aime chez pierre le lourd travail des meules le tissu d’acier       au  marcel migozzi vient de     [1]  les avenues de ce pays après la lecture de "l’art est-il la réserve des bribes et te voici humanité       pav&ea nécrologie une autre approche de tout en vérifiant     tout autour pour andré a grant dulur tendrai puis c’est un peu comme si,   (à on dit qu’agathe un verre de vin pour tacher je n’ai pas dit que le ce qui aide à pénétrer le       ...mai (elle entretenait     &nbs       enfant troisième essai       cerisi raphaël la mort, l’ultime port, je n’hésiterai spectacle de josué dit essai de nécrologie, quelque temps plus tard, de tout à fleur d’eaula danse j’ai changé le  dernières mises me au rayon des surgelés “dans le dessin et je vois dans vos       sabots n’ayant pas       dans effleurer le ciel du bout des dans le pays dont je vous nouvelles mises en grande lune pourpre dont les je reviens sur des au commencement était       la       b&acir a propos de quatre oeuvres de sous la pression des un homme dans la rue se prend       ton dans le train premier monde imaginal,    si tout au long le soleil n’est pas       un dernier vers aoi       au       dans  “s’ouvre       entre dernier vers doel i avrat, huit c’est encore à       longte « 8° de derniers vers sun destre À la loupe, il observa cyclades, iii° rien n’est plus ardu  de même que les dont les secrets… à quoi voici des œuvres qui, le       sous m1             sur le même si       fourmi mult ben i fierent franceis e etait-ce le souvenir  improbable visage pendu       que (josué avait  tous ces chardonnerets  pour de le "patriote", charogne sur le seuilce qui c’est extrêmement en 1958 ben ouvre à au programme des actions sables mes parolesvous mougins. décembre       le     son       dans  la lancinante « amis rollant, de abstraction voir figuration mouans sartoux. traverse de onzième j’oublie souvent et paysage de ta tombe  et dernier vers aoi       rampan présentation du  l’écriture       ruelle pour jean-louis cantin 1.- nous serons toujours ces pour mes enfants laure et     rien pour raphaël titrer "claude viallat, toutefois je m’estimais deux ajouts ces derniers       le le ciel est clair au travers coupé en deux quand       allong   se sous l’occupation merci à marc alpozzo     sur la pour robert chaque automne les ma voix n’est plus que la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Benedetto, Albertine > Glossolalies

ALBERTINE BENEDETTO

<- Journée de plomb | Un homme dans la rue ->
Langue du petit soldat dans la jungle
© Albertine Benedetto
Ecrivain(s) : Benedetto A.
Clefs : poésie


La communication est coupée
je répète
la communition est coupée
je répète
la commutation est coupée
je repte la com
commission est loupée
je re [stric]
tion soupé la mission
je
étouffé

 

Publication en ligne : 3 juin 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette