BRIBES EN LIGNE
antoine simon 32 "mais qui lit encore le j’écoute vos patrick joquel vient de tout à fleur d’eaula danse une il faut dire les (vois-tu, sancho, je suis rita est trois fois humble. dernier vers aoi tout en vérifiant ki mult est las, il se dort   (dans le   voici donc la À l’occasion de   pour adèle et a supposer quece monde tienne macles et roulis photo 7 carles li reis en ad prise sa la pureté de la survie. nul  c’était un tunnel sans fin et, à antoine simon 18 "tu sais ce que c’est toutefois je m’estimais       sur cyclades, iii° nous lirons deux extraits de pour lee f les feux m’ont  dernier salut au quando me ne so itu pe aucun hasard si se       je me nu(e), comme son nom rien n’est même si quand il voit s’ouvrir, etudiant à     rien madame dans l’ombre des mouans sartoux. traverse de peinture de rimes. le texte       le bal kanique c’est mougins. décembre il souffle sur les collines       que madame, on ne la voit jamais au lecteur voici le premier     ton des voix percent, racontent reflets et echosla salle paien sunt morz, alquant ce qui importe pour a propos d’une  pour le dernier jour       au       la       &agrav ma mémoire ne peut me pierre ciel "l’art est-il et ces   le texte suivant a ecrire les couleurs du monde ce poème est tiré du     sur la pente halt sunt li pui e mult halt edmond, sa grande gardien de phare à vie, au travail de tissage, dans       m&eacu « pouvez-vous nouvelles mises en les premières chaque jour est un appel, une trois tentatives desesperees       devant a christiane  la toile couvre les       je me tous feux éteints. des tous ces charlatans qui que reste-t-il de la je désire un me ] heureux l’homme    courant       l̵ dernier vers aoi       deux j’ai ajouté et il fallait aller debout il avait accepté religion de josué il       & pour andré rare moment de bonheur, pour frédéric antoine simon 24       je antoine simon 10       chaque douze (se fait terre se     le ço dist li reis :   iv    vers non, björg, a la libération, les al matin, quant primes pert si tu es étudiant en  il y a le j’entends sonner les ils avaient si longtemps, si       en       sur il en est des noms comme du folie de josuétout est quatrième essai de       la c’est extrêmement suite de « voici thème principal : dernier vers aoi certains soirs, quand je af : j’entends en 1958 ben ouvre à écrirecomme on se       une je t’enfourche ma c’était une ne faut-il pas vivre comme poème pour       o errer est notre lot, madame,       deux ecrire sur et tout avait       &ccedi pour mes enfants laure et lorsqu’on connaît une     quand À max charvolen et martin       crabe- a ma mère, femme parmi ce pays que je dis est sors de mon territoire. fais c’est une sorte de       sous 1 au retour au moment quand vous serez tout au matin du antoine simon 14       bruyan tendresse du mondesi peu de  hors du corps pas quand sur vos visages les dernier vers que mort le recueil de textes       ton dans les carnets       arauca       magnol     &nbs       dans pluies et bruines, il aurait voulu être je sais, un monde se le 23 février 1988, il torna a sorrento ulisse torna ici. les oiseaux y ont fait quelque chose antoine simon 26 j’ai parlé le passé n’est     de rigoles en les lettres ou les chiffres temps de cendre de deuil de       dans dire que le livre est une  “la signification       neige   pour théa et ses bien sûrla       le " je suis un écorché vif. lu le choeur des femmes de       entre quand les mots cet univers sans dernier vers aoi   elle ose à peine journée de le 2 juillet de pareïs li seit la    si tout au long il tente de déchiffrer, j’oublie souvent et       juin le coquillage contre       voyage clquez sur si, il y a longtemps, les le tissu d’acier d’abord l’échange des l’instant criblé j’ai donc pour robert   se la mort d’un oiseau. merle noir  pour l’une des dernières   si vous souhaitez in the country       marche station 4 : judas  dans les rêves de la rien n’est plus ardu une errance de aux george(s) (s est la antoine simon 21  dernières mises antoine simon 13 À peine jetés dans le ce n’est pas aux choses     " mi viene in mentemi f les marques de la mort sur la fonction, pour jean-marie simon et sa       &agrav rossignolet tu la madame est une torche. elle ce qui aide à pénétrer le aux barrières des octrois les enseignants :       sur le madame déchirée nice, le 18 novembre 2004       sur le f j’ai voulu me pencher pour     son l’art n’existe mise en ligne d’un       pourqu pour philippe bribes en ligne a       le       la montagnesde       &n un titre : il infuse sa   né le 7 à propos “la   tout est toujours en     après descendre à pigalle, se face aux bronzes de miodrag pour qui veut se faire une attendre. mot terrible. “le pinceau glisse sur       aux  monde rassemblé quelques autres station 7 : as-tu vu judas se À la loupe, il observa à bernadette mon cher pétrarque, a propos de quatre oeuvres de quatrième essai rares   un tu le saiset je le vois ouverture d’une vue à la villa tamaris       retour       &agrav le lent déferlement deuxième approche de  de même que les les grands       dans       &agrav pour egidio fiorin des mots         &n madame est une monde imaginal, moi cocon moi momie fuseau dernier vers aoi seins isabelle boizard 2005 autre citation       et  le livre, avec antoine simon 12 (en regardant un dessin de pour mon épouse nicole s’égarer on       allong cette machine entre mes dans la caverne primordiale 1) notre-dame au mur violet vous n’avez le 26 août 1887, depuis       object  pour de       l̵ c’est la peur qui fait et te voici humanité le plus insupportable chez ma chair n’est     &nbs on croit souvent que le but       avant (elle entretenait     du faucon a la fin il ne resta que écoute, josué,  la lancinante  dans toutes les rues 13) polynésie à cri et à quel ennui, mortel pour  jésus voile de nuità la (josué avait       d&eacu les oiseaux s’ouvrent ici, les choses les plus       le vi.- les amicales aventures mes pensées restent       quinze       droite six de l’espace urbain, les dernières coupé le sonà je suis occupé ces entr’els nen at ne pui j’aime chez pierre   en grec, morías  un livre écrit quelque temps plus tard, de       gentil la terre a souvent tremblé carcassonne, le 06 villa arson, nice, du 17 on cheval hans freibach : madame a des odeurs sauvages dans ma gorge       "     une abeille de de mes deux mains temps de bitume en fusion sur et si au premier jour il iloec endreit remeint li os merci à marc alpozzo raphaël merci au printemps des "pour tes pour martin pour jacky coville guetteurs       maquis en ceste tere ad estet ja ce jour là, je pouvais tout est prêt en moi pour       la dernier vers aoi       les quatre si la mer s’est le galop du poème me constellations et il pleut. j’ai vu la r.m.a toi le don des cris qui la réserve des bribes maintenant il connaît le         or macles et roulis photo 4 neuf j’implore en vain carissimo ulisse,torna a "ces deux là se       en seul dans la rue je ris la rêve, cauchemar,       baie   adagio   je au rayon des surgelés autre petite voix dernier vers aoi antoine simon 29 et que vous dire des « h&eacu je ne saurais dire avec assez la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Benedetto, Albertine > Glossolalies

ALBERTINE BENEDETTO

<- Comme une onde de choc | Tes chaussures ->
Soudain un blanc fauche le mot
© Albertine Benedetto
Ecrivain(s) : Benedetto A.
Clefs : poésie

Soudain un blanc fauche le mot
au dernier moment presque
sur la ligne d’arrivée la
langue se dérobe sous toi
tu as manqué t’étaler
tu te rattrapes d’un coup de rein
tu t’accroches à un autre presque
pareil mais pire un faux ami
bancale la pensée brinquebale
jusqu’au bout faire semblant
même essoufflé vidé par l’effort
rester ferme un homme quoi
colmater les trous
ne pas laisser le blanc s’insinuer
insidieux te disjoindre
tu peines à tracer dans cette mélasse
tu pestes contre cette bouillie qui menace
tu n’avances plus mais chaque mot
arraché à ce piétinement obsédant
te ramène à la maison

Publication en ligne : 23 juin 2009

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette