BRIBES EN LIGNE
saluer d’abord les plus c’est un peu comme si, pour mireille et philippe  tu vois im font chier pour frédéric la vie humble chez les f qu’il vienne, le feu   (dans le 10 vers la laisse ccxxxii       vaches d’un côté    si tout au long lentement, josué le plus insupportable chez ce jour-là il lui guetter cette chose       allong inoubliables, les       "       bruyan suite du blasphème de toute une faune timide veille printemps breton, printemps vi.- les amicales aventures dernier vers aoi au rayon des surgelés tout le problème au commencement était sur l’erbe verte si est À la loupe, il observa antoine simon 13 pas même  on peut passer une vie les amants se une errance de       six  jésus       " je n’ai pas dit que le mesdames, messieurs, veuillez   (à le lent déferlement un nouvel espace est ouvert le 28 novembre, mise en ligne       arauca accoucher baragouiner   se dans le monde de cette un verre de vin pour tacher en 1958 ben ouvre à bruno mendonça macles et roulis photo 4 certains prétendent       p&eacu o tendresses ô mes       les tes chaussures au bas de trois tentatives desesperees pour martine antoine simon 3 franchement, pensait le chef,       dans viallat © le château de 5) triptyque marocain madame est une accorde ton désir à ta les textes mis en ligne ce jour là, je pouvais antoine simon 24 au labyrinthe des pleursils antoine simon 30       & mon travail est une       reine quatrième essai de       d&eacu 1 la confusion des fin première grande lune pourpre dont les macao grise ici. les oiseaux y ont fait pour max charvolen 1) 0 false 21 18 outre la poursuite de la mise comme c’est rimbaud a donc sainte marie,  le livre, avec la force du corps, tout est prêt en moi pour mougins. décembre     vers le soir       quinze je suis     chambre       &n religion de josué il nous serons toujours ces       le pur ceste espee ai dulor e chairs à vif paumes jouer sur tous les tableaux in the country vous êtes et…  dits de dans le patriote du 16 mars dans les écroulements       sur ce qui fait tableau : ce       le       &agrav       la madame aux rumeurs À max charvolen et et encore  dits me tous feux éteints. des langues de plomba la première il ne sait rien qui ne va « amis rollant, de dans le respect du cahier des quel étonnant le travail de bernard       la n’ayant pas       sur       la pie je ne saurais dire avec assez "pour tes   ciel !!!! rossignolet tu la mille fardeaux, mille       assis a propos de quatre oeuvres de de prime abord, il       le moi cocon moi momie fuseau  “la signification giovanni rubino dit madame, c’est notre attendre. mot terrible. dernier vers aoi macles et roulis photo 7 de pa(i)smeisuns en est venuz  de même que les temps de bitume en fusion sur art jonction semble enfin abstraction voir figuration à la bonne le nécessaire non marcel alocco a  martin miguel vient les parents, l’ultime sculpter l’air : pas de pluie pour venir dernier vers aoi toutefois je m’estimais rien n’est l’évidence tandis que dans la grande (elle entretenait quatre si la mer s’est macles et roulis photo 1       enfant f toutes mes deux mille ans nous sauvage et fuyant comme la pureté de la survie. nul       ( réponse de michel dernier vers aoi ki mult est las, il se dort       allong  au mois de mars, 1166 si j’avais de son       sur onze sous les cercles intendo... intendo ! travail de tissage, dans     double l’éclair me dure, (À l’église  pour jean le cher bernard "mais qui lit encore le (de)lecta lucta   le "patriote", genre des motsmauvais genre madame est toute dernier vers aoi       sur       bien mes pensées restent en introduction à le 2 juillet dernier vers s’il antoine simon 16 dans le pain brisé son dans le train premier 0 false 21 18 à sylvie mise en ligne laure et pétrarque comme le samedi 26 mars, à 15  de la trajectoire de ce comme ce mur blanc  c’était tout en vérifiant les lettres ou les chiffres       montag des conserves !       neige quand c’est le vent qui antoine simon 11 j’arrivais dans les c’est ici, me chaque jour est un appel, une madame, vous débusquez pour michèle gazier 1 antoine simon 9 ce li quens oger cuardise     chant de soudain un blanc fauche le le recueil de textes pour maxime godard 1 haute       chaque janvier 2002 .traverse abu zayd me déplait. pas pour nicolas lavarenne ma       dans   pour adèle et que reste-t-il de la derniers vers sun destre de soie les draps, de soie       l̵ station 4 : judas  on a cru à rien n’est plus ardu pas facile d’ajuster le       quand       nuage lorsqu’on connaît une macles et roulis photo 3 de pareïs li seit la sixième temps où les coeurs 7) porte-fenêtre imagine que, dans la la réserve des bribes normal 0 21 false fal       &ccedi pour philippe quelques textes     pourquoi nu(e), comme son nom morz est rollant, deus en ad la bouche pure souffrance       sur       dans  “ce travail qui       dans antoine simon 6 elle disposait d’une (ma gorge est une l’existence n’est mouans sartoux. traverse de dans les horizons de boue, de "l’art est-il       deux       et mieux valait découper deuxième suite antoine simon 22 nous avancions en bas de patrick joquel vient de a toi le don des cris qui ils avaient si longtemps, si       apr&eg d’un bout à vous avez douze (se fait terre se six de l’espace urbain, siglent a fort e nagent e un jour nous avons ce va et vient entre encore la couleur, mais cette au seuil de l’atelier f les marques de la mort sur dans les hautes herbes carissimo ulisse,torna a  ce mois ci : sub       pav&ea entr’els nen at ne pui dernier vers aoi       marche       sous       force bal kanique c’est       m̵ le pendu mult est vassal carles de le soleil n’est pas nous lirons deux extraits de quand vous serez tout les enseignants : certains soirs, quand je       un ….omme virginia par la f dans le sourd chatoiement la danse de de tantes herbes el pre         or j’ai donné, au mois       en station 7 : as-tu vu judas se nous savons tous, ici, que dans le pays dont je vous on dit qu’agathe       à       parfoi pour michèle ce n’est pas aux choses percey priest lakesur les les petites fleurs des       ce antoine simon 27 le corps encaisse comme il non, björg,       journ& les oiseaux s’ouvrent lorsque martine orsoni       l̵ je t’enlace gargouille faisant dialoguer il était question non vous deux, c’est joie et clers fut li jurz e li ce pays que je dis est (en regardant un dessin de a propos d’une   maille 1 :que equitable un besoin sonnerait merci au printemps des j’oublie souvent et sous la pression des       coude des voix percent, racontent tous ces charlatans qui       apr&eg je suis celle qui trompe       " je ne sais pas si pour yves et pierre poher et premier vers aoi dernier je n’hésiterai f le feu s’est il ne s’agit pas de       " pour jean gautheronle cosmos le coquillage contre       pass&e a christiane ma chair n’est pour pierre theunissen la un homme dans la rue se prend nouvelles mises en l’une des dernières   la baie des anges       une démodocos... Ça a bien un madame des forêts de en ceste tere ad estet ja a la femme au antoine simon 19 la fraîcheur et la       deux quand il voit s’ouvrir, pour maguy giraud et  “comment       crabe- ainsi fut pétrarque dans       maquis la terre a souvent tremblé       avant juste un  référencem quatrième essai rares le proche et le lointain   au milieu de ( ce texte a     &nbs je serai toujours attentif à la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Benedetto, Albertine > Glossolalies

ALBERTINE BENEDETTO

<- Charogne sur le seuil | N’ayant pas renoncé... ->
À la femme au clébard
© Albertine Benedetto
Ecrivain(s) : Benedetto A.
Clefs : poésie

A la femme au clébard : il parle chien madame !
Apostrophe l’homme s’appuyant sans vergogne
Sur Madame du poids de ses heures debout
A son étal ou plié à porter ses caisses
Un rire fend son bec féroce en prédateur
De mots glanés ici ou là dans les travées
C’que les gens sont drôles à baragouiner avec
Leurs bêtes ou leurs gosses c’est pareil faut causer

Histoire de s’entendre vivre entre ses dents
Remâcher le silence donne froid c’est tout
Comme cet autre qui grommelle sous le kiosque
A bricoler sa niche devant le métro

Publication en ligne : 6 juin 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette