BRIBES EN LIGNE
      descen    de femme liseuse   un vendredi antoine simon 3 j’ai perdu mon en 1958 ben ouvre à le 2 juillet c’est seulement au "si elle est diaphane est le mot (ou une il faut dire les dernier vers que mort c’est la chair pourtant       la petit matin frais. je te certains soirs, quand je ainsi fut pétrarque dans       sur la bouche pleine de bulles mise en ligne       je me  je signerai mon     m2 &nbs toujours les lettres : des voix percent, racontent       glouss avec marc, nous avons ce qui fascine chez il était question non dernier vers aoi dernier vers aoi       rampan antoine simon 30 le temps passe dans la     le       À peine jetés dans le dans ma gorge la poésie, à la       le mougins. décembre f qu’il vienne, le feu "ah ! mon doux pays, tout est possible pour qui fontelucco, 6 juillet 2000 cet univers sans les dieux s’effacent art jonction semble enfin pour yves et pierre poher et       ce À max charvolen et martin a la fin il ne resta que f le feu s’est au lecteur voici le premier montagnesde il n’y a pas de plus     extraire grande lune pourpre dont les béatrice machet vient de je ne peins pas avec quoi,   encore une halt sunt li pui e mult halt sauvage et fuyant comme À la loupe, il observa marcel alocco a présentation du de sorte que bientôt tous feux éteints. des certains prétendent il pleut. j’ai vu la sous l’occupation  le grand brassage des à cri et à  née à issent de mer, venent as ma voix n’est plus que antoine simon 21 vous avez       s̵ li quens oger cuardise clere est la noit e la       la villa arson, nice, du 17 si j’étais un       au les dernières la bouche pure souffrance i.- avaler l’art par de tantes herbes el pre de mes deux mains il ne sait rien qui ne va     le cygne sur les routes de ce pays sont du fond des cours et des       pass&e la deuxième édition du dans les hautes herbes de toutes les       cette granz est li calz, si se f les rêves de  il y a le samuelchapitre 16, versets 1 les grands quand c’est le vent qui je découvre avant toi pour andré deuxième essai pour qui veut se faire une (dans mon ventre pousse une       dans deux ce travail vous est       neige beaucoup de merveilles vous êtes mais jamais on ne       il       le a la libération, les leonardo rosa       ton où l’on revient       (       object       les folie de josuétout est "ces deux là se pour jacky coville guetteurs le 15 mai, à  “ne pas soudain un blanc fauche le il ne reste plus que le       &n à la mémoire de peinture de rimes. le texte  tu vois im font chier antoine simon 26 f tous les feux se sont le lent déferlement f le feu est venu,ardeur des       un vous dites : "un dernier vers aoi       &agrav   la production  le "musée a claude b.   comme glaciation entre pour lee       dans a ma mère, femme parmi sixième en cet anniversaire, ce qui …presque vingt ans plus deux ajouts ces derniers gardien de phare à vie, au les textes mis en ligne       marche    si tout au long dire que le livre est une 13) polynésie la fraîcheur et la les cuivres de la symphonie pur ceste espee ai dulor e       parfoi autre citation"voui du bibelot au babilencore une d’un côté   ces sec erv vre ile et voici maintenant quelques ce paysage que tu contemplais il faut aller voir hans freibach : dernier vers aoi antoine simon 18 un besoin de couper comme de "le renard connaît   iv    vers dernier vers aoi je n’ai pas dit que le martin miguel art et outre la poursuite de la mise ils s’étaient bruno mendonça f j’ai voulu me pencher ses mains aussi étaient l’impossible quatrième essai de raphaËl ici, les choses les plus pluies et bruines, pas même  “... parler une moi cocon moi momie fuseau       un quand nous rejoignons, en quand les eaux et les terres couleur qui ne masque pas madame, c’est notre tendresses ô mes envols       assis dernier vers aoi tes chaussures au bas de bien sûrla   se cher bernard     vers le soir       une régine robin,       le Éléments -   3   

les   (à       le il en est des meurtrières. que d’heures toutefois je m’estimais je désire un quel étonnant       voyage   pour le prochain       au on préparait granz fut li colps, li dux en deuxième suite le recueil de textes ce six de l’espace urbain,     hélas, vue à la villa tamaris       devant       coude   ces notes mise en ligne d’un si tu es étudiant en       nuage       " antoine simon 13  avec « a la avant propos la peinture est clers fut li jurz e li pour michèle af : j’entends abstraction voir figuration etait-ce le souvenir       soleil si grant dol ai que ne tout mon petit univers en pour anne slacik ecrire est et que vous dire des comme c’est      &       vu       &eacut    en il arriva que sept (forces cachées qui       fourr& comme une suite de able comme capable de donner       aujour un jour, vous m’avez douze (se fait terre se       longte marché ou souk ou le numéro exceptionnel de s’ouvre la la force du corps, « pouvez-vous coupé en deux quand le soleil n’est pas première mais non, mais non, tu polenta       sur rare moment de bonheur, on peut croire que martine f le feu m’a dernier vers aoi dans les carnets       sur intendo... intendo !       six si elle est belle ? je pour helmut    seule au     &nbs macles et roulis photo 1 au labyrinthe des pleursils suite du blasphème de Être tout entier la flamme j’entends sonner les  epître aux pour max charvolen 1)       avant passet li jurz, si turnet a  l’exposition  et  riche de mes dix l’espace ouvert au tu le sais bien. luc ne à la bonne face aux bronzes de miodrag   si vous souhaitez     de rigoles en ( ce texte a les plus terribles     faisant la les enseignants : 1 la confusion des je suis de prime abord, il       il 0 false 21 18 pourquoi yves klein a-t-il lentement, josué poème pour macles et roulis photo 7       m̵  c’était       magnol c’est ici, me le "patriote",     " nous serons toujours ces les oiseaux s’ouvrent l’attente, le fruit l’illusion d’une   un pour jean gautheronle cosmos religion de josué il    au balcon       sur le la mort d’un oiseau. antoine simon 7 deux mille ans nous effleurer le ciel du bout des je reviens sur des l’homme est antoine simon 19   nous sommes ouverture d’une edmond, sa grande v.- les amicales aventures du dieu faisait silence, mais madame dans l’ombre des a propos d’une f le feu s’est on trouvera la video       la immense est le théâtre et antoine simon 16 macles et roulis photo 4       et merci à marc alpozzo       le pour egidio fiorin des mots bel équilibre et sa pas sur coussin d’air mais     nous       reine madame chrysalide fileuse bribes en ligne a pour alain borer le 26 un verre de vin pour tacher       le     l’é sequence 6   le le proche et le lointain j’ai en réserve pour ma l’art c’est la       jardin       le je t’ai admiré,  il est des objets sur on cheval cliquetis obscène des les parents, l’ultime ils sortent je dors d’un sommeil de les installations souvent, a propos de quatre oeuvres de " je suis un écorché vif. ecrire sur jamais je n’aurais       "   le 10 décembre (vois-tu, sancho, je suis langues de plomba la toutes sortes de papiers, sur dernier vers aoi cette machine entre mes il en est des noms comme du la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Benedetto, Albertine > Glossolalies

ALBERTINE BENEDETTO

<- Un homme dans la rue | À la femme au clébard ->
Charogne sur le seuil
© Albertine Benedetto
Ecrivain(s) : Benedetto A.
Clefs : poésie

Charogne sur le seuil
ce qui fut pattes pelage soyeux griffues
tenu ensemble par la grâce
s’abîme dans le rétroviseur
memento pour des matins trop humains

à emporter

Plus tard la stèle
jaillira des coulures
sur la nuit obsidienne
éclats de rossignols
pour un thrène innocent

Publication en ligne : 5 juin 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette